Air France : les pilotes exigent un médiateur, Valls refuse

 |   |  619  mots
Les syndicats demandaient la mise en place d'un groupe unique de pilotes pour les avions de plus de 110 places (sous contrat Air France) pouvant passer d'une compagnie à l'autre. Cette revendication était à l'origine du conflit.
Les syndicats demandaient la mise en place d'un groupe unique de pilotes pour les avions de plus de 110 places (sous contrat Air France) pouvant passer d'une compagnie à l'autre. Cette revendication était à l'origine du conflit. (Crédits : reuters.com)
Refusant toujours les propositions de la direction sur Transavia France (inchangées), les pilotes lèveront la grève uniquement si un médiateur indépendant est nommé.

Le feuilleton des négociations entre la direction d'Air France et ses pilotes continue. Comme il fallait s'y attendre, les dernières propositions faites par la direction ce vendredi concernant Transavia France (inchangées) n'ont pas convaincu les pilotes de lever la grève.

"Les propositions de la direction ne répondent pas aux préoccupations de la profession", a indiqué vendredi soir le SNPL dans un communiqué. "Dans l'intérêt de l'entreprise, nous demandons la désignation sans délai d'un médiateur indépendant afin de mettre un terme à cette situation (...) Le SNPL sera prêt à lever le conflit dès la nomination de ce médiateur", a déclaré le syndicat.

Une proposition rejetée par Matignon, qui estime qu'une solution de sortie du conflit est déjà "sur la table".

"Les médiations sont utiles lorsque le dialogue social n'a pas lieu; dans le cas d'Air France, il a eu lieu. Depuis 12 jours la négociation a été intense, des avancées ont été faites par la direction. La négociation est maintenant arrivée à son terme. Une solution de sortie du conflit est sur la table, aux pilotes de s'en saisir. Il n'y a pas lieu de relancer une nouvelle négociation avec un médiateur. Chacun est maintenant face à ses responsabilités", a fait savoir le cabinet du Premier ministre Manuel Valls dans une déclaration à l'AFP.

La pression est donc forte sur le SNPL alors que la direction, après avoir lâché sur Transavia Europe, reste inflexible sur Transavia France.

La direction inflexible

La direction maintient en effet la nécessité d'employer les pilotes "aux conditions d'exploitation et de rémunération de Transavia France, afin de garantir la compétitivité de cette dernière ainsi que son développement en complémentarité avec le réseau Air France".

Selon le communiqué, "deux contrats coexistants (Transavia France et Air France) seront mis en place pour les pilotes Air France volontaires pour Transavia France. Les règles d'utilisation et de rémunération seront celles en vigueur dans l'entreprise où le pilote exercera son activité et où il sera rémunéré. Ce dispositif permettra par ailleurs un développement de carrière dynamique et intégré, comprenant notamment une liste de séniorité unique".

Les syndicats demandaient au contraire la mise en place d'un groupe unique de pilotes pour les avions de plus de 110 places (sous contrat Air France) pouvant passer d'une compagnie à l'autre. Cette revendication était à l'origine du conflit.

Flotte de Boeing 737

La direction entend par ailleurs développer Transavia France au-delà de 14 Boeing 737 dès l'été 2015 "afin de capter une plus grande part du marché loisir en forte croissance, de créer 1.000 emplois, dont 250 (de) pilotes, et de renforcer la position de leader du groupe Air France-KLM sur la plate-forme de Paris-Orly". Aujourd'hui la flotte de Transavia France est en effet limitée à 14 avions, une barrière inscrite dans l'accord de création de la compagnie signée en 2007 avec les pilotes d'Air France. Le principe d'une flotte unique de Boeing 737 est lui aussi maintenu, alors que les pilotes demandaient une flotte d'A320.

Une grève insupportable pour Valls

La position d'Air France avait reçu le soutien de Manuel Valls qui a déclaré que cette grève "insupportable" devait s'arrêter. En marge d'un déplacement à Arras (Pas-de-Calais), le Premier ministre français s'en est pris à l'"attitude égoïste" des pilotes grévistes, les appelant à accepter la dernière proposition faite par la direction et à abandonner leur revendication d'un contrat de travail unique entre les pilotes d'Air France et de Transavia. Cette demande est "incompatible" avec le développement du low-cost, a-t-il déclaré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2014 à 10:17 :
Je me souviens dans un tout autre contexte Ronald Reagan excédé par les énièmes revendications de ses contrôleurs du ciel avait licencié tout le monde . Ces derniers étant réembauchés mais à des conditions moins léonines .
a écrit le 28/09/2014 à 9:47 :
Ils ont raison de défendre leur job mais on est tout simplement jaloux de leur statut.
Réponse de le 28/09/2014 à 10:00 :
Jaloux de qqun dans une société au bord du gouffre ... faut pas pousser.
a écrit le 28/09/2014 à 8:34 :
Le mieux est de déposer le bilan et d'embaucher des pilotes pas des diva
Il faut savoir arrêter avec ces corporatismes,stop
L'état de la France est une catastrophe
Mais ou est l'état ?
a écrit le 28/09/2014 à 6:45 :
95% des français ne prennent jamais l'avion...alors cette grève on s'en fout.
Réponse de le 28/09/2014 à 8:58 :
Bien dit ! On s' en fiche totalement !
Réponse de le 28/09/2014 à 9:51 :
Vous devriez le prendre l hiver l ile maurice c est tres cool
Des habitants sympa des plages superbes de l eau a 27 et des restos excellent
Ça fait bien oublier les cégétistes !!
a écrit le 28/09/2014 à 4:09 :
Requiem pour des cons....voilà ce qui se joue actuellement. Le refu d'accepter la concurrence au business model plus affuté., le refu d'accepter que rien n'est éternel, et que même eux vont devoir changer....Cette tragédie est le reflet de la société française, de son corporatisme et de son égoïsme. Quoiqu'il,en soit AF est condamnée, les pilotes précipitent le mouvement c'est tout. Il eu fallu réformer plus tôt, alors tout d'un coup ça fait mal.
je conseille en attendant de voler sur d'autres compagnies, car statistiquement les accidents surviennent plus dans les compagnies sous tension...
a écrit le 27/09/2014 à 23:02 :
Demain on dépose le bilan et on crée une nouvelle entreprise sans extrémiste corporatifs
a écrit le 27/09/2014 à 22:20 :
SNPL : on va vous faire préférer le train...
a écrit le 27/09/2014 à 22:15 :
Un médiateur ? Nommé par qui ? LE gouvernement? Le premier ministre s'est déjà exprimé : il n'y a plus rien à négocier avec cette bande d'égoistes ! ... alors à chacun maintenant de prendre ses responsabilités... la direction a cédé sur ce qui était possible, et le SNPL... sur rien du tout ! Que l'orchestre continue de chanter pendant que Air Titanic coule... !
a écrit le 27/09/2014 à 18:44 :
Je ne comprends pas qui va encore acheter des vols avec Air France. Il y a encore des personnes qui pensent qu'il faut acheter français?
Depôt de bilan pour Air France et allons vers les low costs
Réponse de le 27/09/2014 à 19:08 :
T'oublie que la grande majorité du personnel n'est PAS pilote! Donc pas en grève....
Mais si tu préfères que tes futurs impôts serviront à payer les allocations chômages de ces gens,moi je préfère cotiser pour les écoles,les hôpitaux .....
Réponse de le 27/09/2014 à 19:55 :
Les allocations chômage ne sont pas payées par les impôts mais par les salariés ( taux prélevé sur leurs salaires) car comme son nom l'indique l'assurançe chômage est un système d'assurance.
a écrit le 27/09/2014 à 18:36 :
c'est un peu leur "chant du cygne".
Réponse de le 27/09/2014 à 18:49 :
c’était la même chanson chez France Télécom... et ORTF !
a écrit le 27/09/2014 à 18:31 :
Les avions sous peu ... voleront sans pilotes .... alors les gens du SNPL seront chez "Paul emploi" !
Réponse de le 28/09/2014 à 5:55 :
tu n'as rien compris , les avions voleront sans pilote mais ceux-ci seront au sol pour les manoeuvrer
Réponse de le 28/09/2014 à 9:03 :
Moi je le fais déjà dans ma chambre avec mes jouets ... comme quoi tout est
relatif ...
a écrit le 27/09/2014 à 18:24 :
pibot .... et plus de pilote air-France !!!!!!!!!!!!
a écrit le 27/09/2014 à 17:34 :
Pourquoi la presse parle de "45% des vols sont assurés" ? non mais, c'est de la désinformation, désolée. 45% ? Mon mari, le comte de Fatras, ne peut rentrer de Nice demain où seulement 4 vols sur 22 seront assurés par Air France, soit moins de 10% des vols… 45% ? mon oeil…. d'aristocrate !
a écrit le 27/09/2014 à 17:32 :
On comprend donc que l'avenir de la compagnie importe peu les pilotes, c'est ecoeurant.
a écrit le 27/09/2014 à 17:09 :
changement de nom .... "AIR SNPL " !
a écrit le 27/09/2014 à 17:08 :
Y a t il encore un avenir pour Air France mes amis ?
Réponse de le 27/09/2014 à 17:48 :
C'est la question qu'on se pose à Buenos Ayres à ce moment.
Réponse de le 27/09/2014 à 18:25 :
ouiiiiiiiiiiiii pibot !
a écrit le 27/09/2014 à 16:59 :
pourquoi la direction refuse t elle la nomination d'un médiateur? ( seule condition posée par le SNPL pour arrêter la grève)

à 15 millions par jour, cela fait cher le refus, non?
Réponse de le 27/09/2014 à 20:41 :
Parce qu’un médiateur signifierait de nouvelles négociations, alors qu’il n’y a plus rien à négocier : le SNPL a pretexté que créer Transavia europe entrainerait une délocalisation du groupe AF, avec des contrats locaux pour les employés basés à l’étranger (vous savez, ce que le SNPL a exigé de Ryanair à Marseille !), alors la direction a cédé sur toute la ligne, sur injonction du gouvernement.
Du coup, le SNPL a oublié cette crainte pour demander un contrat unique pour les pilotes de toutes les compagnies du groupe. En soit, ce serait une idée à creuser si on se rapprochait des contrats en cours ailleurs : il me semble que IBERIA a accepté une baisse de 20% des rémunérations pour développer Vueling !! je ne crois pas que les pilotes aient l’intention d’aligner AF sur Transavia, qui elle fait voler ses pilotes 200 h de moins que ses concurrents européens !
La direction AF a très bien compris que le SNPL souhaite un contrat unique, juste pour entrainer les pilotes Transavia dans sa grève ! (ça crève les yeux !)
Mais au final, pour Transavia France n’a que 2 alternatives :
Etre compétitif… ou crever, tué par la concurrence de Easyjet, ryanair, mais aussi Vueling (groupe British airways-iberia), germanwings (groupe Lufthansa) !!
Réponse de le 28/09/2014 à 6:08 :
La direction n'a jamais rien laché .Transavia europe n'était qu'un leurre créé après le début du conflit pour faire croire à l'opinion et au gouvernement qu'on cédait quelque chose .On est revenu au point de départ .Le côut de cette grève est déjà de 300 millions , c'est à dire qu'il représente déjà près d'un siècle la différence de salaires entre 150 pnt transavia et AF , ABSURDE !
Réponse de le 28/09/2014 à 9:45 :
mais que faites vous a la table des négociations, RIEN, pourtant on compte sur vous.
a écrit le 27/09/2014 à 16:44 :
si on compare les salaires d'Easy Jet et ceux d'air france et le nombre de personnel/avion ( 50/1 chez easy jet, 250 chez air france ) on s'aperçoit très rapidement que ce ne sont pas les pilotes qui trinqueraient le plus mais le personnel des escales et du siège social..

personne ne se pose la question suivante: pourquoi la direction refuse la nomination d'un médiateur? ( unique condition posée à l'arrêt de la grève par le SNPL) à 15 millions par jour cela fait cher le refus..
Réponse de le 27/09/2014 à 20:46 :
Les pilotes perdraient les assurances complémentaires, les retraites complémentaires, le CE pilotes d'AF qui a fait sécession des CE personnel aux sols (on est unitaire... seulement entre nous !)... et ils voleraient 900 h par an au lieu de 630 h !!
Quand au médiateur, pour négocier quoi ?
Parce qu’un médiateur signifierait de nouvelles négociations, alors qu’il n’y a plus rien à négocier : le SNPL a pretexté que créer Transavia europe entrainerait une délocalisation du groupe AF, avec des contrats locaux pour les employés basés à l’étranger (vous savez, ce que le SNPL a exigé de Ryanair à Marseille !), alors la direction a cédé sur toute la ligne, sur injonction du gouvernement.
Du coup, le SNPL a oublié cette crainte pour demander un contrat unique pour les pilotes de toutes les compagnies du groupe. En soit, ce serait une idée à creuser si on se rapprochait des contrats en cours ailleurs : il me semble que IBERIA a accepté une baisse de 20% des rémunérations pour développer Vueling !! je ne crois pas que les pilotes aient l’intention d’aligner AF sur Transavia, qui elle fait voler ses pilotes 200 h de moins que ses concurrents européens !
La direction AF a très bien compris que le SNPL souhaite un contrat unique, juste pour entrainer les pilotes Transavia dans sa grève ! (ça crève les yeux !)
Mais au final, pour Transavia France n’a que 2 alternatives :
Etre compétitif… ou crever, tué par la concurrence de Easyjet, ryanair, mais aussi Vueling (groupe British airways-iberia), germanwings (groupe Lufthansa) !!
a écrit le 27/09/2014 à 16:39 :
Les pilotes disent qu'ils se battent pour conserver les emplois en France. Quelle bande d'égoïste !!! Regardez la marque de leur véhicule personnel... à une très large majorité que des voitures de marques étrangères. Moi j'ai choisi comme la sncf Bye ! Bye ! définitivement Air France.
a écrit le 27/09/2014 à 16:18 :
Le bras de fer entre les pilotes et la direction d'AF fait rage croissante, parait-il. Cependant il ne suffit que dans quelques jours l'affaire soit réglée, on reprend du service, la presse n'en parle plus et la vie est belle en France. Si des mois après éclate une nouvelle (et féroce) grève chez Air France, les médias vont nous présenter un air d'étonnenment tout à fait ridicule. Et pourquoi ? parce qu'en France c'est le sensationnalisme et la polémique qui sont à l'ordre du jour, pas la quête des vraies solutions !

En France, on met toujours la poussière sous le tapis. Et on s'étonne le jour où ça pue.
a écrit le 27/09/2014 à 16:00 :
Osons ! Mettons Air France en faillite, virons tous les pilotes, et créons une nouvelle compagnie en ne reprenant que les personnel au sol et pilotes non grévistes avec de nouvelles conventions.
Réponse de le 27/09/2014 à 16:19 :
Avec ou sans participation de l'Etat ?
Réponse de le 27/09/2014 à 22:46 :
Encore un petit effort les gars.. Vous allez bien réussir a couler Air France, et il ne vous restera plus que Transavia :-)
a écrit le 27/09/2014 à 15:11 :
Tout le monde doit savoir et ne pas oublier que la disparition d'Air France est voulue par la Finance Internationale... Tous les moyens seront utilisés pour ruiner la France.
Réponse de le 27/09/2014 à 15:44 :
Et pourquoi "ruiner la France" ? notre pays est un pays vassal des toutes les instutions finacières internationales, il se plie à l'OTAN, à la politique des néoconservateurs américains (ily en a mêmes des "néocons" français, Hollande et Fabius), la France est toujours disponibles des USA pour aller faire la guerre dans le monde, notre pays s'ouvre de plus en plus aux sociétés américaines (même au grand detriment des notres), l'Amérique est présente en France depuis toujours, dans notre culture, notre cinéma, nos festivals, partout !…. pourquoi l' "Establishment" devrait-il nous en vouloir ? la France est un bon laquais du club Bilderberg, nous avons de répresentants là-dedans, nous avons des grands banquiers et argentiers internationaux patrons de notre presse, nous défendons toutes les valeurs de ce que vous appelez "la Finance Internationale", alors, pourquoi devrait-elle nous en vouloir ? il n'y a pas de sens.
Réponse de le 27/09/2014 à 17:49 :
vous parlez de "notre pays" avec un nom pareil ?….
a écrit le 27/09/2014 à 13:56 :
certes ils ne connaissent pas la crise ...des jeunes pilotes sont dispo pour travailler...ces seigneurs peuvent voir ailleurs
Réponse de le 27/09/2014 à 18:42 :
Souvent d'anciens officiers pilotes de l'armée de l'air,qui touchent déjà une très bonne retraite! La grève peut durer.....Ils sont à l’abri !
a écrit le 27/09/2014 à 13:35 :
Lors de cette grève des pilotes de la compagnie Air France, la plus longue depuis celle de 1998, plusieurs polémiques sont nées sur la méthode de calcul du pourcentage de pilotes grévistes, donc de vols annulés. Le staff du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) n'aurait-t-il pas faussé involontairement les chiffres ? En effet, ses principaux dirigeants n'ont pas été comptabilisés comme grévistes puisque, selon plusieurs recoupements, ils ne se sont presque jamais déclarés en arrêt de travail auprès de l'entreprise. Ils ont ainsi évité les pénalisations financières afférentes déduites de leurs salaires. Pas de petit profit même quand on fait perdre près de 300 millions d'euros à son employeur.

Un jour de grève pour un pilote se traduit sur la feuille de paye mensuelle par la déduction d'un trentième de la rémunération fixe mais surtout par la suppression des primes à l'heure de vol qui représentent 75 % du salaire. Comme dans toute entreprise privée, les représentants syndicaux ont droit à des jours de délégation. Ils sont payés - et même très bien à Air France - puisque le forfait appliqué crédite 6 heures de vol par jour, soit 105 heures par mois, ce qui correspond d'ailleurs aux plus gros salaires des navigants de la compagnie, de l'ordre de 28 000 euros mensuels.

Optimisation maximale

Les dirigeants du SNPL Air France ont utilisé toutes les ficelles pour éviter le moindre manque à gagner lors du conflit. Le président Jean-Louis Barber, par exemple, n'a déposé aucun jour de grève. Il a d'abord fait état de jours de délégation qu'il a annulés ensuite. Antony Poilliot, le vice-président, en combinant des jours où il n'était pas programmé en vol et d'autres posés comme repos, a réussi à ne se voir débiter qu'un seul jour de grève. L'optimisation est maximale chez Jean-Marcel Julien, le secrétaire général, et François Désenfant, un ancien président, qui combine astucieusement congés annuels et jours de repos. Guillaume Schmid, porte-parole du SNPL, a de la chance car la grève correspond à une période de formation et il n'a eu à déclarer aucun jour d'arrêt.

Paradoxalement, les dirigeants du Syndicat des pilotes d'Air France (SPAF), minoritaire (12% aux élections contre 72% pour le SNPL), sont meilleurs joueurs et ont tous déclarés leurs jours de grève, perdant ainsi une grande partie de leurs salaires.
Réponse de le 27/09/2014 à 15:30 :
ne sommes_nous pas face à une manipulation politique,tendant à prouver que ce gouvernement est incapable de gérer 1000 personnes?????
alors gérer la Nation???
a écrit le 27/09/2014 à 13:25 :
la concurrence exulte ! Cerise sur e gâteau AF est condamnée à disparaître du fait de l' incompétence technique de nombre de ses chauffeurs qui plantent les avions par la faute des autres ...
Réponse de le 27/09/2014 à 13:59 :
DES TROP payés
a écrit le 27/09/2014 à 13:23 :
Ils sont hors du système social, comme nos hommes politiques. Ils sont trop riches tout simplement et ne connaissent pas la misère. (vous avez dit une révolution.... pourquoi pas)
Réponse de le 28/09/2014 à 9:12 :
+ 100 !
a écrit le 27/09/2014 à 12:31 :
"Einstein ou le génie extraterrestre" (RMC) comme les pilotes d' air France .... et la marmotte met le chocolat dans la papier d'alu ! La fin pour Air France !!!!!Perso ... je suis proche de Franck que d'Albert et natif de la terre !
a écrit le 27/09/2014 à 11:58 :
Quand même une drôle de façon de négocier que de refuser un médiateur. Que craint la direction et le ministre ? S'ils acceptent, les pilotes reprennent le travail tout de suite et ils acceptent par avance la solution du médiateur.
C'est certain c'est plus facile de penser que les pilotes sont des enfants gâtés. En plus ça permet de se faire une population de gens qui gagnent bien leur vie. Et puis Hollande il n'aime pas les riches...

signé: Un pilote, non gréviste, qui n'a plus aucune confiance dans la direction du groupe AF-KLM
Réponse de le 27/09/2014 à 13:34 :
Oui pas de médiateur et ils ont raison . Un médiateur pour quoi faire ??? Offrir du pain chaud aux pilotes !!! Prétentieux , méprisants et pas vraiment compétents quand on compte les accidents et catastrophes qui ont endeuillé af it et uta . Oui la sur confiance mène à ça !!! Réveillez vous messieurs les pilotes nous sommes en 2014 pas en 1969 !!!
Réponse de le 27/09/2014 à 21:05 :
au final, pour Transavia France n’a que 2 alternatives :
Etre compétitif… ou crever, tué par la concurrence de Easyjet, ryanair, mais aussi Vueling (groupe British airways-iberia), germanwings (groupe Lufthansa) !!
Quelles avancées sont prêts à faire le SNPL : faire autant d’heures de vol que les concurrents de Transavia ? Associer leur CE privatif à celui des autres salariés de l’entreprise ? (vous savez, ceux qui ont fait tous les efforts pour sauver leur employeur depuis plusieurs années, efforts que le SNPL est en train de réduire à néant !)… non, rien de tout cela, par contre, en échange de ce rien, ils hurleront à l’escroquerie s’ils n’obtiennent rien de plus que la fermeture de la mort né Transavia Europe…
Criant au risque de délocalisation, le SNPL s’est opposé à des contrats locaux pour le personnel local : c’est pourtant pour EXIGER exactement cela, des contrats locaux, pour le personnel Ryanair en France !
La direction parle de dénoncer les accords concernant Transavia France et de créer un Transavia-bis pour sauver la saison 2015 : bientôt, les contraintes seront de créer un AirFrance bis pour aligner les conditions des pilotes sur celles des concurrents !!... continuez la grève, et le dépôt de bilan se rapproche à grand pas !
a écrit le 27/09/2014 à 11:38 :
Les cadres du syndicat des pilotes continuent d'être payés: ils ont "omis" de se déclarer en grève....
C'est sans doute ce qu'ils appellent la solidarité avec les grévistes !
a écrit le 27/09/2014 à 11:34 :
La presse etrangere est stupefaite que des pilotes trop payes dans un contexte de competition accrue dans le domaine du transport aeriens ont eu gain de cause. Ils font du tord a l'image de la France, moi je dis qu'on devrait rendre cette greve illegale et vires les syndicalistes. Quand c'est dans l'interet de la France, le droit de greve passe APRES merde.
a écrit le 27/09/2014 à 11:33 :
Et si Air France déclarait la faillite ?
Tranquillisez-vous, cela va venir.....
a écrit le 27/09/2014 à 11:26 :
Ils ont raison. Il ne faut rien lâcher...(je parle des pilotes).
Réponse de le 27/09/2014 à 11:34 :
Autant couler la boîte et demander aux contribuables français de payer les pertes .....
a écrit le 27/09/2014 à 11:21 :
les Cies aériennes étrangères qui desservent la France applaudissent cette grève....Elles ont leurs avions remplis avec les transferts de clients AF. De plus, ces Cies ont augmenté
les prix des billets de 50 à 1OO%.....par rapport à leurs tarifs d'avant grève.... belles perspectives de résultats pour elles.....!!!!!
Réponse de le 27/09/2014 à 12:49 :
Vous réalisez les faiblesses d'Air France qu'on voit depuis toujours mais la presse RP ne les voit jamais. Ou au moins fait semblent de ne pas les voir et nous font descendre par le gosier des papiers en parlant des "réussites commerciales" d'Air France, de ses plans d'expansion, d'augmentation de lignes et patati patata. Du pipeau. AF est une compagnie déficitaire depuis toujours mais elle arrive à tromper l'opinion des contribuables (et qui paient pour !) par le moyen d'une campagne intensive de RP à travers de la presse. Le jour où Air France deviendra une société privée à 100% sans la moindre ingérence de l'Etat français, elle pourra décoller. Sinon c'est la dèche et les grèves.
Réponse de le 27/09/2014 à 15:45 :
+ 1000
a écrit le 27/09/2014 à 11:07 :
aux pilotes d'AF au contrat Gourmets ( qui ne se restaurent que dans les 3 * à chaque escale) je suis avec vec vous à fond A bas les low cost à la noise Vive les classes éco et business sur AF. En avant marche patapan tsoin tsoin. Quoique dans moins de 5 ans la SN AF va rejoindre la SN CM au bPole Emploi. Vive la vie sans boulmot à vie
a écrit le 27/09/2014 à 11:03 :
Je trouve que c'est bien payé un chauffeur d'autobus du ciel! Surtout s'il sont deux. Manque peut être un troisième pour faire une p'ite belote....
a écrit le 27/09/2014 à 10:46 :
les pilotes vont payer la note tôt ou tard ... en bien fait pour eux ! .... Je pleins le personnel au sol !
Réponse de le 27/09/2014 à 15:33 :
C est le même problème des nantis embourgeoiser qui ne veulent pas lâcher une miette

Regardez le prix moyen d'une pharmacie 1 million d euros mimi payer pas la sécu et les trimar de la France des sans dents
Réponse de le 28/09/2014 à 9:10 :
La France des ? Prenez un autre terme que celui utilisé par ces mêmes riches bourgeois que vous critiquez .. avec raison par ailleurs ....
a écrit le 27/09/2014 à 10:34 :
Les pharmaciens seront en grève mardi !
Réponse de le 27/09/2014 à 11:36 :
Peu de rapport avec Air France, si ce n'est le délire gouvernemental qui finira par détruire totalement la société
.....
Réponse de le 27/09/2014 à 15:47 :
C'est la faute à Sarkozy et à Christian Blanc avec son plan social de 2010. Point barre.
a écrit le 27/09/2014 à 10:33 :
Décidément...dernière chose..AF est bien privatisée ? Ma mémoire me fait défaut...si oui, pourquoi toujours se tourner vers le gouvernement ? En 1961 déjà il y avait un mouvement de pilotes AF et l'autre compagnie jugée "low cost" était Air Inter...
Réponse de le 27/09/2014 à 12:38 :
L'état est le premier actionnaire d'Air France avec 16% du capital...
Réponse de le 28/09/2014 à 9:12 :
Bien sûr Christophe, merci pour cet éclaircissement. 16 %...et 84 % par les pilotes....?
a écrit le 27/09/2014 à 10:27 :
ah...j'oubliais....bien sûr, les journées non travaillées devront être payées au moment du retour à la "normale" sinon....
Réponse de le 27/09/2014 à 11:11 :

Si c'est vrai c'est une honte
a écrit le 27/09/2014 à 10:21 :
Voilà ce que je propose : puisque les pilotes décident depuis toujours la stratégie d'entreprise et politiques salariales (les leurs au détriment des autres catégories de personnel AF) alors qu'ils participent aux pertes prochaines de la compagnie et engagent leur responsabilité personnelle. Ils demandent de la médiation, je leur propose du management participatif et financier. Décider des destinées d'une entreprise, demande des engagements, Messieurs les nantis.
a écrit le 27/09/2014 à 10:17 :
les nantis à 15 000 Euros par mois doivent retourner au boulot
Dans le cas contraire c'est la porte car il y a des candidats au poste
a écrit le 27/09/2014 à 10:12 :
Juste pour l'info, il ne faut pas aller chercher trop loin l'une des causes majeures de la pagaille qui s'installe chez Air France. Voici les résultats des actions de quelques compagnies aériennes atteintes par les sanctions russes à leur bourses respectives le 12.09 :

Finnair a laissé tomber 2.8 % à 2.1 euros par action; le plafond a décliné en un peu plus de deux jours à 36 millions d'euros.

Air France a perdu 4.3 % avec 7.01 euros par action. Le plafond est tombé 10 % - un peu plus de 240 millions d'euros.

Lufthansa a tombé aussi 2.4 % à 12.41 euros par action, 8.7 % en bas dans deux jours (environ 630 millions d'euros).
La "low-cost" Ryanair a perdu 2.1 % à 6.51 euros par perte d'action, environ 194 millions d'euros de plafond.

La situation pourra encore s'aggraver si Moscou ferme le couloir aérien sur la Sibérie, les tarifs vont grimper à cause de la consommation kérosène et temps de vol entre l'Europe et l'Asie. Les patrons blâment les gouvernements et demandent la levée des sanctions contre la Russie. Autrement, c'est le chaos. Avant de critiquer nos pilotes, il faut d'abord dire merci à Obama, Merkel, Hollande et Cameron.
a écrit le 27/09/2014 à 10:03 :
Sans ces 3,5%, pas d'Air France...
Je suis client d'Air France parce que je sais que les pilotes et les avions sont parmi les meilleurs de la planète. Ma sécurité n'a pas de prix et payer mon billet plus cher n'est pas un problème. C'est au contraire un gage de sécurité. Comment une compagnie comme Air France peut-elle associer son prestige international à du Low Cost, cela me dépasse ! Les pilotes défendent cette excellence alors que la direction abîme l'image et le fond de commerce de la société. Et l'état cautionne cela en plus.
Réponse de le 27/09/2014 à 10:32 :
Avez-vous déjà pris une autre compagnie ? Je suis désolé mais cela fait des années qu'Air France n'est plus synonyme de "prestige". D'ailleurs Alexandre Juniac l'a bien compris et essaie tant bien que mal de redorer le blason de la compagnie notamment en revoyant les cabines de ces avions ainsi que les services offerts. Concernant la sécurité avec les derniers crash, (Rio-Paris, Paris-Toronto) je pense pas qu'on puisse dire qu'Air France soit au top...
Personnellement je prends Air France le plus souvent possible, mais si le tarif est trop élevé, je n'hésite plus à prendre les compagnies concurrentes.
Réponse de le 27/09/2014 à 10:42 :
voici bien une réflexion de Français. Vous oubliez les accidents Air France.
Même si Air France est une bonne compagnie ce que je ne conteste pas. Arrêtez de regarder uniquement votre nombril et vous en sortirez grandi.
Réponse de le 27/09/2014 à 10:55 :
@Realityshow: Avant de raconter n'importe quoi renseigner vous, aller donc lire ce qui concerne Air France sur le site de securvol.fr, on y parle, entre autre, du crash du Rio - Paris.
A la fin de la grève l'ambiance qui va régner à bord des appareils ne va rien améliorer.
a écrit le 27/09/2014 à 9:56 :
La logique voudrait que si les pilotes dictent les stratégies de l'entreprise, ceux-ci acceptent aussi de prendre en charge les déficits éventuelles... La participation totale en quelques sorte!
Réponse de le 27/09/2014 à 15:36 :
Vous devriez le soleil de maurice est des Caraïbes l hiver c est très non pour la santé Lol !!!?
a écrit le 27/09/2014 à 9:46 :
comment on peux laisser la moitier des pilotes foutre en l air une compagnie
ca fait 3.5% des employés d AF !!!!
pour déclancher une greve dans les trasnports il faudrait 50% des salairiés consultés par votes secret
Réponse de le 27/09/2014 à 10:15 :
Vivement mme Tatcher
Réponse de le 27/09/2014 à 11:28 :
On s'en fout. 95% de la population ne prend jamais l'avion.
a écrit le 27/09/2014 à 9:39 :
Cela permet aux autres compagnies de gagner des parts de marché. Et à Air France de demander aux personnels au sol de faire des sacrifices car les résultats seront mauvais cette année. Pendant ce temps les nantis avec un salaire supérieur à celui de nos ministres pleurent sur leur sort. Pauvres fous.
En tout cas je n'ai jamais pris et ne prendrai jamais AF : avec en moyenne10 deplacements par an je boycotte cette compagnie peu sure et au service bas de gamme comparé à Etihad. Et pourtant plus chère. ...
Réponse de le 27/09/2014 à 14:07 :
A tel point qu'il fut impossible, depuis la grève à pendant quelques jours, de réserver un billet le jour J sur Emirates, les 3 vols quotidiens en A380 étaient pleins.
Qu'ils continuent la grève, après tout, en long courrier je ne prends pas A.F.
En court courrier, il y a suffisamment de choix pour ne pas être emmerdé par des grèves larvées.
a écrit le 27/09/2014 à 9:39 :
Le plus simple est qu'AF disparaisse et qu'une autre compagnie soit créée. Comme cela fut le cas avec Sabena et Swissair et dans une moindre mesure avec Alitalia.
a écrit le 27/09/2014 à 9:19 :
Ce type de pratique avec nouveau contrat moins avantageux se pratique déjà dans moult entreprises tout à fait légalement ,il est vrai que les moyens de pression sont pour les pilotes disproportionnés et ils en profitent pleinement.
a écrit le 27/09/2014 à 9:00 :
Les français en "colère" contre leurs employeurs ont pris l'habitude d'appeler l'Etat à la rescousse pour favoriser le "dialogue social"..je crois que c'est une blague: j'adore le deuxième degré..
a écrit le 27/09/2014 à 8:57 :
Dans l intérêt de l entreprise, il faut vite fait qui arrête leur grève d enfants gâtés.
Réponse de le 27/09/2014 à 9:18 :
Effectivement, en affaiblissement AF les pilotes vont sans doute l'obliger à s'allier avec des compagnies du Golf qui lui prennent des parts de marché (cf Alitalia). Bravo les pilotes. L'état providence a pris le pas sur l'état régalien !
Réponse de le 27/09/2014 à 14:04 :
Ce qui est "risible" dans cet histoire est qu'A.F n'a pas arrêté e nous bassiné avec les compagnies du Golfe alors que le danger vient de l'intérieur cad les compagnies low-cost.
Bref, du grand n'importe quoi surtout tant que l'on s'évertuera à mettre aux commandes de la compagnies des personnes qui n'ont été que grand commis de l'état.
C'est ce qui bouffe notre économie.
a écrit le 27/09/2014 à 8:56 :
mr walls,ne faites pas comme avec la sncm ,je serai ferme et le lendemain tout ceder aux syndicats .PAR CONTRE FAITES RESPECTER LE DROIT DE TRAVAILLER ?LES intimidations doivent arreter
a écrit le 27/09/2014 à 8:43 :
Amis du Medef bonjour a vous tous .
a écrit le 27/09/2014 à 8:43 :
Valls est systematiquement du cote des patrons et jusquoboutiste. Donc avec lui le crash est certain. Heureusement qu'il ne pilote pas les avions!
a écrit le 27/09/2014 à 8:37 :
ces pilotes meritent d etre licenciés des lors que air france aura ses prochain bilans negatif.
de plus, que tous ceux qui prennent l avion evite cette compagnie qui est devenu low cost dans le service depuis longtemps
a écrit le 27/09/2014 à 8:35 :
pour vals c'est pain-béni cette gréve impopulaire des nantis d'air france: cela renforce son image "d'homme de gauche" écornée récemment.
Et ce n'est pas fini puisque bientôt ce sont les notaires, pharmaciens,.., qui vont manifester avec à la clef une belle remonté de la popularité du gouvernement et de François.
a écrit le 27/09/2014 à 8:23 :
Les pilotes ne vont quand-même pas recommencer le travail un samedi!!!
C'est normale.
Réponse de le 27/09/2014 à 17:06 :
Les pilotes ne connaissent pas les week end ou les vacances synchronisés avec les vacances, sombre con.
a écrit le 27/09/2014 à 8:07 :
Situation ubuesque...seraient-ce parce qu'ils s'agit d'une grève des pilotes que tout le monde présente comme des "nantis" qu'un gouvernement de gauche applique une politique de droite? Je trouve tout cela lamentable à l'image de la France qu'a voulu le soi disant "président normal" à la tête du pays lequel ne sait plus aujourd'hui où donner de la tête pour ne pas couler et son 1er ministre avec!!
a écrit le 27/09/2014 à 7:47 :
L'état a lâché la direction qui a elle-même reculé. Les pilotes obtiennent tout ils auraient tort de ne pas en profiter, actuellement ils sont passés aux négociations pour améliorer les déroulements de carrière, une fois cela obtenu ce sera les salaires... Trains avia c'est dépassé...
a écrit le 27/09/2014 à 6:02 :
puisque les pilotes cessent la grève dés la nomination d'un médiateur , pourquoi alors Vals refuse cette alternative ? effets de muscle absurdes ...
Réponse de le 27/09/2014 à 10:36 :
On ne négocie pas avec des maîtres chanteurs et on ne cède pas au chantage...
a écrit le 27/09/2014 à 4:02 :
l'etat n'a qu a dissoudre ce syndicat
a écrit le 27/09/2014 à 0:34 :
Le seul point pour lequel les pilotes ont raison est de remplacer les B737 par des A320.
comment intégrer une flotte aussi différent de celle de Transavia dans le groupe ou les A320 sont déjà très présents.
Cela représente un surcout pour le pilote qui doit se former pour passer de l'une vers l'autre machine.
a écrit le 27/09/2014 à 0:16 :
Ne m'appelez plus jamais Air France, les passagers m'ont laissé tomber.
Ne m'appelez plus jamais Air France c'est ma dernière volonté.
a écrit le 27/09/2014 à 0:14 :
J'espère qu'ils n'auront pas à la fin du mois leur salaire normal.
La direction devrait tous les licencier.
Réponse de le 27/09/2014 à 4:03 :
bien sur il seront payer
a écrit le 26/09/2014 à 23:35 :
Sincèrement, il a raison. Maintenant on attend qu'il poursuive la logique jusqu'au bout et qu'il fasse aussi accepter à la fonction publique que l'emploi garantit à vie est aussi égoïste que la rente de situation du pilote Air France.
a écrit le 26/09/2014 à 23:28 :
Si la SNCF n'est pas en grève ou deraillée.
a écrit le 26/09/2014 à 22:56 :
Ces mecs sont la honte de ce pays arc-bouté sur leurs privilèges.....
a écrit le 26/09/2014 à 22:45 :
Il faut virer tous ces égoïstes du snpl surpayés et les remplacer par des gens qui ont envie de travailler et pas de couler leur entreprise
a écrit le 26/09/2014 à 22:37 :
Le modèle économique du transport aérien change. Sur le court et moyen courrier impossible pour Air France d'être compétitif avec des pilotes aux salaires si élevés. Donc, et c'est malheureux, mais nous sommes en fin de cycle, et désormais les pilotes d'air France devront se résoudre à s'adapter ou à disparaître. Pourquoi ne pas accepter que les futurs pilotes embauchés ne le soient sous un autre contrat. Ainsi ils sauvent leurs rémunérations et sûrement leurs emplois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :