Immobilier : déjà leader, le transactionnaire iad veut doubler ses parts de marché

Iad, le réseau qui ne compte pas d'agences physiques, réalise 5% des parts de marché de la transaction en France. Après avoir levé 300 millions d'euros en 2021, le groupe vise désormais le marché américain.
César Armand

4 mn

Clément Delpirou, directeur général d'iad.
Clément Delpirou, directeur général d'iad. (Crédits : DR)

C'est un réseau immobilier qui n'a jamais eu d'agences physiques en centre-ville. Un groupe présent dans six pays - France, Portugal, Espagne, Italie, Mexique et Allemagne - et qui a augmenté son chiffre d'affaires de 40% en un an. Un maillage territorial de 15.000 conseillers en Europe et en Amérique centrale qui assure avoir mieux résisté à la crise économique et sanitaire que la concurrence grâce à son modèle et à son mode de fonctionnement 100% numérique.

Une organisation « adaptée aux valeurs montantes de la société »

Chez iad, pas de frais fixes liés à un loyer ou à du matériel, mais l'abonnement à une plateforme de services logiciels, juridiques et rédactionnels, comme l'acte authentique. Ici, les entrepreneurs arrivent après soit une candidature spontanée soit une cooptation et doivent commencer par suivre des formations animées par d'autres membres du réseau. Dès qu'ils dépassent un seuil minimal de chiffre d'affaires, ces derniers peuvent même développer leur organisation commerciale et parrainer, à leur tour, de nouveaux entrants.

« Son modèle d'organisation est assez adapté aux valeurs montantes de la société: de l'indépendance et de l'autonomie. Ils ont délesté les professionnels de l'immobilier de tout ce qui n'est pas de la pure transaction afin que ceux se concentrent sur les tâches à haute valeur ajoutée », relève le consultant Vincent Pavanello, auteur d'un rapport sur les réseaux de mandataires.

Qu'il soit jeune ou vieux, le transactionnaire bénéficie de 69% du fruit de ses ventes. Sur les 31% restants, 18,8% reviennent au siège et 12,2% aux parrains : 7% pour le parrain de premier niveau, 3% pour celui de deuxième niveau, 1,5% pour celui de troisième niveau, 0,5% pour celui de quatrième niveau et 0,2% de 5ème niveau.

5% des parts de marché en France

Et ça semble marcher : après avoir levé 300 millions d'euros en février 2021, le groupe vient de réaliser, sur les douze derniers mois, 400 millions d'euros de chiffre d'affaires dont 385 millions en France. Résultat : il se hisse à la première place des vendeurs hexagonaux avec 5% des parts de marché, contre 3,6% en juin 2020.

« Avec 50.000 ventes, iad fait déjà bien plus de ventes que Century 21 ou Orpi, les deux anciens leaders du marché. En volume, il est le premier acteur français alors qu'il a encore une faible notoriété. Il a donc une vraie marge de progression qui peut rendre ses dirigeants optimistes », note Vincent Pavanello.

Arrivé il y a un an, son directeur général Clément Delpirou compte justement investir dans la publicité et les outils numériques. « Il incarne une vraie alternative, même si le modèle peut encore être perfectionné notamment grâce au digital », confirme le consultant. Cela tombe bien, le patron se déclare « complètement agnostique » sur les nouvelles technologies, prêt à devenir client ou acquéreur de jeunes pousses de l'écosystème proptech.

Lire aussi 5 mnEn un semestre, les jeunes pousses de l'immobilier atteignent 80% des levées de fonds de 2020


Le rêve américain d'iad

En attendant, il s'apprête à lancer une « appli terrain » qui permettra à son réseau d'éviter les multiples saisies d'informations personnelles et de produire une estimation en direct notamment en comparant à des biens comparables. Le transactionnaire veut également se différencier sur les petites annonces en prêtant une plus forte attention à la rédaction des annonces, à la publication des photos et à la vie économique du quartier voire de la commune concernée.

Son ambition ? Doubler à horizon 2025 ses parts de marché avec 10% voire 11% des ventes en France, fort de ses résultats au Portugal où il vient de dépasser les 10 millions d'euros de chiffre d'affaires. Ou encore se déployer dans de nouveaux pays comme les Etats-Unis qui « coche toutes les cases en matière de marketing, de réseau et d'attractivité » pour iad.

Lire aussi 2 mnImmobilier : IAD se rêve en troisième voie entre les agents et les mandataires

César Armand

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 08/07/2021 à 9:29
Signaler
Heu il a pas l'air bien le gars là quand même non ? ^^

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.