Défense : Thales gagne un contrat de 1 milliard, ses rivaux sont très énervés

 |   |  553  mots
Le programme Lorca a pour objectif de fournir en moins de sept jours sur tous les sites de l'armée de l'air des joints, des boulons, des pneumatiques, des câbles, etc... pour l'ensemble du parc des aéronefs du ministère de la Défense et de l'Intérieur. Soit environ 200.000 références.
Le programme Lorca a pour objectif de fournir en moins de sept jours sur tous les sites de l'armée de l'air des joints, des boulons, des pneumatiques, des câbles, etc... pour l'ensemble du parc des aéronefs du ministère de la Défense et de l'Intérieur. Soit environ 200.000 références. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Thales a remporté un contrat de près de un milliard d'euros auprès du ministère de la Défense. Un succès qui fait grincer les dents de ses concurrents, qui ont déposé des recours. Des recours qui donneraient droit à une indemnisation.

Ce sont des contrats qui ne font jamais la Une des journaux. Et pourtant, le programme Lorca (Logistique optimisée pour le réapprovisionnement de consommables aéronautiques) géré par la SIMMAD (Structure intégrée du maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques du ministère de la Défense) ferait le bonheur de n'importe quel groupe. Et pour cause, son montant (hors TVA)  approche le milliard d'euros (977 millions, précisément) sur dix ans. Ce qui est un beau pactole, un très beau pactole même qui a excité la convoitise de cinq groupes.

Le programme Lorca a pour objectif de fournir en moins de sept jours sur tous les sites de l'armée de l'air des joints, des boulons, des pneumatiques, des câbles, etc... pour l'ensemble du parc des aéronefs du ministère de la Défense et de l'Intérieur. Soit environ 200.000 références.

Thales a décroché le jackpot

Et c'est Thales, et plus précisément Thales Communications & Security, qui a raflé la mise auprès de la SIMMAD, face à ses concurrents plus ou moins dépités (Engie Ineo, Sabena Technics et Nexter), selon des sources concordantes. Airbus Defence and Space associé à Eurotech International a été un moment intéressé par ce projet. Thales Communications & Security, qui sous-traitera une partie du contrat à Thales Systèmes Aéroportés et à Kuehne+Nagel, a été jugé le mieux-disant par la SIMMAD. Un critère qui a pesé pour 50% dans la décision de la SIMMAD. Contacté par La Tribune, Thales n'a pas souhaité faire de commentaires et Engie INEO n'a jamais répondu à nos sollicitations.

Pourquoi Thales s'intéresse aux pièces détachées ? Parce que les marges générées par les contrats d'externalisation des armées sont en général très élevées. Ensuite, Thales Communications & Security, la division qui gère une très grande partie des contrats de services, propose une logistique de bout en bout en partenariat avec l'un des leaders mondiaux de la logistique qu'est Kuehne+Nagel. Surtout, Thales propose un système dit intelligent (big data) pour mieux gérer les énormes flux générés par la maintenance des aéronefs de l'armée de l'air et des douanes. Et le big data, c'est l'une des marottes du PDG de Thales, Patrice Caine.

Recours acceptés

Problème, la conduite de l'appel d'offres semble avoir été un poil défaillante. D'après des sources concordantes, Engie Ineo et Sabena Technics ont déposé des recours auprès du Tribunal administratif de Paris. Nexter aurait retiré le sien au tout dernier moment. Selon nos informations, le juge, qui n'aurait pas remis en cause l'attribution de cette commande à Thales en raison du caractère opérationnel de ce contrat, a toutefois estimé que les deux plaignants étaient en droit de réclamer une indemnisation.

Pourquoi ? Au cours de la négociation, la SIMMAD a dû faire évoluer le cahier des charges pour l'adapter au plus près de ses besoins, explique-t-on à La Tribune. Ce qui légitimerait pour Engie Ineo et Sabena le droit de réclamer une indemnisation. Un petit bug qui pourrait coûter cher à la SIMMAD. Surtout pour des joints et des boulons...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2017 à 14:00 :
Presque amusant, changer les spécifications en cours d'appel d'offre devrait conduire à une annulation mais gageons que personne ne s'en souciera.
Après, vous devriez vous poser la vraie question : qu'est-ce qui relie (ou unit) le ministre, le PDG de Thales et le directeur de la SIMMAD ?
Idem avec les battus, car ils ne sont pas nécessairement innocents non plus.
a écrit le 30/03/2017 à 19:26 :
On se demande un peu quand même ce que vienne faire des sociétés comme Engie ou Sabena dans la défense.
Réponse de le 31/03/2017 à 15:36 :
INEO DEFENSE...
Réponse de le 11/04/2017 à 13:53 :
Et pourquoi ça ? Par définition, un groupe ne se cantonne pas à une activité réduite, dans un domaine unique.
Pour info, Thales fait des optiques pour caméras de cinéma. Ça vous étonne ?
a écrit le 30/03/2017 à 13:37 :
L'externalisation de la maintenance ou de la logistique est une aberration.... Les exemples sont nombreux du non fonctionnement de ce systeme '.... Le service n'est jamais à la hauteur de là demain, et Apres quelque annee le calcule du coût réelle est bien superieur au prix annoncé. Quelque exemple, les visites de contrôle du notre porte avion sont passer de 3 mois A une période comprits entre 6 et 9 mois. La MCO dans l'AdT , 50% du park est hors service pour attentes de pièces... Ensuites le non renouvellement des personnels de la maintenance a conduit à une perte de savoir faire important à tous les niveaux... Bien sûr l'on évite de parler trop du coût financière de cette histoire...
Réponse de le 30/03/2017 à 16:22 :
"L'externalisation de la maintenance ou de la logistique est une aberration."
Tout à fait d'accord, et dans tous les domaines
Réponse de le 31/03/2017 à 15:39 :
@gilles - une aberration ? pas pour les directeurs financiers...
a écrit le 30/03/2017 à 11:31 :
Excellente article et information passionnante même si profondément écœurante.

" la SIMMAD a dû faire évoluer le cahier des charges pour l'adapter au plus près de ses besoins, explique-t-on à La Tribune. "

En effet on comprend parfaitement que les concurrents soient un peu verts de ces changements de dernières minutes qui ont favorisé Thalès maintenant tous savent très bien comment cela se passe, THALES comme Véolia, comme Vinci comme Bouygues comme TOTAL (j'en oublie forcément...) sont les multinationales qui ont les plus gros réseaux et donc ce sont elles qui remportent la plupart des marchés publics.

C'est ça le néolibéralisme cela n'a rien à voir avec de la compétitivité ou bien de la qualité de travail ou tout autre notion non financière, plus tu as le bras long plus tu gagnes de pognon.

Et du coup afin de dissimuler cet état de fait l'état va donner de l'argent à tout le monde pour que chacun se taise pour que tous les actionnaires soient contents, avec notre argent bien sûr. Individualisation des gains et socialisation des pertes.

Merci beaucoup pour cette information majeur, un véritable scandale, qui nous parle ouvertement d'une compromission généralisée mais que jamais nous ne verrons ailleurs et ne sera jamais expliquer sous sa vraie forme, il ne faudrait pas que les français se mettent à percuter. Tu m'étonnes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :