La France près de vendre 64 Mirage F1... aux Etats-Unis

 |   |  276  mots
Les derniers Mirage F1 français ont été retirés du service actif le 13 juin 2014 et ont effectué leur dernier vol à l'occasion de la cérémonie du 14 juillet 2014.
Les derniers Mirage F1 français ont été retirés du service actif le 13 juin 2014 et ont effectué leur dernier vol à l'occasion de la cérémonie du 14 juillet 2014. (Crédits : Armée de l'air)
La France devrait vendre 64 vieux Mirage F1 à une des deux sociétés de services américaines, Draken International ou Airborne Tactical Advantage Company (ATAC)

C'était sur le bureau de la ministre des Armées Sylvie Goulard, plutôt dans le haut de la pile. Après son départ de l'Hôtel de Brienne, le dossier de la vente de 64 Mirage F1 attendra la nouvelle ministre Florence Parly. Elle devra choisir de vendre les Mirage F1 retirés du service en France en 2014 à deux sociétés américaines Draken International ou à Airborne Tactical Advantage Company (ATAC), selon nos informations. Le contrat serait évalué à 25 millions d'euros, précise-t-on à La Tribune.

Les deux sociétés sont très intéressées par l'avion de combat de Dassault Aviation (720 appareils vendus) mis en service en 1973 et dont les stocks sont conservés sous cocon à la base aérienne de Châteaudun. L'offre de Draken International semble plus intéressante sur le plan industriel pour les PME européennes. Pour la remise en service des appareils, Draken International s'appuierait notamment sur Sabca, la filiale belge de Dassault Aviation spécialisée dans la modernisation d'avions militaires, et de la PME française Secamic présente dans la maintenance d'appareil de seconde main.

Une flotte de 80 avions de combat

Draken, qui dispose déjà d'une flotte de 80 avions de combat, et ATAC proposent à l'armée de l'air (USAF) et à la Marine (US Navy) des avions de combat pour la formation de pilotes de chasse (tactique, simulation de menaces, soutien tactique air-sol, ravitaillement air-air...). Les derniers Mirage F1 français ont été retirés du service actif le 13 juin 2014 et ont effectué leur dernier vol à l'occasion de la cérémonie du 14 juillet 2014. Ils sont aujourd'hui remplacés par les Mirage 2000 et Rafale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2017 à 15:27 :
Pourquoi ne pas faire une filiale chargée de revendre ces appareils aux pays intéressés plutôt que de laisser faire une marge à des états-uniens.
Les industriels français payent tellement peu de charges qu'ils puissent se permettre de délocaliser sur des marchés captifs ?
a écrit le 24/06/2017 à 19:16 :
Un F1 ça peut se revendre très bien à certains pays. Ne pas oublier qu’un armement dit obsolète mais bien utilisé, par des fanatiques, peut faire encore des dégâts face à une armée même technologiquement supérieure (Pour rappel, les 4x4 plateaux Toyota armés employés par les groupes Daesh et autres AL Quaida font toujours preuve d’efficacité). La société Draken est avant tout un « un marchand d’armes » qui fera certainement un bénéfice juteux à la revente de ces avions.
a écrit le 24/06/2017 à 14:15 :
Cela semble être une bonne affaire pour l'acheteur.
N'y a t'il pas un risque qu'ils soient intéressés par de la technologie ?
De ce que j'ai vu dans un documentaire sur les 100 ans de Dassault Aviation, ils faisaient beaucoup évoluer leurs appareils et ont été à l'origine de nombreuses idées et découvertes, ou c'est un mirage.

Quand aux motivations du vendeur, n'a t'on pas cédé une part d'aéroport aux chinois ?
Plus rien ne me surprend.
a écrit le 24/06/2017 à 12:38 :
peut on créer un avion Français
pour remplacer les alfa jet
a écrit le 23/06/2017 à 17:18 :
Je ne suis pas du tout expert en la matière mais pourquoi cette firme ne écupère t-elle pas des chasseurs américains déclassés tout simplement type F16, F15 ?
Réponse de le 24/06/2017 à 12:03 :
@laurent: parce que je pense que 25 millions moins 25 millions de subventions de l'État français, c'est une bonne affaire, notamment pour Dassault qui n'a jamais pu vendre ses zingues :-)
Réponse de le 24/06/2017 à 15:33 :
Le coût horaire opérationnel d'un Mirage F1 est de l'ordre de $2,000-$2,500 soit approximativement la moitie de celui d'un appareil américain F16C-Blk 50.
a écrit le 23/06/2017 à 14:45 :
Pas mieux à faire pour le climat, et, au lieu de bombarder les déserts :
- http://www.automobile-propre.com/un-avion-affaires-electrique-devoile-au-salon-du-bourget/?utm_content=buffer5ba37&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=bufferhttp://www.automobile-propre.com/un-avion-affaires-electrique-devoile-au-salon-du-bourget/?utm_content=buffer5ba37&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=bufferhttp://www.automobile-propre.com/un-avion-affaires-electrique-devoile-au-salon-du-bourget/?utm_content=buffer5ba37&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

- de bien trop rares coins du monde aménagés en agroforesterie retenue, alors que toute pente et plaine devrait l'être pour éviter canicules et crues répétées !§! https://greenjillaroo.wordpress;com
a écrit le 23/06/2017 à 11:04 :
Les commentaires traduisent une certaine méconnaissance de l'aéronautique en général, et du Mirage F1 en particulier, sans oublier la société DRAKEN international.

Le Dassault Mirage F1,mis en service dans les années 1970, est le successeur du Mirage 3, qu'il a remplacé dans l'Armée de l'Air. Il a été conçu à l'époque de la guerre froide. C'est un chasseur mono-réacteur (SNECMA ATAR 9K50) à aile en flèche, en position haute. Il se caractérise par une capacité à utiliser des pistes sommaires, grâce à son train d'atterrissage. Ses missions, selon les modèles, allaient de la supériorité aérienne (chasse pure), aux missions d'appui air-sol, et reconnaissance. Il reste un excellent avion, mais ses technologies sont aujourd'hui dépassées. Une refonte serait trop coûteuse pour l'Armée de l'Air.

Le Mirage 2000, chasseur mono-réacteur à aille basse delta et à commandes de vol électriques, l'a remplacé dans l'armée de l'air à partir des années 90, avec des missions similaires. Le Mirage 2000 a été décliné en plusieurs versions, défense aérienne, attaque au sol, bombardement nucléaire.
Quelques Mirage F1, mais principalement le Mirage 2000 sont encore en service dans différentes armées de l'air dans le monde.

C'est maintenant au Rafale d'assurer progressivement la succession à la fois du Mirage F1 et du Mirage 2000 depuis 2006 dans l'Armée de l'Air et l'Aéronavale Françaises.
Le Rafale est un appareil terrestre et embarqué sur porte-avions, "omnirôle", biréacteur à aile delta médiane, plans "canard", commandes de vol électriques, entièrement numérique. Il dispose d'un très grand rayon d'action, et d'une exceptionnelle capacité d'emport.

La société DRAKEN International est une société privée qui propose des services pour l'entrainement avancé des pilotes, grâce à une flotte assez hétéroclite. Son principal client est l'USMC. Mais DRAKEN n'a en aucun cas la volonté ni les moyens de se substituer à des unités de combat, sa flotte d'avions n'étant plus suffisamment opérationnelle.
a écrit le 23/06/2017 à 6:37 :
Si ces sociétés sont sérieuses et recommandables, y a pas à hésiter parce que j'imagine que c'est pas donné d'entretenir ces avions qui font ventouse...
Réponse de le 23/06/2017 à 21:19 :
Nico,
Le vrai prix du F1 : 11 million de dollars*. Alors 390 625€ par appareil, soit une décote de 96,44886%, c'est un prix cadeau. Quelle générosité que celle du contribuable français !
Ces F1 ne sont pourtant pas des macarons rassis, des vieilleries dont il faudrait se débarrasser. Non, ces machines restent des merveilles. Songez que 390K€, ce n'est même pas la côte de certaines voitures. S'il faut vendre, vendons le prix, voilà ce que je dis.
* voir sur "http://www.fighter-planes.com/info/mir_f1.htm"
a écrit le 22/06/2017 à 19:56 :
Ces entreprises Américaines vont faire du business , locations /ventes avec des émergents
limités financièrement ensuite le nom Dassault est porteur . Pour les affamés de technologie un super étendard Argentin a coulé le Sheffield fleuron de la marine Anglaise en se déplaçant 10 m au dessus de l' eau, tout est possible .
a écrit le 22/06/2017 à 19:42 :
Bien si les USA souhaitent acheter nos vieux appareil , s'est sûrement pour effectuer des entraînement au combats dans les centre de formation.( avion cible ennemi) ... Il faut dire que nous avons beaucoup vendu de nos appareils au Maghreb ..... Ou ils souhaitent pouvoir les vendre en pièce détacher a certain pays alliée ( du moment) .. Bon personnellement , je n'est rien compter cette vente , nous somme exportateur et nous n'avons pas d'interdiction de vente à ce pays....
Réponse de le 23/06/2017 à 9:49 :
entrainer au combat contre des appareils depassés ? drole d idee

Pourquoi pas entrainer leurs pilotes avec des Messerchmitt 109 alors ?
Surtout que le F1 n a pas ete vendu en masse. donc peu de chance d en avoir un en face vu qu une bonen partie doit plus etre en etat de vol (par ex ceux vendu a Kadafi)
a écrit le 22/06/2017 à 19:24 :
ben mon colon ! en parcourant les com. , nous avons de sacrés experts ...!!!
a écrit le 22/06/2017 à 17:06 :
Alors on recycle nos vieux Mirages F1 qui sont retirés du service de l'armée de l'air française. C'est donc une nouvelle page qui se tourne pour les pilotes avec un standard avec le Mirage 2000 et le Rafale de chez Dassault Aviation. Je connais un peu les vieux pilotes de Mirage F1, ils etaient habitués à l'inconfort et à la rudesse mais aussi à la force de leur machine de guerre. Le Mirage F1 c'est pas une Rolls ou une Ferrari testarossa mais c'est très efficace en cas de conflit majeur et surtout très robustes alors si les Américains veulent de nos avions, c'est avec plaisir qu'on va leurs vendre. Oui le mirage F1 c'est l'époque des années 1970-1990 avec la guerre froide et la nécessité de protéger le territoire dans les airs, sur terre et sur mer. Oui le mirage F1 est aussi un mythe comme un des premiers avions de chasse monoreacteur avec aile delta de référence.
Alors bon vent dans les cieux américains pour les Mirages F1 et un salut fraternels à ces bons vieu pilotes qui ont connus les affres de la guerre avec une machine pareille !
Vive Dassault et vive l'aéronautique française.
Réponse de le 23/06/2017 à 10:24 :
Le Mirage F1 a une aile haute en flèche.
Le Mirage 2000 a une aile basse delta.
a écrit le 22/06/2017 à 10:53 :
Le Mirage F1 est encore actif et est l'épine dorsale de seulement une poigneé de pays, Gabon, Maroc, Libye (plus trop maintenant depuis la révolution) et.....l'Iran.
Donc ces avions sont surement des armes de test et d'entrainement non en tant qu'arme offensive mais plutôt comme cible. Les amerciains cherchent à apprendre comment detruire la flotte aerienne iranien et se prepare donc réelement pour une guerre.
Réponse de le 22/06/2017 à 11:43 :
Les americains cherchent à savoir comment detruire les rampes de missiles sol air russe S300 que la Russie a vendue à l'Iran et qui sont mobiles ...
Réponse de le 22/06/2017 à 11:44 :
L' iran, des F1 ???
L'irak de saddam hussein en avait,la Lybie de Khadafi aussi, et en 30 ans de carrière et d'exercices conjoints, y comprit je crois des Red Flags, les USA n'ont pas besoin de ça pour apprendre à les détruire...d'autant qu'on leur a donne plein de renseignements avant la guerre du golfe...
Réponse de le 22/06/2017 à 13:48 :
Vous êtes sérieux oeil ouvert ? Vouz avez vu l'age de ces avions ? Vous pensez réellement que c'est une menace pour les américains ? Restons serieux. Déjà qu'en 91, l'aviation de Saddam n'avait pas tenu 15 minutes alors face à des coucous de 45 ans non modernise depuis, ce serait un tir au pigeon pour les américains. Lol
Réponse de le 22/06/2017 à 17:28 :
Enfin, Mirage Français ou non, l'électronique embarquée sera probablement revue en totalité par les Américains.

Aucun intérêt d'utiliser ces avions écoles, si enfin de compte, on forme des pilote à opérer sur un Cockpit hors-d'usage qui n'a rien avoir avec ce qui se fait dans l'USAF...
Réponse de le 22/06/2017 à 17:32 :
En réalité c'est aussi pour que les pilotes US connaissent du matériel autre qu'américain....

Le mirage F1 ne représente pour les USA ou pour la France aucun risque en terme technologique ou militaire.

En revanche il se comporte différemment d'un F-4, d'un F-16, etc.

Des alpha jets sont bien utilisés en Australie pour de l'entrainement :)
Réponse de le 23/06/2017 à 21:24 :
Commentaire intelligent et convainquant. Bravo.
(Les autres ? J'en fais partie, hélas)
a écrit le 22/06/2017 à 10:35 :
La privatisation de la guerre ne peut engendrer que de la guerre.
Réponse de le 22/06/2017 à 11:50 :
Il parait que la privatisation réduit les coûts. Donc la privatisation de la guerre va réduire le coût de la guerre, donc on va pouvoir s'offrir plus de guerres pour le même prix. C'est génial ! C'est conforme à ce que vous écrivez dans votre post.
Réponse de le 23/06/2017 à 10:00 :
C'est en effet un mécanisme qui ne peut que mener à plus de guerre, je n'y avais pas pensé mais la guerre en rayon discount au supermarché on y est.

Mais je pensais également qu'à partir du moment ou la guerre est un intérêt privé, ces privés ont intérêt à la guerre.

Comme pour l'eau dans laquelle les privés ont intérêt à ce que l'eau se raréfie et soit polluée pour la faire payer plus chère.

Et-c...
a écrit le 22/06/2017 à 9:17 :
Etrange? enfin je suis pas spécialiste mais je pense que les vieux F16 doivent pas être trop cher ni difficile à trouver pour former des pilotes américains.
a écrit le 22/06/2017 à 8:03 :
Vendre des armes de première qualité, même si elles sont un peu vieilles, à ce qui ressemble fort à des armées privées ne semble pas une bonne idée.
On ne sait pas de quoi l'avenir est fait : on sera peut-être bien content un jour de pouvoir ressortir ces Mirages F1 de leurs cocons.
Réponse de le 22/06/2017 à 8:21 :
C'est un point de vue qui ne tient pas compte des dernières avancées technologiques. Les missiles sont aujourd'hui bien plus efficaces que les avions de combat. D'autre part, la France dispose du drone de combat plus performant que les avions de chasse. Et j'imagine très bien que nous disposons dans nos bureaux d'étude de plans d'avion plus rapides à fabriquer, moins cher à entretenir et plus performant grâce entre autre à l'impression 3D. Ce recyclage de vieux coucous est donc pertinent.
Réponse de le 22/06/2017 à 8:44 :
Le problème des armées est aujourd'hui la bosse budgétaire.
il existe énorméments de projets valables à livrer (Rafales, frégates, félin blindés scorpions) mais que les crédits de paiements ne permettent pas de financer.
Une telle aubaine doit donc être prise en compte pour armer la défense correctement.
Réponse de le 22/06/2017 à 8:46 :
Je vois pas vraiment l interet de garder des armes depassés et qui necessiteront de toute facon une mise a niveau si on a besoin -> autrement dit indisponible en urgence. Et je plains les pilotes de F1 s ils doivent affronter des rafale ou des avions equivalents: ils ont aucune chance

Apres reste a savoir ce que veulent en faire ces societes US: les revendre ? les louer ? les utiliser pour leur propre compte (mais contre qui ? si c est contre un etat, ca risque d etre complique : il faut une base aerienne et il faut que letat en question soit pas trop pointu militairement. si c est contre des insurges (style irak/afghanistan) c est completement inadapte. il leur faut des helicos ou des avions d attaque au sol (type A10))
Réponse de le 22/06/2017 à 11:01 :
@ super Dingo
Complètement frappadinque?
Quels drones de combat possédons-nous? Mis à part un démonstrateur à échelle 0,75?
"plans d'avion plus rapides à fabriquer" Oui c'est cela !
Si certaines pièces pourront à l"avenir être imprimées en série en 3D.
Pour un avion, de chasse au complet, c'est du rêve !
Et l'assemblage des sous-ensembles et des pièces sera toujours incontournable.
Malgré le temps gagné, les pièces 3D devront faire la queue comme tout le monde et attendre leur tour !
Le 3D va permettre moins de stockage, une réduction des couts, plus de réactivité en après-vente, et la possibilité d'élaborer des maquettes et des démonstrateurs plus rapidement, en évitant la réalisation d'outillages et de programmes d'usinage très couteux.
Réponse de le 22/06/2017 à 13:53 :
J'imagine bien qu'on ne peut pas fabriquer intégralement un avion en impression 3D. Mais des composants difficiles et cher, oui. Pour le reste, on sait faire... L'armée anglaise fabrique dans des ateliers mobiles des pièces pour ses avions de combat, en zone de conflit (BAE system, avion Tornado). La société RocketLab a lancé une fusé avec un moteur fabriquée en impression 3D : lancement réussi. Je crois savoir qu'Ariane 6 verra certains composants du moteur imprimés en 3D, pour dire le niveau de fiabilité de la technologie. Cela prouve aussi qu'un missile pourrait être fabriqué rapidement et à un prix attractif. Le drone français pourrait-être fabriqué en série à moindre coût avec cette technologie, car beaucoup moins complexe qu'un avion de chasse. T'as pas du beaucoup travailler dans la haute technologie, car tu saurais qu'il y a un grand décalage entre ce que l'on sait faire et ce qui existe sur le marché...
Réponse de le 22/06/2017 à 14:39 :
@Dingo
"car tu saurais qu'il y a un grand décalage entre ce que l'on sait faire et ce qui existe sur le marché"
Je sais aussi la propagande autour de l'impression 3D, logique d'ailleurs, chacun défend ses intérêts.
Et c'est une bonne chose puisque c'est l'avenir ! Mais restons lucides et faisons la part de vérité parmi ces annonces fracassantes.
Un avion chasse c'est très pointu, finition, précision, matériaux, traitement thermiques et de surface, peintures, fonderies, molécules ordonnées spécialement pour la furtivité.
Ne pas oublier qu'une pièce imprimée pourrait n'être qu'un brut qui ensuite sera fini, comme un brut de fonderie. L'impression 3D, n'a pas une finition extraordinaire, alors que de nombreuses pièces nécessitent des cotes précises et un rugosité de quelques microns. Toutes les pièces ne sont pas imprimables ce jour, loin de là, tout du moins pas dans leur intégralité. Un patte pliée restera peut-être toujours moins chère qu'un clone imprimé, tout dépendra peut-être des quantités visées et de la fonctionnalité de chaque pièce !
Donc inutile de me citer tous les articles de presse sur le sujet, je connais la musique !
----
"Je crois savoir qu'Ariane 6 verra certains composants du moteur imprimés en 3D"
Oui, et bien moi je crois savoir que certain = pas grand chose !
Et la structure, enveloppe, électronique, batteries, câblages, etc.?
Réponse de le 22/06/2017 à 18:20 :
@dingo ;En aucun cas un drone ne peut etre superieur à un avion de chasse .Le gros avantage de l'utilisation d'un drone en état de guerre est que le cout de son heure de vol est est nettement inferieur aux chasseurs et que toutes les opérations militaires doivent se faire au moindre cout .Le drone n'est pas fait pour gagner la superiorité aérienne ,il est fait pour de la reconnaissance aérienne et des frappes ciblées au sol avec des missiles legers .Il est subsonique et son efficacité depend des defenses anti-aériennes de l'ennemi .Il a donc sa place dans des guerres assymetriques mais d'égal à égal quand on voit l'arsenal des pays développés y compris ceux en passe de le devenir ,il ne sert plus à rien ;La France a acheté des drones aux USA car jusqu'à maintenant il ne rentrait pas dans sa strategie militaire d'en posseder .Des projets européens sont en court pour en diminuer le cout par des series plus importantes .A noter qu'en dehors des grands pays ,USA ,Russie ,Israel en possede et l'Iran aussi ..........
Réponse de le 22/06/2017 à 23:53 :
Je ne parlais pas de drone de reconnaissance, mais de drones de chasse. Il s'agit d'une coopération franco-anglaise FCAS dont le prototype français s'appel NEURON. Un pilote de chasse ne peut pas dépasser sa limite physiologique de 9 G, alors qu'un avions peut en supporter aujourd'hui 15. Un drone de chasse devient alors supérieur à un avion dans ces conditions. Déjà que le pilote automatique d'un Airbus peut gérer un vol complet du décollage à l’atterrissage, je vous laisse imaginer la marge de progression avec l'intelligence artificielle...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :