Alstom confirme ses objectifs après une hausse de 2% de son chiffre d'affaires

 |   |  430  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
Le constructeur ferroviaire Alstom a confirmé jeudi ses perspectives pour les années à venir après une petite hausse de son chiffre d'affaires, et malgré une baisse de ses commandes sur les trois derniers mois.

Alstom semble voguer sur des eaux paisibles. Pour cause, le groupe a annoncé dans un communiqué une progression de 2% de son chiffre d'affaires, à 2,1 milliards d'euros, sur le premier trimestre de son exercice décalé 2019-2020. A taux de change et périmètre constant, la croissance se limite à 1%. Durant la période sous revue (1er avril au 30 juin), les commandes du constructeur ferroviaire ont en revanche affiché une baisse de 39% sur un an, à 1,6 milliard d'euros.

Les principales ventes ont concerné "des projets de systèmes au Moyen Orient" et "des contrats de matériels roulants en Europe", a-t-il précisé. Alstom a souligné que les 2,6 milliards d'euros de commandes du premier trimestre de l'an dernier incluaient un important contrat de 1,4 milliard pour le métro automatique de Montréal. Au 30 juin, le carnet de commandes était stable à 40 milliards d'euros. Il "offre une bonne visibilité sur le chiffre d'affaires à venir", a estimé l'entreprise.

Le groupe ferroviaire français a indiqué qu'il visait toujours "un taux de croissance annuel moyen du chiffre d'affaires d'environ 5%" d'ici à 2022/2023 et une "marge d'exploitation ajustée devant atteindre environ 9%" à cet horizon. Mais Alstom estime que l'exercice en cours" sera une année de stabilisation (...) après une année de croissance exceptionnelle".

Des ventes en hausse de 10%

Comme déjà annoncé fin juin, il prévoit sur l'exercice "une progression du chiffre d'affaires et de la profitabilité inférieure aux objectifs moyens" de son plan stratégique. Sur 2018-2019, le constructeur ferroviaire avait publié des ventes en hausse de 10% à 8,1 milliards d'euros et fait état d'un bond des commandes de 69% à 12,1 milliards.

"Au cours de ce premier trimestre, nous avons remporté plusieurs contrats clés pour nos dernières innovations : l'eBus APTIS et le Coradia iLint, le premier train à hydrogène au monde", s'est félicité Henri Poupart-Lafarge, PDG d'Alstom, cité dans le communiqué. Lors de la présentation de son plan stratégique en juin, le groupe, recentré sur ses activités ferroviaires depuis la cession de sa branche énergie à General Electric (GE) en 2015, avait mis l'accent sur "la traction propre et l'efficacité énergétique" se fixant l'objectif de matériels consommant 25% de moins d'ici à 2025.

Resté seul après l'échec de son projet de fusion avec le concurrent allemand Siemens Mobility, bloqué par la Commission européenne, Alstom a confirmé jeudi qu'il entendait mener "une politique d'investissements et des opérations de croissance externe disciplinée pour soutenir son développement et créer de la valeur". A la Bourse de Paris, le titre Alstom perdait 0,90%, à 37,46 euros peu après 09H00, dans un marché en baisse de 0,56%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :