Remaniement : la promotion discrète de Cédric O

Pas de "vrai" ministère pour le Numérique, mais un secrétariat d'Etat élargi, toujours piloté par Cédric O, dédié à "la Transition numérique et aux communications électroniques". D'un côté, Cédric O est promu avec un périmètre d'action plus large englobant les télécoms, ce qui est une récompense pour sa loyauté et sa maîtrise des dossiers, ainsi qu'une réponse aux critiques de l'écosystème tech. De l'autre, il est éloigné de la transformation de l'Etat et se retrouve rétrogradé dans la hiérarchie gouvernementale, conséquence de ses échecs politiques récents. Explications.
Sylvain Rolland

6 mn

Le nouveau maroquin de Cédric O n'est plus le secrétariat d'Etat au Numérique mais le secrétariat d'Etat à la Transition numérique et des communications électroniques.
Le nouveau maroquin de Cédric O n'est plus le secrétariat d'Etat au Numérique mais le secrétariat d'Etat à la Transition numérique et des communications électroniques. (Crédits : DR)

Fin du faux suspense pour Cédric O. Le secrétaire d'Etat au Numérique depuis avril 2019 reste en poste après la révélation, dimanche 26 juillet au soir, des 11 secrétaires d'Etat qui complètent le gouvernement de Jean Castex. La différence est que son maroquin prend un peu d'ampleur : le fidèle d'Emmanuel Macron devient secrétaire d'Etat en charge de la Transition numérique et des communications électroniques, sous l'autorité de Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, et de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.

Lire aussi : Remaniement : qui portera le Numérique dans le futur gouvernement ?

Un périmètre élargi, y compris à l'impact environnemental du numérique

Dans le fond, rapprocher l'économie numérique -French Tech, numérisation des entreprises, cybersécurité, nouveaux usages, fracture numérique...-, avec les réseaux, qui étaient jusqu'à présent séparés, fait sens. "La distinction entre les tuyaux et les usages n'est plus pertinente. Cédric O est clairement amené à prendre le lead politique sur tous les sujets télécoms", affirme son cabinet à La Tribune. Cela signifie donc que la fibre, un sujet auparavant porté essentiellement par Julien Denormandie, l'ancien secrétaire d'Etat en charge de la Ville et du Logement, va passer dans le giron de Cédric O, avec les autres sujets traditionnels des télécoms comme la couverture réseau (4G, 5G, zones blanches...) et la régulation du secteur.

Sur Twitter, Cédric O a donné les grands thèmes de ses nouvelles attributions, en mettant en avant la "formation aux usages" (autrement dit les thèmes du numérique inclusif et de la réduction de la fracture numérique), les "emplois" (transformation numérique des entreprises, French Tech et hyper-croissance des startups, attractivité des métiers tech), la "souveraineté" (poursuite de la ligne politique "anti-Gafa" adoptée par Emmanuel Macron et Bruno Le Maire et que Cédric O a mis en œuvre avec l'application StopCovid), les "réseaux sociaux" (haine en ligne, régulation des plateformes) et "l'écologie". Cette dernière prérogative est une nouveauté et même une première pour un secrétaire d'Etat au Numérique, qui montre que Cédric O va s'emparer du sujet de l'impact environnemental du numérique. Reste à savoir quelles seront ses marges de manœuvre. Les télécoms, "épine dorsale de la transformation numérique", sont donc ajoutés à ce périmètre large car "sans connexion, pas d'usages".

Cédric O

Lire aussi : Cédric O : "Nous devons réguler les géants du Net comme nous avons régulé les banques" (2/2)

Partage des sujets avec beaucoup de ministres

En revanche, aucune mention de la transformation numérique de l'Etat, qui faisait partie de ses précédentes attributions. Ce dossier va visiblement être porté par Amélie de Montchalin, la nouvelle ministre de la Transformation et de la Fonction publique, un maroquin qui n'existait pas sous cette forme auparavant. De part sa fonction de ministre de plein exercice -là où Cédric O reste un simple secrétaire d'Etat-, Amélie de Montchalin devrait avoir un accès privilégié à la Direction interministérielle du numérique (DINUM), l'administration de référence sur ce sujet.

Il faut aussi noter que Cédric O a certes été maintenu en poste et a vu son périmètre s'élargir aux télécoms, mais il n'a pas été promu. Comme le nombre de ministres et de ministre délégués a explosé (32 en tout, sur 43 membres du gouvernement), et que le nombre de secrétaires d'Etat a diminué (de 19 à 11) et que certains ont été promus au rang de ministre ou de ministre délégué, cela équivaut à une rétrogradation dans la hiérarchie gouvernementale. Comme c'était déjà le cas auparavant, le numérique et les télécoms seront donc incarnés, selon les sujets, non seulement par Cédric O, mais aussi par ses ministres de tutelle Bruno Le Maire (Economie, Finances et Relance) et Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires et Relations avec les collectivités), sans oublier Agnès Pannier-Runacher, qui a été promue de secrétaire d'Etat à ministre déléguée à l'Industrie auprès de Bruno Le Maire, et qui a pris l'habitude de s'exprimer sur certains sujets comme la 5G, la souveraineté numérique ou encore la cybersécurité.

Une promotion mais aussi une rétrogradation : un exemple parfait de "en même temps"

Emmanuel Macron et Jean Castex ont donc réalisé une démonstration de "en même temps" que n'aurait pas renié le champion de la synthèse politique, François Hollande. Maintenir Cédric O en poste, c'est le récompenser de sa maîtrise unanimement reconnue des dossiers, y compris dans leurs aspects les plus techniques, tout en remerciant ce proche d'Emmanuel Macron pour sa loyauté sans faille, qui remonte à l'équipe de campagne de 2016, dont il était le trésorier, puis à l'Elysée où il était conseiller économique pendant les deux premières années du quinquennat.

Etendre son périmètre d'action aux télécoms, et remplacer "Numérique" par "Transition numérique", un terme volontairement plus large, c'est à la fois donner davantage d'ampleur et de cohérence à ce maroquin, et aussi répondre aux critiques des experts du secteur, qui regrettaient que le Numérique soit le "laissé pour compte" du gouvernement de Jean Castex, contrairement à la Transition Ecologique qui bénéficie d'un ministère de plein exercice.

Mais conserver un simple secrétariat d'Etat malgré l'importance de la transformation numérique surtout dans un contexte de crise sanitaire et économique, et entourer Cédric O de ministres mieux gradés qui incarneront aux yeux de l'opinion les "gros sujets", c'est aussi acter ses limites politiques. Si sa qualité d'expert est reconnue, son talent politique est plus contesté et Cédric O a enchaîné les revers ces derniers mois, de l'échec de l'application StopCovid à celui de la loi Avia sur la haine en ligne, complètement vidée de sa substance par le Conseil constitutionnel, en passant par la polémique du choix de Microsoft, défendu a posteriori par Cédric O, pour héberger les données de santé de la plateforme Health Data Hub.

Sylvain Rolland

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 30/07/2020 à 9:12
Signaler
Comme le stopcovid a été un fiasco ,il revient par la fenêtre sous une autre forme comme le traçage des clients de restaurants et de cafés pour le moment en Belgique, en Allemagne ou en Suisse sur la base du volontariat (pour combien de temps ?) déjà...

à écrit le 28/07/2020 à 17:58
Signaler
nos responsables savent bien pérorer mais deviennent pernissieux en résultats

à écrit le 28/07/2020 à 11:28
Signaler
Le déclin encore et toujours.

à écrit le 28/07/2020 à 4:25
Signaler
Les inutiles au pouvoir, aux frais des francais.

à écrit le 27/07/2020 à 22:47
Signaler
Dans la mesure ou il a permit d'installer la reconnaissance facial, l'application du coivd foireuse sur les données, du coup disons qu'il a une promotion! Comme c'est un gouvernement qui travaille pour les multinationales, logique donc !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.