Un coup d'accélérateur en vue pour la première usine de Renault en Chine

 |   |  481  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Renault pourrait signer en mars prochain l'accord définitif pour implanter une usine en Chine, selon la presse chinoise. Le site de 150.000 véhicules produirait des 4x4 et monospaces.

Renault devrait signer en mars prochain un accord définitif pour former enfin une co-entreprise avec le chinois Dongfeng Motor, affirme ce mardi le quotidien économique chinois Diyi Caijing Ribao (China Business News). Citant un responsable de la municipalité de Wuhan, siège du groupe chinois, le même journal avait indiqué lundi que les travaux pour la construction d'une usine devaient démarrer en mai. Le feu vert des autorités chinoises pour l'implantation de la marque au losange en Chine est subordonné au résultat d'une étude d'impact environnemental. Selon un document officiel posté sur le site du Bureau de la protection de l'environnement de la province du Hubei (centre), la future usine aura une capacité de 150.000 véhicules par an pour un investissement de 7,2 milliards de yuans (870 millions d'euros). L'usine prévue à Wuhan produira des voitures des 4x4 et monospaces, selon cette administration.

Les projets ont échoué jusqu'à présent

Le ministre français du Commerce extérieur Nicole Bricq, qui effectue une visite de deux jours en Chine, a indiqué toutefois que l'implantation de Renault en Chine n'avait pas figuré au menu de ses entretiens lundi avec son homologue chinois Chen Deming. "Non, mais on aurait pu", a déclaré Nicole Bricq, qui n'a pas exclu la possibilité de la signature d'un accord dans ce domaine à l'occasion de la prochaine visite en Chine du président François Hollande en avril 2013. Dongfeng Motor est déjà le partenaire de PSA mais aussi et surtout de Nissan, l'allié japonais de Renault. Le groupe tricolore est le seul grand constructeur auto mondial à ne pas produire en Chine. Une lacune tout-à-fait insolite. En 1993, Renault s'était implanté en Chine pour y fabriquer le minibus Trafic, mais l'expérience a tourné court, avec des volumes de fabrication dérisoires. Des projets pour fabriquer des Kangoo ont été à l'ordre du jour, mais ne se sont pas concrétisés.

Ventes en hausse à l'international

Malgré une lacune en Chine, les ventes de Renault hors du Vieux continent ont crû de 9,1% à 1.279.598 véhicules l'an dernier. Un record, porté par des progressions de 13,6% à 451.000 dans la zone Amériques, et d'un quart au Brésil (241.600 exemplaires). Renault établit un nouveau record également en Russie (+22,7% à 189.850), où il est la troisième marque localement, derrière le leader incontesté Lada (Avtovaz), constructeur qu'il contrôle d'ailleurs (à hauteur de 25% à ce jour)... La Russie devient le troisième marché de la firme de Boulogne-Billancourt derrière le Brésil... et la France. Renault a aussi réalisé de belles performances l'an dernier en Algérie (+51% à 113.660 unités) ou en Inde, qui demeure toutefois encore un petit débouché pour Renault (35.000 ventes, contre... 1400 en 2011). Face à cela, l'Europe fait figure de mouton noir, avec une baisse de 18% à 1.270.688 unités Renault et Dacia. Résultat final: le constructeur au losange a affiché une chute de ses ventes totales l'an dernier de 6,3% à 2,55 millions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2013 à 17:33 :
La chine est un vecteur de croissance important pour Renault. La fermeture des usines en France dégage des capitaux pour s'y implanter. Le retour en France ne se fera que si la productivité est au rendez vous : automatisation maximum et flexibilité des sites. Il n'y a que les français râleurs pour dénigrer la marque. Ce qui la pénalise éventuellement. Prenez exemple sur les allemands qui vantent leur production, quelle que soit la daube qu'ils produisent, ça leur procure des revenus ! Transformez vous en vendeurs et pas en aigris grincheux.
Réponse de le 22/01/2013 à 18:41 :
tout à fait en France, on dénigre tout ce qui est français, et ensuite on se plaint des fermetures d'usines...
Réponse de le 22/01/2013 à 20:18 :
renault ne compte pas fermer d'usine en france
a écrit le 22/01/2013 à 16:27 :
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/01/22/97002-20130122FILWWW00510-renault-menace-de-fermer-deux-sites-en-france-syndicats.php
Réponse de le 22/01/2013 à 18:42 :
vivement qu'ils ferments des usines chez KIA, il n'y aura aucune répercussion sur l'emploi en France car ses usines se trouvent toutes dans les pays de l'est (main d'oeuvre pas cher)
Réponse de le 22/01/2013 à 20:20 :
renault a démenti cette information, c'est faux et les syndicats le savent bien, sinon pourquoi ils auraient négocié un contrat de compétitivité
a écrit le 22/01/2013 à 16:01 :
Si Renault continue sa progression à l'étranger en 2013 il n'y aura plus de chute globale des ventes meme avec une perte de parts de marché en europe où tous les constructeurs souffrent en terme de marges et rentabilité .
A terme la politique de Renault peut s'avérer gagnante !!!
Réponse de le 22/01/2013 à 16:44 :
Enfin un commentaire sensé!
Réponse de le 22/01/2013 à 17:35 :
Il faut faire le distinguo entre le groupe Renault (Renault+Dacia) et la marque Renault. Sur les 10 dernières années, les ventes du groupe sont restées quasiment constantes (2,6 M) avec une décroissance de Renault au profit de Dacia ( plus de 900 000 voitures en 2012). Tout dépend de ce que l'on appelle stratégie gagnante: constructeur low cost ou généraliste ?
Réponse de le 22/01/2013 à 18:44 :
sauf que VW envisage également de faire du low-cost, sortie de la première voiture prévue en 2015.
Réponse de le 22/01/2013 à 20:22 :
la décroissance de renault n'est pas du à dacia, les acheteurs de dacia sont d'anciens acheteurs d'occasion, seul un pourcentage très très faible de renaultiste sont partis chez dacia.
c'est pas moi qui le dit mais les enquêtes clients
a écrit le 22/01/2013 à 13:15 :
Pour parler automobile il vaut envoyer un ministre japonais au nom de Nissan Renault. Les français n' ont plus aucune crédibilité dans ce secteur
Réponse de le 22/01/2013 à 14:59 :
A la vue des relations sino-japonaises actuelles, je doute fort que votre suggestion soit suivie d'effet
Réponse de le 22/01/2013 à 16:46 :
Je plussoie : JPG ne semble pas au fait de la crise sino-japonaise récente, même si ça se calme un peu ces temps-ci. Et je ne suis pas sûr que les hommes politiques japonais valent mieux que les français : c'est plutôt pire et surtout assez corrompu de partout.
Réponse de le 22/01/2013 à 20:35 :
L'économie a des raisons que la politique ignore

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :