Les PDG des sept plus grands groupes de défense veulent voir François Hollande

 |   |  550  mots
Que va décider François Hollande sur le budget de la Défense ?
Que va décider François Hollande sur le budget de la Défense ? (Crédits : reuters.com)
Face à la volonté de Bercy et de Matignon de tailler férocement dans le budget de la défense, les industriels de l'armement veulent rencontrer le président de la République.

Bis repetita ! Les PDG des sept plus grands groupes d'armement français - Airbus Group, Dassault, Safran, Nexter, DCNS, MBDA et Thales - vont envoyer un courrier vendredi à François Hollande pour demander à être reçu par le président lui-même. Une nouvelle mobilisation qui rappelle l'initiative prise l'hiver 2013 au moment de la rédaction du Livre Blanc et quand les rumeurs les plus sombres circulaient sur les coupes budgétaires à venir. Ils avaient été rassurés par le Chef de l'Etat.

Aujourd'hui l'inquiétude est à nouveau de mise au sein des industriels de l'armement à la suite des déclarations du ministre des Finances, Michel Sapin, qui veut réduire significativement le budget de la défense et qui ne les rassurent pas. "Il faut aussi, aujourd'hui comme hier, maîtriser les dépenses publiques. On ne peut abstraire un ministère de tout effort", a-t-il à nouveau expliqué ce jeudi au Sénat.

Matignon soutient Bercy

Alors que Bercy exigeait de 2 à 2,5 milliards d'économies par an de 2015 à 2017 à la défense, Matignon a tranché entre 1 et 1,2 milliard, selon nos informations. Cette décision de Michel Sapin et du Premier ministre, Manuel Valls, intervient six mois seulement après avoir fait voter une loi de programmation militaire (LPM) a minima. Une LPM qui comme l'a rappelé mercredi à l'Assemblée nationale le ministre de la Défense, "contribue au redressement de nos comptes publics. Parce qu'il y a 34.000 suppressions de poste, parce qu'il y a une masse salariale réduite de plus de 4 milliards, parce qu'il y a eu, par rapport à un Livre Blanc antérieur, une réduction  des commandes d'environ 14 milliards d'euros, parce qu'il y a des restructurations qui parfois sont difficiles pour les territoires".

Si la droite est logiquement montée au créneau, les élus de gauche sont aussi extrêmement remontés contre cette initiative négociée dans le plus grand secret entre Bercy et Matignon, l'hôtel de Brienne ayant été tenu à l'écart de ces débats. Ainsi, le président de la commission des affaires étrangères et de la défense, Jean-Louis Carrère a rappelé lors d'une réunion de la commission qui s'est tenue mercredi, que le budget de la défense ne devait pas être une variable d'ajustement. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a été semble-t-il lui même ébranlé par ce blitzkrieg de Bercy et de Matignon.

Que va décider François Hollande ?

Et le Président de la République ? Acclamé en février 2013 dans les rues de Tombouctou libéré, il avait souligné la veille du 14 juillet 2013, que "les crédits de la défense seront, à la différence de ceux de la plupart des ministères, préservés dans leur intégrité. C'est un effort que la nation fait, non pas pour les armées, mais pour sa propre sécurité".

Que va faire François Hollande ? Laissera-t-il faire à Manuel Valls le sale boulot ? Ou au contraire préservera-t-il l'intégrité du budget de la défense comme il l'avait rappelé ? Le président de la République avait tranché à la fin de l'hiver 2013 et avait accordé à la défense 190 milliards d'euros, dont 6 milliards de recettes extrabudgétaires, pour l'actuelle LPM. Soit une moyenne de 31,6 milliards d'euros par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2014 à 17:13 :
Pourquoi demander encore 2 Milliard à la defense alors que les termites des collectivités locales recommencent à depenser . Et en avant les ronds point , les boulodromes couverts , ...etc.
a écrit le 16/05/2014 à 14:21 :
le budget 2014 est de 41 milliards d'€uros...!!! source site ministère de la Défense. et certains crient aux loups ...!!!
a écrit le 16/05/2014 à 12:41 :
Valls ne vaut un radis la preuve, première marche et premier ramassage...
a écrit le 16/05/2014 à 10:40 :
Il ne prendra pas de décision et de toute façon il n'y a plus d'argent dans les caisses de l'état
a écrit le 16/05/2014 à 10:23 :
Le problème, c'est bien celui des sales boulots à faire. Quels sont-ils , pour combien, en regardant de gauche à droite ? sans refiler la patate chaude au voisin adverse.
a écrit le 16/05/2014 à 10:00 :
Faute de créativité et de pouvoir imposer une tendance novatrice dans son économie, toujours à la traîne de Wall Street, la France aurait pu donner un grande exemple au monde en se ralliant pas du côté des pays "faiseurs de guerres et de morts" dans cette planète et limitant sa production de matériel militaire à un minimum. Notre pays a loupé royalement le train de l'Histoire. La France finira-t-elle comme un pays seulement producteur d'armes et des parfums ?
Réponse de le 16/05/2014 à 11:40 :
Les pays qui descendent du train de l'Histoire, ce sont justement ceux qui ont négligé leur Défense.
Réponse de le 16/05/2014 à 14:16 :
La France négligerait sa défense....!!!! MdR....
a écrit le 16/05/2014 à 9:55 :
Le problème est encore et toujours le même. Nos parasites auto-élus cherchent a couper partout dans les dépenses, sauf là où il faudrait vraiment le faire : dans la couche parasite de gratte-papiers inutiles, autogénérant du travail entre eux, et ne produisant rien du tout pour la société qui les paie...
Réponse de le 17/05/2014 à 20:56 :
D'accord avec vous; les coupes budgétaires sont toute faite dans la masse salariale nécessaire et jamais parmi les patrons, ministres, sénateurs, membre de l'assemblée nationale et européenne. Ils détruisent nos administration et augmente les salaires des dirigeant (comme l'augmentation faites sous Sarkozy pour les patrons du publique soit disant mal payé par rapport au privé), et pour les salariés, rien pourtant les salarié du publique sont mal payé par rapport à ceux du privé !
a écrit le 16/05/2014 à 9:39 :
Pour préserver le budget de la Défense, et même le remettre à un niveau supérieur,
il faut tailler dans les budgets inutiles,
* en premier lieu le budget de l'intérieur, trop de CRS qui dorment dans leurs appartements, et qui sont inutiles dans un pays apaisé,
* en second lieu il faut supprimer toutes les agences blas blas banquets et tous les faux centres de faux experts auto proclamés
* en troisième lieu, il faut supprimer les subventions et les taxes des frais de chambres de commerce puisque les CCI n'ont en rien empêché la désindustrialisation massive et la mort des petits commerces
a écrit le 16/05/2014 à 9:16 :
On ne réforme toujours pas vraiment, parce qu'on n'en a pas le courage, et on se sert, comme toujours, du budget de la Défense comme variable d'ajustement. Indécrottables politiciens français...
a écrit le 16/05/2014 à 9:06 :
Ben oui ! Réduire la dépense publique , c'est ça ! A mon avis, c'est très con ! Parce qu'un euro de dépense publique ça devient 1,5 euro de PIB ! Mais le dogmatisme libéral ne permet pas de comprendre ça.
Réponse de le 16/05/2014 à 9:16 :
La forte hausse des dépenses publiques, décidée par Mitterrand en 1981, n'a pas eu un effet miraculeux.

1980
Dépenses publiques : 46% du PIB
Taux de chômage (au sens du BIT) : 5,6%

1986
Dépenses publiques : 51,3% du PIB
Taux de chômage (au sens du BIT) : 9%
Réponse de le 16/05/2014 à 13:52 :
c'est bien on compare des choux avec des carottes...
a écrit le 16/05/2014 à 9:03 :
Qu'on le veuille ou non, le marché des armes est de nouveau en expansion dans le monde. Il est largement dominé par les USA, mais avec de nombreux autres états producteurs, l'offre est énorme et la sortie de la France de ce marché n'y changera rien. Pour y tenir une bonne place, il faut proposer de bons produits, compétitifs. Il faut financer des bureaux d'études, des prototypes. Si les produits sont bons, nos forces en bénéficient. Sauf à sacrifier des dizaines de milliers d'emploi et des milliards d'exportation, il est nécessaires de soutenir cette industrie. Ceux qui, au sein de la Défense, appellent à acheter "au moins cher", à l'étranger, ne font que scier la branche sur laquelle ils sont assis. Car les milliards d'exportations en moins, les milliers de chômeurs en plus, c'est moins de ressources pour l'Etat, et donc pour la Défense. N'oublions pas non plus que les technologies sont duales. En investissant dans des missiles intercontinentaux, on favorise la compétitivité d'Ariane. Une fois un bureau d'études fermé, il n'est plus possible de revenir sur le marché. Cela passe sans doute par le choix de solutions qui, à court terme, déplaisent aux militaires, mais à plus long terme, la France et sa Défense ne peuvent qu'y gagner.
A titre d'information, je n'ai jamais eu le moindre lien avec l'industrie de Défense.
a écrit le 16/05/2014 à 7:44 :
Quel bazar bravo pour la politique du ziz zag
a écrit le 15/05/2014 à 20:43 :
On huile que les roues qui couinent avec ce gouvernement,
mais il faudrait faire attention car même silencieuse une colère peut gronder, a force de ne pas donner les moyens a ses ambitions on risque de tout faire péter
Réponse de le 16/05/2014 à 2:29 :
n'a pas d'ambition! Il sait même pas ce que c'est qu'une opex
Réponse de le 16/05/2014 à 9:38 :
Vous me semblez être l'adjudant Kronenbourg !
a écrit le 15/05/2014 à 20:37 :
En effet pas de grève dans l'armée ils ferment leur G. alors forcement ils vont charger !
a écrit le 15/05/2014 à 19:44 :
Nos pauvres soldats ont tous les tord : dévoués jusqu'à la mort, silencieux par respect de leur uniforme, débrouillards pour palier les manques en tout... Si les autres fonctionnaires avaient le même état d'esprit et le même sens du devoir, la France irait très bien... Leurs qualités sont hélas ce qui les tirent vers le bas dans cette France ou c'est celui qui gueule le plus et crie au scandale imaginaire qui ramasse la mise...
Réponse de le 15/05/2014 à 21:31 :
Si seulement ceux qui en veulent a nos pension était de votre avis !
Réponse de le 16/05/2014 à 9:08 :
Airbus Group, Dassault, Safran, Nexter, DCNS, MBDA et Thales...Tout le lobby militaro-industriel français.

Vous croyez sincèrement qu'ils s'en tapent du bien être des soldats et de l'état des casernes? Ces entreprises c'est l'équivalent des groupes pharmaceutiques en médecine. On est des clients, sinon on n'existe pas pour eux. Le fantassin peut crever, tant que l'état commande, c'est sans importance.
a écrit le 15/05/2014 à 18:46 :
On aurait du se douter !!!
"Le président de la République avait tranché"

Ca signifiait que ca allait forcément être revu à la baisse. il est incapable de tenir une promesse !
a écrit le 15/05/2014 à 18:46 :
Quand hollande va-t-il prendre une décision dans sa vie ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :