Villani : "Je veux réparer 2020 et préparer 2030 pour que Paris tienne son rang"

 |   |  2204  mots
(Crédits : DR)
INTERVIEW. Le candidat du Nouveau Paris à l'Hôtel de Ville, Cédric Villani, sera bel et bien présent au premier tour des élections municipales. En attendant le 15 mars, il explicite son programme pour le Grand Paris et la transition écologique.

LA TRIBUNE - Agnès Buzyn, Anne Hidalgo et Rachida Dati font actuellement jeu égal dans les sondages, suivies par David Belliard et vous-même qui tournez autour des 10%, seuil pour se qualifier pour le second tour. Qu'est-ce qui vous démarque des autres candidat(e)s à la mairie de Paris ?
CÉDRIC VILLANI - Ma marque de fabrique, c'est de travailler sur le présent et le futur, pour les grands enjeux que sont la propreté, la sécurité, le logement, l'espace public, les embouteillages, le vélo ou encore les incivilités.
Mon originalité passe par l'accent que nous mettons sur la technologie au service de la décision et du citoyen. Nous devons en outre nous coordonner avec la couronne, ne serait-ce qu'en matière de transports, pour trouver le bon équilibre et penser systémique.
Dans le même temps, nous réfléchissons à l'avenir : renouveau démocratique, agrandissement de Paris et transition écologique. Pour réparer 2020 et préparer 2030 - mon slogan de campagne -, il faut y penser dès maintenant afin que Paris tienne son rang.

Pourquoi 2030 ? Faut-il y voir un rapport avec la date de la livraison du Grand Paris Express dans son intégralité ?
En effet de même que 2030 signera la sortie de la mobilité thermique à Paris. C'est aussi une étape qu'il faut valider avant l'objectif zéro émission nette de carbone de 2050.

Vous êtes donc d'accord avec l'Ademe qui dit que le prochain mandat municipal sera le dernier utile pour réussir la transition écologique ?
Les collectivités territoriales ont toute leur place dans ce dispositif. On estime à un tiers le rôle joué par les lois, le mix énergétique, les grands principes et aux deux tiers celui des politiques locales d'urbanisme, de réparation, de mobilité et plus généralement de fonctionnement du quotidien.
Il faut espérer qu'il ne soit pas trop tard. Chaque année compte. La transition écologique, ce sont à la fois des questions d'organisation mondiale, de biodiversité, de climat, de déchets, de ressources premières, et d'un autre côté, le bien-être, se raccrocher à la nature et la possibilité d'échapper à la pollution atmosphérique, sonore et visuelle. Ma conviction est faite : nous devons nous concentrer là-dessus.
Parallèlement, la transition démocratique est nécessaire pour retrouver la confiance, ainsi que la transition par rapport au Paris de la gouvernance. Nous devons passer d'un petit Paris séparé de sa banlieue à un Grand Paris.

Justement, comment comptez-vous convaincre les maires des 22 communes limitrophes de devenir de nouveaux arrondissements parisiens ?
Ils ne se laisseront pas conquérir et ne passeront jamais sous le joug parisien, ne voulant pas d'un gros mastodonte qui écrase tout et qui leur dicte les choses. Ils ne voudront pas non plus se retrouver privés de leur pouvoir de transformer leur ville ou de leur influence culturelle, mais quand je discute avec eux, ils me disent que cet agrandissement va dans le sens de l'histoire.

Ce ne sont pas les échos recueillis ici et là... Qui par exemple ?
Les villes voisines ont chacune leur culture, leur caractère, mais il n'y a pas de contradiction de fond. C'est pourquoi je propose de redéfinir les pouvoirs des arrondissements aujourd'hui trop écrasés par la mairie centrale, inconnus des agents et des habitants, et n'ayant pas la main sur l'urbanisme. Un vrai partage des tâches est à trouver pour que le maire d'arrondissement soit un vrai maire. Il pourrait co-piloter des projets avec la mairie centrale, tout en étant autonome.
C'est le sens de la structure de concertation que j'appelle de mes vœux qui regrouperait les 17 arrondissements parisiens, les 22 villes limitrophes et le maire de Paris, qui formeront la future commune du « Nouveau Paris ». Cette instance permettrait de discuter des 300 millions d'euros que je propose de co-financer au cours du prochain mandat : crèches, piscines, revitalisations, passerelles au-dessus du périphérique...  La péréquation budgétaire actuelle n'est plus suffisante. Réserver de l'argent pour des projets co-décidés est plus efficace pour monter le Grand Paris des projets.

Mais qu'est-ce qui différencierait ce Nouveau Paris de la Métropole du Grand Paris, qui regroupe déjà 131 communes...
(Il coupe) Ainsi que douze établissements publics territoriaux, trois départements et des prérogatives de la Région ! Avec les communes, cela fait cinq niveaux peu lisibles politiquement. Le budget de la Métropole du Grand Paris représente un sixième de celui de la métropole européenne de Lille, alors que celle-ci est six fois moins peuplée !Ajoutez-y la Société du Grand Paris, l'établissement public qui construit le Grand Paris Express, qui est encore un machin de sa propre espèce. Sans oublier le Syctom (l'agence métropolitaine des déchets ménagers, Ndlr) ou encore le Sipperec (Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour les énergies et les réseaux de communication). C'est encore plus compliqué qu'on puisse l'imaginer !
Il y a donc un mouvement à mener sur le très long-terme pour faire converger Paris et sa petite couronne et ainsi simplifier le paysage pour se mettre au diapason international. Des communes nouvelles pourraient par exemple émaner de la fusion d'établissements publics territoriaux. Les conseils départementaux pourraient être amenés à disparaître. Il s'agit d'échelons récents qui datent de 1968 à la suite de la suppression du département de la Seine.

Les questions de mobilité et de logement ne peuvent plus se résoudre au niveau communal. Que préconisez-vous à l'échelle du Grand Paris ?
En matière de mobilité, nous avons déjà revu tout le plan à l'échelle métropolitaine en nous appuyant sur le Grand Paris Express. Il faut également un nouveau plan de déplacement, en Ile-de-France, piloté par la Région en lien étroit avec Paris et les établissements publics territoriaux, pour renforcer l'intermodalité et développer les parkings relais.
Nous voulons également un métro entièrement modernisé, automatisé et accessible dans la mesure du possible, ainsi qu'un Pass mobilité unifié qui intègre tous les modes de transport. Outre le Vélopolitain, le réseau de pistes cyclables à l'échelle métropolitaine, nous créerons des routes vélos qui s'articuleront au réseau régional. Objectif : que la place de la voiture corresponde au strict nécessaire et que chacun trouve une solution de mobilité adaptée.
Sur le logement, l'économie étant métropolisée, nous aurons beau réduire le nombre de résidences secondaires, réguler Airbnb, ou lutter contre les logements vacants, ce ne sera jamais assez pour faire baisser les coûts. C'est pourquoi le bon niveau de développement pour construire est l'échelle métropolitaine.
Cela permet tant de sanctuariser les terres qui ne doivent pas être artificialisées et de travailler sur une agriculture sans pesticide qu'établir un périmètre constructible avec des centres économiques et résidentiels.  L'économie à l'Ouest, les logements à l'Est, c'est un cauchemar pour les transports et donc pour l'écologie.

C'est cela le plan local d'urbanisme « commun » que vous défendez ?
Dans la décennie qui vient, ce sera un enjeu de chaque instant. Aujourd'hui, Paris ne peut pas participer à un plan local d'urbanisme (PLU), étant à la fois une commune, un établissement public territorial et un département.
Le PLU « commun » serait donc un plan local d'urbanisme intercommunal, comme il en existe d'autres, où ce n'est pas Paris qui déciderait seul mais qui construirait avec les autres communes. Un Paris agrandi en ce sens, ce serait moins de béton, plus de bois, plus de matières biosourcées et plus de trames vertes et noires (non exposées à la lumière artificielle, Ndlr). Cet outil doit enfin nous permettre de mieux utiliser notre patrimoine fluvial qu'est la Seine pour la logistique et les déplacements.

Des communes qui deviendraient des arrondissements dotés de nouveaux pouvoirs, un PLU « commun »... Toutes ces mesures relèvent de la loi. Comment le député de l'Essonne, qui devra quitter son mandat s'il est élu maire de Paris, convaincra ses futurs ex-collègues de voter ces dispositions ?
Être élu confère une légitimité démocratique pour porter ces projets. Il faudra bien sûr un alignement de Paris, de la Région et l'Etat, et que ces trois niveaux soient en discussion avec les maires. La clé, c'est le rapport coût-bénéfice. Chacun va y gagner en pouvoir, en simplification, en lisibilité et en partage des compétences, alors qu'actuellement, c'est illisible. Regardez tous ces doublons sur l'économie, le tourisme, la culture, le social ou l'accueil des migrants. Il faudra, bien sûr, associer les habitants, par le biais d'une grande conférence citoyenne. Ce rapprochement entre Paris et les communes voisines, il pourra avoir lieu par un vote des conseils municipaux, en 2030, ou par le biais de référendums locaux.

Le ministre des Collectivités territoriales a promis une concertation sur le Grand Paris entre l'après-second tour et l'été. Il se murmure que Sébastien Lecornu pourrait la conduire sous l'angle des finances locales. Qu'en pensez-vous ?
Les maires sont sensibles à ces questions et inquiets sur ces sujets. Ils ont très mal vécu la suppression de la taxe d'habitation, qu'ils apparentent à de la fiscalité locale renationalisée. C'est donc un bon angle d'approche. Mais il faudra également se pencher sur l'organisation et les structures, sans quoi aucune simplification durable ne sera possible.

En fait, ne prenez-vous pas les devants par rapport à l'exécutif qui annonce depuis juillet 2017 vouloir « simplifier drastiquement les structures » sans jamais arbitrer quoi que ce soit ?
Les concertations sont nécessaires. Même en 1860, le baron Haussmann a mené des grandes discussions avec des fortes contestations. Il faut toujours une dose de verticalité et une autre d'horizontalité.

En définitive, qu'est-ce qui distingue le programme de l'écologiste David Belliard et le vôtre ?
L'écologie que je porte s'appuie sur les sciences et la technologie. Avec la mutation des mobilités et la rationalisation de la consommation d'énergie, nous avons le devoir de passer à l'électrique et d'expérimenter l'hydrogène. Il nous faut davantage de bornes de recharges et de stations d'avitaillement. La rénovation thermique n'est pas non plus à la hauteur. Il faudra multiplier par dix le rythme actuel pour tenir les engagements de la COP 21.
En réalité, le travail sur les économies d'énergie doit se faire dans le détail, comme les terrasses chauffées ou l'affichage numérique, cette pollution visuelle et cette lumière bleue. Idem avec notre plan de dépollution du métro et des écoles. Ou avec la mise en place de circuits courts et de liens directs avec les agriculteurs, tout en instaurant des alternatives végétariennes, sachant que les viandes parcourent en moyenne 600 kilomètres avant d'arriver dans nos assiettes.
En parallèle de la sobriété énergétique, nous avons des propositions pour se sentir bien dans Paris : des promenades plantées, des parcs, des espaces verts, des emplacements réservés où les chiens peuvent courir sans laisse...

Ce qui a pêché lors du dernier mandat est l'imposition de décisions sans concertation. Comment l'Agora citoyenne vise-t-elle à redonner la parole à la société civile ?
L'Agora vise effectivement plus de représentativité, avec un tirage au sort de citoyens, comme nous l'avons déjà fait pour 10% de nos listes. Cela nous permettra de réunir toutes les composantes de la société et de remplacer tous les conseils existants. Ils insuffleront des débats, soumettront des référendums. Cela ramènera de la démocratie d'abord à l'échelle parisienne puis grand-parisienne.
Paris a de plus toujours occupé une place d'innovateur en chef. En 1900, elle était en pointe sur l'éclairage urbain et le métro. En 2020, elle doit relever les défis de l'intelligence artificielle, de la smart city, de la santé et de la physique-chimie. Tout cela peut offrir de nouveaux revêtements pour les chaussées, de l'innovation sociale et solidaire, ou encore des modèles disruptifs d'accession à la propriété. Nous pouvons être la capitale européenne de la solidarité, de l'intelligence, du bien-être et de la réalisation de soi.
Cela va de pair avec l'enjeu de la connaissance. Dès le plus jeune âge, nous devons initier nos enfants aux langues, à la musique et au codage informatique, pour leur ouvrir l'esprit et sortir du clivage Est-Ouest. Les écoles publiques se vident au profit des écoles privées. La mixité dans l'éducation ne se décrète pas, mais il est possible d'y apporter plus de créativité. C'est cela le Paris de 2030: un Paris coordonné à un niveau harmonieux dans sa qualité, une société dans laquelle tout le monde a ses chances.

En 2014, vous présidiez le comité de soutien d'Anne Hidalgo. Aujourd'hui, vous voulez prendre sa place. Pourquoi ne pourriez-vous pas gouverner avec elle demain ?
Les 170.000 arbres, c'est d'une démagogie ! Autolib', Vélib', la fermeture des voies sur berge, Réinventer Paris, l'orientation est souvent bonne, mais la réalisation pêche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2020 à 19:19 :
"Pour que Paris tienne son rang" : Quelle arrogance ... Avec des idées pareilles, Paris va droit dans le mur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :