Ryanair ne vendra plus de billets d'avion à 10 euros, prévient son dirigeant

Pénalisée par la flambée des prix du pétrole, qui a entraîné celle du kérosène, la compagnie aérienne à bas coûts, Ryanair, va augmenter ses tarifs, comme l'a annoncé son patron, Michael O'Leary, ce jeudi. Ce dernier a également dénoncé les conséquences du Brexit qui a fortement réduit l'accès des travailleurs européens au Royaume-Uni.
Ryanair va augmenter le prix de ses billets
Ryanair va augmenter le prix de ses billets (Crédits : ALBERT GEA)

S'envoler à (très) petit prix. Depuis une vingtaine d'années, les compagnies aériennes à bas coût comme l'Irlandaise Ryanair ou sa rivale britannique Easyjet ont bousculé le transport aérien en offrant des tarifs plus qu'attractifs et permettant ainsi un bond des voyages courts, notamment des escapades urbaines le temps d'un week-end. Selon les destinations, les saisons, les prix des billets pouvaient parfois descendre à 10 euros, voire moins. Mais ce temps est révolu a prévenu Michael O'Leary, patron de la compagnie à bas prix Ryanair. « Je pense qu'il n'y aura plus de billets à dix euros car les cours pétroliers sont bien plus élevés depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Nos promotions vraiment pas chères (...), je pense qu'on ne va pas voir ces tarifs pendant un certain nombre d'années », a-t-il affirmé, ce jeudi, sur la radio BBC Radio 4.

Le conflit qui dure depuis plus de cinq mois en Ukraine a provoqué une flambée des prix du pétrole entraînant avec lui ceux du kérosène, pesant lourdement sur les compagnies aériennes. « Pour toutes (...), ce choc est absolument majeur, considérable, inimaginable... », se désolait Pascal de Izaguirre, PDG de Corsair, en mars dernier lorsque le baril de brent connaissait des pointes au-delà des 130 dollars, proche de son plus haut niveau historique avec 147,50 dollars en juillet 2008. Depuis un an, le baril de Brent coté à Londres a connu une hausse de 36%.

Lire aussiSortir du kérosène : le défi colossal mais impératif de l'aviation

Et cela pèse plus lourdement encore pour les compagnies dites low-cost (à bas prix) par rapport aux transporteurs traditionnels. Par conséquent, selon Michael O'Leary, les tarifs moyens affichés par Ryanair devraient augmenter de quelque 10 euros, à environ 50 euros par trajet dans les 5 prochaines années. Ce qui, vu la structure tarifaire des low-cost avec de nombreux suppléments, notamment pour les bagages, pourrait faire grimper rapidement le coût total d'un voyage aller-retour à plusieurs centaines d'euros ou de livres et miner la demande. Mais le PDG reste confiant. Il veut croire que la demande de voyages aériens va se maintenir et que face aux contraintes budgétaires des consommateurs, les transporteurs low-cost tireront leur épingle du jeu.

Manque de personnel et mouvements de grève

Michael O'Leary s'est par ailleurs insurgé contre le Brexit qui a fortement réduit l'accès des travailleurs européens au Royaume-Uni, où ils occupaient des centaines de milliers d'emplois auparavant. « Le marché du travail est très tendu, particulièrement pour les emplois peu qualifiés dans l'hôtellerie-restauration, la distribution et l'agriculture, et aussi pour la sécurité et les bagagistes dans les aéroports », a-t-il souligné. « Et s'il y avait un peu d'honnêteté du gouvernement (du Premier ministre sur le départ Boris) Johnson, ils admettraient que le Brexit a été un désastre pour la libre circulation des travailleurs et que l'une des principales difficultés qu'affronte l'économie britannique actuellement, c'est le manque de travailleurs ».

Lire aussiGrâce à l'envolée du trafic aérien, Ryanair renoue avec les bénéfices

Le manque de personnel est d'ailleurs l'une des raisons ayant poussé à la grève de nombreux travailleurs de l'aérien, réclamant des hausses de salaires face à une charge de travail accrue, mais surtout face à l'inflation galopante tant aux Etats-Unis, au Royaume-Uni qu'au sein de la zone euro. Les mouvements sociaux se multiplient, en effet, depuis le début de l'été à l'instar, dernièrement, du personnel de sécurité de l'aéroport de Leeds Bradford (nord de l'Angleterre) qui a annoncé mercredi soir une grève fin août pour les salaires, qui promet de perturber les retours de vacances.

Mi-juin, Michael O'Leary avait tourné en dérision les mouvements sociaux menés par ses salariés. Il avait, ainsi, taxé des syndicats grévistes de « Mickey », en minimisant les menaces de grèves en Espagne, en Belgique et au Portugal pour protester contre la dégradation des conditions de travail des salariés. « Nous pensons qu'il y aura très peu de grèves, voire aucune, et que ces grèves ne seront remarquées par personne », avait-il lancé. « Nous assurons 2.500 vols par jour. La plupart de ces vols continueront à être assurés, même si un syndicat de 'Mickey' fait grève », avait ajouté le dirigeant.

(Avec AFP)

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 14/08/2022 à 10:05
Signaler
Pour finir de remplir un avion quand il reste quelques places, ça peut se faire, de casser les prix mais si c'est la base des tarifs, on imagine qu'ensuite tout est en supplément : le siège (on paie seulement le vol), les bagages, etc. Quid des voyag...

à écrit le 12/08/2022 à 16:00
Signaler
L'augmentation du prix des billets d'avion est une excellente nouvelle pour tout le monde ! Le modèle économique imbécile du «bas-coût/bas-prix» (low-cost) détruit le transport aérien et la planète. Les prix des billets étant inférieurs aux coûts de ...

à écrit le 12/08/2022 à 15:37
Signaler
Je ne prends plus l'avion...les états d'âme d'O'leary, pas mon problème. Je considère aussi que le transport low cost pour un tourisme de masse est une folie.

le 14/08/2022 à 12:28
Signaler
en effet, voyager a un coût cependant il ne faudrait pas non plus assommer le voyageur avec des prix ahurissants. Payer le juste prix oui, se faire tondre non. Quand un AR en TGV entre Rennes et Strasbourg coûte plus de 250,- cela me semble très che...

à écrit le 12/08/2022 à 13:49
Signaler
Des billets à 10€. Oui c’est sans valise et un petit sac à main. Les Avions c’est MIMI CRACRA minimum syndical et encore. C.est bizarre car au début les gens qui ne voulaient pas payer cher leur voyage ils partaient avec ces compagnies, aujourd’hui...

à écrit le 11/08/2022 à 23:09
Signaler
Pour la petite histoire c est pas la commission européenne qui a créé les low cost mais des pays libéraux comme la Gb, l’Irlande, les pays bas qui ont faient du lobbying à Bruxelles …. Avéc la complaisance de Barroso Des billets a10 euros c est de l...

à écrit le 11/08/2022 à 23:08
Signaler
Pour la petite histoire c est pas la commission européenne qui a créé les low cosy mais des pays libéraux comme la Gb, l’Irlande, les pays bas qui ont faie t du lobbying à Bruxelles …. Avéc la complaisance de Barroso De c billets a a10 euros c est d...

à écrit le 11/08/2022 à 22:30
Signaler
J'ai du mal à comprendre la politique de Ryanair... je voyage sur airfrance klm dans 80% des cas et pour les 20 restant c'est sur des compagnies normales avec bagage et en cas inclus. Quand afklm propose un cdg madrid en business à moins de 500€, on ...

à écrit le 11/08/2022 à 18:13
Signaler
Le modèle économique imbécile du «bas-coût/bas-prix» (low-cost) détruit le transport aérien et la planète. Les prix des billets étant inférieurs aux coûts de production, les employés sont sous-payés, maltraités ; les aéroports doivent subir les dikta...

à écrit le 11/08/2022 à 16:52
Signaler
Le prix moyen d'un billet Ryanair est déjà depuis l'origine de + de 50 € ( documents boursier )... c'est bien le langage mensonger de ce gars d'omettre une réalité... Enfin un billet Ryanair ( ou autres équivalent ) n'est jamais de 10€ quand on conna...

à écrit le 11/08/2022 à 16:33
Signaler
Je n'y connais rien dans le business du transport aérien mais deux réflexion me viennent à l'esprit . La 1er réflexion :Les avions se déplacent ,ne peuvent t'il pas faire le plein dans des pays avec moins de taxes ou directement chez des pays produ...

le 12/08/2022 à 16:05
Signaler
Rassurez vous. Le kérosène n'est pas taxé... Et les compagnies des pays sous sanctions, ainsi que celles ne présentant pas des garanties de sécurité suffisantes sont bannies dans l'U.E.

à écrit le 11/08/2022 à 13:58
Signaler
C'est même indécent, un billet d'avion à 10 €, vu les coûts divers et variés. Ca ressemble plus à une arnaque qu'autre chose

le 11/08/2022 à 15:33
Signaler
Quand les salariés sont transformés en esclave avec la complaisance de l'Union Européenne, c'est plus facile

à écrit le 11/08/2022 à 13:35
Signaler
Comme à 10 €, les billets purs étaient vendus à perte (les taxes et redevances sont toujours supérieures à 10 €)... cela ne fera que rappeler la réalité économique. On ne peut pas faire rationnellement du Dublin -> Athènes (ou autre) pour 10 € TTC...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.