Le ministère des Armées confirme un gel de ses crédits de 2,7 milliards

 |   |  371  mots
Le ministère des Armées a confirmé qu'une réserve de précaution (1,6 milliard d'euros) a bien été constituée, des crédits de report gelés (à hauteur de 715 millions d'euros) et d'autres mesures de régulation adoptées, pour un total de 2,7 milliards d'euros
Le ministère des Armées a confirmé qu'une réserve de précaution (1,6 milliard d'euros) a bien été constituée, des crédits de report gelés (à hauteur de 715 millions d'euros) et d'autres mesures de régulation adoptées, pour un total de 2,7 milliards d'euros (Crédits : DR)
Le ministère des Armées a confirmé que son budget faisait l'objet d'un gel d'environ 2,7 milliards d'euros (réserve de précaution, gels et surgel).

Mardi La Tribune révélait que le budget 2017 du ministère des Armées faisait l'objet d'un gel d'environ 2,66 milliards d'euros (réserve de précaution, gels et surgel). Dans la soirée, le cabinet a confirmé ces chiffres, selon une dépêche de l'AFP : une réserve de précaution (1,6 milliard d'euros) a bien été constituée, des crédits de report gelés (à hauteur de 715 millions d'euros) et d'autres mesures de régulation adoptées, pour un total de 2,7 milliards d'euros. Et comme l'assurait La Tribune, le gouvernement n'a pris à ce stade aucun arbitrage sur les crédits alloués à la défense. Selon le cabinet, ils viendront en novembre.

"Sylvie Goulard défendra le budget du ministère, au Parlement et dans les arbitrages interministériels, dans le souci de doter les armées des moyens de remplir leurs missions, conformément à la volonté clairement exprimée par le Président de la République", a-t-on indiqué au cabinet de la ministre.

Le cabinet a précisé que "l'ensemble de ces décisions a été pris (par le précédent gouvernement) avant l'arrivée de Sylvie Goulard au ministère des Armées". La ministre des Armées hérite d'une situation budgétaire qu'elle devra gérer. Les armées scruteront sa capacité à préserver le budget de la défense face à Bercy. Sylvie Goulard défendra dans les futurs arbitrages ministériels la nécessité de consentir "un effort particulier" pour les armées face à "la gravité des menaces terroristes", a fait savoir mardi son cabinet. Elle doit d'ailleurs s'entretenir jeudi avec le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.

Des crédits toujours mis en réserve et gelés

"On commence à discuter", a-t-on expliqué à Reuters au ministère de l'Économie. "On a des objectifs globaux, avec le sérieux budgétaire d'un côté, de l'autre des priorités et un programme présidentiel. Tous les ministres sont solidaires, (...) donc il n'y aura pas de logiques de l'un contre l'autre". "Les crédits qui avaient été mis en réserve ou gelés jusqu'à présent le sont encore, mais ils feront l'objet de discussions le moment venu", a-t-on confirmé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/06/2017 à 8:46 :
les rémunérations a geler sont celle de l'ancien chef d'etat et des anciens ministres.
il n'y a qu'a les reporter de 15ans
y compris pour les retraites
a écrit le 07/06/2017 à 22:49 :
ce n'est que le début des coupes budgétaires. Toujours la faute des autres qui ne sont plus là enfin presque puis qu'il s'agit du ministère géré par ....M. LE DRIAN !
MACRON veut supprimer l'ISF, exonérer 80 % des redevables de la th ...moi je veux bien mais il devra compenser et pas seulement avec la csg....fonctionnaires attendez-vous à une purge budgétaire des plus drastiques et aux citoyens français à mettre la main à la poche pour payer les services qui ne seront plus assurés par la fonction publique.
Vive l'emploi marchand, l'emploi va repartir car les français, faute d'une augmentation de leur salaire et pouvoir d'achat vont devoir puiser dans leur épargne, après tout c'est ce qu'ils veulent et puis l'épargne aujourd'hui ça ne rapporte pas grand chose....
Réponse de le 08/06/2017 à 2:47 :
non Macron veut multiplier l'ISF immobilier par 4 : il y en a qui vont beaucoup souffrir !!!!!!! par ailleurs supprimer les fonctionnaires sera une très bonne idée car on ne passera par les services privé que si on en a besoin !!!! la fonction publique est une charge infernale donc si elle disparait on en sera très content !!!!
Réponse de le 08/06/2017 à 3:38 :
Plutôt que de faire une coupe budgétaire sur nos armées, Mr Macron aurait dû exiger de nos partenaires européens la suppression de notre contribution à l'UE en échange de la poursuite des interventions extérieures que nous sommes seuls à financer pour protéger toute l'Europe du terrorisme ! Il faudra bien un jour que nos voisins passent à la caisse au lieu de faire la politique de l'autruche !
a écrit le 07/06/2017 à 22:22 :
Dire que l'otan voulait que nous leur achetions plus... Notez, rien n'empêche de sabrer dans le personnel et dépenser plus en équipement. Cela affaiblirait encore plus la seule armée restant en Europe.
a écrit le 07/06/2017 à 19:58 :
Madame la Ministre doit confier à une société privée indépendante de l'armée, la mission d'évaluation et la compétence requise de chaque poste de travail dans les Armées, dans toutes les Armées Terre - marine - Air. Tout cela pour que l'on ne retrouve pas dans un poste de commandement l'exemple suivant: Un Général en titre de commandement et un autre Général comme adjoint. Et ceci n'est qu'un exemple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :