Crédit Mutuel Arkéa défend son modèle d'ETI de la banque

 |   |  606  mots
Le groupe bancaire régional, qui investit beaucoup dans les startups de la Fintech, s'estime bien avancé dans son plan stratégique 2020.
Le groupe bancaire régional, qui investit beaucoup dans les startups de la Fintech, s'estime bien avancé dans son plan stratégique 2020. (Crédits : Arkea)
Le groupe des fédérations de l'ouest, en conflit avec l'organe central de la banque mutualiste, a gagné des clients et amélioré ses résultats en 2016, malgré le contexte de taux. Preuve de la justesse de son positionnement de groupe régional, argue son président.

Plus petite mais pas plus fragile, au contraire. C'est le message que martèle Jean-Pierre Denis, le président du Crédit Mutuel Arkéa, qui regroupe les fédérations de Bretagne, du Sud-Ouest et du Massif Central de la banque mutualiste. La banque régionale a réalisé des résultats solides l'an dernier, malgré l'impact des taux d'intérêt ultra-bas : son produit net bancaire a atteint "un plus haut historique" de 1,85 milliard d'euros (+4,1%) tout comme son bénéfice net part du groupe à 336 millions d'euros (+13,5%), selon les chiffres publiés lundi après-midi.

Une performance financière soutenue par une bonne dynamique commerciale : le groupe bancaire, qui possède aussi ses propres filiales de banque en ligne Fortuneo, d'assurance-vie Suravenir, de paiement électronique Monext et la cagnotte en ligne Leetchi, revendique un gain net de 350.000 clients, portant le total à 3,93 millions. L'encours de crédits a progressé de 5,1% à 47 milliards d'euros, celui de l'épargne de 16% dépassant les 100 milliards d'euros, le portefeuille d'assurances de 3,4%.

Crédit Mutuel Arkéa 2016

[Les résultats 2016 du Crédit Mutuel Arkéa]

 « Ces résultats confirment la solidité intrinsèque du modèle d'ETI de la banque de notre groupe. Un modèle unique qui repose sur une croissance diversifiée et une taille qui favorise tout à la fois l'agilité et la rapidité d'exécution et nous permettent ainsi d'explorer de nouvelles voies de conquête. Nous sommes, plus que jamais, déterminés à défendre ce modèle à succès et d'avenir d'ETI de la banque, un modèle parfaitement adapté aux attentes du marché et de nos clients », déclare Jean-Pierre Denis dans le communiqué.

Bras de fer pour l'indépendance

Ces propos s'inscrivent dans le cadre du bras de fer pour son indépendance qui l'oppose au président de la Confédération nationale du Crédit Mutuel, l'organe central de la banque mutualiste, Nicolas Théry, également à la tête de la puissante fédération CM11-CIC (11 fédérations, de Strasbourg à PACA). Ce dernier tient d'ailleurs une conférence de presse ce mardi au cours de laquelle il fera un point sur les procédures en cours. En janvier, la confédération a prononcé un blâme contre la caisse interfédérale Arkéa qu'elle accusait de contre-façon de marque et de non-respect de la territorialité.

Arkéa rappelle notamment que son ratio de solvabilité (Common Equity Tier One) à 15,3%, se situe très au-dessus des exigences réglementaires et "confirme la solidité intrinsèque du groupe qui dispose d'une réserve de puissance sans précédent pour continuer à se développer et à investir".

L'un des domaines dans lesquels Arkéa s'est montré particulièrement actif est le numérique : après le rachat de Leetchi-Mangopay, le groupe implanté près de Brest a investi dans une flopée de startups de la Fintech, dont 2 millions d'euros dans Fluo (comparateur de contrats d'assurances) annoncés il y a quelques jours, 3 millions en octobre dans Grisbee (gestion de patrimoine en ligne), et une participation dans Vivienne Investissement (robo-advisor). Arkéa a aussi participé à la levée du fonds de capital-risque français Daphni et espère faire de ce positionnement comme partenaire privilégié des startups un avantage concurrentiel.

« Nous avons su très tôt prendre le virage du digital ce qui nous donne aujourd'hui une longueur d'avance que nous entendons bien conserver pour aborder les défis de la transformation du secteur bancaire et être de ceux qui vont réinventer la banque et l'assurance » fait ainsi valoir Ronan Le Moal, Directeur général du Crédit Mutuel Arkéa.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2017 à 18:24 :
ARKEA n'est plus " mutuel " : cadres territoriaux potiches, qui doivent faire monter au sommet à Brest, TOUT ! Et Ce n'est pas pas le cas au Vrai CREDIT MUTUEL : 98% des dossiers des Sociétaires traités et finalisés en local. La tromperie d'ARKEA doit cesser : le logo et " mutuel " . C'est la BANQUE ARKEA

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :