"Associer les populations" Arnaud Leroy, Président de l'Ademe

 |   |  582  mots
(Crédits : Reuters)
[24 Tribunes pour la COP24 | 12/24 ] L'urgence climatique requiert un changement de paradigme pour repenser nos modes de production et de consommation. Le modèle de développement actuel montre clairement ses limites. Par Arnaud Leroy, Président de l’Ademe

Si l'accord de Paris a enclenché un mouvement fort en faveur de la transition bas carbone, largement soutenu par les populations et acteurs de la société civile, il va nous falloir aller encore plus loin pour limiter les émissions mondiales sous le seuil des 2 °C. Il nous faut accélérer le rythme pour concevoir, diffuser et mettre en œuvre les solutions qui nous permettront de produire moins de gaz à effet de serre tout en créant de l'activité et du bien-être.

Si la transition écologique doit être accompagnée par des politiques publiques adaptées (incitations et soutiens pour une transition équitable, normes, fiscalité), elle peut être largement facilitée par l'innovation, qu'elle soit technologique, sociale ou économique. Ces innovations sont par ailleurs porteuses de nouvelles activités et d'emplois. Et notre pays a de nombreux atouts en la matière : un savoir-faire reconnu dans l'énergie et le recyclage, un potentiel solaire, éolien, marin parmi les plus élevés d'Europe, des laboratoires et instituts de recherche réputés. Nous avons aussi un tissu de PME et d'entreprises très actives en matière d'innovations environnementales et à l'avant-garde de la lutte contre le réchauffement climatique.

Avec le Programme d'investissements d'avenir, dont l'Ademe est l'un des opérateurs, l'État a engagé, depuis 2010, 2,5 milliards d'euros d'aide au travers de près de 800 projets avec plus de 1 400 partenaires pour soutenir le développement de technologies bas carbone innovantes : véhicules plus performants, nouveaux ­services de mobilité, réseaux électriques intelligents, stockage d'énergie, énergies marines, solaire, éolienne, chimie verte, industrie et agriculture éco-efficientes... autant de solutions qui peuvent accélérer la transition des modèles traditionnels vers des modes de production plus durables.

Mais la solution ne sera pas que technologique ! Notre capacité à lutter contre le changement climatique repose à la fois sur l'innovation et sur les changements de comportement. S'il y a des produits, il y a aussi des utilisateurs. Chacun a la possibilité d'agir, à son niveau, pour enclencher le changement d'échelle à condition d'être accompagné et outillé pour s'approprier les solutions et les mettre au service de leur transition. La question sociale est au cœur de la transition écologique, car le changement de modèle est aussi un levier pour améliorer la qualité de vie de chacun. C'est pourquoi les populations doivent être associées au développement des solutions et mises en capacité de se les approprier, rapidement.

Informer, interpeller, innover, faciliter l'accès aux solutions et donner les moyens d'agir, c'est ainsi que nous parviendrons à engager une transition écologique pérenne, juste, équitable et à la hauteur du défi du climat !

_____

La Tribune a demandé à 12 chefs d'entreprise et 
12 experts de formuler une solution pour sauver la planète.

Isabelle Kocher - Engie | Alexandre de Juniac - IATA | 
Jean-Pascal Tricoire - Schneider Electric | Antoine Frérot - Veolia | 
Jean-Laurent Bonnafé - BNP Paribas | Guillaume Poitrinal - Woodeum |
Thomas Buberl - Axa | Alain Dinin - Nexity | 
Laurence Tubiana - Fondation européenne pour le climat | 
Frédéric Rodriguez - Greenflex | Laurent Solly - Facebook | 
Arnaud Leroy - l'Ademe | Jean-Yves Le Gall - Cnes | 
Cécile Maisonneuve - Fabrique de la Cité | Sylvie Goulard - Banque de France |
Chantal Jouanno - CNDP | Karima Delli - Députée européenne | 
Alain Grandjean - Carbone 4 | François-Michel Lambert - Député | 
Frédéric Mazzella - Blablacar | Eric Scotto Akuo - Energy 
Dominique Bourg - Philosophe | Cyril Dion - Réalisateur 
Patrick Criqui - CNRS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2018 à 17:26 :
Le changement de comportement doit être «  universelle » sinon cela n’a pas de sens.

Si les humains ne comprennent pas le sens il n’y aura pas de changement.

Les Élites doivent montrer l’exemple sur le comportement écologique et économique.

Ce changement doit être pour tous pas seulement les populations.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :