Manipulation de changes : amende de 350 millions de dollars infligée à BNP Paribas

 |   |  521  mots
Les autorités américaines reprochaient aux cambistes, les opérateurs de marché spécialistes des devises, d'avoir utilisé des forums de discussion sur Internet et des messageries instantanées pour se concerter afin de s'entendre pour infléchir les cours des monnaies (notamment le rand sud-africain, le forint hongrois, la lire turque).
Les autorités américaines reprochaient aux "cambistes", les opérateurs de marché spécialistes des devises, d'avoir utilisé des forums de discussion sur Internet et des messageries instantanées pour se concerter afin de s'entendre pour infléchir les cours des monnaies (notamment le rand sud-africain, le forint hongrois, la lire turque). (Crédits : Reuters)
Le gendarme financier de New York a infligé cette amende à la banque française pour des comportements frauduleux de ses traders sur les marchés des changes.

Revoilà l'affaire des manipulations de taux de change sur les marchés : le régulateur financier de New York (Department of Financial Services) a annoncé ce mercredi que BNP Paribas et sa filiale new-yorkaise paieraient une amende de 350 millions de dollars dans le cadre d'un règlement amiable pour avoir enfreint "de façon significative et sur une longue période" la loi bancaire de l'Etat sur le trading de devises.

Des violations trahissant "des déficiences de la banque en matière de contrôle qui ont laissé libre cours à la mauvaise conduite de plus d'une douzaine de traders et de vendeurs de BNPP presque sans entraves" selon le communiqué du DFS.

"Ici, la banque a accordé peu d'attention à la surveillance de son activité de courtage des changes, ce qui a permis à ses traders et d'autres de violer la législation de l'Etat de New York pendant plusieurs années et d'abuser de la confiance des clients", tance la "superintendante" du DFS de New York, Maria Vullo.

La directrice du gendarme financier salue néanmoins la "coopération" de la banque française durant l'enquête et les mesures prises pour empêcher ce type de comportements frauduleux.

"Profonds regrets" et provisions

Cette amende d'un montant d'"environ 310 millions d'euros" est "couverte par des provisions existantes" indique BNP Paribas dans son propre communiqué. La banque française exprime "ses profonds regrets" pour ces manquements passés, qui remontent à la période allant de 2007 à 2013, "clairement en décalage avec les standards de haut niveau" du groupe.

"Depuis lors, BNP Paribas a mis en place de sa propre initiative un large éventail de mesures visant à renforcer ses systèmes de contrôle et de conformité. Le groupe a accru les ressources et les nombre de collaborateurs dédiés à ces fonctions et organisé une formation complète pour ses équipes. Il a édicté un nouveau code de conduite qui s'applique à l'ensemble des collaborateurs".

La banque a aussi pris des mesures disciplinaires contre certains employés, y compris le licenciement de plusieurs d'entre eux, et a accepté de ne pas les réembaucher, indique le DFS.

Cartel des cambistes

La BNP était accusée de faits de manipulation, d'exécution de faux ordres et de collusion, dans le cadre d'une enquête sur une forme de "cartel" des changes visant plusieurs banques (Bank of America, Barclays, Citi, Goldman Sachs, HSBC, JPMorgan, RBS, Soicété Générale et UBS). Plusieurs d'entre elles ont déjà signé des accords transactionnels avec des investisseurs s'estimant lésés en 2015 afin d'éviter des poursuites.

Les autorités américaines reprochaient aux "cambistes", les opérateurs de marché spécialistes des devises, d'avoir utilisé des forums de discussion sur Internet et des messageries instantanées pour se concerter afin de s'entendre pour infléchir les cours des monnaies (notamment le rand sud-africain, le forint hongrois, la livre turque). Des pratiques évidemment interdites leur ayant permis d'empocher des plus-values indues.

BNP Paribas a écopé en 2014 d'une très lourde amende de 8,9 milliards de dollars aux Etats-Unis, pour avoir violé les règles d'embargos économiques contre certains pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2017 à 12:28 :
Pour icelles et ceusses qui pensent que seules les banques étrangères passent à la caisse, je vous invite à relire l'article de madame Delphine Cluny dans la Tribune du 3 mars 2017.
Voici le lien:
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/plus-de-320-milliards-de-dollars-les-amendes-payees-par-les-banques-depuis-la-crise-651961.html
Si cela ne marche pas vous googlez "tribune amendes banques USA"
En gros, c'est 1/3 étrangères, 2/3 Amérique du Nord.
Cordialement
a écrit le 25/05/2017 à 20:42 :
Encore la Bnp a la une !
Et pendant ce temps Bnp Paribas suisse dénonce les prêts de ses clients de maniere à passer le taux d interet de 0,86% à 5% pour pouvoir payer les amendes ? :0(
a écrit le 25/05/2017 à 20:42 :
Encore la Bnp a la une !
Et pendant ce temps Bnp Paribas suisse dénonce les prêts de ses clients de maniere à passer le taux d interet de 0,86% à 5% pour pouvoir payer les amendes ? :0(
a écrit le 25/05/2017 à 19:25 :
- une société américaine qui spécule en Europe, achète et revend des entreprises, licencie et fait de gros bénéfices ? NORMAL ....
- une société européenne qui fait la même choses aux USA ? SCANDALE ! ! ! !
libre échange, mais à sens unique ........................
a écrit le 25/05/2017 à 11:41 :
La profitabilité de certaines opérations est nulle, et les risques trop élevés: pourquoi continuer? Et qui fera les dites opérations?
a écrit le 25/05/2017 à 9:32 :
Il faudrait trouver un prétexte pour mettre de mega-amendes aux entreprises US.
a écrit le 25/05/2017 à 3:39 :
La justice americaine est tellement independante qu'elle ne s'attaque que aux entreprises non americaine
a écrit le 25/05/2017 à 3:08 :
Profonds regrets de la part de bnp !
J'ai cru m'etouffer de rire.
a écrit le 24/05/2017 à 23:12 :
Si les Etats manipulent les changent, manipulent-ils aussi les citoyens et les marchés? Peut-on affirmer que des grands homme comme Marco Polo, Galilée ou des femmes exceptionnelles comme Jeanne d'Arc soient condamnés au titre du bon travail, ou si on publie que Walras aurait été selon Schumpeter titré de meilleur économiste du monde mais que nous serions dans l'économie la plus mal administrée du monde par des chefs promus sur des critères d'allégeance au crétinisme économique?
a écrit le 24/05/2017 à 21:50 :
Mais enfin ... QUI gouverne notre pays ?!? Et si on les envoyait promener une fois pour toutes ces yankees massacreurs de populations indiennes ?
a écrit le 24/05/2017 à 21:43 :
Et qui à le droit de juger (si cela est possible) les US?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :