Paris : les voies sur berges rendues aux voitures, dit le tribunal administratif

Le tribunal administratif a jugé que l'étude d'impact justifiant cette décision de la ville de Paris dirigée par Anne Hidalgo comportait beaucoup de faiblesses. Cette décision pourrait provoquer un regain de polémiques sur un sujet devenu un véritable marqueur de clivage politique en Ile-de-France.

2 mn

Les voies sur berges doivent être rouvertes à la circulation automobile selon le tribunal administratif.
Les voies sur berges doivent être rouvertes à la circulation automobile selon le tribunal administratif. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)

Le tribunal administratif de Paris a annulé mercredi la fermeture à la circulation des voies sur berges sur la rive droite de la Seine, dont la piétonisation a alimenté depuis 2016 la colère des automobilistes et de l'opposition municipale.

La justice a estimé que l'étude d'impact préalable à cette décision comportait "des inexactitudes, des omissions et des insuffisances concernant les effets du projet sur la circulation automobile, les émissions de polluants atmosphériques et les nuisances sonores", peut-on lire dans un communiqué.

Un sujet très polémique

En conséquence, la juridiction administrative a annulé à la fois une délibération du 26 septembre 2016 du Conseil de Paris, qui avait alors déclaré l'intérêt général de l'opération d'aménagement des berges de la rive droite, et l'arrêté du 18 octobre 2016 créant une promenade publique.

La décision de fermer les voies sur berges avait suscité une série de critiques chez les automobilistes et l'opposition municipale parisienne. Au gouvernement, certaines voix, comme celle du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, s'étaient également faites entendre pour critiquer l'absence de concertation notamment lorsqu'il avait été décidé de multiplier les restrictions de circulation notamment sur la rue de Rivoli ou sur la voie rapide Georges-Pompidou. Ces axes accueillent désormais des pistes cyclables qui ont réduit à une seule voie la circulation automobile.

Des études d'impact contradictoires

La région Ile-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a mené une bataille de communication contre la Ville de Paris, dirigée par Anne Hidalgo, sur ce thème. Les passes d'armes entre les deux camps se sont intensifiées sur fond d'études d'impact environnementales contradictoires.

Selon une étude Airparif publiée en octobre dernier, la fermeture des voies sur berges n'aurait pas eu "d'impact significatif à la hausse ou à la baisse". L'organisme indépendant de surveillance de la qualité de l'air a néanmoins relevé une baisse de 25% de la pollution atmosphérique sur les quais bas, tout en constatant une hausse de 15% sur les axes de report de circulation et dans certains quartiers de l'est parisien.

(Avec agences)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 22/02/2018 à 17:02
Signaler
enfin une bonne nouvelle avec les voie sur berge ce n'etait pas drole mais avec les fermetures cela est encore pire et bonjour la pollution supplementaire enfin un jugement raisonnable contre une maire qui veut bien beaucoup de "touristes" mais pas d...

à écrit le 22/02/2018 à 15:21
Signaler
Très bonne décision de la justice comme ça il y aura moins de bouchons ,la circulation sera plus fluide .

à écrit le 22/02/2018 à 9:29
Signaler
Les Parisiens sont les premiers impactés par la pollution. On pourrait tergiverser longtemps sur l’intérêt de traverser Paris en voiture, de saturer la métropole avec des véhicules individuels pouvant transporter 5 personnes au 4/5 vide, sur la coule...

le 22/02/2018 à 10:47
Signaler
Hé oui ! L'argent, il faut aller le chercher là où ils se trouve. Par ailleurs ils faut faire payer les pollueurs au niveau des dégats qu'ils commettent sur l'environnement. Les dégats des réseaux routiers ne sont pas taxés comme le sont les réseaux ...

le 22/02/2018 à 13:09
Signaler
Il faut surtout taxer les pollueurs, à noter que les taxes sur les véhicules et sur les carburants sont déjà élevées et que cela devrait continuer à progresser. Par contre on ne sait pas trop si cela sert à améliorer les transports en commun ou à fin...

à écrit le 22/02/2018 à 6:11
Signaler
Sans commenter le bien fondé de la fermeture des voies sur berges, la décision du Tribunal rappelle que l'on ne saurait prétexter l'existence de l'intérêt général sans l'asseoir solidement sur des données. Et effectivement, dans nombre de dossiers, l...

le 22/02/2018 à 12:57
Signaler
Exact. Maintenant il serait temps d'entreprendre la même démarche contre une décision prise exactement de la même façon par notre 1ier ministre : la baisse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires !

à écrit le 21/02/2018 à 19:45
Signaler
Choix surprenant qui amenait plus de pollution, de stress et de temps perdu pour les parisiens et voisins. Ce pourrait être un bon choix à condition de préparer l'affaire sur le long terme et d'adapter les infrastructures et la mobilité dans Paris. ...

le 21/02/2018 à 21:42
Signaler
Je suis tout à fait d'accord avec vous... et on se demande comment on a pu la laisser faire sans pouvoir (ou savoir) réagir... c'est absolument aberrant et inconcevable dans un monde que l'on dit (encore) civilisé... et des fois j'en doute... le pire...

le 22/02/2018 à 10:43
Signaler
Comment on l'a laisser faire ? mais les Parisiens l'ont fait élire pou ça ... Et ils sont contents . Et au vue des efforts de la droite pour favoriser l'automible au centre de Paris, elle va être réélue ...

à écrit le 21/02/2018 à 19:39
Signaler
La Reine Hidalgo désavouée !!!! en 2020 elle risque d'être autrement désavoué .

à écrit le 21/02/2018 à 19:04
Signaler
C'est Génial :) Nous voyons ici, toute l’incompétence des autorités à trouver un solution digne de ce nom pour combattre la pollution, et le réchauffement planétaire. c'est Fa-bu-leuuuuuu! Je trouve que cette mesure de fermeture des voie est l'im...

le 22/02/2018 à 9:15
Signaler
Tout le monde savait que la décision d'Hidalgo n'allait que déplacer la pollution. Alors que tous les chiffres montrent que la meilleure façon de lutter contre la pollution est de favoriser le renouvellement du parc automobile par des véhicules respe...

à écrit le 21/02/2018 à 18:36
Signaler
Il est certainement légitime de vouloir lutter contre la circulation automobile à Paris. Mais sans accompagner cette démarche par une offre de qualité en matière de transports publics, elle est vouée à l'échec. Et quoiqu'en dise les responsables muni...

le 22/02/2018 à 9:24
Signaler
L'offre de transport en commun à Paris est déjà considérable (je ne pense pas qu'il y ait une seule ville au monde avec autant de lignes de métro intramuros), et difficile à accroître sans des investissements pharaoniques comme on le voit avec le Gr...

à écrit le 21/02/2018 à 18:15
Signaler
Des juges ont dû être affectés directement par la decision de la Maire de Paris....faiblesse de l'étude...mon oeil, mais nous n'allons pas les blâmer....la Maire de Paris avait déplacé un problème et non pas résolu un problème ....😁

à écrit le 21/02/2018 à 18:00
Signaler
Ne pourrait on pas carrément boucler paris ! Nous les provinciaux ça nous sortirais et nous protégerais de la boboattitudisation ;0)) de la france profonde !

le 22/02/2018 à 10:40
Signaler
J'esère que vous n'y venez jamais ! Inutile de boucler .

à écrit le 21/02/2018 à 17:55
Signaler
Qu'il est doux de ne plus vivre à PARIS , cette ville musée-sarcophage .

le 22/02/2018 à 9:27
Signaler
Une ville-musée infestée de rats... Ca l'affiche mal.

le 22/02/2018 à 10:38
Signaler
J'y vis et c'est super ! Les rats, c'est de l'intox. Mais si ce genre d'intox fonctionne auprès de l'électeur de droite moyen (très moyen !), ca ne pose aucun problème... surtout si ca le fait fuir !

le 22/02/2018 à 22:30
Signaler
@labo : l'entre-soi bobo.

à écrit le 21/02/2018 à 17:49
Signaler
La stratégie de la mairie de Paris en particulier de Mme Hidalgo, à savoir : on cogne d' abord on s' explique ensuite, ne donne manifestement pas les meilleurs résultats. Moins de dogmatisme et plus de réalisme ne seraient pas inutiles pour une vie ...

le 21/02/2018 à 18:41
Signaler
Bonsoir, à cette liste s'ajoutent (entre autres,) les "espaces végétalisés", mini-décharges et/ou espaces pour les besoins des chiens. De plus entourés de clôtures inadaptées pour une ville et rapidement vandalisées. Lorsque l'on interroge la mairie ...

le 22/02/2018 à 10:35
Signaler
Le bon résultat c'est que depuis un an, les voies sur berges sont piétonnes et nombre de parisiens, de touristes et même de banlieusards viennent s'y promener. Il y a toujours beaucoup de promeneurs (plus que d'automobilistes avant !)

à écrit le 21/02/2018 à 17:35
Signaler
Ce que ne dit pas l'article, c'est que cette décision ubuesque du tribunal administratif ne changera rien. Il suffit que la Mairie de Paris prenne un nouvel arrété et ca continue comme avant, heureusement ! C'est quand même incroyable le nombre de pe...

le 22/02/2018 à 22:42
Signaler
Logiquement : nouvel arrêté=>nouvelle annulation s'il se base sur les mêmes études d'impact bidonnées. Et même mieux : comme on sait maintenant que cette décision n'a fait que déplacer la pollution tout en dégradant les conditions de circulation, on ...

à écrit le 21/02/2018 à 17:32
Signaler
Madame Hidalgo, dans son sectarisme a oublié de consulter les parisiens. La voiture doit sortir de la ville ou être propre. Pour cela, il y a des procédures et un minimum de respect du droit. Son attitude est contre- productive et fait perdre du te...

à écrit le 21/02/2018 à 17:31
Signaler
On commençait à pouvoir respirer près de la Seine.... Si jamais c'est le cas, je me porte volontaire pour me joindre au premier sitting et bloquer la circulation.... De toute façon, la mairie n'est pas assez ambitieuse, comme à Bordeaux par exemp...

le 21/02/2018 à 20:01
Signaler
Bordeaux n'est comparable à la capitale. Hormis sa population bien inférieure (en nombre), ses taux d'activité industrielle, événementielle et touristique sont bien moindre qu'à Paris. Sa proximité à la mer et l'estuaire de la Gironde limitent natur...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.