"Écolos", les Français s'avouent pourtant peu attentifs aux emballages

 |   |  505  mots
(Crédits : DR)
Inquiets pour les questions environnementales, les Français disent peu s'intéresser, lors de l'achat de produits alimentaires, à la réduction des emballages, à leur recyclabilité et à l'incorporation de matières recyclées, relève une enquête de l'Observatoire société et consommation (l'Obsoco).

La prise de conscience de l'urgence environnementale et le regard critique des Français face à la société de consommation peinent encore à engendrer une modification significative des comportements en matière d'économie circulaire. C'est ce que montre une étude réalisée en 2019, avant la crise du coronavirus, dans cinq pays européens (Allemagne, Belgique, France, Pologne, Royaume-Uni) par L'Observatoire société et consommation (L'Obsoco) pour la société d'emballage DS Smith.

Avec les Polonais, les Français sont en effet les plus nombreux, parmi les habitants des cinq pays étudiés, à penser que "les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2020 à 23:46 :
Faut dire franchement on s'en moque pas mal, on pense que c'est au fabricant de résoudre ces problèmes et nous c'est poupoules, conteneur, sac jaune sac noir. Bien sur on préfère en bouteilles verre que plastique, du pinard dans le plastoque berk!
Au fait quand on parle boissons, pourquoi aucun liquide à la tirette?
Moi j'achète mon cidre Sarthois en vrac (il vaut largement le Breton et le Normand) sans sulfites 80 cmes le litre, il y aurait ça sec ou doux, du cabernet d'anjou, du Bourgueil rouge, ou du Pierreclos, voire de la bière trappiste ou lowenbrau, je viendrais avec mon cubi, écologie respectée. Et un moment de joie à l'hypermarché, au lieu de sinistres graines immangeables!
Vous allez me dire allez chez le caviste? il n'a que du pinard à la tirette, cidre connais-pas, et même pas de bernache (vin bourru) à l'automne, un caviste incapable de fournir de la bernache pendant les vendanges est un gros nul, à éviter.
La j'irais voir les responsable lui fournir les adresses car ce nectar ne tient que deux jours mais chante aux papilles la saveur du vin de l'année.
a écrit le 09/07/2020 à 14:03 :
Je suis revenu aux oranges en vrac, fini le jus sans mâche (bouteille verre dans le passé, devenu plastique, carré, se range mieux, ne casse pas, léger, etc) , le lait fermier est sous verre mais une bouteille pèse 350g, 23g en plastique sans le bouchon, transporter 330g de plus au litre est-ce "écolo" (carburant des camions) ?
L'idée de revenir à la consigne, ce ne sont que les bouteilles verre ou aussi les bocaux, les pots de yaourt en verre ? Pourquoi uniquement les bouteilles ? Dans les pays nordiques y a que les bouteilles plastique qui sont consignées, car elles polluent si elles traînent, le verre est stable pour des siècles. Que les bars en Allemagne/Autriche remportent les casiers pleins de bouteilles vides en échange de bouteilles pleines, c'est facile à gérer, c'est sur place...
Les gens se basent, comme pour la nutrition, sur la Loi qui doit/devrait interdire tout ce qui est pas bon (écolo ou nutrition), si c'est proposé, c'est autorisé. Un peu logique, après tout. Les piles en boite carton, ça serait moins énervant à ouvrir qu'un blister au cutter mais ça doit avoir un effet antivol aussi (solide, rigide, mal aisé à ouvrir [vivent les blocs secteurs !! Économique en usage, m'en suis bricolé un double pour un appareil en 3V (thermostat 'ambiance' de chaudière gaz) et en 4V5 à côté avec un seul transfo et 2 transistors + Zener + pile & diode si coupure secteur]) ?
A noter que la vente en vrac demande de remplir régulièrement les colonnes, les nettoyer de temps en temps sinon risques bactério, main d’œuvre en quantité = plus cher que pré emballé par des machines rapides en usine.
a écrit le 09/07/2020 à 13:28 :
Pourquoi ne pas taxer les emballages a la source afin de les réduire au maximum
Réponse de le 10/07/2020 à 9:09 :
Le polystyrène (PS) est taxé chez les producteurs car sans filière de valorisation (tous les efforts ont été mis sur le PET, 20 000 unités vendues par minute, ça fait des montagnes, et une filière est donc en place), on paie donc plus cher tout ce qui l'utilise (pots de yaourt, barquettes, etc). Ça se dépolymérise facilement le PS (chauffage = dépolymérisation, on retrouve le monomère styrène) mais tout ça doit être une question de tonnages, et aussi de tri (une bouteille ça se voit bien, un pot il pourrait être en divers matériaux, et le plastique gras c'est ennuyeux). Pourquoi ne pas tout fabriquer en PET ?
La taxation existe déjà, c'est le consommateur qui règle la facture, sans le voir. Même une bouteille d'eau, l'emballage il coûte combien vs l'eau contenue ? Mystère.
a écrit le 09/07/2020 à 11:24 :
Logique parce que cela nous dépasse complètement, à quatre la poubelle de "recyclable" se remplit en deux jours parce que tout est emballage, parce que les consommateurs n'ont pas le choix d'acheter sans emballage, parce que, ô aberration majeur, les produits qui se vendent sans emballage sont plus chers que ceux avec !

Pire, nos entreprises marchandes nous imposent de payer plus si on veut acheter plus en une fois, à savoir deux paquets d’emmental rappé de 500 grammes reviennent moins cher que un de 1 kilo alors que pourtant plus écolo !

D'ailleurs je ne sais pas qui leur a imposé d'indiquer le prix au kilo, notre seul outil pour lutter contre la vénalité polluante pour la nature et notre pouvoir d'achat du secteur marchand mais on peut le remercier mille fois encore et encore nous n'avons plus que ça !

Un phénomène de plus qui échappe totalement aux consommateurs.
Réponse de le 09/07/2020 à 13:51 :
"je ne sais pas qui leur a imposé d'indiquer le prix au kilo" l'UE, non ?? Ça existe depuis pas mal de temps mais peu de consommacteurs regardent ce "détail", ont pas le temps, faut se pencher parfois près du sol (surtout avec les lunettes progressives, ça tombe sur la mauvaise "zone", je soulève un peu la barre pour lire et pas faire penser que je fais une prière :-) ).
Le fromage ça peut se râper à l'usage, quelle idée de l'acheter tout prêt. :-) En plus vous choisissez celui que vous voulez, et ne subissez pas le choix de l'industriel qui cherche toujours à réduire ses coûts.
Le Paille d'O* en paquet familial (8) est plus cher que deux de 4, "normaux" mais y a moins de carton, ça devrait être (légèrement) moins cher ? Non marketing ("en gros = moins cher" faux). Les recharges de produit lessiviel, en dose souple, pas de flacon dur à acheter et mettre en conteneur, sauf que c'est le même prix ! et l'emballage souple n'est pas pris en conteneur, lui, bilan négatif (peut-être le poids en transport, à part ça, rien).
Si vous faites des confitures 5kg de sucre c'est quasi 5*1kg en prix mais évite d'acheter 5 sachets, l'huile pareil, friteuse, une bouteille plus grosse.
Réponse de le 09/07/2020 à 14:31 :
""je ne sais pas qui leur a imposé d'indiquer le prix au kilo" l'UE, non ?? "

Ho la même qui a généralisé les perturbateurs endocriniens dans nos aliments et autres produits de consommation courante ?

Bah de toutes façons nous ne sommes plus à une contradiction prés hein...

"Le fromage ça peut se râper à l'usage, quelle idée de l'acheter tout prêt."

Parce que l’Entremont est délicieux tandis que je n'arrive pas à en trouver à la coupe à raper qui soit aussi bons.

Donc sinon tu confirmes mon commentaire, parce que tu es très souvent peu clair hein, ce que Machiavel disait "Le commerce est l'école de la tromperie".

Et en plus faudrait les aimer sans rire ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :