Si, si Naval Group déclaré vainqueur... en Roumanie

 |   |  508  mots
En six mois, Naval Group aura réussi l'exploit de vendre 21 navires de guerre neufs : 12 en Belgique et aux Pays-Bas (chasseurs de mines), trois plus L'Adroit en Argentine (patrouilleurs), deux aux Emirats Arabes Unis (corvettes) et, enfin, quatre en Roumanie (corvettes).
En six mois, Naval Group aura réussi l'exploit de vendre 21 navires de guerre neufs : 12 en Belgique et aux Pays-Bas (chasseurs de mines), trois plus L'Adroit en Argentine (patrouilleurs), deux aux Emirats Arabes Unis (corvettes) et, enfin, quatre en Roumanie (corvettes). (Crédits : Naval Group)
Le groupe naval français a été sélectionné par la Roumanie pour négocier un contrat de 1,2 milliard pour la vente de quatre corvettes Gowind.

Inespéré. Après bien des péripéties, Naval Group a été déclaré vainqueur en Roumanie pour la construction de quatre corvettes Gowind par le ministère de la Défense, selon des sources concordantes. Le groupe naval a été sélectionné pour négocier avec Bucarest en vue de finaliser le contrat. Comme La Tribune l'avait annoncée, le groupe français avait présenté fin 2018 contre toute attente la meilleure offre financière pour la fabrication de quatre Gowind fabriquées en Roumanie en partenariat avec le chantier SNC, basé à Constanta (est) : 1,2 milliard d'euros, contre 1,25 milliard au néerlandais Damen et 1,34 milliard à Fincantieri. Les Gowind seront armées de missiles de MBDA : VL-Mica (surface-air) et Exocet Block 3 (mer-mer).

En six mois, Naval Group aura réussi l'exploit de vendre 21 navires de guerre neufs : 12 en Belgique et aux Pays-Bas (chasseurs de mines), trois plus L'Adroit en Argentine (patrouilleurs), deux aux Emirats Arabes Unis (corvettes) et, enfin, quatre en Roumanie (corvettes).

Naval Group surmonte tous les obstacles

Pourtant, l'affaire roumaine était très mal engagée pour Naval Group. Ainsi, en dépit de la signature d'un partenariat stratégique le 14 juin, Fincantieri avait sans scrupule entamé la semaine suivante une procédure en Roumanie contre le groupe naval français. Dans la foulée de cet accord, le groupe italien avait déposé un recours devant le Consiliul Naţional de Soluţionare a Contestaţiilor (CNSC), un organisme indépendant créé pour juger les problèmes liés aux passations de marché public, afin de contester l'impartialité de la procédure d'appel d'offres sur les corvettes. En vain finalement...

Naval Group a réussi à également surmonter de nombreux obstacles pour faire valoir ses droits en Roumanie. Car l'ancien homme fort et trouble de la Roumanie, le président social-démocrate de la Chambre des députés Liviu Dragnea, a cherché par tous les moyens à disqualifier le groupe français et casser l'appel d'offres au profit de Damen. Mais aujourd'hui, le clan Dragnea est en voie de liquidation : l'homme fort du pays est en prison après avoir perdu son appel. Il a été condamné fin mai à trois ans et demi de prison ferme pour détournement de fonds publics. Andrei Ignat, directeur de l'armement au ministère de la Défense, a été limogé à la suite d'un audit lancé pourtant par un proche de Liviu Dragnea, Gabriel Les, ministre de la Défense avec l'accord du Premier ministre, également proche de l'ancien homme fort du PSD.

En janvier, Bucarest avait suspendu l'appel d'offres sous la pression de Liviu Dragnea. Cette suspension semblait être le premier pas de la volonté roumaine d'écarter Naval Group. C'est le secrétaire d'Etat en charge de l'Armement Andrei Ignat, chargé de la procédure de l'appel d'offres, qui avait suspendu la procédure en invoquant notamment des soupçons d'illégalités. Mais Liviu Dragnea a été rattrapé par toute une série d'affaires. Ce qui a permis de dénouer l'affaire en faveur de Naval Group.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2019 à 13:44 :
les règlements de compte internes à la Roumanie, on s'en fout un peu... Il faut un goût prononcé pour les magouilles et les arrangements douteux pour se délecter de ce genre d'informations et les exploiter à des fins diverses et variées.
Plus sérieusement, je me demande bien à quoi et contre qui peuvent servir des navires modernes dans une mer quasi fermée. Des navires de patrouilles, des chars, des avions, des missiles anti navires ok, mais des navires lances missiles... La Roumanie ne pourra jamais rivaliser contre la Turquie et la Russie dans cette mer, ou alors elle est très ambitieuse...
Réponse de le 04/07/2019 à 15:01 :
Rivaliser, non, faire respecter sa souveraineté par les Russes, très interventionnistes, et les Turcs, très agressifs, oui. Un seul missile Exocet peut envoyer par le fond une unité qui coûte cent fois son prix. Ca devrait tenir les autres marines loin du Danube.
a écrit le 03/07/2019 à 10:39 :
Excellente nouvelle.
a écrit le 02/07/2019 à 18:56 :
Une bonne nouvelle pour la construction navale française.
a écrit le 02/07/2019 à 18:27 :
Le contrat prévoit aussi la modernisation de 2 frégates de la marine roumaine,en tout il en a pour 1.6 milliards d'euros (normalement)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :