Mais pourquoi la Belgique ne commande pas le programme Scorpion à la France...

 |   |  408  mots
La Belgique souhaite acheter pour 1,1 milliard d'euros, 60 nouveaux véhicules de combat médians du type Jaguar et 417 véhicules de combat légers du type Griffon
La Belgique souhaite acheter pour 1,1 milliard d'euros, 60 nouveaux véhicules de combat médians du type Jaguar et 417 véhicules de combat légers du type Griffon (Crédits : Nexter)
Le contrat CAMO est finalisé. Mais il semble s'être noyé dans les méandres de la politique belge.

Mais que se passe-t-il en Belgique ? "L'accord portant sur la vente du système Scorpion est finalisé dans le cadre du programme belge CAMO et tout est prêt", ont expliqué à La Tribune plusieurs sources concordantes. D'autant que même CMI, qui voulait mettre sa tourelle sur le blindé Jaguar (en vain), s'est finalement lui aussi mis d'accord avec la France. L'industriel belge, qui avait claqué la porte des négociations au printemps dernier, a finalement obtenu de la charge de travail dans le domaine de l'assemblage et de la maintenance en condition opérationnelle (MCO) des futurs véhicules blindés de l'armée de terre belge. Cette dernière soutient et s'accroche très fort à ce dossier qu'elle juge prioritaire. Mais aujourd'hui il ne manque plus que la signature de Bruxelles au bas du contrat, qui aurait déjà dû être signé au cœur de l'été. "Le dossier est bloqué", assure-t-on à La Tribune.

Pourquoi? Il serait "parasité" par l'appel d'offres portant sur les avions de combat, selon plusieurs sources concordantes, et plus précisément par l'offre française, qui a déchiré la coalition au pouvoir. Du coup, le contrat CAMO (CApacité MOtorisée) semble s'être noyé dans les méandres de la politique belge et les différents partis au sein du gouvernement Michel à la veille des élections municipales belges (14 octobre). Puis, les élections régionales et fédérales vont arriver très vite, le 26 mai 2019, et geler toutes les décisions du gouvernement actuel. Dirigé par le Premier ministre Charles Michel, plutôt favorable à la proposition française, ce gouvernement est constitué notamment par une coalition où est notamment présent le ministre de la Défense Steven Vandeput, membre de l'Alliance néo-flamande (NVA), parti très favorable au F-35.

Un contrat de 1,1 milliard d'euros

La Belgique souhaite acheter "pour 1,1 milliard d'euros 60 nouveaux véhicules de combat médians du type Jaguar et 417 véhicules de combat légers du type Griffon", avait affirmé en juin 2017 le ministre de la défense belge. Cet investissement est "le plus important de la vision stratégique pour la composante terrestre belge", avait-il rappelé à la ministre Florence Parly. La Belgique souhaite également coopérer dans le domaine du soutien : formation, appui logistique et maintenance, entraînement, gestion de configuration - avec des modernisations communes. Très clairement, la Belgique veut partager en matière de mobilité terrestre une même doctrine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2018 à 6:44 :
Avant tous , il faut comprendre que s'est véhicule ne sont pas encore opérationnel, et ils n'y a aucun retours ou expérience sur ses machine....
Ensuites le canon de 40 MM à dè belle performance sur le papier , mais ils faut voir effectivement se que sa donne... ( emplois, fiabilitée, couts opérationnel) .
D'ailleurs espérons que les demandes des cades de l'AbC serons entendu, mitrailleuses coaxiales, fiabilitée mécanique, systeme dè visée directe, capacité de tir courbes....
a écrit le 17/09/2018 à 22:09 :
Le plus surprenant c'est que pour le contrat des vehicules blindes, le MDN Belge dans son cahier des charges, ne fait meme pas mention de la part des industries ou produits belges a incorporer.
Alors que l'on sait que les aciers NLMK son supérieurs aux aciers équivalent de INDUSTEEL dans un composite acier / pares-eclats qui allege le vehicule tout en lui assurant une meilleure protection balistique.. selon le STANAG 4569;et je puis le démontrer

A bon entendeur salut

Michel Baikrich
Réponse de le 15/10/2018 à 16:40 :
Le VBMR et EBRC en acier? Je pense plutôt en alu.
Réponse de le 15/10/2018 à 16:59 :
Réponse de nexterience le 15/10/2018 à 16:40 :
Le VBMR et EBRC en acier? Je pense plutôt en alu.

En Alu, 3X plus epais pour detenir les meme projectiles selon le niv. du STANAG defini

Et a quel prix avec l'alu + un pare-eclats ??? On nage en plein delire car c'est plus le vehicule qui est en jeu mais bien les autres contrats ou on discute presque hors de l'efficacite des vehicules terrestres et machines volantes, mais bien de gros sous en retour economiques
a écrit le 17/09/2018 à 20:47 :
La Belgique hésite à commander des Scorpions, car la France via son ambassadrice à Bruxelles a clairement dit que la plat pays ne pourra pas participer au futur avion de combat SCAF mené par Dassault si elle n'accepte pas l'offre très gêneuse de collaboration stratégique entree la France et la Belgique, et qui implique que cette dernière commande des Rafales pour remplacer ses F-16 ...
Réponse de le 18/09/2018 à 12:26 :
Hum, certains ministres se verraient bien a l'OTAN.... Et l'OTAN est dominée par qui ???
a écrit le 17/09/2018 à 18:11 :
Question de commissions tout simplement, le parti néerlandais est arrosé par les américains, alors logiquement ses membres choisissent leur portefeuille, et tant pis si le F35 est une daube, mal conçue et pas finalisée.
a écrit le 17/09/2018 à 11:53 :
La Tribune mat le doigt sur une belle problématique mais ne fait que le survoler de très loin. La problématique est bien plus profonde.
La NVA est un parti néerlandophone d'extrême droite et séparatiste en Belgique - mais ce l'on ne dit pas assez c'est qu'il est surtout anti-francophobe/francophile et Français. Acheter Français n'est pas envisageable pour la NVA qui est le parti qui dirige la Belgique même si le premier Ministre est francophone.
C'est un problème profond et certainement pas anodin, l'enjeu pour la France dépasse de très loin ces deux commandes (avions et matériel roulant).
a écrit le 17/09/2018 à 11:50 :
La Belgique retarde… d'un avion, les américains ont des doutes sérieux sur la capacité du F35 face aux nouveaux avions de combat. L'étude en cours serait de réaliser un avions de combat avec un mix des F22 et F35, sans compter que la fiabilité de ce dernier est mise en cause!
a écrit le 17/09/2018 à 11:32 :
Comment c'est possible former une defense Europeenne si passe son temps a tergiverser et /ou pour des raisons purement politique on se laisse attirer par des offres outre atlantique.... C'est vraiment ne rien comprendre a la defense car on pense mal a former une armee avec materiels heteroclites, partie de grands desastres en cas de conflit

Il est grand temps de se comporter de maniere responsable et de cesser de jouer a cache cache.

Michel
a écrit le 17/09/2018 à 11:07 :
Vu la faiblesse politique dramatique de notre président de la république, on comprend les clients qui du coup hésitent parce que quand on achète du trump par exemple on sait que l'on va avoir un énorme service après-vente mais quand on achète du macron on sait qu'on va tout devoir faire soi-mêmes.

S'il y a en plus bien un domaine d'activité qui prend en compte la puissance politique, ce qui est logique, on parle de muscles là, c'est le marché de l'armement.

Vous préfèreriez miser sur trump ou sur le mac ou pire que ce dernier, sur l'UE ?
Réponse de le 17/09/2018 à 11:57 :
Si je peux me permettre, le problème n'est pas là loin s'en faut - les flamands de Belgique déteste copieusement ce qui est francophone et à travers cela ce qui est français - le Président Macron n'a rien à voir avec cela.
Par contre il faut être très attentif à ce qui se passe en Belgique et travailler de très prêt avec la Wallonie mais aussi Bruxelles (aujourd'hui 90% de francophone) que la Flandre à souhaitée maintenant flamandiser.
Réponse de le 17/09/2018 à 12:55 :
@ Stéphane

Le problème....C' est qui aujourd'hui soutient la France ? Macron me fait penser à Don Quichotte et qu' au mois de Mai tous ces pays Francophobes obtiendront le début d' une dissolution.....A jouer avec le feu .
Réponse de le 17/09/2018 à 15:48 :
@ stéphane:

Même si ce n'est pas le problème principale, une absence de pouvoir politique ne peut que desservir une action commerciale, quand vous acheté à trump vous savez que derrière il a la puissance pour assurer, quand vous achetez à l'UE, soit vous achetez allemand profitant d'une bonne vieille oligarchie bien nauséabonde, soit vous n'aurez que du vent.

Alors peut-être que des éléments régionaux rentrent en compte sur ce coup là, mais la puissance politique est essentielle pour faire avancer une nation. D'ailleurs on est peut-être pas si loin du même sujet non plus avec une absence également de pouvoir politique en belgique non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :