Carlos Tavares veut faire de DS une marque haut de gamme séparée de Citroën

 |   |  894  mots
La DS 5LS sera vendue en Chine comme une DS, sans logo Citroën
La DS 5LS sera vendue en Chine comme une DS, sans logo Citroën (Crédits : DR)
Lors de sa première sortie officielle, le nouveau patron opérationnel de PSA affirme qu'il veut "accélérer le développement de DS en tant que marque haut de gamme à part entière". DS n'est aujourd'hui séparé de Citroën qu'en Chine. Mais d'autres pays d'Asie vont suivre.

Pour sa première sortie officielle au titre de PSA, Carlos Tavares reste fidèle à ses amours. Devant un écran projetant des Peugeot et Citroën de... compétition, celui qui sera le patron des activités automobiles de PSA à partir de jeudi et président du directoire fin mars a lancé les grandes lignes de son futur plan stratégique 2014-2018 baptisé comme par hasard «"Back in the Race" (de retour dans la course), qu'il détaillera en avril prochain ! Décidément, ce pilote a la course automobile dans les veines. S'il veut faire de PSA un "grand groupe français à vocation mondiale", l'ancien bras droit de Carlos Ghosn chez Renault annonce en avant-première ce mercredi qu'il compte notamment "accélérer le développement de DS en tant que marque haut de gamme à part entière". Ca, c'est nouveau!

 

C'est en effet la première fois qu'un dirigeant de PSA proclame haut et fort sa volonté de faire de la ligne "premium" de Citroën le troisième label du groupe aux côtés de Peugeot et de la firme aux chevrons. "Si l'on regarde à vingt ans, DS doit devenir une marque à part", affirme l'ancien directeur général délégué de Renault, qui, au sein de l'ex-Régie déjà, exprimait son admiration pour le travail fait avec DS par Citroën. Carlos Tavares cite volontiers l'exemple d'Audi, une maque que le groupe Volkswagen a mis trente ans à installer comme une des références du haut de gamme mondial.

 Marque séparée en Chine

DS n'est aujourd'hui une marque à part, séparée de Citroën, qu'en... Chine. Dans l'ex-Empire du milieu, l'usine et le réseau sont en effet totalement distincts. Les DS sont d'ailleurs produites par une co-entreprise spécifique de PSA, CAPSA, avec le groupe Changan. Cette société commune est totalement séparée de DPCA, la "joint venture" de PSA avec Dongfeng qui produit les Peugeot et Citroën dans l'ex-Empire du milieu.  Partout ailleurs dans le monde, les DS ne sont que des modèles de la gamme Citroën. Mais les choses évoluent. Trois points de vente spécifiques existent ainsi aujourd'hui à Hong-Kong, Tel Aviv et Copenhague. Et ce n'est pas fini.

 

"En Asie, là où Citroën et DS sont actuellement inexistants, ça pourrait avoir du sens d'introduire DS en tant que marque distincte, comme en Chine", souligne Frédéric Banzet, directeur général de la marque Citroën. Ce serait d'autant plus plausible que, "dans certains pays d'Asie, les DS pourraient venir de l'usine chinoise", souligne-t-il, ajoutant :"on peut même imaginer introduire DS seul, sans Citroën, sur certains marchés".

 

En Europe, toutefois, "il n'est pas question de séparer DS de Citroën", s'empresse de souligner Frédéric Banzet. "En l'état actuel, il n'y a pas les volumes pour rentabiliser des réseaux séparés". Mais l'idée est dans l'air. N'était-ce pas déjà ce que Carlos Tavares voulait faire à terme avec "Initiale Paris", la griffe haut de gamme de Renault ?

Une DS sans logo Citroën

Dans un lieu emblématique en plein Paris, le Carrousel du Louvre, Citroën avait révélé à la mi-décembre une toute nouvelle voiture réservée à la Chine, la DS 5LS, où le logo DS apparaissait sur la calandre sans le double chevrons de… Citroën. Tout un symbole. Une berline à quatre portes et coffre séparé, rallongée à 4,70 mètres pour donner plus de place aux passagers. Cette dernière-née est d'ores et déjà produite dans la nouvelle usine de Shenzhen... en Chine, où elle fera l'objet d''une commercialisation en mars 2014. Une voiture destinée aux marchés extra-européens.

 

DS a vendu dans le monde à ce jour plus de 400.000  véhicules, depuis la première DS3 lancée en mars 2010. C'est logiquement la citadine DS3 qui est  la plus populaire. La berline compacte DS4, trop proche de la Citroën C4 et commercialisée en mars 2011, est beaucoup moins prisée. Elle constitue même un semi-échec. La DS5 de  gamme moyenne supérieure, lancée fin 2011,  n'est pas non plus un franc succès. Sa carrosserie originale, agressive, mais étrange et clinquante (entre le coupé, le break et le monospace) ne s'est pas imposée, surtout hors de l'Hexagone. Malgré de très bonnes qualités routières.

Achat alternatif à une Mini ou une Audi

Sur la seule année 2013, 122.700 unités de DS3, DS4, DS5 ont été écoulées. "Les deux-tiers des acquéreurs sont des nouveaux clients. Pour une DS3, les véhicules cités en concurrence sont les Mini ou Audi A1. pour une DS5, il s'agit des Audi Q3 et Q5 ou des A4", se félicite Frédéric Banzet.

Pour percer, DS compte sur... la Chine. Le site dédié de Shenzhen a des capacités de 200.000 unités annuelles. Outre les DS5 et DS 5LS, arrivera au second semestre un « SUV » (4x4) qui sera présenté au salon de Pékin en avril prochain. En 2015 ou 2016 est attendue une grande limousine de très haut de gamme. Vaste programme. Ces véhicules "made in China" ne devraient pas être exportés vers l'Europe a priori. DS compte écouler 50.000 voitures cette année en Chine.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2014 à 19:59 :
Très bien et que la fabrication reste en france, future DS6, 608 berline, RCZ coupé 4 portes......... que du bon !
a écrit le 20/02/2014 à 18:07 :
Il ne dit rien de nouveau; c'était déjà le projet. En Chine DS est une marque à part entière et les ventes débutent très bien.
a écrit le 20/02/2014 à 15:51 :
@Trollwagen J'aimerais votre avis sur deux nouvelles récentes qui concernent le hg de la boutique que vous promotionnez ; Porsche arrête semble t-il sa 911 pour tenter de détecter le pourquoi des incendies intempestifs qui l'affecte, les spécialistes s'interrogeant devant ces cas de ...combustion spontanée. Enfin, l'avenir de Bugatti remis en question, 40 exemplaires de la Veyron ne trouveraient pas preneur, ce qui au coût marginal de 1.5 millions d' euros compromet la pérennité de la marque... C'est dur pour le haut de gamme allemand véritable vitrine du groupe Volks, très dur n'est ce pas, faut-il y voir un coup , un acharnement du sort, votre avis svp ...???
a écrit le 20/02/2014 à 15:27 :
@vraitroll Trollwagen, votre agacement témoigne que j'ai mis plein but, j'ajouterai, modestement, comme d'hab...!!!
a écrit le 20/02/2014 à 13:35 :
Dans l'attente je roule en VW Phaeton W12. Dans 20 ans ni DS ni PSA vont encore exister...
a écrit le 20/02/2014 à 11:02 :
@Parlottes Trollwagen, RENAULT, the first of the F1,do you know what it mean ? Sérieusement, vous en avez beaucoup de petites blagounettes comme cela à épancher pour...empêcher à la reconnaissance de ce gagneur qu'était TAVARES chez RENAULT ??? Et une enfumade de plus pour nous faire oublier que Volks, votre employeur ne transpose rien dans la vraie vie car il n'a rien à transposer, lui...!!! Voulez-vous que nous parlions des abîmes génériques que sont les trains avant approximatifs des marques de volkswagen qui se délitent sur le mouillé, des AWD pesant comme des boulets sur le ...train avant au point d'être en difficultés sur ....un rond point, à des années lumières d'un vrai faiseur comme SUBARU, plein de grâce et d'allégresse...etc, etc. Pendant ce temps, DS exulte du savoir faire de notre français, DS3, un must, DS4, magique, DS5 déjà classée dans les comparos devant audi et l'apport TAVARES à DS en fera une fusée ! Non, Trollwagen, votre marque et vous même qui en assurez la promotion, êtes décidément bien étrangers au monde de l'automobile... Il reste un long chemin fait de patience et d'humilité pour...apprendre, bon courage, soyez fort...!!!
Réponse de le 20/02/2014 à 11:21 :
Quelle farce cette prose de godrev, digne des tribuns dans les sectes...
Réponse de le 20/02/2014 à 13:36 :
Reconnaissez que Godrev a raison. ça sert à rien de bouder , à votre âge.
Ben oui , Volswagen , c'est pas le pied...E Carlos Tavares est un Seigneur...
Réponse de le 20/02/2014 à 14:07 :
Le vrai troll, c'est vous godrev, car personne ne parle de VW,

vous êtes le seul à faire la publicité de VW, une vrai publicité tant vos absurdités et vos contrevérités sont flagrantes.
a écrit le 20/02/2014 à 10:49 :
Ça semble en droite ligne avec ce qui a déjà été fait. Il n'y a pas de virage à 180°. C'est plutôt une bonne chose. Dans les plans de PSA, il ne manquait véritablement que du cash. Les idées étaient déjà là.
a écrit le 20/02/2014 à 10:09 :
c est un premier pas dans la clarification, mais à quoi bon garder Citroen et Peugeot pour faire peu ou prou le même type de véhicule? Il en faut un sur le low cost et un moyenne gamme, ça me paraitrait plus clair, mais je ne suis pas un spécialiste.
a écrit le 20/02/2014 à 9:27 :
Quels sont les critères du Premium ? C'est la question centrale pour en parler.

Dans les états de service de Tavares, l'on constate qu'il a officié dans la descente en gamme de Renault,
- son interprétation du revival de Gordini s'est traduit par deux autocollants bandes blanches sur les Twingo mais rien de sérieux sous les capots ...
- pour la prétendue renaissance d'Alpine, annoncée comme avortée il y a moins de 8 jours, Tavares n'a rien trouvé mieux que des bricolages avec Cateram un inconnu de l'automobile sérieuse, juste un brocolo de carrioles sans intérêt et insignifiant inexistant dans le marché ...
- chez Nissan le passage Tavares a débouché sur Infiniti qui produit de façon infinitésimale et insipides avec des moteurs anémiques et des finitions approximatives, un design de très mauvais gout ...
- et il faut ajouter son activisme pour déshabiller dépeçage Renault au profit de Dacia
- et il faut aussi ne pas oublier son implication pour Lada Avtovaz véritable gouffre financier tout comme Samsung, un autre échec patent qu'il partage allègrement avec Schweitzer et Ghosn Pelata
bref au vu des ses états de service, il a mené une carrière de gesticulations dont la vacuité des résultats est patente.
Réponse de le 21/02/2014 à 11:30 :
Les ventes de Samsung ont progressé de 17% au mois de Janvier.
Les 1 000 premiers exemplaires de leur nouveau 4x4 s'est vendu en moins de 7 minutes.

Pas mal pour un échec
a écrit le 20/02/2014 à 9:19 :
Il reste à espérer , qu' il se rappellera que le succès de la gamme DS , avait été la suspension hydro pneu, abandonnée par Peugeot, quand elle était devenue pas chère, et plus que très fiable.. pour les routes chinoises et le futur réseau délabré français !!!!!
Réponse de le 20/02/2014 à 11:50 :
Je plussoie à donf !
a écrit le 20/02/2014 à 8:57 :
le moins bon élève en Marketing ferait la même analyse, cela fait longtemps que PSA devait diriger ainsi sa stratégie. Sont trop ingénieurs dans cette entreprise, il en faut certes, mais leur compétence doit être complétée par une forte démarche Marketing (c'est le drame de bien des entreprises françaises d'ailleurs)
a écrit le 20/02/2014 à 8:40 :
Carlos Tavares sait déjà où se situe l'enjeu véritable.
D'ailleurs , il connait parfaitement tous les enjeux.
Patience et longueur de temps font mieux que force ni que rage.
Bravo , Monsieur Tavares. Nos voeux vous accompagnent.
a écrit le 20/02/2014 à 5:42 :
Audi a mis 20 ans a entrer sur le haut de gamme, donnons quelques années a DS pour que cette marque réussisse a son tour elle aussi, ca ne se fera pas du jour au lendemain
Réponse de le 20/02/2014 à 9:14 :
Le problème, c'est que PSA n'est pas le seul qui tente ce chemin. DS est aujourd'hui comparable à Alfa Romeo par sa gamme et ses ventes (Audi boxe dans une toute autre catégorie). Fiat a avec Chrysler un partenaire d'une autre envergure que Dongfeng, et c'est Fiat qui est aux commandes et pas l'inverse. La notoriété de la marque DS en dehors de la France est aussi beaucoup plus faible que celle d'Alfa Romeo.
a écrit le 20/02/2014 à 3:27 :
Si les cousins peugeot avaient engage tavares 5 ans plus tôt, aujourd hui ils controleraient encore psa
a écrit le 19/02/2014 à 22:18 :
J ai loué une DS5 pour les vacances de Noël . Présentée comme premium par europcar, équivalent Audi. Par le prix aussi également.
J ai été emballé par cette voiture. Affichage tête haute, coffre suffisant pour la famille, cockpit super sympa, très belle sellerie. Je ne suis jamais passé inaperçu... Très valorisante. Bref, si il développe DS, c est une très bonne nouvelle !
a écrit le 19/02/2014 à 21:29 :
Je pense qu'il ne restera à citroen que le low cost et la gamme picasso.
Les peugeot seront le coeur de gamme et DS sera le premium.
Pour du premium il faudra des moteurs à la hauteur des ambitions et peut être une fibre écolo high tech. Le développement dde l'hybrid air permettra de donner une dimension écpmogique pour les modèle plus basiques alord que l'hybrid 4 doit s'améliorer avec une batterie plus légère moins encombrante et avec plus d'autonomie et un moteur électrique plus puissant. L'argent levé par cet augmentation de capital permettra d'affronter les défis technologiques et commerciales
a écrit le 19/02/2014 à 20:12 :
@Citroën, vous souvenez-vous de la génèse PANHARD....???
a écrit le 19/02/2014 à 20:11 :
gj Edouard, Je vous rejoins, on peut regarder disparaitre les moins qualitatives/fiables que sont Audi et BMW et conserver Mercédes, à la fois plus technique et innovant, par contre perdre Audi causera sans doute un vide dans la presse auto, par capillarité...!!!
Réponse de le 19/02/2014 à 20:52 :
En janvier 2014, c'est Mercedes qui a chuté alors que sa gamme dispose de nouveaux modèles,
mais peut-être que les moulins Renault Dacia pas "class" sous le capot des classe A B et nouvelle C ont fait fuir les clients des concessions !
Réponse de le 20/02/2014 à 10:36 :
DS fait plus penser a la Nintendo qu'une marque de voiture.
a écrit le 19/02/2014 à 18:22 :
bien sûr c'est encore que des mots et c'est pas vraiment une annonce fracassante. Mais au moins cela va dans le sens d'un renforcement de la gamme DS et apporte plus de clarté dans les rôles respectifs. Plutôt un bon début pour M. Tavares.
a écrit le 19/02/2014 à 17:37 :
Tavares ferait mieux de se taire et de travailler à du réel plutôt que de multiplier les déclarations de pures fanfaronnades.

Pour parler de Premium, il faut en comprendre le contenu, les critères globaux,

et à l'évidence Tavares jusqu'à ce jour a surtout comprit le low value et la descente en gamme.
Réponse de le 19/02/2014 à 18:02 :
et certains toujours entrain de râler quoiqu'ils disent ou fassent...
Réponse de le 20/02/2014 à 13:24 :
Exactly , man...le futur créneau pour gagner du money , c'est le low-gamme...c'est là qu'on se fera le plus de flouze , sachant que Peugeot , avec Dongfeng auront une envergure mondiale...donc , ils vendront dans tous les pays qui achètent en masse...pas en Europe où seuls quelques fils de famille moyennageux achètent 1 voiture tous les 10 ans.
Le benefit , au bout du compte , il est plus gros , bigger...much more money...do you understand money ? Cash ...Je suis pas très présentable , mais j'ai done Harvard.
a écrit le 19/02/2014 à 17:04 :
Vouloir isoler la marque DS de citroén , c'est l'idéal pour couler citroén.
a écrit le 19/02/2014 à 16:52 :
Recréer la mythique DS, ce n'est pas une obligation car je ne suis pas certain que les nostalgiques de cette époque révolue soient si nombreux que ça !

Par contre faire du "vrai" Premium aurait un sens. Il ne suffit pas de rajouter 3 gadgets, de revoir le style et de s'autoproclamer Premium pour que les Clients marchent dans la combine.

J'ai acheté une DS3 en 2010 dont je suis globalement satisfait mais jamais je ne la qualifierai de "Premium", soyons sérieux ;))
a écrit le 19/02/2014 à 16:51 :
Je ne souhaite que le meilleur à Peugeot, mais comme beaucoup je n'ai pas digéré la manière dont a été opéré le "rapprochement" entre Peugeot et Citroën qui avait une vraie dimension internationale très tôt et une excellence en ingénierie.
Peugeot a en partie payé d'avoir voulu faire disparaitre ce concurrent plutôt que d'en tirer les fruits et le laisser prospérer. Ce n'est pas un hasard si aujourd'hui DS peut être une marque au niveau mondial. C'est le fruit d'une aventure et de prouesses pourtant anciennes.
a écrit le 19/02/2014 à 16:26 :
Que Citroen commence par recréer la VRAIE DS et non ces fadasses produits PSA et on verra après.
a écrit le 19/02/2014 à 15:56 :
Excellente idée.
mais DS pourrait être une marque premium de PSA aussi en Europe .
Réponse de le 19/02/2014 à 18:41 :
C'est ce qui a été tenté jusqu'ici et c'est un semi-échec, sauf la DS3 en France. Tavarès l'a compris, c'est pourquoi, il veut repartir du marché chinois, qui est un marché en devenir. Le marché européen est mature; il n'y a pas forcément de la place pour 6 ou 8 marques premium.
Réponse de le 20/02/2014 à 16:31 :
Oui, enfin, faire avaler DS comme une marque haut de gamme avec des moteur 1.6 turbo de maximum 200 ch, c'est très courageux (voire idiot).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :