Fin des moteurs thermiques en 2035 : un sommet européen décisif pour faire taire les divisions

Un sommet européen doit statuer d'ici la semaine prochaine sur le texte adopté par le Parlement interdisant la vente de voitures thermiques neuves à partir de 2035. Plusieurs pays veulent un report de l'agenda à 2040. Même l'Allemagne, jusqu'ici soutien de poids à la date de 2035, semble hésiter...
Nabil Bourassi
(Crédits : MATTHIAS RIETSCHEL)

C'est l'ultime bataille... Les chefs d'Etat et de gouvernement se réunissent à Bruxelles à partir d'aujourd'hui jusqu'à la semaine prochaine pour entériner, ou non, le paquet climat tel qu'il a été proposé par la Commission Européenne, puis adopté par le parlement européen début juin. Celui-ci interdit la vente de voitures thermiques neuves dès 2035. Cette interdiction est absolue et concerne les véhicules hybrides, ou ceux compatibles avec des biocarburants. En gros, à partir de 2035, le marché du neuf ne disposera plus que de voitures 100% électriques (à batterie ou à hydrogène).

L'Allemagne change de bord, sous l'influence de Volkswagen

Mais plusieurs pays sont vent debout contre cette disposition et veulent décaler l'agenda à 2040. Jusqu'ici, Paris était le plus en pointe dans cette position et s'était d'ailleurs opposé à Berlin dont le gouvernement d'Angela Merkel défendait la date de 2035, sous l'influence d'un Volkswagen qui avait opéré un virage à 180 degrés sur l'électrique, prêt à abandonner le fameux moteur à combustion.

D'autres pays avaient également haussé le ton dont la Tchéquie, la Slovaquie ou l'Espagne, soit plusieurs pays producteurs d'automobiles. Cette semaine, c'est l'Italie qui a repris de la voix pour dénoncer la date de 2035 et ainsi se ranger du côté de la date de 2040. Elle a été rejointe par la Roumanie.

L'Allemagne change de nouveau d'avis

Plus surprenant... C'est en Allemagne que les pays du report ont trouvé un allié en la personne du ministre des Finances, Christian Linder. Le libéral-démocrate, allié aux socialistes et aux Verts dans le gouvernement de coalition qui a succédé à celui d'Angela Merkel, a qualifié le texte adopté par les eurodéputés de "mauvais". Mais ses collègues écologistes n'ont pas hésité à afficher leur divergence. La ministre de l'écologie, Steffi Lemke, a ainsi plaidé pour que l'Allemagne soutienne le texte.

Dans le détail, les négociations pourraient se jouer sur les modalités d'application du texte notamment en sortant les hybrides ou les carburants de synthèse de l'interdiction. Pour les constructeurs automobiles, l'interdiction de 2035 est depuis longtemps intégrée dans leur feuille de route. Ils sont de plus en plus nombreux à avoir annoncé qu'ils seraient prêts dès 2030. Beaucoup basculeront même dans le 100% électrique dès 2027 pour éviter la norme Euro7, qui s'annonce extrêmement stricte et onéreuse pour les futures voitures thermiques. Les équipementiers automobiles de rang 1 comme Valeo ou Faurecia sont également au diapason puisqu'ils ont investi des sommes colossales dans l'électrification. La réglementation est donc une bonne nouvelle pour leurs affaires.

Les petits fournisseurs, les plus exposés

Au contraire, le tissu de fournisseurs automobiles pourrait souffrir davantage. Trop petits pour avoir anticipé et investi dans la reconversion de leur outil et de leur produit, les petits équipementiers sont formels: ils ne seront pas prêts, entend-on du côté de la FIEV, le syndicat qui les représente en France. Du côté de la Plateforme Automobile, Luc Chatel évoque entre 50 et 80.000 emplois menacés d'ici 2030 par l'ensemble des contraintes réglementaires qui s'abattent sur la filière automobile, notamment celles qui accélèrent l'électrification du parc. Pour rappel, une voiture électrique nécessite beaucoup moins de pièces et donc d'emplois qu'une voiture thermique.

La crise du coronavirus, celle de la pénurie de semi-conducteurs puis la guerre en Ukraine ont mis la filière en difficulté au point que celle-ci a pris du retard dans ses efforts de transformation et de reconversion industrielle. "Le climat n'attend pas" répond toutefois Karima Delli, eurodéputé Europe Ecologie Les Verts, et présidente de la Commission Transport du parlement européen, pour s'opposer à tout report du calendrier. Et de rappeler que le secteur du transport est l'un des plus gros émetteurs de CO2 dans le monde.

Nabil Bourassi

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 27/06/2022 à 9:33
Signaler
Laissons aux conducteurs et aux constructeurs la liberté de choisir leur type de véhicule qui convient le mieux à leur usage quotidien. Un véhicule électrique peut convenir à un citoyen ou un artisan exclusivement urbain. Pour un gros rouleur, la pro...

à écrit le 25/06/2022 à 23:47
Signaler
La commission européenne est un véritable poulet sans tête schizophrène... En 2050 on dissertera dans les écoles de science politique sur cette vaste escroquerie...

le 26/06/2022 à 14:13
Signaler
A vous colle à la peau … pâtes votre discours frexiteur….

à écrit le 25/06/2022 à 20:48
Signaler
L'Union Européenne en plein délire bureaucratique, se croyant légitime à nous dire ce qui est le Bien et ce qui est le Mal...

à écrit le 25/06/2022 à 12:04
Signaler
Bonjour, Personnellement je crains que cela ne sois encore une aberration du lobbys écologique de Bruxelles... Mais le moteur diesel peux fonctionner avec de l'huile, végétale et naturel. Donc le moteur diesel a de grandes opportunité devant lui.....

le 26/06/2022 à 10:14
Signaler
On a n'a rien lu, c'est bon... :-) En 2035, fini la construction du pétrole neuf mais comment (si c'est prévu sans le dire) réduire le nombre de véhicules d'occasion qui se revendront alors ? Via les ZFE peut-être, on ne pourra plus rouler nulle par...

le 26/06/2022 à 14:15
Signaler
Ce que vous dites n est pas réaliste savez vous combien il faut d hectares pour réaliser autant de litres pour la consommation en France ?… Les hectares de la France de l Allemagne et de l Italie n y suffiraient pas et ils seraient au détriment des...

à écrit le 25/06/2022 à 8:33
Signaler
Des voitures se réduisant en taille et en poids seraient bien plus logiques.

à écrit le 25/06/2022 à 8:33
Signaler
Le pire est de graver dans le marbre des solutions techniques non maitrisées.. Qu'en pensent les Chinois??

le 25/06/2022 à 22:44
Signaler
Les Chinois sont très heureux de nos entêtements et de nos bêtises en la matière car ils vont pouvoir nous vendre des cargaisons de batteries et de voitures électriques bien meilleure marché que celles produites chez nous…..

à écrit le 25/06/2022 à 7:28
Signaler
Il est plus raisonable de s'installer dans un endroit où l'on peut se déplacer sans avoir besoin d'un véhicule qui nous attende sur le bord d'un trottoir!

le 25/06/2022 à 9:13
Signaler
Êtes-vous sorti de votre rue?Connaissez-vous le mot « rural »?

le 25/06/2022 à 10:56
Signaler
Ils ont aussi des trottoirs?

à écrit le 25/06/2022 à 6:50
Signaler
La direction de l'UE, c'est Yaka, Faukon. Les voitures thermiques polluent ? Yaka les interdire. C'est tellement simple. Yaka faire pareil pour la pauvreté, Faukon vote une loi pour interdire aux gens d'être pauvre, comme ça le problème sera réglé

à écrit le 24/06/2022 à 21:33
Signaler
Je préconise ce que j'ai toujours préconisé, on garde sa voiture longtemps ET on l'entretien. Je vais garder la mienne le plus longtemps possible et la renouveler avec un moteur thermique des qu'on connaîtra la date de la fin de la construction de ce...

à écrit le 24/06/2022 à 20:48
Signaler
Et la fin des haricots pour 2022...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.