Voies sur berges : Pécresse propose une rencontre à Hidalgo

 |   |  290  mots
La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse a salué jeudi la victoire du recours déposé contre la fermeture à la circulation des voies sur berges de la rive droite à Paris et invité la maire de Paris à se rattraper sur ce formidable gâchis.
La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse a salué jeudi la victoire du recours déposé contre la fermeture à la circulation des voies sur berges de la rive droite à Paris et invité la maire de Paris à se "rattraper" sur ce "formidable gâchis". (Crédits : Reuters)
La présidente LR de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, propose à la maire PS de Paris Anne Hidalgo "une rencontre, dans un esprit de co-construction" après l'annulation par la justice de la piétonnisation des voies sur berge dans le centre de la capitale, dans un entretien au Journal du dimanche.

"Ma priorité est de lutter contre la pollution et contre les embouteillages parisiens. Il faut donc reprendre la question depuis le début. Je propose à Anne Hidalgo une rencontre pour en discuter, dans un esprit de co-construction",  a déclaré l'ancienne ministre.

> Lire aussi : Paris : les voies sur berges rendues aux voitures, dit le tribunal administratif

Renouer le dialogue

Le tribunal administratif de Paris a annulé mercredi la piétonnisation des voies sur berge dans le centre de la capitale, mesure phare de la maire pour lutter contre la pollution de l'air. Anne Hidalgo a annoncé jeudi que la Ville allait faire appel de cette décision. Mme Pécresse souhaite que Mme Hidalgo "accepte la main" qu'elle "lui tend depuis un an et demi et qu'on se mette autour de la table".

Des mesures compensatoires

"J'espère que cette décision de justice va mettre fin au refus obstiné de la mairie de nous écouter. La Ville a bien sûr toute légitimité à prendre ce type de mesures, mais il ne faut pas que ce soit au détriment des Franciliens, qui ont enduré tant de galères, de stress et de souffrances", ajoute la présidente de la région.

Selon elle, "il faut qu'elle envisage les scénarios et les mesures compensatoires que nous demandons depuis un an et demi, notamment des parkings relais à un prix abordable aux portes de Paris et une offre de transports supplémentaires financée par la mairie, car les RER et le métro sont déjà saturés". "Je veux ouvrir le dialogue. La mairie de Paris a l'occasion de se rattraper, de corriger la brutalité initiale de sa méthode", ajoute Valérie Pécresse.

(Avec APP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2018 à 21:25 :
Voies sur berges ou autres, le but est d'étrangler la circulation pour décourager ceux qui peuvent éviter, lassés des embouteillages. La pollution a même globalement diminué de 30% parait-il (sans source ni dates de comparaison, auto-conviction ?) et la circulation, ai oublié le chiffre, c'est devenu fluide.(?)
Si les RER sont saturés, quelle alternative pour ne pas prendre son véhicule ? Changer de région ? Sur les voies sur berges parait qu'il y avait énormément de 75, mais moins de 50% des parisiens ont une voiture, bizarre, ça ne serait pas que les "banlieusards" ? 7% des déplacements se font en véhicule à 4 roues, mais ça semble difficile à réduire.
Réponse de le 26/02/2018 à 17:10 :
Je vous suggère de regarder régulièrement Sytadin ! http://www.sytadin.fr/ __ On y voit les embouteillages Parisiens en temps réel. très utile et très instructif ! Notamment on constate que si le quai de Bercy (sens est ouest ou la rue de Rivoli sont en permanence saturé, en revanche, on voit assez peu d'embouteillages sur les quais "rive droite". autrement dit l'intox qui annonce partout que les quais rive droite sont complétement bouchés en permanence est un fake news.
a écrit le 25/02/2018 à 19:23 :
En matière de circulation, que la présidente de la région (12 millions de franciliens) agisse en bonne intelligence avec la maire de Paris (2 millions) qui est en position centrale, c'est du simple bon sens.

C'est le contraire qui serait répréhensible et qui doit être sanctionné par les citoyens.

Je crois comprendre qu'il y a un problème spécifique avec Mme Hidalgo, et qui ne se posait pas avec ses prédécesseurs.
a écrit le 25/02/2018 à 18:59 :
ou Anne H. accepte et avale son chapeau ou Anne H refuse et avale son chapeau.
a écrit le 25/02/2018 à 16:05 :
V. Pecresse a "pour priorité de lutter contre la pollution" ! La bonne blague ! Moi je propose en effet des parkings aux portes de Paris comme elle, payés par les automobilistes, pas comme elle : ca permettra de les faire participer aux externalités négatives de leur moyen de transport, pour ceux qui ne seraient alors pas tentés d'utiliser les transports en commun. Par ailleurs je serais aussi d'accord pour un péage urbain comme dans de nombreuses grandes villes modernes qui se préoccupent un minimum de la santé de leurs habitants. Ce sont des mesures d'avenir...
a écrit le 25/02/2018 à 11:20 :
La lutte sans merci des egos.
Ces deux femmes sont bien derangees.
Une pensee aux gens obliges de vivre les consequences au quotidien de ces "elues".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :