Société Générale s'effondre en Bourse (-12%) , son plus bas depuis 2011

 |   |  708  mots
La banque française n'a pas atteint son objectif de croissance de son chiffre d'affaires.
La banque française n'a pas atteint son objectif de croissance de son chiffre d'affaires. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
La banque française a fait mieux que les attentes des analystes en 2015 mais ne confirme pas pour autant son objectif d'une rentabilité sur fonds propres de 10% en 2016. Jeudi matin, l'action Société Générale plongeait de près de 12% en Bourse.

Publié le 11/02/2016 à 07:40. Mis à jour le 11/02/2016 à 11:50, et 18:01

Société Générale a annoncé jeudi qu'elle n'était pas en mesure de confirmer son objectif de rentabilité des fonds propres pour 2016 en raison des contraintes réglementaires et des incertitudes qui pèsent sur l'économie mondiale.

"L'augmentation des exigences en capital et l'environnement économique et financier ne permettent pas de confirmer l'objectif de ROE de 10% dès fin 2016", écrit la banque dans un communiqué diffusé à l'occasion de la publication de ses résultats annuels 2015, où cet indicateur s'établit à 7,9%.

Socgen s'est dit néanmoins "confiant dans la capacité de son modèle à générer une rentabilité sur fonds propres de 10%" à terme.

Hausse du coût du risque

Le coût du risque est plus élevé que prévu au quatrième trimestre à 1,157 milliard d'euros contre 746 millions attendus, notamment en raison notamment d'une provision supplémentaire de 400 millions d'euros pour les litiges, une enveloppe qui atteint 1,7 milliard à fin 2015.

Le résultat net au quatrième trimestre s'établit à 656 millions d'euros soit légèrement en deçà des 663 millions d'euros attendus. Les profits du groupe ont notamment bénéficié de la plus-value de 147 millions d'euros réalisée lors de la cession de sa participation dans le gestionnaire d'actifs Amundi . Sur l'année, le résultat net part du groupe s'établit à 4,001 milliards, une progression de 49,3% par rapport à 2014.

Notant que les "conditions de marché instables observées au cours du deuxième semestre 2015 ont freiné la croissance des revenus de la Banque de Grande clientèle et solutions investisseurs (GBIS)", Société générale a dit notamment miser en 2016 sur le développement de sa banque de détail en France, dont les résultats ont contribué à tirer ceux du groupe en 2015.

Stratégie axée sur le digital

"L'accent sera en particulier mis sur l'accélération de la transformation digitale des réseaux de banque de détail en France et le développement de Boursorama", a fait valoir la banque qui s'est félicitée d'un nombre "record" d'ouvertures de comptes et d'une reprise des encours de crédit, notamment grâce à la renégociations de prêts immobiliers.

Société générale a annoncé cet automne un plan de digitalisation de sa banque de proximité qui doit lui permettre de recruter en France 100.000 particuliers nets par an d'ici 2020, une période qui sera marquée par la fermeture de 20% de ses agences et l'introduction de frais de tenue de compte.

Des dividendes en forte hausse

Avec un ratio Core equity tier 1 de 10,9% à la fin de l'année, soit 20 points de base de plus qu'attendu par les analystes interrogés par Reuters, la banque au logo rouge et noir dépasse l'exigence minimum de 9,75% fixée par la Banque centrale européenne pour ce début d'année.

Le dividende proposé par la banque à ses actionnaires passe de 1,20 euro à 2 euros, un paiement en ligne avec les attentes, selon les données de Reuters.

Société générale publie ces résultats après un début d'année difficile pour les banques qui souffrent des inquiétudes sur leur exposition à la chute des prix du pétrole, au ralentissement économique dans les pays émergents et aux politiques monétaires des Etats-Unis, du Japon ou encore de l'Union européenne.

Plongeon en Bourse

Les investisseurs se sont montrés particulièrement insatisfaits car la Société Générale a annoncé ne plus être en mesure d'affirmer qu'elle tiendra l'objectif de rentabilité fixé dans son plan stratégique à horizon 2016, ce qui a fait chuter brutalement l'action en Bourse jeudi.

Après avoir perdu jusqu'à plus de 15% durant la séance, l'action SocGen a terminé à 27,465 euros, en retrait de 12,57%, ce qui constitue pour la valeur un repli d'une ampleur inégalée en une seule séance depuis la crise de 2011.

La Société Générale ne confirme pas son objectif d'une rentabilité de ses fonds propres (ROE) d'au moins 10%. En cause: "l'augmentation des exigences en capital" liées aux nouvelles règles du secteur décidées après la crise financière et "l'environnement économique et financier", d'après la banque. En 2015, le ROE s'élève à 8,1% contre 7,3% en 2014.

 (Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2016 à 19:31 :
Je ne comprends pas la vertigineuse chute de cette banque , qui bénéficie pourtant d'un excellentissime Logo , d'une Communication élitiste et de clients si " touch me touch ".
Que dire d'autre que se rendre à l'évidence : Unexpectedly...
a écrit le 12/02/2016 à 10:39 :
La banque Delta-credit (filiale russe à 100 % de la Société générale) vole aux Russes!
a écrit le 12/02/2016 à 10:01 :
Nous demandons que la banque Société Generale de la France arrete le génocide des russes. Michel Colbert et Societe Generale allez-еn de la Russie!!
a écrit le 11/02/2016 à 19:49 :
c'est le moment de faire son marché à bon compte , le tître est visiblement sous-évalué
a écrit le 11/02/2016 à 16:35 :
les arcanes de l'économie me sont décidément inaccessibles, et comme les institutions bancaires ont souvent un système de fonctionnement pour le moins opaque, c'est pour moi mission impossible, que de comprendre au final ce qui se passe réellement.
a écrit le 11/02/2016 à 14:37 :
4 milliards de résultats pour 2015, alors que Deutsche bank en perd plus de 4 et le crédit suisse, une référence en Europe annonce une perte de 2 milliards.
Cherchez l'erreur.
On se focalise sur quelques données, dont les provisions du 4ème trimestre, alors que les provisions pour les banques ont toujours été la variable d'ajustement avec les incidences fiscales qui en découlent.
Le marché est très volatile, certes, mais les résultats, doublés par rapport à l'an passé et s'inscrivant dans les meilleurs jamais extériorisés par la SG ne justifient absolument pas une telle sanction.
Réponse de le 11/02/2016 à 19:39 :
Bien dit. Sans compter le dividende de 2€/action.
a écrit le 11/02/2016 à 14:19 :
Quel est l'intérêt d'un tel titre ? Faire avancer les entreprises françaises ou dénigrer sans raison ? SG a mal communiqué ce matin sur une radio, un dialogue imprécis. Un rectificatif sera publié prochainement. Le point bas du titre n'est donc qu'un épisode concernant si peu la banque. Chercher à organiser la panique pour tenter d'exister n'est pas la bonne méthode.
a écrit le 11/02/2016 à 11:45 :
inflation a zéro sinon déflation difficile de faire des bénéfices sinon d augmenter les frais bancaires ça c est fait !
on va quand même pas faire un bancairethon pour les sauver on l a fait en 2008 les contribuables s en souviennent eux !
Réponse de le 11/02/2016 à 12:55 :
Puisque vous vous en souvenez ,vous êtes donc en mesure de nous en exposer les modalités precise car à part la recapitalisation de Dexia et des préts à taux prohibitifs et trés vite remboursées ,le reqste m'echappe ...remerciements pour vos infos .
a écrit le 11/02/2016 à 11:21 :
Cette plongée demandons a la SGsi c'est de la faute a KERVIEL sur qu'ils
répondront OUI
a écrit le 11/02/2016 à 10:12 :
La Société Générale n'inspire pas confiance,

à juste titre

La Société Générale fait la une des faits divers et variés tous plus louches sombres noirs depuis le milieu des années 1990/2000 soit plus de 20 ans de troubles et désordres financiers

les entreprises et les particuliers des classes moyennes / supérieures sont amenées à se méfier des comportements erratiques et dangereux des dirigeants de la Société Générale
a écrit le 11/02/2016 à 10:10 :
bon, ca baisse avec les memes arguments que le petrole, hein
d'abord c'est le prix du brut, pyuis la croissance en chine, puis la croissance mondiale, puis le risque systemique, puis autre chose, et on recommence
( ca permet de faire baisser pour racheter moins cher)
dans 3 mois ca prendra 80% ' car en fait y a pas de risque systemique, la croissance mondiale va pas si mal, etc, etc
( pour la remontee, faut lire dans l'autre sens en expliquant ' le marche s'est trompe, en fait')
Réponse de le 11/02/2016 à 11:13 :
c'est le moment d'acheter
a écrit le 11/02/2016 à 10:05 :
c'est une question de justice sociale sans apartheid bien sûr.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :