Rappels : General Motors risque-t-il le même scandale que Toyota ?

 |   |  861  mots
La Chevrolet Cruze figure dans les modèles rappelés par GM
La Chevrolet Cruze figure dans les modèles rappelés par GM
A peine remis de son sauvetage par l'Etat américain à coup de dizaines de milliards de dollars, GM est confronté à des rappels de plus de 5 millions de véhicules. Un scandale qui a entraîne des accidents et treize morts.

Ca s'aggrave pour GM. Le rappel massif du constructeur américain aux Etats-Unis  prend des proportions inquiétantes. Mais la NHTSA, agence américaine pour la sécurité des véhicules, ne sort pas blanchie non plusdes accidents ayant entraîné plusieurs morts. La NHTSA aurait manqué deux occasions d'ouvrir une enquête formelle sur les problèmes de commutateur d'allumage, selon une commission du Congrès américain.

Alors que plusieurs accidents mortels étaient liés à un défaut du commutateur d'allumage ayant empêché les airbags de se déployer, des experts de l'agence américaine ont conclu en novembre 2007 puis en 2010 que les accidents étudiés ne montraient pas une "tendance" permettant de conclure à une fabrication défectueuse, précise un mémorandum mis en ligne par la Commission de l'Energie et du Commerce de la chambre des Représentants.

Témoignage devant la Commission

C'est devant cette commission parlementaire que la nouvelle patronne de GM, Mary Barra, doit témoigner ce mardi pour expliquer pourquoi GM, qui était informé depuis 2001 du problème, a continué à équiper ses voitures de cette pièce défectueuse. Le directeur par intérim de la NHTSA, David Friedman, doit lui aussi témoigner. Le défaut détecté a été lié à une trentaine d'accidents qui ont provoqué la mort de 13 personnes, selon un décompte du constructeur.

Pour éviter tout risque, GM recommande d'enlever tous les porte-clé ou tout accessoire ajouté à la clé de contact. GM a présenté ses excuses publiques et mène une enquête interne. Un site dédié aux rappels, actualisé régulièrement, a été créé et un "Monsieur Sécurité" chargé notamment des rappels a été nommé.

General Motors (GM) a porté vendredi à plus de 5 millions au total le nombre de ses véhicules rappelés pour des raisons diverses. Un mois seulement après un premier train de 1,6 million de Chevrolet Cobalt rappelées pour un défaut du commutateur d'allumage, la pièce qui reçoit la clef de contact, le groupe de Detroit va rappeler 971.000 véhicules supplémentaires dans le monde pour le même problème.

Ce rappel de Chevrolet Cobalt, Saturn Ion, Sky, Solstice et Pontiac G5 produites entre 2008 et 2011 concerne principalement les Etats-Unis. GM expliquait en février qu'il arrivait que la clé de contact se mette inopinément en position "arrêt" alors que le véhicule était en marche. Dans ce cas, les coussins gonflables de sécurité peuvent ne pas se déployer. Par ailleurs, GM a annoncé tard vendredi soir un nouveau rappel de 490.000 pick-up et grosses cylindrées Chevrolet Silverado, Suburban et Tahoe et GMC Sierra, Yukon et Yukon modèles 2014 et 2015. Des fuites du liquide de refroidissement ont été constatées sur certains de ces véhicules mais aucun accident n'a été signalé, a précisé le constructeur automobile.

Rappels en cascade

Enfin GM, qui avait suspendu jeudi soir la vente de sa populaire Cruze sans expliquer pourquoi, a rappelé vendredi 172.000 de ces véhicules déjà vendus.L'essieu avant droit de ces véhicules pouvait se casser pendant la conduite. Le conducteur ne risque pas de perdre le contrôle de son véhicule, mais la voiture perdrait de la vitesse et finirait par s'arrêter, selon GM.

Si l'on ajoute le rappel à la mi-mars de 1,8 million de véhicules pour des problèmes de circuit d'alimentation du carburant et de non-déploiement d'airbags, le nombre de véhicules concernés atteint 5,03 millions.

Le groupe américain, qui a perdu sa couronne de numéro un mondial au profit de Toyota et même sa deuxième place au profit de Volkswagen, assure faire son possible "pour assurer la sécurité et la tranquillité d'esprit de nos clients" et réaffirme son engagement "à régler ce problème d'une manière qui mérite leur confiance".

Dans l'affaire des rappels liés aux clés de contact, GM, l'ex-allié de PSA,  risque une amende de 35 millions de dollars, un montant certes faible comparé à son chiffre d'affaires annuel de 155 milliards. Mais la crise risque surtout de nuire à sa réputation, tout juste reconstruite après sa mise sous protection de la loi sur les faillites en 2009.

Précédent de Toyota

Toyota avait connu une crise majeure en 2009 et 2010, lors d'un rappel en urgence de près de 9 millions de voitures dans le monde, notamment aux Etats-Unis, à cause de problèmes de pédales d'accélération pouvant se bloquer et de freins réagissant tardivement. Une affaire, gonflée par les politiques et médias américains qui se vengeaient ainsi indirectement du succès de Toyota aux Etats-Unis, alors que GM et Chrysler étaient au bord de la faillite. Ce rappel massif avait nuit terriblement à l'image du groupe nippon outre-Atlantique.

Ce précédent reste dans les esprits. Même si, dans le cas de GM, il n'y a pas d'enjeu patriotique. A peine remis de sa quasi-faillite de 2009 et du sauvetage par l'administration fédérale à coup de dizaines de milliards d'euros, GM n'avait pas besoin de cette nouvelle affaire qui, aux Etats-Unis, peut prendre d'énormes proprotions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2014 à 8:34 :
en repensant le sujet, je crois me souvenir que dans certains systèmes, la position de la clé est surveillée et comparée avec des signaux du véhicule. Si la clé est "off" et que des signaux du véhicule disent "c est pas possible qu elle soit off car elle roule la voiture!" alors au minimum une lampe du tableau de bord devrait s allumer (ou alors un mode de fonctionnement réduit du moteur devrait s enclencher immediatement). Si je me souviens bien, certains constructeurs économisaient cette surveillance. Il faudrait que des avocats regardent ce que les concurrents du fabricant du système de clé ou bien les fabricants des ABS et les fabricants des commandes moteurs font chez BMW RENAULT MERCEDES HYUNDAI si la clé "tourne mal" et comment la surveillance est faite chez les autres. S ils ont ignoré les risques ou bien ignoré le "state of the art" = design standard, alors ils l ont dans l os (et des veuves, veufs, orphelins sur la conscience).
Réponse de le 01/04/2014 à 12:49 :
Nous em...ent avec toutes leurs conneries electroniques justes bonnes a augmenter les prix. une clé, cela sert a tourner le neiman. point. le reste ne m'interesse pas. je me rappele encore un BMW (je collectionnais aussi) que je n'arrivais pas a demarrer parce que ce n'etait pas la vraie clé mais le double. beaucoup de developpement pour des gadgets nuisibles. Rien a foutre des airbags. des bons freins, une tete non alcoolisée et des yeux pour regarder devant. cela suffit. leur voitures tout automatique, ils peuvent se les mettre ou je pense...je ne suis pas pres d'en acheter une.
a écrit le 31/03/2014 à 22:05 :
Fallait acheter Dacia... Le seul soucis qu'ils ont rencontré à été une petite erreur de programmation sur les Lodgy de 2012. Ils refusait de ce rouvrir durant 30 minutes après quelques manipe d'ouverture/fermeture. Et ils ont été rappelé seulement pour une mise a jour logiciel. Pour le reste toutes les DACIA restent fiables et sans problème. Ils ne foncent pas à fond comme certaine dû a leur régulateur, ne refuse pas de démarrer comme certaine pour lesquelles il faut remettre le compteur a zéro pour chaque vidanges... En gros elle roulent bien.
Réponse de le 01/04/2014 à 7:42 :
Pour moi il faut vraiment peu d'estime de soi pour rouler en Dacia... De plus je vous félicite de tuer les emplois français et de le revendiquer fièrement.
Réponse de le 01/04/2014 à 8:11 :
attention: cela ne veut pas dire que dacia n a pas de problèmes. la loi du silence règne beaucoup trop dans l´automobile: les problemes sont ignores (ce que nous voyons en interne et ceux que nous voyons chez nos clients et chez nos concurrents). Attention: je ne connais pas de problème chez Dacia sinon je .. devrais le dire.
a écrit le 31/03/2014 à 16:41 :
J'espère que les Américains montreront l'exemple avec GM et se conduiront comme ils l'ont fait avec Toyota. Ils avaient lancé un appel au boycott de la marque japonaise pour un rappel en 2009/2010 mais là j'en doute.
a écrit le 31/03/2014 à 13:16 :
les problemes sont souvent connus en interne chez les constructeurs et les fournisseurs. Un ingénieur découvre qqch et le dit a son chef? il risque d etre viré (ils vont lui mettre la pressioon pour qu il demissione). il faut que les entreprises développent une culture de l absolution comme a l'église ou bien que les gens qui annoncent un probleme majeur soient mis sous protection (impossibilite de les virer). Sinon, tout va continuer a etre balaye sous le tapis et il faudra des morts avant que tout ne sorte. un autre example similaire: si je dis par example a mon entreprise qu il y a des problemes de cartel et que je nomme un probleme concret ou mon chef est implique? ils vont m ecouter.. et un an plus tard je vais etre mis sous pression et ils vont essayer de me virer. Jusqu a ce que Almunia decouvre les problemes de cartel, m interviewe.. ert que je mette a chanter. mon entreprise devra payer enormement de fric, en plus quand cela sera prouve qu ils avaient ete informes des problemes en interne et avaient essaye de virer quelqu un. cela va leur couter enormement de fric. il faut que cela leur coute enormement de fric http://www.bloomberg.com/news/2013-01-31/japanese-auto-parts-makers-bracing-for-eu-cartel-fines.html
Réponse de le 01/04/2014 à 8:07 :
attention: je ne dis pas que ce sont les japs qui ont un probleme de cartel. il y a d autres fournisseurs en allemagne et france. cherchez tout simplement sur google "kartell automobil" et alors vous allez decrouvrir quelques mauvais de la classe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :