Le cauchemar continue pour Boeing : le 737 MAX ne revolera pas avant cet été

 |   |  350  mots
(Crédits : Reuters)
Le constructeur a fait savoir mardi qu'il n'espérait pas obtenir l'autorisation de remettre en service son 737 MAX avant la mi-2020, un délai revu à la hausse par rapport à l'estimation que le constructeur retenait jusque-là.

Comme plusieurs compagnies américaines l'avaient anticipé, Boeing a annoncé ce mardi que le 737 MAX ne revolera pas avant mi-2020, soit 15 mois après le début de son immobilisation en mars à l'issue deux accidents ayant fait 346 morts.

"Nous sommes en train d'informer nos clients et nos sous-traitants que nous estimons actuellement que la levée de l'interdiction du 737 MAX ne commencera qu'à partir de mi-2020", a déclaré le constructeur américain en expliquant ce nouveau report par "l'examen rigoureux que les autorités de l'aviation civile appliquent, avec raison, à chaque étape de l'inspection" de l'avion.

Pour la direction générale de l'aviation civile américaine, la FAA (Federal Administration Aviation) a indiqué qu'elle n'avait pas encore fixé de calendrier.

"La priorité de la FAA est la sécurité", a expliqué le régulateur aérien.

La cotation suspendue temporairement

Les premières informations sur la prolongation de l'interdiction de vol du MAX ont fait chuter de plus de 5% l'action Boeing et conduit à sa suspension temporaire vers 19H12 GMT à Wall Street. Quand la cotation a repris une quarantaine de minutes plus tard, le titre était toujours en baisse, et a fini sur un recul de 3,33%.

La facture devrait encore grimper pour Boeing, estiment les analystes financiers, qui évaluent à un milliard de dollars par jour le manque à gagner. Elle s'élève actuellement à 9,2 milliards de dollars mais le directeur général David Calhoun, aux commandes depuis le 13 janvier, devrait annoncer un nouveau chiffre, lors de la publication des résultats annuels, le 29 janvier prochain.

Recherche d'un prêt de 10 milliards de dollars

Boeing cherche actuellement à emprunter au moins dix milliards de dollars pour faire face à l'explosion des coûts, dont l'indemnisation de ces compagnies aériennes et des sous-traitants ainsi qu'à la compensation des familles des victimes.

Petite éclaircie pour Boeing. Après des mois de retard, notamment en raison de problèmes avec le nouveau moteur GE9X, le B777X, un avion pouvant transporter plus de 400 passagers fera son premier vol d'essai ce jeudi. Si la certification se passe bien, il pourrait entrer en service en 2021.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2020 à 14:34 :
Heu, l'auteur s'est arrêté au CP pour les maths ?

1 milliard de dollars par jour le manque à gagner =>
Elle s'élève actuellement à 9,2 milliards de dollars
Donc cela dure depuis 9.2 jours ?
a écrit le 22/01/2020 à 19:36 :
et pour SAFRAN qui est a 50% en partenariat avec GE on commence a nous faire ralentir les cadences pour sortir le LEAP1B qui equipe ce 737MAX et nous piquer nos RTT et bientot la 5 eme semaine si ca continue , et ce n'est pas prés de s'arreter a en croire les infos , sans parler des sous traitants qui vont devoir pour certains fermer boutique (( qui va les aider?? )) ca va etre une année de galere pour les ouvriers du secteur aerien
Réponse de le 23/01/2020 à 9:13 :
Merci pour ceux message pour ceux qui se réjouissent des déboires du MAX . En effet, les entreprises françaises sont aussi très impliqués dans la fabrication du MAX et pour certains sous traitants français Boeing est leur seule client !
a écrit le 22/01/2020 à 13:31 :
Il y va un peu fort le commentateur avec les chiffres: 1 mds de $ par j de manque à gagner??? Ça veut dire que ds les conditions normales de livraison du MAX, le CA de sa vente générerait 365 mds de $ annuel??
Alors que la production annuelle de Max correspond à environ 60 mds $ au prix catalogue avec une cadence maintenue à 50 mensuel. Ce qui est déjà conséquent.
Faites attention à ce que vous écrivez...
Au fait, pourquoi B ne fait il pas appel à son actionnariat pour se recapitaliser ? Car son emprunt risque de lui coûter fort cher avec une notation qui risque d'atteindre la côte spéculative si ce fiasco tourne à la catastrophe à tt pr de vue, ce qui devient de + en + probable...
Réponse de le 23/01/2020 à 9:43 :
Il s'agit d'une erreur: 1 milliards par mois ( et non par jour).
Réponse de le 23/01/2020 à 11:29 :
La note comprend :
- stockage des avions produits et non livrés
- mise à jour des avions livré et produits une fois la certif ok
- indemnisation des compagnies qui ne peuvent pas faire voler cet avion.
- une partie lié au stockage de ce même avion par les compagnies aériennes, vu qu'il ne peut pas voler.
- indemnisation des familles des victimes, vu que c'est boeing qui a merdé et non les compagnies.
Le dernier point ne coutera pas plus cher je pense suivant la durée, mais les autres oui.

Sans compter le fait que je crois que boeing a ralenti voir stoppé sa production de B737 max, et qu'il doit aussi y avoir des indemnité pour retard de livraison ?
a écrit le 22/01/2020 à 12:02 :
Conséquences d'un management défaillant... le départ de l'ex PDG était prévisible, comme dit auparavant, il y a des secteurs qui ne souffrent d'aucun compromis en matière de sécurité. Avoir voulu faire passer les coûts avant la sécurité amis en grande difficulté cette entreprise pourtant réputée, mais la culture d'entreprise ayant fortement dévié en perdant la qualité comme principal objectif, a fini par mettre à mal le secteur aéro aux US. Pour conclure, et comme déjà précédemment, une structure importante sans comité de surveillance digne de ce nom et ayant des prérogatives contraignantes, peut aller droit dans le mur. Même un PDG et un CA ont des comptes à rendre et de manière très très détaillée.
Réponse de le 23/01/2020 à 9:21 :
le max est cuit a jamais.tout le monde le sait .personne ne voudra revoler la dessus meme si il est sain.la peur est communicative.
pourquoi ne pas arreter toute cette folie , ce goufre a pognon des maintenant et se mettre le nez dans le guidon pour sortir un zingue tout beau tout neuf nouvelle generation dans un min de temps?
a écrit le 22/01/2020 à 11:24 :
Au delà de la catastrophe industrielle pour Boeing dont il serait idiot de se réjouir, car les difficultés de l'un des deux poids lourds du marché des avions ne saurait être bénéfique à l'autre autrement que de manière conjoncturelle. En effet, il convient de relever que les pressions du gouvernement US sur les subventions reçues par Airbus seront un peu moindres, au vue de l'aide dont Boeing devra bénéficier pour survivre.
Réponse de le 22/01/2020 à 13:55 :
Sans oublier que les équipementiers Francais - et ils sont nombreux - représentent environ 30 % de la valeur du B737 Max
a écrit le 22/01/2020 à 10:24 :
Le plus "extraordinaire" est que l'action Boeing n'a baissé que de 12% depuis un an alors que nous connaissons tous l'immensité de la catastrophe industrielle subie avec le 737MAX ... Si ça ce n'est pas être protégé au plus haut niveau...
Réponse de le 22/01/2020 à 11:14 :
Les investisseurs et les actionnaires savent que Boieng est une entreprise trop importante pour qu'elle puisse faire faillite et que l'état fédérale ne laissera jamais tombé une des entreprise symbole de la grandeur de l'amérique. Du coup, les actionnaires préfèrent garder leurs actions car ils savent que si les actionnaires majeurs vendent alors cela provoquera un effet boule de neige incontrolable..
Réponse de le 22/01/2020 à 12:27 :
Il ne s'agit pas de sauver un symbole mais du concret et surtout de l'indispensable compte tenu des activités militaires de cette entreprise, entre autre.
Réponse de le 23/01/2020 à 15:39 :
Je suis d'accord avec vous, le 12 % est vraiment étonnant. Même le fait que boeing continue de distribuer un dividende ne suffit pas à expliquer une aussi faible baisse. À moins que les grands actionnaires, des fonds de retraites et de placements, accroissent progressivement leurs participations pour maintenir le cours...
a écrit le 22/01/2020 à 9:58 :
La FAA tient sa revanche ^_^
Avec un peu de chance, il pourra voler pour Noël prochain.
Et le Dreamliner ... un jour
Peut être que Boeing peut rendre Embraer au Brésiliens ?
a écrit le 22/01/2020 à 9:32 :
'évaluent à un milliard de dollars par jour le manque à gagner. Elle s'élève actuellement à 9,2 milliards de dollars'
Cela fait fait donc 9,2 jours que le Max ne vole plus? Certains ne se relisent pas...;)
a écrit le 22/01/2020 à 8:11 :
Mal parti, le 737 Max ne revolera jamais parce que plus le temps passe pour le remettre en service moins de passagers voudront monter dedans. Quelle compagnie raisonnable achètera ce " boulet" avec une historique pareille ? Surtout que ce n'est pas fini...RIP.
Réponse de le 22/01/2020 à 18:37 :
C'est mort d'avance. Les recycler en boites de conserves, ou canettes de soda !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :