Le successeur du fusil d'assaut FAMAS de l'armée française sera-t-il étranger ?

 |   |  827  mots
Les nouveaux fusils d'assaut de l'armée française seront livrés à partir de 2017
Les nouveaux fusils d'assaut de l'armée française seront livrés à partir de 2017 (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A l'heure du "Made in France", Paris est contraint de lancer un appel d'offre européen pour remplacer les fusils d'assaut FAMAS, selon la réglementation européenne. Une transposition votée par l'ancienne majorité.

Ce qui devait arriver… est bien arrivé. Et ce ne n'est pas la première fois (Nexter au Danemark notamment), ni la dernière. Car ce qu'a dénoncé mercredi le député Philippe Meunier (UMP) lors des questions d'actualité - un appel d'offre européen portant sur l'achat des futurs fusils d'assaut de l'armée française - est la simple conséquence d'un vote de la majorité 2007-2012 (gouvernement Fillon). De quoi parle-t-on exactement ? A travers le décret du 14 septembre 2011, la France a transposé la directive européenne de 2009 qui modifiait certains articles du code des marchés publics, notamment des marchés de défense.

Un vote d'ailleurs sans aucune contrepartie. Car lors de l'élaboration de cette directive, la France préconisait la préférence communautaire. Or, une telle clause aurait impliqué d'acheter parfois un produit plus cher à un État membre. Un argument qui a été inacceptable pour des États mal dotés en industrie de l'armement et surtout pour le Royaume-Uni qui y a vu de l'anti-américanisme pur.

Éviter les marchés de gré à gré

Cette directive établit des règles communautaires pour l'acquisition d'armes, munitions et matériaux de guerre à des fins militaires. Elle clarifie également les conditions d'utilisation de l'article 346 du TFUE (traité sur le fonctionnement de l'UE) qui permet aux Etats de ne pas appliquer les règles communautaires si cela est nécessaire à la protection de leurs intérêts essentiels de sécurité.

Cette transposition est le résultat d'une longue réflexion de la commission européenne en vue de contraindre les Etats de conclure des contrats selon des procédures bien établies, et d'éviter le plus possible les marchés de gré à gré en profitant de l'exemption de l'article 346 du TFUE. Les Etats invoquaient beaucoup trop, au goût de la commission, cette exception des "intérêts essentiels de la sécurité".

Achat sur étagère pour le successeur du FAMAS ?

Trois ans plus tard, le député Philippe Meunier UMP, député entre 2007-2012, se réveille en posant une question au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, portant sur le successeur du FAMAS, fusil d'assaut de l'armée française, qui sera bientôt remplacé.

« Deux options sont envisageables, a-t-il expliqué sous les applaudissement des députés du groupe UMP : l'achat sur étagère d'un fusil d'assaut étranger ou la production en France de cette arme si importante pour nos fantassins (…). Aujourd'hui comme hier, l'industrie française est capable de produire ce type d'arme, notamment en Rhône-Alpes, dans le bassin industriel de Saint-Étienne, réputé pour la qualité de sa production. Malheureusement, tel qu'il est rédigé, l'appel à candidatures portant sur la fourniture d'armes individuelles publié en mai 2014 exclut de fait toute entreprise française. C'est la raison pour laquelle je vous demande instamment de revoir les deux clauses de cet appel à candidatures, qui, si elles n'étaient pas modifiées, empêcheraient nos armées de se voir doter d'un fusil d'assaut de qualité produit en France. En cette année de centenaire, rappelant le sacrifice de nos soldats armés de leurs fusils Lebel, ne soyez pas le ministre de la défense qui, pour la première fois de notre histoire, prendrait la décision d'équiper nos fantassins d'un fusil étranger ».

Philippe Meunier estime que deux clauses contestables empêchent les PME françaises de proposer une offre. Quelles sont ces deux clauses ? Selon le député, la DGA demanderait aux entreprises qui répondent à cet appel d'offre d'avoir un chiffre d'affaire de 80 millions d'euros et exigerait que la production soit déjà effective en France. "Cela exclut les PME françaises", affirme-t-il à La Tribune. Notamment celle de l'armurier Verney-Carron, un fabricant de fusils de chasse depuis 1650 établi à Saint-Étienne et qui souhaiterait défendre ses chances dans le cadre de cet appel d'offre. Et le député de conclure que "ces deux clauses ne sont pas nécessaires".

Livraison des fusils d'assaut en 2017

Le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, a répondu qu'il était tenu de "lancer un appel d'offres européen conformément à la réglementation". Et de préciser que le remplacement du "fameux FAMAS" est inscrit dans la loi de programmation militaire et devrait intervenir en 2016 pour des premières livraisons en 2017. Il porte sur un total de 21.000 armes individuelles du futur (AIF).De plus, le ministre a rappelé que "les entreprises françaises capables de produire directement ce type d'armement il y a une quinzaine d'années ne le font plus ou ont été fermées (manufacture d'armes de Saint-Étienne et à l'atelier munitionnaire du Mans de GIAT-Industries). Il n'y a plus en France ce type d'activités".

En revanche, a-t-il expliqué, "je suis très ouvert à ce que des entreprises françaises répondent d'une manière ou d'une autre à cet appel d'offres, et je les incite fortement à le faire".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2015 à 20:19 :
Nous avons des ingeniers, techniciens, ouvrirrs et chef d entreprises , tous capables et responsables... et des hommes politiques, incapables, faineants, et ne pensant qu a leurs poches. Bref , une republique avec les defauts de dictatures africaines et autres. Clientrlismes, arrangements, obsurite, interet personnels. Un monde politique en dehors de tout. Voici pourquoi on signe des imbecilites aussi enormes que donner nos marches a d autres. Vivement la revolution.
Réponse de le 18/09/2015 à 20:12 :
Je vous conseille de prendre des cours de français avant de faire des remarques
a écrit le 26/04/2015 à 12:59 :
C'est ahurissant que la France championne de l'armement ne puisse plus produire son propre fusil d’assaut. Il faut que la France et le ministère de la défense construise une usine afin de produire ses propres fusils et autres pourquoi pas. Il ne faut pas acheter étranger surtout dans l’armement. N.S a fait des connerie (encore) mais il faut rectifier cela. Cela serait lamentable de voir défiler sur les Champs-Élysées des militaires avec des fusils étranger !
a écrit le 09/11/2014 à 19:34 :
Pourquoi ne pas delocalisé la défense nationale à quand les soldats low cost. Pourquoi ne pas embauché dès ministres pi cher du tout mon frère
a écrit le 21/09/2014 à 22:10 :
Au xxe siècle, la fabrication des armes légères suit les époques de guerre, de paix, d'occupation, et selon les circonstances de crise, décolonisation et pacification. En 1963 la fabrication se diversifia vers 3 secteurs d’activités : du matériel pour l'équipement des blindés (tourelles de véhicules blindés) ; la production d’armes antichars (lances roquettes, grenades et éléments de missiles) et enfin du matériel de protection (matériel de détection, et de décontamination nucléaire et chimique). En 1989, GIAT industries reprend les rênes de la manufacture. Dès lors la baisse permanente des commandes entraîne une diminution des effectifs passant de plus de 11 000 en 1940 à 2 200 en 1981.
En 2001, la Manufacture d'armes de Saint-Étienne a fermé définitivement ses portes
a écrit le 05/07/2014 à 2:58 :
On oublie souvent que le fusil d'un soldat est un élément de distinction sur le pays d'origine de ce soldat.
Beaucoup de civils ne savent pas faire la distinction entre les drapeaux sur les écussons et n'osent pas s'approcher.
Le fusil permet à la longue de faciliter cette distinction. Je ne pense pas que nos soldats aient envie d'être confondu avec des soldats américains si vous voyez ce que je veux dire .....
a écrit le 28/06/2014 à 8:03 :
Le famas s'est une bonne arme, il j'y a pas beaucoup mieux, ils y a des problème depuis sa conception, les chargeurs sont nulle, et il manque une bonne lunette de tir.... Il nous faut une vrais version infanterie pas un truc bricoler dans une cuisine, et surtout dans nos moyen ( moins de 1500 euro) ....
a écrit le 23/06/2014 à 22:33 :
J'ai finalement trouvé dans un autre article les clauses en question!

Il s'agit notamment d'une clause de chiffres d'affaire et d'une clause "d'origine européenne" de l'arme si elle est actuellement en production. Et en l’occurrence, une entreprise française qui est en-dessous du seuil de chiffre d'affaire et souhaite produire en partenariat le fusil d'assaut d'un manufacturier hors-d'europe ne respecte pas ces deux fameuses clauses!
a écrit le 23/06/2014 à 21:44 :
Vernay-Carron oublie de préciser qu'il s'agit d'un fusil Israélien (IMI)... les machines sont actuellement en terre promise mais pas en France.
a écrit le 23/06/2014 à 7:23 :
Ah, ça fait du bien de rire de bon matin !

Avec tant d'éminents spécialistes en discussions de comptoir on se demande pourquoi la France gaspille autant d'argent à former des universitaires, des scientifiques et des hauts fonctionnaires !
Il faut fermer l'ENA, X et toutes les grandes écoles et recruter nos décideurs au Café du Commerce
Réponse de le 25/06/2014 à 16:49 :
Là c'est méchant, à lire les commentaires on apprend plus sur le sujet que beaucoup d'énarques ne doivent en savoir et oui fermons l'ENA
Réponse de le 03/07/2014 à 13:09 :
Parfois, souvent même, les trois poivreaux accoudés au comptoir du café du commerce ont un raisonnement bien plus logique pour l'intérêt du pays que tout ces messieurs sortant de l'X, de l'ENA ou de sciences po....
a écrit le 22/06/2014 à 15:32 :
ET le problème des munitions !
Le canon du FAMAS est fait pour tirer du .223 chemisé acier, cartouche qui n'est plus produite depuis longtemps. Le vieux stock français devient quasi nul !
C'est plus ou moins compatible avec le 5.56 OTAN mais avec des problèmes de précision et des incidents de tir !

Aujourd'hui c'est presque plus coûteux de recanonner une arme plutôt que d'acheter du neuf.
Réponse de le 19/10/2014 à 17:26 :
pffff je sais plus quoi dire....c est du 5;56 depuis sa creation,c est la munition otan pour tout le monde....enfin bref.....
a écrit le 22/06/2014 à 15:24 :
Une version du FAMAS FELIN dénuée de sa poignée électronique pourrait convenir , mais encore trop coûteux peut-être ?
Le HK 417 tant plébiscité par nos troupes est peut être une solution ?

Honnêtement , une nation du conseil des 5 qui est incapable de construire un fusil (même pas le canon d'un fusil !! c'est toujours Beretta qui fournit !!) n'y a plus sa place , point final .

Demandons à nos soldats ce qu'ils veulent d'abord et ensuit voyons ce que nous pouvons faire.
C'est vrai qu'acheter allemand en ferait souffrir plus d'un comme moi , mais bon ......
a écrit le 22/06/2014 à 9:36 :
Le famas est une bonne arme, pourquoi changer? Surtout que nous n'avons pas beaucoup d'argent.... Bon il faut dire que le famas infanterie s'est du bricolage... Bon il y a surtout les problème du chargeurs.... Mais le reste est fiable et efficace ..... Alors pour faire des économie une nouvelle version avec les petit problème régler définitivement, chargeur, lunette de tir....
Réponse de le 23/06/2014 à 19:22 :
Parce que comme pour tout ils veulent du tout connecter. Le nouveau fusil sera sûrement équipé de caméra comme le nouveau famas; et le militaire bourré de petites batteries...
a écrit le 21/06/2014 à 15:07 :
de l argent pour la bombe pas pour un fusil d assaut cherche le probleme allez courage
a écrit le 21/06/2014 à 11:07 :
Achetons Polonais , ils ont out le temps faite de bonnes armes .
a écrit le 20/06/2014 à 20:42 :
L'armée française utilise déjà (en petite quantité) un fusil d'assaut H&K 417 suite aux déconvenues subies en Afghanistan dues au faible calibre du Famas (sauf erreur de ma part)
Réponse de le 21/06/2014 à 10:35 :
C'est exact mais pas seulement. Le Famas n'a pas de matériau dans sa conception d'origine qui évite l'enrayement dans la chambre de chargement et il y a aussi le calibre et la portée qui est insuffisante notamment en terrain découvert. C'est pourtant une super arme le clairon mais qui date désormais.
Réponse de le 21/06/2014 à 11:52 :
J'espère que pour son successeur, ils penseront aux porteurs de lunettes. Le FAMAS perd énormément de précision pour ceux qui en portent. le U prêt des yeux est un calvaire. Du coup on tir plus au jugé et le PA en devient plus précis...
Réponse de le 29/09/2014 à 16:25 :
N'importe quoi, je porte des lunettes et j'étais un très bon tireur (avec les cartouches qui vont bien). Tir couché à 400m je faisais mouche, et je n'étais pas dans l'infanterie mais dans l'informatique lol...
a écrit le 20/06/2014 à 18:38 :
des milliards pour le nuclaire mais pas pour un fusil d assault , elle est belle la france +(
Réponse de le 20/06/2014 à 21:59 :
Votre pseudo est bien choisi car EDF rapporte chaque année des milliards à l'Etat.
Réponse de le 22/06/2014 à 15:08 :
c est pas edf qui va en 1ere ligne
Réponse de le 22/06/2014 à 15:15 :
militaire+ bombe+ nuclaire ( rapprochement) vous ne sortez pas de st cyr
Réponse de le 23/06/2014 à 12:05 :
toto a écrit le 21/06/2014 à 15:07 :

de l argent pour la bombe pas pour un fusil d assaut cherche le probleme allez courage. un qui sort de st cyr pas comme vous ^^ article militaire
a écrit le 20/06/2014 à 16:29 :
Donc le ministre répond qu'il n'y a plus d'entreprise française capable de le faire, mais il "très ouvert à ce que des entreprises françaises répondent d'une manière ou d'une autre à cet appel d'offres, et je les incite fortement à le faire"... C'est d'une finesse d'esprit...
a écrit le 20/06/2014 à 14:41 :
Quand je lis toutes les réactions je me dis qu’il y a quand même quelques points oubliés. Nous avions une industrie de l’armement (militaire et civile) florissante. Avec la baisse constante depuis 1991 et le 1° plan de réduction des armées de Chevenement, puis les réductions permanentes des dotations autant militaires que policières et comme tout est fait pour la diminution de la chasse. Il ne faut pas être surpris que les manufactures d’armes aient fermé et l’absence de prévisionnel européen ne favorise pas la recherche développement qui permettrait de proposer une arme sur étagère.
Nos politiques préfèrent la dépense dans les allocations plutôt que dans le maintien de l’emploi. C’est un choix depuis plus de 30 ans avec les conséquences directes et perte de compétences. Il est bien d’autre domaine dans la défense qui sont touchés par ce phénomène.
L’armée de l’air à perdu ses avions de guerre électronique DC8 et Transal sans que ça n’émeuve quiconque. Le F1CR part à la retraite sans que les pods reco du rafale soient complétement opérationnel, l’alpha jet arrive en fin de vie en France, Belgique Allemagne, Il serait temps de lancer un programme européen de remplacement.
La marine et l’armée de terre ne sont pas en reste.
L’industrie de l’armement comme le reste de l’industrie paie au prix fort la volonté des années 80 et 90 de la mode de l’industrie sans usine et de la volonté politique et éducative de faire des français des bacheliers chômeurs plutôt que des travailleurs manuels.
a écrit le 20/06/2014 à 12:22 :
J'ai travaillé pendant de longues années dans l'industrie de défense, il est FAUX, ARCHI FAUX de dire que nous sommes obligés de lancer un appel d'offre pour des produits de défense. De plus si nous n'avons pas d’industriel pour fabriquer le successeur du Famas, il faut obliger le constructeur sélectionné, a produire ces armes en France. Nous le faisons lorsque nous vendons des bateaux, des avions et même des grosses quantités de missiles à l'étranger, pourquoi n'appliquerions nous pas ces mêmes règles quand nous sommes concerné ?
Réponse de le 20/06/2014 à 12:47 :
" il faut obliger le constructeur sélectionné, a produire ces armes en France. Nous le faisons lorsque nous vendons des bateaux, des avions et même des grosses quantités de missiles à l'étranger, pourquoi n'appliquerions nous pas ces mêmes règles quand nous sommes concerné ? "

Mais tout seimplement parce que le marché en question (21'000 fusils) est totalement dérisoire! Qui va accepter de délocaliser sa production pour des clopinettes? Si je vous dis : "Je t'achète un kilo de tomates, mais tu viens les produire dans un champ visible de ma fenêtre", pensez-vous avoir beaucoup d'offre?
Réponse de le 20/06/2014 à 15:31 :
Oui enfin, 21000 fusils, c'est quand même pas négligeable, et surtout, ça ne couvre que la durée de la LPM : la cible du livre blanc est de 90000!
Quand bien même, créer une ligne de production en France à partir de rien pourrait effectivement être inutilement coûteux. Mais les autres solutions ne manquent pas. Par exemple, il faudrait voir s'il existe des industriels en France qui pourraient faire une production sous licence à un coût raisonnable. Même avec un surcoût, ça peut être intéressant.

En dernier recours, il y a d'autres compensations industrielles possibles : Pour l'industriel, ça peut être par de la sous-traitance ou bien un autre type d'offset. Ou alors, directement par un "deal" d'état à état, comme ce qui pourrait se dessiner avec le Royaume-Uni (Watchkeeper en échange de VBCI).
a écrit le 20/06/2014 à 12:00 :
Un fusil doit être simple stable robuste...

La France a laissé partir et a détruit ses manufacture.

Déjà en 1870 elle est tombée à court de munitions... (polémique avec la Belgique)

Les FS ont déjà sélectionné une très bonne arme pour remplacer le FAMAS.

Il faut certes faire un appel d'offre après le plus simple serait de faire une fabrication sous licence de l'arme pour disposer d'une chaine sur 15 ans.
Ou Alors que le gagnant s'engage à ouvrir une structure en France pour fabriquer l'arme.

Certes cela aurait un coût mais c'est celui de la souveraineté.

Après il n'y a pas photo, les bonnes armes de poing pistolet et fusil d'ssault ne sont plus française depuis longtemps.

Chassepot Lebel MS39 sont des légendes qui ont coûté cher en vies humaines.

Que la fabrication soit localisé dans le Rhone ou à Mulhouse on s'en tape de toute façon la compétence n'est plus là et il faudra 10 ans pour former tout le monde.
Réponse de le 27/06/2014 à 10:40 :
Le FAMAS est un excellent fusil d assaut précis et robuste Mais c est vrai que les suisses allemands et belges font de trés bonnes armes également
a écrit le 20/06/2014 à 11:51 :
C'est de la blague tout ça. Ce qu'il faut, c'est acheter un fusil d'assaut Belge. Un fabriquant de fusils de chasse part à priori de très loin pour réaliser un fusil d'assaut. Le Famas qui est moyen, pas très bon. Pourtant, MAS était spécialisé la dedans. Ré acquérir ces capacités est fort chère et peu utile.
Réponse de le 20/06/2014 à 13:43 :
à Math : je suis surpris par vos déclarations selon lesquelles mes fantassins seraient équipés avec des fusils d'assaut M16 de l'armée américaine ! néanmoins, je reste à votre écoute.
Réponse de le 20/06/2014 à 18:14 :
encore une taffe ?....
a écrit le 20/06/2014 à 11:51 :
C'est de la blague tout ça. Ce qu'il faut, c'est acheter un fusil d'assaut Belge. Un fabriquant de fusils de chasse part à priori de très loin pour réaliser un fusil d'assaut. Le Famas qui est moyen, pas très bon. Pourtant, MAS était spécialisé la dedans. Ré acquérir ces capacités est fort chère et peu utile.
a écrit le 20/06/2014 à 11:43 :
bruxelles n'a rien a voir pour ce marches
ou la destrution des emplois et de l'industrie commandite par les autorites
soumis aux speculateur
a écrit le 20/06/2014 à 11:41 :
Pour avoir un armement personnel moins lourd , il faut passer aux recharges à gaz .
a écrit le 20/06/2014 à 11:25 :
les armes coutent cher et le Famas n'échappait pas a cette règle avec sa réputation en prime , les tanks et les avions dernier cri qui font des bidet dans l'export on a vu aussi , construire tout soi meme et au final n'avoir que quelques nuitées valables et le reste a la casse c'est absurde et un immense gâchis .. mieux vaut acheter des produits sans doute moins cher et moins technologiques dans certains domaines mais plus fiables , car tout cela a un cout considérable pour le contribuable a la finale ..
a écrit le 20/06/2014 à 9:45 :
Pourquoi se poser tant de questions ??
Demandons aux principaux intéressés, les militaires, de choisir l'arme qu'ils estiment être la meilleure. Après tout il en va de leur propre sécurité et il me semble que c'est à eux de décider ce qui leur convient le mieux..!
a écrit le 20/06/2014 à 9:44 :
Les Russes nous achètent bien des navires de guerre. Le Famas avait mauvaise réputation du temps assez lointain de mon instruction militaire.
Réponse de le 04/07/2014 à 17:02 :
au début des années 90 en tout cas, ceux mis entre les mains des bidasses que nous étions n'étaient que de vieux rossignols très usés. A quoi bon avoir une arme qui ne pourra pas servir en conditions opérationnelles.
a écrit le 20/06/2014 à 8:58 :
Le consortium Kalachnikov, qui réunit le groupe de recherche et de production Izhmash et l'usine des constructions mécaniques d'Ijevsk, est un important producteur russe de fusils automatiques et de précision, d'obus téléguidés, de fusils de chasse et de sport. Fondée en 1807, l'entreprise a reçu son nom actuel en 2013.Les armes fabriquées par le consortium sont exportées vers 27 pays du monde, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Norvège, l'Italie, le Canada, le Kazakhstan et la Thaïlande.Une bonne adresse,plébiscité par les Us qui plus est.
Réponse de le 20/06/2014 à 10:31 :
On fait comment si les Russes ne veulent plus nous approvisionner pour des raisons diplomatiques... On attend le dégel ?
Réponse de le 20/06/2014 à 13:40 :
Un fusil d'assaut ça tombe en panne de ............... munitions uniquement.On en fera fabriquer en Chine comme d'hab,c'est pas un soucis.
a écrit le 20/06/2014 à 8:52 :
" Les entreprises capables de fabriquer ces armes ont été fermées " ; encore une actions des banquiers ...Bonaparte : " Les financiers n'ont pas de patriotisme , leur objectif , c'est le gain..."
a écrit le 20/06/2014 à 8:39 :
Mouais... Rappelons que si le Famas avait été un aussi bon produit, on l'aurait vendu un peu partout à l'export et on continuerait à le produire en France, donc des industriels français seraient aujourd'hui en mesure de proposer un nouveau fusil ou son évolution, et on en serait pas à chercher des fabricants étrangers... Quant à fabriquer des fusils étrangers sous licence en France, faut pas rêver ,les volumes en jeu ne permettent pas une solution économique viable. Quant à ce brave Député Meunier je m'étonne de sa méconnaissance du tissu industriel de l'armement en France...Et ça nous fait des lois...
Réponse de le 20/06/2014 à 11:27 :
2 ak = 1 famas niveau prix . apres en sont temps le famas ete la ref ( bon il y a 40 ans ) pauvre france
Réponse de le 27/06/2014 à 11:04 :
comparer l AK47 enfin disons au moins l AKM au Famas? Ok l Ak est une arme robuste peu exigente en terme d entretien et elle fait des gros trous ...mais bon on peut pas se suffire de ca niveau précision c est vraiment pas ça !!!
a écrit le 20/06/2014 à 7:58 :
Même un petit pays comme la Croatie a été capable de développer en pleine guerre une arme de point - le HS 2000 - qui s'est imposée sur le marché mondial et n'hésite pas à lancer un programme pour un nouveau fusil d'assaut national, mais notre pays, plus de 10 fois plus peuplé, en serait incapable?
a écrit le 20/06/2014 à 7:54 :
Autant que je sache, on a décidé il y a un an ou deux de remplacer la mitrailleuse de base, l'AA52, par une arme belge, et personne ne s'en est plaint. Ce qui compte, c'est que nos soldats soient bien armés. Où est le problème ?
a écrit le 20/06/2014 à 4:26 :
Hors du débat libéral et des règles de moins disant : Pour une fois, si on demandait a l utilisateur de choisir.
a écrit le 20/06/2014 à 0:13 :
Les Russes nous achètent des navires de guerre. Achetons leur des fusils. Ils en font d'excellents et très économes...
a écrit le 19/06/2014 à 22:43 :
Il faut reconnaître que d'avoir acheté le FAMAS, avec son percuteur qui casse comme du verre et ses chargeurs aux lèvres si fragiles, ça aurait dû valoir de sérieuses poursuites judiciaires aux ministres qui ont signé ça...
a écrit le 19/06/2014 à 22:39 :
Ça ne tue personne, ça coûte moins cher et ça, on a bien une entreprise qui saura le faire.
Ha j'oubliais, il faut faire une mise en concurrence européenne voire galactique si on demande des options.
Tant pis, les soldats auront une imitation du super soaker made in RPOC.
a écrit le 19/06/2014 à 22:25 :
Pourqoui ne pas choisir l'arme Ui convient le mieux et la produire sous licence en France ? C'est le choix qui avait été faite pour les jeep Willis produites par hotchkiss pour la guerre d'Algérie. A ce rythme, nous allons bientôt demande à l'Allemagne ou à l'Italie de produire nos futures armes atomiques.
Réponse de le 19/06/2014 à 22:35 :
@Pepe12 suite : Oui, je pensais à la même chose! Concevoir en France nos fusils d'assaut n'est peut-être plus aujourd'hui la reine des priorités, et une uniformisation européenne aurait ses mérites. Il semble donc intéressant de choisir un manufacturier, préférentiellement européen, qui a déjà une solution sur étagère mais de réaliser une production sous licence en France.
a écrit le 19/06/2014 à 22:03 :
Manlicher hausse 400 télé et HOP ,8 ml surtout pas de fusil à lapin,Merci
a écrit le 19/06/2014 à 21:20 :
C'est comme en 40, on avance... reste le réseau mili, on protège les gosses!
a écrit le 19/06/2014 à 20:14 :
c'est amusant

j'ai revu cet excellent film hier soir et aujourd'hui cet article sort ...

On a rien d'autre en stock pour défendre le Made in France

bravo la gauche humaniste
Réponse de le 19/06/2014 à 20:39 :
Merci surtout a la droite d'avoir passé ces lois qui nous tuent... Et merci a la gauche en ne les supprimant pas de continuer a nous tuer l'économie et notre avenir !
a écrit le 19/06/2014 à 19:53 :
est la simple conséquence d'un vote de la majorité 2007-2012 (gouvernement Fillon). De quoi parle-t-on exactement ? A travers le décret du 14 septembre 2011, la France a transposé la ETC.......Donc le pays Européen dont les charges sociales sont les moins élevées aura toutes les chances de remporter le marché.... mais on marche sur la t^te.
Il faut réellement quitter l'Union. Et Honte aux élus du groupe Fillon qui ont signé n'imprte quoi
Réponse de le 19/06/2014 à 20:23 :
Marine sort de ce coprs
Réponse de le 19/06/2014 à 20:38 :
OUI, quitter l'UE mais aussi l'OTAN, et la France pourrait finalement revenir à sa souveraineté. Le Général, après tant d'années de remous dans son tombeau, pourrait finalement reposer en paix.
a écrit le 19/06/2014 à 19:44 :
L'alternative la plus plausible, afin d'obtenir un fusil d'assaut fabriqué en France, serait THALES. En effet, THALES Australie planche depuis un moment sur un fusil d'assaut inspiré du Steyr AUG autrichien.
Mais bon, le temps que ce soit finalisé, et sans usines de production à l'heure actuelle en France, nous allons tout simplement nous retrouvé avec des HK 416 ou des FN SCAR L.
Réponse de le 20/06/2014 à 1:42 :
HK 416 déjà adopté et préféré par les unités d'élite.
Réponse de le 20/06/2014 à 12:02 :
Pas besoin de reinventer la roue le HK est une valeur sûre déjà en unité.
reste à négocier le prix et la fabrication.
a écrit le 19/06/2014 à 19:27 :
...s'il vous plait, pas de fusil français, on en a marre du materiel de merde made in France ou qui coute 5 fois plus cher qu'à l'étranger (donc on peut en avoir moins)...
Réponse de le 19/06/2014 à 20:48 :
Sauf que si on achète un produit français même 5x plus cher, l'argent reste chez nous et fait tourner notre économie. Faut réfléchir un petit peu
Réponse de le 20/06/2014 à 12:17 :
Ça fait plaisir de voir que la France est pleine de patriotes.
Réponse de le 21/06/2014 à 11:49 :
Oui hein, on en vois plein dans les magasins aussi, avec leur caddies remplis de plein de produit premier prix tous Français bien sûr... On a plus d'argent, il faut être réaliste vous reprochez au gouvernement de coûter trop cher et là vous voulez qu'ils achète 5 fois plus cher pour que ce soit Français? Vous acceptez aussi que vos impôts double alors !
a écrit le 19/06/2014 à 19:24 :
Moi, j'achète tous mes fusils d'assaut à la Chine. C'est moins cher, plus simple et recyclable.
Réponse de le 19/06/2014 à 21:58 :
Manolo à une idée derrière la tête, le canon à boulettes de paella empoisonnées. Il paraît que c'est redoutable. Il prévoit aussi le canon à obus de tapas épicés ça c'est mortel.
a écrit le 19/06/2014 à 17:48 :
Il parait qu'il est extrêmement facile en réalité d'éviter d'en arriver à solliciter un prestataire non français dans un appel d'offre, simplement en demandant dans les clauses d'appel le produit avec le plus de retombées financières au niveau du pays, ce qui est autorisé; ce qui permet donc d'y inclure les charges sociales comme un bonus.
Certaines administrations "imaginatives" y ont déjà recours, Bayrou lui-même en avait plusieurs fois parlé; il faudrait généraliser cela à l'ensemble des administrations, du pays.
a écrit le 19/06/2014 à 17:25 :
Bonjour M. Cabirol, serait-il possible d'avoir une petite précision? La citation du député UMP semble faire référence à 2 choses bien différentes : il y a d'un côté l'origine de l'arme, et de l'autre l'enjeu de la production. La possibilité de passer un contrat avec un fournisseur étranger mais avec une production en France de l'armement est-elle évoquée?
Il ne s'agit quand même pas de systèmes complexes : une standardisation européenne devrait être possible sur de tels sujets.

Par contre, je ne comprends pas bien le refus du Royaume-Uni pour la préférence communautaire : Avec la puissance de leur industrie d'armement, et la quantité actuelle d'équipements importée des USA, ils auraient eu BEAUCOUP à y gagner!
Réponse de le 19/06/2014 à 18:58 :
Bonjour Mobius, voilà la question in extenso publiée sur le site de l'Assemblée nationale :
M. Philippe Meunier : Ma question s’adresse à M. le ministre de la défense.
Monsieur le ministre, le FAMAS, fusil d’assaut de l’armée française, sera bientôt remplacé pour faire face aux nouvelles contraintes du combat moderne. Deux options sont envisageables : l’achat sur étagère d’un fusil d’assaut étranger ou la production en France de cette arme si importante pour nos fantassins.

Il a fallu, dans les années 1970, toute la volonté et l’engagement du secrétaire d’État à la défense, le général Bigeard, à qui je rends d’ailleurs hommage ainsi qu’à ses parachutistes (Applaudissements sur de nombreux bancs du groupe UMP), pour imposer une solution nationale avec le choix du FAMAS, aidé en cela par son aide de camp, notre collègue Yves Fromion.

Aujourd’hui comme hier, l’industrie française est capable de produire ce type d’arme, notamment en Rhône-Alpes, dans le bassin industriel de Saint-Étienne, réputé pour la qualité de sa production. Malheureusement, tel qu’il est rédigé, l’appel à candidatures portant sur la fourniture d’armes individuelles publié en mai 2014 exclut de fait toute entreprise française. C’est la raison pour laquelle je vous demande instamment de revoir les deux clauses de cet appel à candidatures, qui, si elles n’étaient pas modifiées, empêcheraient nos armées de se voir doter d’un fusil d’assaut de qualité produit en France.

En cette année de centenaire, rappelant le sacrifice de nos soldats armés de leurs fusils Lebel, ne soyez pas le ministre de la défense qui, pour la première fois de notre histoire, prendrait la décision d’équiper nos fantassins d’un fusil étranger.

Nous savons déjà que votre loi de programmation militaire ne sera pas respectée, puisque les recettes exceptionnelles attendues ne sont pas au rendez-vous. Essayez au moins de tenir votre engagement à l’égard de nos PME françaises, essentielles pour notre industrie de l’armement, notre indépendance et nos emplois ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)
Réponse de le 19/06/2014 à 22:29 :
tout est dit. on ne pense qu'au lobby, au buisness...les militaires sont les derniers interrogé sur le sujet. Vous voulez sauvegarder vos PME et vos emplois, bien...mais nous on veut un fusil d'assaut fiable, allemand ou américain, parce que le matériel made in France n'est pas à la hauteur pour que nous puissions sauver notre peau...
Réponse de le 19/06/2014 à 22:30 :
Merci beaucoup pour cette réponse détaillée.
En tout cas, je ne voudrais pas blâmer ce député, mais sa question n'est pas plus claire : il fait référence à 2 clauses dans l'appel d'offres, mais on ne sait pas en quoi elles consistent.
Sa question reste essentiellement sur le terrain politique et passe à côté des autres enjeux, c'est bien dommage.
Je ne sais pas si M. Le Drian dit vrai dans sa réponse en déclarant qu'il n'y a plus d'industriel français en mesure de produire des fusils d'assaut, mais je suis davantage enclin à le croire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :