"Les cryptomonnaies pourraient chuter près de zéro" avertit le créateur de l'Ether

 |   |  504  mots
L'inventeur d'Ethereum, Vitalik Buterin, programmeur de génie, très respecté dans la communauté crypto, a appelé à la prudence sur cette classe d'actifs nouvelle et hyper-volatile.
L'inventeur d'Ethereum, Vitalik Buterin, programmeur de génie, très respecté dans la communauté "crypto", a appelé à la prudence sur cette classe d'actifs "nouvelle et hyper-volatile." (Crédits : CC Romanpoet)
Vitalik Buterin, jeune programmeur à l'origine du prometteur protocole Ethereum, sous-jacent technologique de la monnaie virtuelle Ether, la deuxième plus importante après le bitcoin, a mis en garde sur la grande volatilité de tous les crypto-actifs et appelé les épargnants à se tourner vers les actifs traditionnels.

Ce n'est ni un banquier, ni un régulateur, ni un économiste, ou toute autre personnalité d'emblée suspecte d'archaïsme ou de défense du système établi, mais l'une des figures les plus respectées de la communauté des spécialistes des cryptomonnaies qui appelle à la plus grande prudence quand il s'agit d'investir dans les monnaies virtuelles. Vitalik Buterin, 24 ans, est l'inventeur du protocole informatique d'échanges Ethereum, le sous-jacent technologique de la monnaie virtuelle Ether, la deuxième plus importante après le bitcoin, avec une capitalisation de 92 milliards de dollars.

Le jeune programmeur canadien, d'origine russe, qui déclare vivre en Suisse, a émis un appel à la prudence empreint de sagesse ce week-end sur son compte Twitter :

"Rappel : les crypto-monnaies sont encore une classe d'actifs nouvelle et hyper-volatile, et pourraient chuter près de zéro à tout moment. Ne mettez pas plus d'argent que vous ne pouvez vous permettre de perdre. Si vous vous demandez comment placer vos économies, les actifs traditionnels sont encore l'option la plus sure."

Cet avertissement rappelle celui des trois gendarmes financiers européens (Autorités bancaire, des marchés et des assurances) qui insistaient sur le fait qu'il ne fallait "pas investir de l'argent que vous ne pouvez vous permettre de perdre."

Crypto-millionnaire

Lui-même est un crypto-millionnaire, multimillionnaire en monnaie virtuelle. Sa fortune personnelle est estimée entre 400 et 500 millions de dollars par le magazine Forbes. Le cours de l'ether est passé de moins de 13 dollars il y a un an à plus de 900 dollars aujourd'hui. Loin des tirades parfois sans nuances de certains défenseurs des crypto-monnaies, celui qui affirme avoir la "crypto" pour religion se montre lucide voire désabusé :

"Je suis sceptique sur le fait que les gens impliqués dans la crypto-monnaie soient de meilleures personnes que les personnes impliquées dans le système bancaire" a-t-il déclaré.

Ethereum est testé par de nombreuses grandes entreprises, notamment des banques, JP Morgan, ING, Credit Suisse, Santander, UBS, mais aussi Microsoft, Intel et BP, membres de l'Enterprise Ethereum Alliance, qui l'utilisent pour l'exécution automatique de contrats ("smart contracts", en anglais), une des fonctions promises à un grand avenir de la technologie Blockchain.

La réaction de Vitalik Buterin est représentative d'une partie de la communauté "crypto" mal à l'aise de voir débarquer de purs spéculateurs qui ne partagent pas du tout la philosophie de ces geeks de la première heure, mûs par d'autres motivations que le profit.

En décembre dernier, Charlie Lee, le créateur du Litecoin, une alternative au bitcoin, a annoncé avoir vendu l'intégralité de ses avoirs en Litecoin, excédé par les accusations de manipulations et conflit d'intérêts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2018 à 22:32 :
J'ai investi dans BITCOIN à travers une plate-forme faite par Phillippe Ballesio, j'ai fini par être arnaqué par cet homme, l'adresse de sa société a disparu et toute sa documentation a fini par être fausse, maintenant je savais que cette personne travaille comme opérateur dans APPLE
a écrit le 23/02/2018 à 15:04 :
A y regarder de plus prêt il n'y a pas de raison pour que les bitcoins valent plus que zéro...

Un sachet de bonbecs, ça se mange, on peut le partager et ça fait des copains.

Un sac de bille ça s'échange, ou si on est bon on peut en gagner d'autres et c'est fun.

Des bitcoins, ça ne vaut même pas un beau rêve gratuit.
a écrit le 20/02/2018 à 10:13 :
C'est sûr qu'après avoir pris ses bénéfices, on peut se permettre de critiquer ..
Si il n'avait pas vendu, il aurait fermé sa gueule
a écrit le 19/02/2018 à 16:44 :
Ces fontadeurs prétendent ne pas vouloir s'enrichir mais ils ont vendu avant l'effondrement et sont riches à millions. À moins qu' on ne les juge comme Madoff et leur confisque tous leurs acquis à ces escrocs.
a écrit le 19/02/2018 à 15:58 :
Les va et viens trés importants de la valeur de ces monnaies ne sont qu'une bonne occasion pour les spéculateurs de s'enrichir sur le dos des gogos qui sont fascinés par cette nouvelle pyramide de Ponzi.
Réponse de le 19/02/2018 à 16:45 :
La technologie Blockchain ne peut être un ponzi car elle n'est pas régie par une autorité centrale.

Cela étant dit je ne dis pas qu'il y a des spéculateurs, puisqu'il s'agit d'investissement. Il reste évident de bien se renseigner avant de mettre ses euros dedans.
Réponse de le 21/02/2018 à 11:28 :
Effectivement, les cryptos sont une nouvelle forme de pyramide de Ponzi :

1- il n'y a aucune création de valeur (contrairement à des actions sur une entreprise qui fabrique un bien de consommation), le cour de ces monnaies est parfaitement corrélé à leur capitalisation. Les courbes "valeur" et "market cap", en fonction du temps, sont identiques.
2- comme la valeur de la crypto-monnaie dépend de sa capitalisation, pour gagner de l'argent, il faut que la valeur augmente, donc que la capitalisation augmente, donc que de l'argent soit injectée dans le système. Autrement dit, on ne peut s'enrichir avec une crypto-monnaie que s'il y a plus de gens après nous qui en achètent en acceptant de les payer plus cher, ce qui fait monter le cour...

Une personne qui a acheté pour 100$ de bitcoins (à 1$ l'unité) en avril 2011 et qui les a revendus en novembre 2017 a gagné 1 million de dollars (un bitcoin valait 10,000$ à ce moment). Ce million de dollars gagné, c'est l'argent injecté par 100 personnes qui ont acheté du bitcoin en novembre 2017, ou 1000 personnes qui auraient acheté du bitcoin en février 2017....

Dans une pyramide de Ponzi, les derniers arrivés financent tous les gains de ceux qui sont arrivés avant eux.
Et avec les cryptos, pour qu'une seule personne fasse des gains considérables, il faut que de très nombreuses personnes perdent de l'argent.

Le bitcoin tient parce que la moitié de sa capitalisation est détenue par une grande partie des gogos qui en ont achetés entre 10,000$ et 19,000$ l'unité, et qui ne peuvent pas se permettre de les revendre à perte.

Cependant, la blockchain est une bonne idée, bien que malheureusement énergivore et extrêmement polluante :
La Chine mine la majorité de bitcoins, et produit sont énergie électrique majoritairement à l'aide de centrales à charbon. Une simple transaction de bitcoin (acheter un café avec, par exemple), émet autant de CO2 dans l'atmosphère que si l'on roulait 600 km en Porsches Cayman.
On vient d'inventer l'argent doublement sale !
a écrit le 19/02/2018 à 15:25 :
Par contre sur le long terme il est certain que le monnaies fiat ou fiduciaire comme l'euro ou le dollar perdent toute leur valeur à cause de l'inflation. Quel est donc le moindre mal, la certitude d'une perte ou le risque d'un effondrement? S'il y a une demande pour les cryptomonnaies c'est aussi par defaut de confiance dans les monnaies fiduciaires et dans l'avenir des États qui les soutiennent. Ce facteur est aujourd'hui beucoup plus fort pour les citoyens de pays à forte inflation ou avec des controles monetaires comme le Venezuela ou le Zimbawe, mais sur le moyen terme il ressort aussi une forte défiance à légard du dollar et de l'euro.
a écrit le 19/02/2018 à 12:33 :
Arrêter les crypto-monnaies permettrait aussi de façon conséquente de réduire la dépense d'électricité dans le monde, car c'est très énergivore.
Réponse de le 19/02/2018 à 13:52 :
Vous avez bien appris votre leçon...
Réponse de le 19/02/2018 à 14:51 :
Y a tellement de chose energivore, ils se focalise tous sur les cryptomonnais mais faux voir les intérêts pour les gens et technologiques... Y a tellement de façon de produire de l'électricité à bas prit... Enfin bref moi je suis pour mais les banque veule pas perdre leurs gagne pain 🥖... Bonne journée à tous
Réponse de le 19/02/2018 à 20:44 :
@Xavier-marc : faux !

la consommation du système bancaire (agences, serveurs, etc) est 3 fois celle du système bitcoin

un article comparait système de transaction btc et visa , le btc était plus consommateur, mais sans banques, point de visa, donc au global, le système bancaire consomme 3 X + d'électricité que le bitcoin :)
Réponse de le 20/02/2018 à 10:33 :
La comparaison est juste ridicule et ne plaide pas en faveur du bitcoin.

le bitcoin ne concerne que quelques centaines de milliers de spéculateurs et 40% de la valeur est concentrée dans les mains d'un milliers de gros "actionnaires".

Rien à voir avec le système bancaire traditionnel qui est planétaire, indispensable au fonctionnement de l'économie et qui apporte un réel service aux particuliers comme aux entreprises.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :