Electricité : Total met la main sur Direct Energie et ses 2,6 millions de clients

 |   |  775  mots
Total prend 74% du fournisseur d'électricité alternatif Direct Energie
Total prend 74% du fournisseur d'électricité alternatif Direct Energie (Crédits : Afolabi Sotunde)
En acquérant 74,33% du capital du premier fournisseur alternatif français pour 1,4 milliard d’euros, le pétrolier français consolide nettement sa position sur le marché de l’électricité en France et en Belgique. L'action Direct Energie bondissait de 30% en Bourse après l'annonce.

Total annonce ce 18 avril dans un communiqué avoir signé un accord avec les principaux actionnaires de Direct Energie (dont le fonds Impala de Jacques Veyrat qui détient un tiers du capital) portant sur un projet d'acquisition de 74,33% de son capital, sur la base d'un prix de 42 euros par action, coupon de 0,35 euro détaché, soit un prix global d'acquisition d'environ 1,4 milliard d'euros.

Ce prix représente une prime de 30 % par rapport au dernier cours coté de l'entreprise fondée en 2003 par Xavier Caïtucoli et Fabien Choné à la veille de l'annonce et valorise l'entreprise 12,5 fois son excédent brut d'exploitation prévisionnel de 2018. Mercredi, après l'annonce, la Bourse saluée l'opération avec un cours de l'action de Direct Energie, qui s'appréciait de plus de 30%.

6 millions de clients français en 2022

« Par cette opération, Total poursuit activement son développement dans la génération et la distribution d'électricité et de gaz en France et en Belgique, a déclaré Patrick Pouyanné, président-directeur général de Total. Ce projet s'inscrit dans la stratégie du Groupe d'intégration sur l'ensemble de la chaîne de valeur du gaz - électricité et de développement des énergies bas carbone, en ligne avec notre ambition de devenir la major de l'énergie responsable ».

Total était entré sur le marché de l'électricité pour les particuliers en avril 2016 avec l'achat du belge Lampiris, soit près de 10 ans après l'ouverture à la concurrence d'un marché qui reste nettement dominé par l'opérateur historique EDF (encore 83% de part de marché malgré le départ de quelque 100.000 clients par mois), suivi par le premier alternatif en électricité, Engie. Au lancement de son offre Total Spring en octobre 2017, Patrick Pouyanné avait annoncé un objectif de 3 millions de clients, sans toutefois préciser à quelle échéance. Grâce au rachat de Direct Energie, il ajoute 2,6 millions de clients à son portefeuille qui en compte déjà 1,5 million (dont 500.000 en France), ce qui lui permet d'annoncer un cap de plus de 6 millions de clients en France et plus de 1 million de clients en Belgique à horizon 2022.

Il creuse ainsi l'écart sur un marché français devenu très concurrentiel ces derniers mois, notamment avec les nouveaux venus tels qu'Eni et se rapproche d'Engie, qui revendique le rang de premier fournisseur alternatif en électricité.

Avec la moitié des consommateurs qui ne savent toujours pas que l'on peut changer de fournisseur et la menace qui pèse sur les tarifs réglementés, les cartes risquent d'être plus rebattues encore dans les prochaines années.

Total annonce 300 millions d'euros de synergies notamment des économies réalisées dans l'informatique et le marketing. L'offre sera commercialisée sous une seule et même marque, mais il n'a pas encore été déterminé laquelle de Total Spring (lancée en octobre 2017) ou de Direct Energie survivra à ce rachat.

10 GW de gaz et de renouvelables d'ici 5 ans

Total acquiert aussi les capacités de production d'électricité de Direct Energie, qui s'élèvent à 1,35 gigawatt (GW) dont 800 mégawatts (MW) de centrales à gaz et 550 MW d'électricité renouvelable (grâce au rachat de Quadran par Direct Energie en juin dernier), qui viennent s'ajouter aux 900 MW de Total. Direct Energie possède en outre une centrale à gaz de 400 MW en construction et un pipeline de 2 GW de projets d'électricité renouvelable en France.

Grâce à Total Eren (dont Total a racheté 23% à ses fondateurs Pâris Moratouglou et David Corchia en septembre 2017) bien implantée dans les pays émergents, à sa filiale SunPower, fabriquant de panneaux solaire devenu également développeur de projets aux Etats-Unis, Total vise une capacité globale d'au moins 10 GW d'ici 5 ans soit sous forme de centrales à gaz, soit sous forme de capacités d'électricité renouvelable.

Le conseil d'administration de Direct Energie réuni le 17 avril a approuvé à l'unanimité cette opération et a d'ores et déjà fait part de son intention de recommander aux actionnaires, sous réserve d'une confirmation du caractère équitable de l'offre publique par l'expert indépendant, d'apporter leurs titres à l'offre qui sera déposée.

« Nous accueillons cette opération avec fierté et enthousiasme et nous sommes convaincus que ce rapprochement avec le groupe Total se fera au bénéfice de nos clients », a déclaré Xavier Caïtucoli, Président-directeur général de Direct Energie.

L'opération reste soumise au processus légal d'information et de consultation des instances représentatives du personnel concernées, à l'approbation préalable de la commission européenne au titre du contrôle des concentrations et à l'examen de l'Autorité des marchés financiers française.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2018 à 12:17 :
c'est quoi cette concurrence débile? Que produit Total, Direct energie et les autres? rien, la quasi totalité de la production d'électricité en France est le fait d'EDF (Enedis and co ). Qui transporte cette électricité jusqu'à votre compteur (Linky ou autre )? : Enedis. Idem pour le gaz. Celui qui pense faire des économies d'un côté, le paie de l'autre. tout est un jeu de dupe.
a écrit le 18/04/2018 à 19:58 :
On va avoir un concurrent sérieux face ã EDF, on peut changer de fournisseur la signature TOTAL est un gage de lieux par rapport à EDF je commençais à ne plus pouvoir supporter de payer 1% sur ma facture pour financer le CE d’EDF
a écrit le 18/04/2018 à 15:23 :
TOTAL SPRING m'a approché pour que j'aille chez eux en me garantissant 10% de moins qu'EDF . J'ai donc discuté et découvert :
1. Que les 10 % ne s'appliquent que sur la conso hors taxe , qui ne fait que les 2/3 de ma facture .
2. C'est 10 % la 1ère année et 5 la seconde et ensuite : aucun engagement contractuel .
Conclusion : 5% sur la conso me fait 100 euros ANNUELS d' écart sur une facture totale de 3000 euros soit de fait 3.4 % .
Perso je ne change pas de fournisseur pour si peu .
A vous de voir
Réponse de le 19/04/2018 à 8:22 :
Total Spring, pas plus que les autres opérateurs, n'est responsable de l'avalanche de taxes que subit le gaz.
Par contre Lampiris, anciennement fournisseur le moins cher du marché a perdu cette pole position depuis sa reprise par Total Spring.
Réponse de le 19/04/2018 à 17:27 :
Je ne parle pas de gaz mais d' électricité .
a écrit le 18/04/2018 à 14:54 :
Très chèr pour une entreprise aussi jeune. 12,5 fois le bénéfice de la société, en général on achète à 7-8 fois le bénéfice. C'est un achat prédateur plus qu'un achat stratégique. Les actionnaires de Direct Energie doivent se frotter les mains pour faire une culbutte aussi rapide.
a écrit le 18/04/2018 à 14:17 :
"Avec la moitié des consommateurs qui ne savent toujours pas que l'on peut changer de fournisseur"

C'est quoi cette phrase ,cela sort d'ou d'un sondage ,d'un chapeau ?
Les consommateurs le savent qu'on peut changer de fournisseur depuis tout ce temps mais veulent peut-être rester tout simplement à l'opérateur historique d'ou les 83% à EDF.
Réponse de le 18/04/2018 à 14:43 :
Non, d’après les sondages, de nombreux français ne savent encore pas qu’on peut changer de fournisseur d’électricité.

Ça peut paraître surprenant pour un lecteur de la presse économique, mais ça ne l’est pas trop pour des français qui ne s’intéressent pas excessivement à ces sujets.
Réponse de le 18/04/2018 à 15:04 :
En règle générale, les consommateurs ne savent pas grand chose. Quand on voit que la première alternative à EDF est Engie qui utilise des revendeurs peu scrupuleux qui font signer des contrats prétendument moins chers à des clients qui ne sont pas capables de comparer les prix et qui font confiance à ex-GDF parce que c'est une entreprise historique.
Réponse de le 18/04/2018 à 16:50 :
"mais ça ne l’est pas trop pour des français qui ne s’intéressent pas excessivement à ces sujets".

Pourtant, les partis qui prônent le libéralisme et la concurrence font recette dans ce pays en terme de voix,il suffit de lire les articles sur la SNCF .Ces personnes auraient du se ruer sur des opérateurs alternatifs comme Poweo à l'époque dirigé par Charles beigbeder qui était à l'UMP en plus , comme quoi.Ou alors c'est pour continuer de critiquer le CE d'EDF dans les commentaires. Cela reste un mystère.
a écrit le 18/04/2018 à 14:07 :
Les monopoles privés après les monopoles d'état, ce ne sera pas mieux pour le consommateur.
a écrit le 18/04/2018 à 11:05 :
Pas la peine que je regarde les tarifs Total alors, étant déjà chez DirectEn***.
Si Total rachète Lampiris, DirectEnergie, à quand le rachat d'EDF ? :-)
a écrit le 18/04/2018 à 10:46 :
Encore une petite structure dans laquelle de nombreux clients croyaient, encore un rachat par un gros groupe...

Il serait temps d'arrêter de nous raconter des fables en ce qui concerne l'entrepreneuriat, ces gros groupes font tout, avalent tout ou/et détruisent tout générant une économie particulièrement conservatrice et mortifère.
Réponse de le 18/04/2018 à 11:27 :
J'aimerais bien avoir une petite structure et la vendre 1.4 milliards
Réponse de le 19/04/2018 à 8:40 :
Quoi vous aimeriez posséder un milliard de dollars ?

Ouhaou c'est vachement étonnant et passionnant votre truc là hein... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :