Le gouverneur de la banque centrale de Lettonie interpellé

 |   |  271  mots
Ilmars Rimsevics gouverne la banque centrale de Lettonie depuis 2001.
Ilmars Rimsevics gouverne la banque centrale de Lettonie depuis 2001. (Crédits : Reuters)
Membre du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), Ilmars Rimsevics a été interpellé par les services de l'agence nationale anti-corruption.

Le gouverneur de la banque centrale de Lettonie Ilmars Rimsevics, qui est membre du Conseil des gouverneurs de la BCE (Banque centrale européenne), a été interpellé par les services de l'agence nationale anti-corruption, a fait savoir dimanche le cabinet du Premier ministre. "Le Bureau de prévention et de lutte contre la corruption (KNAB) a procédé à l'interpellation du gouverneur de la banque de Lettonie [Ilmars Rimsevics]", a déclaré le Premier ministre letton, Maris Kuncinskis, dans un communiqué adressé à Reuters.

Le domicile et le bureau du gouverneur de la banque centrale avaient été l'objet de perquisitions vendredi, avait rapporté samedi la radio-télévision lettone. "Rien ne laisse penser que le système financier de la Lettonie soit menacé en quoi que ce soit", a dit le Premier ministre.

Une démission serait opportune

La ministre des Finances, Dana Reiznice-Ozola, a jugé qu'il serait opportun qu'Ilmars Rimsevics quitte ses fonctions durant le temps de l'enquête. "Dans la mesure où le gouverneur de la banque centrale est un personnage emblématique pour un pays, je pense qu'il serait sensé que monsieur Rimsevics démissionne, au moins durant le temps de l'enquête", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse.

La banque centrale de Lettonie est une institution indépendante, que Rimsevics dirige depuis 2001. Il est membre du Conseil des gouverneurs de la BCE depuis janvier 2014, date à laquelle la Lettonie a adopté l'euro. Le gouvernement et la banque centrale de Lettonie n'ont pas dévoilé les accusations visant Rimsevics, mais le ministre de l'Economie, Arvils Aseradens, a lui aussi estimé que le gouverneur devrait envisager de démissionner.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2018 à 6:59 :
Allons, un peu de retenue.
Un banquier fraudeur, ca n'existe pas.
C'est une occupation tres dilletente avec bcp de loisirs, certes. De la, a impliquer un de ses serviteurs, non.
Le golf, oui. La tole, non.
a écrit le 18/02/2018 à 23:10 :
L’arbre qui cache la forêt...
a écrit le 18/02/2018 à 16:26 :
La belle Eutope : et ça continue et n'est sans doute pas prêt de s'arrêter !!!!!!
Réponse de le 19/02/2018 à 9:13 :
C est sur qu en France on a des lecon de morale a donner... entre Sarkozy qui se faisait financer par Kadafi, le ministre du budget Cahuzac qui avait un compte secret en suisse ...
Réponse de le 19/02/2018 à 9:34 :
@cd
oui c'est dans la continuité, mais il est vrai qu'être banquier est un métier honorable, comme le disait Macron. Et quand on pense que l'UE s'apprête à demander des rallonges aux contribuables pour le budget de ce château de cartes et la caisse de retraites des parlementaires qui serait en faillite d'ici 2025.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :