Loi de programmation militaire : les armées veulent la LPM, rien que la LPM, toute la LPM

 |   |  1171  mots
La France est désormais sur une trajectoire de remontée en puissance (chef d'état-major de l'armée de Terre, le général Jean-Pierre Bosser)
La France est "désormais sur une trajectoire de remontée en puissance" (chef d'état-major de l'armée de Terre, le général Jean-Pierre Bosser) (Crédits : Reuters)
La hausse des crédits budgétaires en faveur de la défense suffit pour le moment au bonheur des armées, qui ont organisé la remontée en puissance de l'outil militaire. Mais ils seront attentifs à l’exécution de la future loi de programmation militaire (LPM). La LPM sera l'un des thèmes du Paris Air Forum qui se tiendra le 21 juin au Toit de la Grande Arche de La Défense à Paris.

En plein dans le mille ! Les armées valident sans état d'âme la prochaine Loi de programmation militaire (LPM), qui couvre la période 2019-2025. Pragmatiques mais lucides, les états-majors se réjouissent d'une LPM de rattrapage après plusieurs années de vaches maigres et de renoncements. "Pour la première fois depuis de nombreuses années, je ne participe pas à la construction d'une loi de programmation militaire de déflation", avait d'ailleurs relevé en février dernier à l'Assemblée nationale le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général André Lanata. L'argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue. C'est donc aussi le cas pour les militaires.

"Nous assistons à une inversion de tendance historique, s'était réjoui le chef d'état-major de l'armée de Terre, le général Jean-Pierre Bosser lors de son audition à l'Assemblée nationale en février dernier. Et de préciser que la France est "désormais sur une trajectoire de remontée en puissance". Cette LPM prévoit sur une période de sept ans des crédits budgétaires à hauteur de 295 milliards d'euros, couverts de manière ferme jusqu'en 2023 (198 milliards d'euros de crédits budgétaires). Ce qui portera l'effort de défense de la France à 1,91% du PIB en 2023, puis à 2% en 2025, contre 1,78% en 2017. "Cette LPM est bien née", avait pour sa part assuré à l'Assemblée nationale en février le chef d'état-major des armées, François Lecointre.

Une exécution à l'euro près ?

La LPM va être adoptée par le Parlement le 27 (Assemblée nationale) et 28 (Sénat) juin à l'issue de la commission mixte paritaire (CMP), dont la première réunion est programmée ce mardi. Mais le plus dur restera à faire : son exécution à l'euro près. Ce qui est loin, très loin d'être gagnée car il faudra que la LPM échappe aux sécateurs de Bercy. C'est donc à l'issue de cette guérilla budgétaire permanente que résidera la réussite ou non de cette LPM... comme d'ailleurs de tous les budgets votés par le Parlement. Le succès de la future LPM passe déjà par la bonne exécution du budget 2018, qui doit permettre de rentrer sans boulet budgétaire - reports de charges notamment -, dans la LPM dès 2019.

Et après ? "Que puis-je souhaiter pour la loi de finances pour 2019 ? Tout simplement, qu'elle soit conforme à la LPM : la LPM, rien que la LPM, toute la LPM !", avait souligné l'amiral Christophe Prazuck aux députés en février. La ministre des Armées en a évidemment bien conscience après un exercice budgétaire 2017 compliqué. Cette LPM "s'inscrit pleinement dans le cadre tracé par la loi de programmation des finances publiques, qui prévoit 1,7 milliard d'euros supplémentaires par an pour la période 2019-2022", avait-elle rappelé en février à l'Assemblée nationale pour rassurer les armées.

Cette LPM "donne une excellente visibilité à l'ensemble des acteurs de la communauté de défense et comme toute loi de programmation elle devra s'évaluer à l'aune des engagements qui seront confirmés loi de finance après loi de finance", avait expliqué début avril Florence Parly dans une interview accordée à La Tribune. Entre l'Hôtel de Brienne et Bercy, le match est lancé et durera jusqu'en 2025, entrecoupé d'une mi-temps en 2021 où un rendez-vous permettra de réactualiser la LPM après 2023 avec des données macroéconomiques plus fiables qu'aujourd'hui.

Résorber les ruptures capacitaire

Pour l'heure, les armées ont tracé des perspectives pour accompagner la remontée en puissance de l'outil militaire. Pour le chef d'état-major de la Marine, l'amiral Christophe Prazuck, cette LPM va en partie permettre "de parer les ruptures capacitaires" dans la Marine, dont certaines courent depuis 2010. Que ce soit au niveau des patrouilleurs dans les départements d'outre-mer, des pétroliers ravitailleurs ou encore des hélicoptères. "Il s'agit d'un grand motif de satisfaction", avait-il expliqué. Quant au général André Lanata, il avait estimé "atteignable l'objectif d'une recapitalisation de l'ensemble des savoir-faire critiques à l'horizon de 2023" au sein de l'armée de l'air (aviation de chasse, avion de transport et hélicoptères).

Pour le chef d'état-major de l'armée de Terre, qui connait lui aussi des ruptures capacitaire (équipements de commandement), "le modèle économique retenu ne fait donc pas débat. Nos soldats méritent d'être mieux protégés et d'avoir des armes plus performantes pour remplir leurs missions". "Nos soldats le méritent d'autant que les conflits dans lesquels ils sont engagés deviennent de plus en plus durs, à mesure que le nivellement technologique rend nos adversaires actuels et potentiels de plus en plus dangereux", a confirmé en mai à l'Assemblée nationale le général Charles Beaudouin, sous-chef d'état-major chargé des plans et des programmes de l'état-major de l'armée de Terre.

Un modèle d'armée complet

La satisfaction des armées vient surtout du maintien d'un "modèle d'armée complet et équilibré" sur lequel "repose notre autonomie stratégique", comme l'avait rappelé le général François Lecointre. Ce modèle doit être "capable d'agir dans la durée sur l'ensemble du spectre des missions, dissuasion, protection, connaissance et anticipation, prévention et intervention, avait précisé quant à lui le chef d'état-major de l'armée de l'air. Cette ambition suppose une remontée en puissance franche, complétée par des coopérations internationales. Elle se fixe 2030 comme horizon". Pour l'aviation de combat, le modèle d'aviation de combat repose "sur la pleine exploitation de la polyvalence du Rafale, qui permettra à terme de rejoindre le format cible de 185 avions de chasse", avait souligné le général André Lanata. Selon le général Jean-Pierre Bosser, "nous aurons ainsi la capacité d'assurer, dans la durée, un socle fondamental de capacités de défense autour des cinq fonctions stratégiques".

Le débat sur le nombre des théâtres d'opération extérieure (OPEX) sur lesquels les armées peuvent s'engager simultanément a été l'une des sources de conflits entre les armées et le gouvernement lors de la préparation de la LPM. Durant le quinquennat de François Hollande, la multiplication des OPEX a été à l'origine de la surchauffe des armées. Ce débat a été clos par le ministère des Armées. Ce sera trois au maximum (contre deux à trois dans le Livre blanc de 2013). Or l'armée française intervient déjà au Sahel (Barkhane), au Levant (Chammal) et au Liban (FINUL). Pour le chef d'état-major de l'armée de l'air, "il convient aujourd'hui de restaurer la soutenabilité de nos engagements opérationnels tout en accélérant la modernisation de nos équipements". Mais il y a un principe de réalité : s'il faut aller se battre sur un nouveau théâtre d'opérations, les armées répondront bien sûr présentes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2018 à 14:00 :
DANS LE PROGRAMME DE JUPITER IL ETAIT PREVU DE REGULARISER LA PENSION DES SOLDATS AFN APRES JUILLET 1962????L'ASSEMBLEE NATIONALE N'A TOUJOURS PAS VOTE CETTE ANNONCE POUR CEUX D'ALGERIE DE JUILLET1962 A JUILLET 1964..IL FAUDRAIT QUE CEUX QUI DORMENT SUR LES BANCS DE L'ASSEMBLEE NE NOUS OUBLIE PAS ???SOUS PEU IL SERA TROP TARD COMME UN SAHARIEN DE REGGANE QUI LUI ETAIT EN ZONE CONTAMINEE A HAMOUDIA???LA CHANCE QUE J'AI EU C'EST D'ETRE A REGGANE VILLE??MON BON SOUVENIR AU SAHARIEN DE REGGANE??????
a écrit le 18/06/2018 à 22:12 :
Nos militaires que nous pouvons estimer d'un excellent niveau ont une hiérarchie toujours emballé lorsque les lois de programmations sont au beau fixe un peu moins ou pas du tout en fin d'exercice. Pour commencer la LPM sera ce que notre économie permettra, pour cette année avec une prévision de croissance de 2 points qui n'est pas pour l'instant dans les clous il n'est pas sur que celle qui est encours avec déjà des coupes soit au niveau des promesses de l'exécutif. Les promesses politiques ne sont que miroir aux alouettes la vérité est dans l'économie et dans la force du ministre de savoir s'imposer, hors notre ministre est un pion aux ordres pas à celui des armées j'en ai bien peur.
a écrit le 18/06/2018 à 20:51 :
Pourvu que le Ministère de la Défense n'accepte pas la proposition du directeur des centres comptable de la sncf, de leur tenir la compta... Tous les pb que la cour des comptes avait pointée contre les admnistrations, d'incompétence complète et de failles de sécurité dans le système financier, s'y retrouvent aussi là bas... Une torture d'y travailler pour un comptable.
a écrit le 18/06/2018 à 15:25 :
Quand on mesure l'imbécilité de conserver un calibre 5.56mm, soit du 223 REM (en gros un 22RL boosté), cf nouvelle commande de HK 416 allemand, quand le monde entier repasse, si ce n'est déjà fait au 7.62mm OTAN, on réalise que faire de bons Rafales est important, mais que que faire tirer par nos fantassins des balles de foire, qui n'ont aucun pouvoir d'arrêt, pourrait se révéler le summum de l'inefficacité, et l'on se dit qu'il faudra réfléchir encore beaucoup dans les bureaux pour comprendre la guerre sur le terrain. Pourquoi avoir renoncé à produire un nouveau FAMAS bullup en 7.62, alors que toute la technologie était là, et qu'elle va se perdre, mystère de l'énarchie destructrice sans doute.
Réponse de le 21/06/2018 à 7:45 :
La diminution du calibres des armées est du àu constatés suivents:
L'infanterie utilise rarement s'est armee individuelle au-delà de 300 mètres.
Ensuite le poids dû ports dès munition est un vrais probleme , 300 cartouches d'une dotation réglementaire à un certain poids en 5,56mm , alors que en 7,62.. Ils est très supérieures...
Ensuites , l'infanterie s'est surtout lors des 300 dernieres mètre qu'elle gagne sont combats, et cela se fait à pieds et àu pas dè cource....
a écrit le 18/06/2018 à 14:15 :
C'est là qu'on se rend compte que le coup de menton du Général de Villiers était particulièrement malvenu. Son impatience était certes légitime, mais il aurait mieux faire d'attendre un peu. Et à sa décharge, il ne pouvait pas se douter qu'un Président allait enfin tenir ses engagements.
Réponse de le 18/06/2018 à 22:21 :
@Clairvoyant, vous allez un peu vite pour conclure, car votre prédiction d'un Président qui tient ses engagements sur un sujet à 5 ans et plus est comme savoir lire dans une boule de cristal. Seul le niveau de notre économie mais également l'environnement géopolitique dira si la LPM sera tenue pour l'instant comme lors de toute les lois concernant nos armées les promesses n'ont jamais été tenues et pour cause la muette n'a pas le droit de se plaindre. S'il tel était le cas le politique limogerait avec mépris tel que cela a été le cas pour un grand général serviteur de la France de Villiers, jamais un politique n' été grand ni serviteur sauf celui qui avait la double casquette de Gaulle
a écrit le 18/06/2018 à 12:46 :
voilà les ponctionnaires heureux d'avoir créé encore plus de chomeurs : autrefois on avait du courage, aujourd'hui ce sont des pleutres qui n'ont besoin que d'appuyer sur un bouton pour tuer un ennemi que l'on nomme énnemi !!quel bandits
Réponse de le 18/06/2018 à 20:12 :
Certe mais maintenant avec beaucoup moins de fonctionnaires on peut éliminer avec un seul bouton un nombre de bandits en très très grand nombre, genre conquistadors. Plus besoin d'y aller au corps à corps.
a écrit le 18/06/2018 à 7:21 :
Il faut demander à une autorité indépendante de l'armée de réaliser une étude des grillés indiciaires et des échelons d'avancements de grades dans l'armée. Comment cela se fait-il que l'on ait autant de Généraux dans nos corps d'armée gendarmerie comprise?
Réponse de le 18/06/2018 à 20:19 :
Ils ne peuvent pas licencier, le SGA est très bien au courant ne vous inquiétez pas, de temps en temps dans les rapports parlementaires où ils interviennent, les inspecteurs des armées les qualifies même de manière peu flatteuse. Ils ont opter comme souvent dans l'admnistration par une solution longue, qui est de leur donner des postes secondaires ou artificiel pour lesquels malgré leur compétence, ils ne présenteront pas trop de pb, dans l'attente dans leur envoi en retraite où leur poste pourra enfin être supprimé.
Réponse de le 18/06/2018 à 23:02 :
Pourquoi tant de généraux, parce qu'ils ne sont jamais à la retraite. Si vous enlever ceux qui ne sont plus en service actif il n'y en a pas tant que ça.
Réponse de le 19/06/2018 à 12:06 :
Qu'est-ce que vous entendez par "trop de généraux"? Le grade de général correspond à un niveau dans la grille indiciaire. Si vous faites alors une comparaison vous vous rendriez compte qu'il y a plus de "généraux" au ministère de l'agriculture, ou dans celui de l'intérieur (chaque fois au moins le double), sans compter l'éducation nationale qui a 30 % de ses 1,5 millions de fonctionnaires au grade de général.
L'étude des grades dans les armées a été faite et vite enterrée justement parce qu'elle révélait ces distorsions énormes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :