L'ascensoriste WeMaintain lève 7 millions d'euros pour recruter et accélérer

 |   |  546  mots
Comptant aujourd'hui 21-22 salariés, WeMaintain veut en recruter le double d'ici à la mi-2020.
Comptant aujourd'hui 21-22 salariés, WeMaintain veut en recruter le double d'ici à la mi-2020. (Crédits : DR)
La jeune pousse WeMaintain, qui met en relation directe les gestionnaires de parcs immobiliers et les ascensoristes, veut doubler son effectif pour se renforcer en Île-de-France et s'internationaliser.

Après une première levée de fonds de 1,8 millions d'euros en février 2018 qui les a lancés, les startuppeurs de WeMaintain viennent d'obtenir 7 millions d'euros auprès d'Idinvest Partners, de Raise Ventures, et de leurs "actionnaires historiques" Michael Benabou et Spice Capital. Dans un marché où quatre multinationales (Koné, Otis, Schindler et Thyssen) se partagent un gâteau mondial de 35 milliards d'euros, la jeune pousse met en relation directe les gestionnaires immobilier et les ascensoristes, plutôt que de laisser un commercial, un contremaître et un chef d'équipe entre les deux.

Concrètement, WeMaintain propose aux syndics et autres acteurs de créer un compte en deux clics : ils rentrent l'adresse du ou de leurs biens et enregistrent le nombre d'ascenseurs. Un technicien, formé en interne aux techniques commerciales, vient faire une pré-visite gratuite, propose un montant de contrat, via un algorithme, et suggère des travaux. Le client, AG2R-La Mondiale, Axa Investment Managers Real Assets, Foncia ou Groupama Immobilier par exemple, n'a plus qu'à signer électroniquement s'il le souhaite.

Par exemple, Allianz Real Estate, qui gère 180 immeubles d'un montant total de 7 milliards d'euros, a recours à ce service pour ses locataires résidentiels et tertiaires. "En faisant les choses bien comme de la maintenance préventive, ce mainteneur évite des coûts pour tout le monde", souligne son directeur général Sébastien Chemouny auprès de La Tribune. "Nous avons confiance en eux et cette levée de fonds vient pérenniser ce business model."

Assurés par Axa, les opérateurs travaillent, eux, en EURL, ont minimum dix ans d'expérience et doivent être passés par deux entreprises avant de rejoindre le vivier de l'ascensoriste. Après avoir choisi leur zone géographique, ils prennent des photos sur place, rédigent leur compte-rendu et planifient leur prochain rendez-vous, en général six semaines plus tard.

Un parc de 225.000 ascenseurs en Île-de-France

Si les professionnels sont payés directement, comment la startup vit-elle ? « Nous nous rémunérons via une commission sur chaque contrat de maintenance, répond la cofondatrice Jade Francine. Ça permet de doubler le salaire du technicien pour un nombre d'ascenseurs raisonnable à maintenir. S'il perd un client en revanche, c'est sur son chiffre d'affaires. »

Avec ces 7 millions d'euros, la jeune pousse, qui refuse toujours de communiquer sur l'étendue de son parc, entend accélérer en Île-de-France, dont le parc d'ascenseurs est estimé à 225.000 ascenseurs, et se développer à l'étranger. "Nous avons beaucoup de demandes", explique Jade Francine. "Nous devons donc étoffer nos équipes pour y répondre de même que des clients possédant des bâtiments à l'international veulent que nous continuions ensemble."

Organisée en trois pôles - technologique, commercial et opérationnel - et comptant aujourd'hui 21-22 salariés, WeMaintain veut en recruter le double d'ici à la mi-2020. Même si les geeks représentent déjà la moitié de l'équipe, d'autres embauches auront lieu dans ce domaine. Idem dans le métier de support client. La startup compte également se doter d'un directeur financier et de responsables marketing et communication. "C'est moi qui ai écrit le communiqué sur la levée de fonds avant de l'envoyer aux journalistes", déclare ainsi la cofondatrice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2019 à 13:14 :
c 'est quand même étonnant..... les ascensoristes ne font donc pas leur boulot alors que leurs clients sont presque captifs......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :