Immobilier : le groupe Duval à la conquête de l'Afrique et du numérique

 |   |  519  mots
Éric et Pauline Duval sont père et fille à la ville.
Éric et Pauline Duval sont père et fille à la ville. (Crédits : DR)
À quelques jours du Mipim Proptech, Éric et Pauline Duval, président et directrice générale du groupe éponyme, dévoilent leur stratégie numérique, ainsi que leurs ambitions en Afrique.

À la veille du Marché international des professionnels de l'immobilier et de la tech (Mipim Proptech) qui se tiendra mercredi 20 et jeudi 21 juin porte Maillot à Paris, la directrice générale du groupe Duval, Pauline Duval, regarde avec gourmandise cet écosystème. Déjà auteure d'un livre blanc en 2017 préfacé par Robin Rivaton, directeur général et co-fondateur de Real Estech Europe, elle en prépare un deuxième pour fin juin « pour montrer que ça se structure ».

« Ce secteur immobilier qu'on dit immobile commence à bouger. De nouvelles sociétés se créent et disruptent tous les métiers, explique la jeune femme de 30 ans. On accompagne déjà Lydia qui fait du paiement mobile, car à défaut de portefeuille, on a toujours son téléphone portable dans la poche. »

Au moins quinze prises de participations dans les jeunes pousses

Forte d'une dizaine d'antennes en région, l'entreprise familiale a impliqué, dès l'an dernier, ses collaborateurs dans cette révolution numérique.

« Ils sont les premiers à venir nous présenter des sociétés, assure Pauline Duval, car ils sont très demandeurs qu'on garde notre côté agile ».

Bien qu'elle ait au moins quinze prises de participations dans des jeunes pousses à son actif, la DG du groupe se refuse à citer les montants investis : « Au-delà du cash, c'est de l'investissement humain. Toutes les sociétés qu'on accompagne à long-terme, ça nous permet de nous ouvrir l'esprit et d'améliorer nos process ».

Des filiales dans tous les sens

Pour sa part, son père, Éric Duval, président-fondateur de la société en décembre 1994, dit avoir toujours fait de l'immobilier : logements et partenariats publics-privés d'un côté, assistant à la maîtrise d'ouvrage de l'autre, sans parler de la gestion d'actifs pour le compte de tiers. Cette filiale Yxine gère, par exemple, le foncier de SNCF Immobilier.
Sans oublier Odalys, un parc de 400 résidences touristiques et étudiantes de 132.000 lits, dont il espère, dans les prochaines années, ouvrir une résidence par mois avec 500 lits en moyenne. Éric Duval est également très fier d'être le numéro 1 de la gestion des golfs avec Ugolf. « Avant, on me disait que je me dispersais, puis que je me diversifiais, et maintenant que j'innove », sourit l'intéressé.

20.000 logements au Bénin et de nouveaux segments de marchés

Par ailleurs, déjà implanté au Cameroun, au Togo, au Sénégal et en Côte d'Ivoire dans l'immobilier d'entreprise et commercial, Éric Duval entend renforcer sa présence au Bénin. « Nous avons développé un partenariat pour développer un programme de 20.000 logements, raconte-t-il, et construire la cité ministérielle, la cité administrative, le siège de la police centrale et 51 commissariats régionaux ».
En revanche, sur la loi Évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (ÉLAN), adoptée le mardi 12 juin dernier en première lecture à l'Assemblée nationale, le président du groupe immobilier est beaucoup moins disert : « On aurait besoin d'une loi qui simplifie tout le système, mais globalement, ça va dans le bon sens ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2018 à 16:17 :
L’Afrique du Sud est l’endroit le moins pollué du monde : forcément les prix de l’immobilier vont flamber dans ce secteur.
il est évident que l’Afrique est l’Eldorado des Européens au niveau financier.
a écrit le 18/06/2018 à 15:15 :
Bon courage à eux et on ne peut que déplorer que la France, noyée sous la médiocrité européenne, aie perdu tout ce terrain dans un continent pourtant sur lequel on était si bien.

Mais au lieu d'accompagner la démocratie dans les pays où on a sévit on a préféré accompagner les dictateurs, c'est plus sympa pour les dirigeants, plus faciles à corrompre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :