Florange : "la cacophonie" gouvernementale, selon Jean-Claude Mailly (FO)

 |   |  484  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force ouvrière, estime que ce qui s'est passé au sein du gouvernement à propos de Florange relève de "la cacophonie". Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, affirme ne pas se sentir désavoué et revendique le soutien du président François Hollande. Il a écarté samedi soir sur TF1 toute idée de démission.

Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force ouvrière, estime, dans un entretien au Journal du Dimanche, que ce qui s'est passé au sein du gouvernement à propos de Florange relève de "la cacophonie". "Un gouvernement, c'est comme un orchestre, il faut éviter que chaucun ne joue sa partition", a-t-il déclaré.  "La décision du gouvernement crée beaucoup de déception et laisse un goût amer". Interrogé sur la confiance qu'il porte à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, le secrétaire général de FO a reconnu qu'il "est monté au créneau, a prôné une solution, a parlé d'une repreneur pour 400 millions d'euros. (...) A la fin, la décision est différente. Les salariés ont eu un espoir et cet espoir est déçu. Il faut de la cohérence, sinon qui croire ?". Concernant les engagements pris par Mittal, le leader syndical s'se dit "sceptique" et méfiant. "Les salariés sont échaudés. Leurs doutes sont légitimes", a-t-il ajouté.

Arnaud Montebourg désavoué

La proposition d'Arnaud Montebourg de nationaliser Florange n'a pas été retenue par le Premier ministre. Pourtant, le ministre du Redressement productif affirme ne pas se sentir désavoué et revendique le soutien du président François Hollande. Il a écarté samedi soir sur TF1 toute idée de démission. "j'ai décidé de rester à mon poste de travail et de combat. (...) Si j'avais dû me sentir désavoué, je n'aurais pas été seul, car plus de 63% des Français soutenaient cette proposition qui est une forme d'arme pour la puissance publique pour se faire respecter". Le ministre affirme avoir été reçu samedi par François Hollande, qui l'a assuré que l'option de la nationalisation n'était pas enterrée.

Accord vendredi

Un accord avait été trouvé vendredi soir entre le gouvernement et ArcelorMittal pour la reprise du site de Florange, mettant fin à un feuilleton qui dure depuis l'arrêt de deux hauts-fourneaux à l'automne 2011. A l'issue d'âpres négociations, ArcelorMittal s?est donc engagé à préserver l'emploi du site et investisse 180 millions d'euros en cinq ans dans le site. Jean-Marc Ayrault a ainsi déclaré qu?"il n'y aura pas de plan social", préservant ainsi l?emploi des 2.700 salariés du site. Le groupe, qui souhaitait fermer la filière chaude (production d'acier brut, comprenant les hauts-fourneaux), s'est finalement engagé à "maintenir les hauts-fourneaux" en l'état dans l'attente de la réalisation d'un projet européen de captage et de stockage de CO2, baptisé Ulcos, a expliqué le Premier ministre.
 

Pas de repreneur crédible

"Le gouvernement n'a pas retenu l'hypothèse (d'une nationalisation..) au vu des engagements qu'il a obtenus d'ArcelorMittal", des engagements "inconditionnels", s?était justifié le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Toutefois, une source à Matignon citée par l?AFP avait reconnu qu'"il n'y avait pas (eu) de repreneur crédible et ferme".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2012 à 17:54 :
Ce qu'on ne vous dit pas: le gouvernement au complet s'est couché devant MITTAL, à partir du moment où AYRAULT avait obtenu le maintien du site de Basse-Indre!...Mais c'est où, Basse-Indre, me direz-vous?..Près de Nantes, la ville d'AYRAULT !!!...Etonnant, non? Regardez un carte de la couleur politique des régions françaises: toutes celles qui ont voté NS au 2eme tour sont groupées à l'Est, de la Lorraine à PACA!
La région Pays de la Loire a choisi le rose, la bonne couleur PS! Alors, la Lorraine et les Lorrains, rien à cirer!...Ca vous apprendra à ne pas voter FH!
a écrit le 02/12/2012 à 22:57 :
LA TROUPE DU CIRQUE PINDER AU COMPLET , HOLLANDE , MONTEBOURG, AYRAULT . DES PROMESSES QUI NE SERONT PAS TENUES!!

FLORANGE MÊME (SCENARIO) !!!! SUITE DU FILM GANDRANGE 2 . A SUIVRE .!!!
a écrit le 02/12/2012 à 18:31 :
Espérons qu'il ne nous aura pas bousillé le contrat Rafale avec les Indiens
a écrit le 02/12/2012 à 18:29 :
Ces hommes politiques, et en particulier Montebourre, n'ont aucun amour propre. Après s'être fait flouer par ses patrons il aurait du démissionner. Conclusion : elle est bonne la soupe, même avec quelques orties
Réponse de le 03/12/2012 à 12:52 :
Sauf que la soupe se mange sur notre dos!
a écrit le 02/12/2012 à 17:11 :
mailly est bien tolerant vu qu'il a vote pour ces gens la! si ca avait ete sarkozy, on en aurait entendu d'autres !!!!!!!
a écrit le 02/12/2012 à 13:30 :
Monsieur Brico-casseur dont le parcours salarial reste le cas a étudier dans des écoles ou l'économie est reléguée à la cave, n'est pas crédible dabns ses avis commenatires ou autres. Ce monsieur fait parti de cette classe des Instituitions où en dehors de la cour de récréation de FO est créateur chômage et de déclin de notre Pays. Il faut dire que passer par la case Conseil économqiue et social, en dehors d'une place bien payée sans valeur n'est certainement un gage de compétence mais de bon copinage. Son parcours dans le monde économqiue laisse pantois en dehors du fait que le contribuable, l'assuré social ont payés son poste de permanent, des postes chouchoutés par les syndicalistes et pour cause bien payés sans aucun compte à rendre à l'employeur.
Après des études de sciences économiques et sociales, Jean-Claude Mailly entre à la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM) comme chargé d'études en 1978. Il adhère aussitôt à Force ouvrière.
Élu délégué du personnel, puis mandaté délégué syndical à la CNAM, il devient permanent du syndicat dès 1981 comme assistant du secrétaire général de FO.
De 1994 à 1999, Jean-Claude Mailly est membre du Conseil économique et social.
On voit que ce parcours ne permet pas à ce personnage, D'UN AUTRE TEMPS,de parler du monde de l'Entreprise et encore moins à donner des leçons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :