Air France-KLM : un nouveau directeur financier en provenance de Veolia

 |   |  433  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En fin d'année, Philippe Calavia, l'actuel directeur financier du groupe aérien fera valoir ses droits à la retraite et sera remplacé par l'actuel directeur financier de Veolia Environnement, Pierre-François Riolacci.

Nouveau directeur financier pour Air France-KLM. A la fin de l'année, Philippe Calavia, 65 ans en octobre, actuel directeur général adjoint d'Air France-KLM en charge des finances, fera valoir comme prévu ses droits à la retraite. Il sera remplacé par Pierre-François Riolacci, 47 ans, actuel directeur financier de Veolia Environnement, le numéro un mondial de l'eau et des déchets. Ce dernier "quittera ses fonctions" à la fin de l'année pour rejoindre Air France-KLM, ont indiqué vendredi les deux entreprises dans des communiqués séparés, confirmant une information de RTL.

Réduction de la dette

Présent depuis 13 ans au sein de Veolia, Pierre-François Riolacci était devenu directeur financier du groupe en 2009, lors du départ de l'ex- PDG Henri Proglio chez EDF. Depuis deux ans, Veolia mène une importante restructuration centrée sur le désendettement et la réduction des coûts de l'entreprise, des objectifs jugés sur les rails par la direction. D'importantes transactions restent néanmoins à finaliser, notamment le désengagement de Transdev, la coentreprise de transport collectif de Veolia et de la Caisse des Dépôts.

Augmentation de capital évitée pour Air France-KLM

Pierre-François Riolacci arrive dans un groupe également en restructuration centré lui aussi sur un fort désendettement (l'objectif est de faire passer la dette de 6,5 à 4,5 milliards d'euros entre 2012 et 2015 grâce à la génération de cash flow de 2 milliards après investissements) . Il va remplacer une figure emblématique d'Air France-KLM. « Je tiens à souligner la contribution éminente de Philippe Calavia à la modernisation financière d'Air France puis à la construction d'un des plus grands groupes aériens mondiaux après la fusion avec KLM. Qu'il soit remercié pour son engagement personnel et pour les efforts déployés dans la période critique récente pour consolider la situation financière du groupe et engager son désendettement », a déclaré Alexandre de Juniac, PDG d'Air France-KLM. Arrivé en 1998, il a, en effet, fait entrer Air France dans l'ère moderne sur le plan financier en préparant la cotation de la compagnie en février 1999, puis a joué un rôle majeur dans le rapprochement avec KLM en 2004 en faisant partie du quatuor avec Jean-Cyril Spinetta (PDG à l'époque), Pierre-Henri Gourgeon (DG) et Bruno Matheu (DGA) qui, côté français, a ficelé le rachat de la compagnie batave. Depuis 2008, et les années difficiles, Philippe Calavia a su maintenir la confiance des banques et lancer deux obligations convertibles en 2009 et 2013 pour financer le groupe et éviter une augmentation de capital en catastrophe.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2013 à 18:22 :
Ah bon, ça embauche à Air France ?!? Moi je croyais qu'ils supprimaient des postes par milliers ? ça fait 2 embauches après celle du secrétaire général il y a quelques semaines...
Réponse de le 07/09/2013 à 21:07 :
2 embauches à plus de 100.000 euros par an sans doute ! Et pendant ce temps là, récession totale pour les salariés Air France, et à nouveau des suppressions de postes dans quelques semaines. De qui se moque-t-on ?
Réponse de le 07/09/2013 à 22:11 :
100 000 euros par an? ca fait du 8000 sur 13 mois à la louche c'est beaucoup, plus sans doute pour ce type de poste-)
a écrit le 07/09/2013 à 17:58 :
lorsque l'on voit le parcours boursier de Véolia il y a de quoi être très inquiet pour Air France !
a écrit le 07/09/2013 à 11:55 :
Et on recommence le jeu des chaises musiacles. Le type ne connaît rien au secteur sde l'aviation, mais c'est un copain du copain :-)
Réponse de le 07/09/2013 à 13:49 :
Malheureusement on ne demande plus depuis longtemps aux grands patrons de connaitre le secteur d'activité dans lesquels ils travaillent mais de savoir comment faire pour que les actionnaires se gavent de dividendes. Et si au passage il faut licencier, pas de problème les patrons sont formés pour ça.
Réponse de le 07/09/2013 à 19:18 :
Chich: c'est tout à fait ce que je pense, mais cette société de petits comptables n'est pas viable. 1+1 ne fait pas toujours 2 dans la vie. Par exemple, un homme et une femme peuvent avoir entre 0 et plus de 10 enfants. Et en tuant l'homme, nos petits comptables sont dans la politique du 0 enfant, c'est à dire le suicide colelctif.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :