La "banque du climat" en transition vers la relance verte

 |  | 1100 mots
Olivier Sichel, directeur de la Banque des Territoires, et Nicolas Dufourcq, patron de Bpifrance, ont dévoilé, ce mardi 9 septembre, un plan à 40 milliards d'euros pour la transition écologique.
Olivier Sichel, directeur de la Banque des Territoires, et Nicolas Dufourcq, patron de Bpifrance, ont dévoilé, ce mardi 9 septembre, un plan à 40 milliards d'euros pour la transition écologique. (Crédits : DR)
Doubler le financement des énergies renouvelables, rénover 125.000 logements sociaux, décarboner des millions de mètres carrés de bâtiments industriels, accompagner 9.000 projets greentech… La banque du “climat” formée par Bpifrance et la Banque des Territoires va investir 40 milliards d’euros dans la transition énergétique. Une feuille de route ambitieuse mais “pas à la hauteur” de son nom, selon plusieurs ONG qui dénoncent ses contradictions écologiques.

Présentée comme deux banques "jumelles", Bpifrance et la Banque des Territoires (deux entités de la Caisse des dépôts) ont présenté ce mercredi 9 septembre, lors d'une conférence de presse commune, leur plan climat doté d'une enveloppe totale de 40 milliards d'euros sur la période 2020-2024.

"La banque du climat existe", a affirmé d'emblée, Olivier Sichel, directeur de la Banque des Territoires. "Elle s'incarne aujourd'hui à travers Bpifrance, tournée vers les entreprises, tournée vers l'innovation, tournée vers la technologie et une Banque des Territoires, tournée vers la transition écologique et environnementale des territoires", a-t-il exposé.

Doper la production des énergies renouvelables

Cette stratégie climat, qui s'inscrit dans le plan de relance, repose sur trois grands piliers. Le premier, doté de 20 milliards d'euros, vise à accélérer la transition des entreprises et des territoires, notamment via la rénovation énergétique des bâtiments industriels, des logements sociaux et des bâtiments publics.

Le deuxième, doté de 14,5 milliards d'euros, a pour ambition de doper la production des énergies renouvelables afin d'atteindre 8,8 GW de puissance installée.

"Collectivement, Bpifrance et la Banque des Territoires vont donc être responsables de 33% de la production d'énergies vertes dans le pays", ont...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2020 à 14:51 :
On va lancer des brins d'herbe dans le vent en les appelant Euros ?
a écrit le 10/09/2020 à 11:55 :
entretenir les camps de vie des pauvres cela coûte un pognon de dingue, bon ! mais cela remplit aussi certaines poches, n'est il pas ?
a écrit le 10/09/2020 à 9:28 :
Les journalistes d'investigation devraient s'interroger de très près à ce qu'il advient de l'argent public dans ces entités, et de la dégradation évidente de leurs comptes (notamment comment sont comptabilisées les sommes engagées dans une kyrielle de structures et projets..? A leurs valeurs initiales?). Qui peut croire que les valorisations des actifs n'ont pas avec cette crise subi de large pertes?
a écrit le 10/09/2020 à 8:33 :
A comparer avec toutes ces cités abandonnées par l’État français avec de doux et jolis noms fleuris ou arborés.
a écrit le 10/09/2020 à 5:29 :
Conflits d'interets patent, et tout le monde applaudit. En 22 votez, mieux....
a écrit le 09/09/2020 à 19:15 :
Et voilà la 3e arnaque du siècle pour la France, mise en oeuvre par la 1ère arnaque du siècle !
a écrit le 09/09/2020 à 16:57 :
Pure com pour du green washing mais véritable lessiveuse à cash d'argent public pour les "amis" et les nombreuses fausses bonnes idées contre les gaz à effets de serre dixit le labo du shift project et carbone 4 ... Cessons de laisser l'argent public aux mains de ceux qui vont mal le distribuer ou le gérer et par toujours de manières intentionnellement incompétentes mais aussi très complaisantes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :