Guérilla juridique du néerlandais Damen contre Naval Group en Roumanie

 |   |  357  mots
Fin 2018, Naval Group avait présenté contre toute attente la meilleure offre financière pour la fabrication de quatre Gowind fabriquées en Roumanie en partenariat avec le chantier SNC, basé à Constanta (est) : 1,2 milliard d'euros, contre 1,25 milliard au néerlandais Damen et 1,34 milliard à Fincantieri.
Fin 2018, Naval Group avait présenté contre toute attente la meilleure offre financière pour la fabrication de quatre Gowind fabriquées en Roumanie en partenariat avec le chantier SNC, basé à Constanta (est) : 1,2 milliard d'euros, contre 1,25 milliard au néerlandais Damen et 1,34 milliard à Fincantieri. (Crédits : Naval Group)
Le chantier naval néerlandais a déposé deux recours dans le cadre de l'appel d'offres de la Roumanie, qui souhaite acheter quatre corvettes Gowind à Naval Group.

Après Fincantieri, dont le recours avait finalement été rejeté par un tribunal roumain, c'est au tour de du chantier naval néerlandais Damen de mener une guérilla juridique en Roumanie contre Naval Group, qui a été sélectionné pour la vente de quatre corvettes Gowind pour la marine roumaine. C'est de bonne guerre entre les concurrents. Selon des sources concordantes, Damen, qui a rebondi sur la procédure de Fincantieri pour aller en appel, aurait ainsi déposé en juillet deux recours, l'une devant le Consiliul Naţional de Soluţionare a Contestaţiilor (CNSC), un organisme indépendant créé pour juger les problèmes liés aux passations de marché public, et l'autre devant la cour d'appel de Bucarest.

Damen, qui possède les chantiers navals de Galaţi et Mangalia, a notifié à la CNCS et la justice de "multiples irrégularités" en vue de contester l'impartialité de la procédure d'appel d'offres remportée par le groupe naval français. Damen aurait demandé le soutien de Fincantieri mais le groupe italien, partenaire de Naval Group, a refusé. Le chantier néerlandais tente de faire durer la procédure pour profiter d'un éventuel changement de gouvernement avec la prochaine élection présidentielle roumaine, prévue les 10 et 24 novembre.

Naval Group confiant

Chez Naval Group, qui est passé par tous les états en Roumanie depuis le début de la compétition, la sérénité reste de mise. On estime que la signature du contrat pourrait intervenir en fin d'année. Fin 2018, le groupe français avait présenté contre toute attente la meilleure offre financière pour la fabrication de quatre Gowind fabriquées en Roumanie en partenariat avec le chantier SNC, basé à Constanta (est) : 1,2 milliard d'euros, contre 1,25 milliard au néerlandais Damen et 1,34 milliard à Fincantieri. Les Gowind seront armées de missiles de MBDA : VL-Mica (surface-air) et Exocet Block 3 (mer-mer).

En six mois, Naval Group aura réussi l'exploit de vendre 21 navires de guerre neufs : 12 en Belgique et aux Pays-Bas (chasseurs de mines), trois plus L'Adroit en Argentine (patrouilleurs), deux aux Emirats Arabes Unis (corvettes) et, enfin, quatre en Roumanie (corvettes).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2019 à 21:58 :
Damen l' a eu mauvaise dans l'appel d'offre du renouvellement des chasseurs de mine belges et hollandais remporté dernièrement par Naval Group .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :