Industrie : un poids économique toujours plus faible

 |   |  758  mots
Au deuxième trimestre 2017, l’industrie manufacturière employait 2,8 millions de salariés
Au deuxième trimestre 2017, l’industrie manufacturière employait 2,8 millions de salariés (Crédits : Reuters/Jean-Paul Pelissier)
La place de l'industrie française dans l'économie ne cesse de se réduire selon les derniers chiffres de la direction générale des entreprises. Pour faire face à ce déclin, le gouvernement a multiplié les annonces en faveur d'une industrie sous perfusion. Un choix qui suscite déjà des débats.

La désindustrialisation se poursuit en France. Selon une étude de la direction générale des entreprises publiée ce 7 décembre, la place de l'industrie dans l'économie française ne cesse de se dégrader depuis des années. Et malgré le plan de soutien du gouvernement français prévu pour ce secteur et une embellie de l'activité économique ces derniers mois, il semble que le processus de décomposition du tissu industriel soit inéluctable.

| Lire aussiLes 25 ans de déclin industriel de la France

Une industrie en perte de vitesse

Les derniers chiffres du ministère de l'Economie sont révélateurs de la dégradation de ce secteur. Entre 2000 et 2016, le poids de l'industrie(*) dans l'économie française est passé de 16,5% à 12,5% du produit intérieur brut. Du côté de l'industrie manufacturière, l'évolution est quasi similaire à celle de l'industrie en général.

Dans une perspective historique plus large, les données de la Banque mondiale illustrent parfaitement la perte de vitesse de l'industrie dans la valeur ajoutée française depuis plusieurs décennies.

Un solde commercial négatif

Au niveau des échanges commerciaux, la situation est guère meilleure. Depuis 2010, le solde commercial du secteur industriel est toujours négatif. En 2016, le déficit s'élevait à 44,5 milliards d'euros contre 36,8 milliards d'euros l'année précedente. Et d'après les derniers chiffres du commerce extérieur de la France, la balance commerciale pour l'industrie est encore déficitaire. Les principaux partenaires commerciaux de la France se situent en Europe et en Asie.

| Lire aussi : France : le déficit commercial s'est (encore) creusé

Par ailleurs, les parts de marché mondial de la France pour les produits manufacturés ne cessent de s'effondrer, passant de 4,7% en 2006 à 3,5% en 2016. Une situation qui se retrouve également pour la plupart des voisins de la France (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne et Italie). De son côté, la Chine a gagné de nombreuses parts de marché durant la dernière décennie pour les produits manufacturés mais la transformation de l'économie chinoise vers une économie de services pourrait changer la donne dans les années à venir.

| Lire aussi : En pleine transition économique, la Chine voit sa croissance ralentir à 6,7%

Enfin, du côté du personnel, si la France comptait 2,8 millions de salariés dans l'industrie manufacturière (soit 11,1% de l'emploi salarié total) à la fin du second trimestre 2017, toutes les régions, sauf l'Occitanie et la Corse, ont connu des destructions d'emplois entre 2010 et 2016. Et ce déclin de l'emploi industriel a lieu alors que pour la première fois depuis 2009,  les ouvertures de sites industriels ont été nettement plus nombreuses que les fermetures en France sur les huit premiers mois de l'année d'après les derniers chiffres du cabinet Trendéo.

| Lire aussi : Industrie : la reprise se confirme

Un nouveau plan pour rien ?

Face à ce phénomène de désindustrialisation, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé à la fin du mois de novembre dernier la mise en place d'un conseil national de l'industrie. Il en a également profité pour présenter les grands axes de la politique industrielle du gouvernement. "On ne va pas lâcher notre industrie. Une France sans usine n'est pas une option pour répondre aux défis posés", a souligné M.Philippe en se voulant rassurant. L'exécutif propose notamment de mener une politique industrielle tournée "vers l'innovation et la montée en gamme". Il a également annoncé la création d'un fonds pour l'innovation et l'industrie du futur.

| Lire aussi : Le plan ETI de Bruno Le Maire en sept mesures

Enfin le 14 novembre dernier, un décret publié au Journal Officiel a institué un "délégué interministériel aux restructurations d'entreprises" chargé d'épauler le ministre de l'Economie Bruno Le Maire pour relancer une industrie tricolore en perte de vitesse. Il aura pour mission "d'animer, de coordonner et d'optimiser l'accompagnement par l'Etat des restructurations d'entreprises, et notamment des entreprises industrielles." Il pourra également accompagner les commissaires au redressement productif crées par Arnaud Montebourg en 2012 et qui voient leurs missions maintenues.

| Lire aussi : Le gouvernement peut-il dessiner l'industrie du futur ?

Malgré ces annonces, les précédents plans gouvernementaux en faveur de l'industrie n'ont pas forcément montré de résultats probants au regard des chiffres officiels publiés par la direction générale de l'entreprise. Le déclin industriel semble bien ancré dans l'économie française.

__________

(*) Industrie manufacturière, industries extractives, énergie, eau, gestion des déchets et dépollution.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2017 à 9:14 :
Comment voulez vous résister à l'a concurrence mondiale qui fait que vous pouvez payer dans un pays éloigné des salariés un euro par jour sans investir le moindre argent pour leur sécurité et conditions de travail ?

Le protectionnisme dans ces cas là devrait être la règle, soit tout le monde respecte une règle commune, du moins un minimum de base, soit chacun fait les siennes et les pays générateurs de dumping social n'ont certainement à dénoncer le fait que les salariés d'un pays soit protégé de leur rapacité et inhumanité.

Merci pour cet article.
a écrit le 11/12/2017 à 3:08 :
A GFX. Si vous aimez les voyages, je vous suggere les destinations suivantes Heibei, Chandong pour les deux plus grosses acieries chinoises. Pour visiter les sites (accompagne, seul c'est interdit) il vous faudra deux jours, ce, en courant. Puis apres cette promenade digestive prenez un ticket direction l'Inde. Arcco Mittal, ca vous dit ?
Certes ca pollue un max, mais ca depote.
Regardez l'etat de la France juste sur sa production d'acier. C'est le "metre etalon" d'un pays industriel. Reponse, pres du neant, detruit par vos poltiques et hommes d'affaires qui ont delocalise... en devinez ? Voyagez, ca ouvre l'esprit, le "critique", celui de Descartes.
a écrit le 10/12/2017 à 14:44 :
La France dois impérativement develloper le tissus industriel de demain.... La robotique est d'avenir de l'industrie.... Nous devons impérativement concevoir les usines dè demain... Notre pays souhaite être un lieder de l'intelligence artificielle ... Dè la robotique et du devellopement future.....
a écrit le 10/12/2017 à 10:05 :
De toute façon, le grand projet pour la France de nos dirigeants aux ordre de la plouto-kleptocratie mondiale est de faire de la France un grand disneyland historique mondial et de récupérer des miettes de la finace internationale pour conserver leur niveau de vie tout en mettant à bas l'horrible (du point de vue des financiers mondialistes) système d'économie mixte français (qui fonctionnait si il n'était pas saboté par nos dirigeants, quoiqu'en disent certains) qui assurait une protection sociale (santé, retraite, allocs familiales, ...) de haut niveau (c'est moins le cas maintenant mais cela reste bien mieux qu'ailleurs) et un haut niveau de protection des salariés (même remarque que précédemment avec un très haut taux de CDI) grâce aux derniers présidents s'étant succédé en France et surtout grâce à Macron, pur produit de nos élites dirigeantes inféodées à la finance internationale. Cela permet aussi récupérer ces énormes sommes d'argent utilisé par la sécu pour le bien de tous et qui échappait àla finance.
En effet, il ne faudrait pas qu'existe encore des systèmes viables et alternatifs au tout finance et qui contredirait le "there is no alternative" de Margaret Thatcher, l'une des idoles des financiers .
a écrit le 09/12/2017 à 23:24 :
quelques pistes pour notre grand Edouard Philippe. Voir PSA, RSA, Alstom, Safran qui obligent les fournisseurs Français à ouvrir en low cost sinon, ils coupent les commandes. L'accord avec la Tunisie et le Maroc avec des zones franches hors impots et taxe. (que quelqu'un démente cela! ) . ceci depuis 2005; Des commissions parlementaires qui valident les choix des grands groupes en fermant les yeux sur des subventions qui partent à l'étranger. Alstom est un grand spécialiste.... N'est ce pas M Kron. Et GE qui va licencier comme Alcan avec Pechiney et notre grand sphinx de Raffarin. C'est un desastre par une incompétence politique due à la cosanguinité des politiques ENA etc....
Réponse de le 10/12/2017 à 9:55 :
Tu peux enlever Alstom de ta liste, le groupe ayant été démantelé au profit de GE et Siemens.
Probablement, les fournisseurs de Safran sont essentiellement en France car c'est l'une des rares grandes entreprises qui a la majorité de ses effectifs en France (et pas qu'un peu, je crois que c'est autours des 3/4 de ses 66000 salariés, mais bon il faudrait aussi compter les effectifs aux USA du joint venture avec GE pour les réacteurs d'avions, mais on doit encore rester au-dessus des 50 %).
Le problème des hauts dirigeants serait le même si au lieu d'avoir des énarques d'un côté et des financiers de l'autre, on avait surtout des financiers comme au RU, USA, ... , les financiers s'en moquant de la stratégie industrielle.
a écrit le 09/12/2017 à 19:11 :
Est-ce que mon post de 10h08 est si dérangeant au point qu'il n'a pas été publié ?
Réponse de le 10/12/2017 à 9:19 :
oui, y a des posts derangeants qui n'ont pas ete publies, effectivement!
a écrit le 09/12/2017 à 14:02 :
ce phénomène s'est déjà produit en GB mais ...il y a 30 ans et eux ont su depuis développer services et finances pour conserver de la richesse nationale . Nous ???
a écrit le 09/12/2017 à 11:24 :
Industrie : un poids économique toujours plus faible

le titre est angélique,

Reformulons : "Industrie : la désindustrialisation toujours plus massive ..."

l'on entends parler de licenciements massifs dans l'industrie chaque semaine depuis l'élection de Macron Castaner et des LREM

je suis déjà dirigeant d'une entreprise crée en 2007, elle a toujours été in bonis, sans incident

pour déposer 15 000 euro destinés à la capitalisation de la création d'une autre entreprise industrielle,

j'ai essayé de rencontrer une grande banque française proche du futur siège sociale, une de celle de Monsieur François Pérol grand ami de Sarkozy et de Macron

leur site internet bug ...
appeler une agence locale vous impose un numéro PAYANT avec une attente interminable

vous vous déplacez,

le conseiller financier vous donne une liste inquisitrice outrancière injustifiée pour ouvrir un compte de dépôt d'une somme en provenance d'un compte d'une des principales compagnie d'assurance vie française ...

a l'heure de l'économie numérique, le monsieur "conseiller clientèle pro" est incapable de travailler avec des documents numériques ...

La France de macron est aussi pire que celle de Hollande et de Sarkozy

rien a changé, tout va de mal en pire

la chienlit la plus totale
Réponse de le 11/12/2017 à 9:46 :
C est sur que ca fait pas envie. Par contre Macron n y est pas pour grand chose, ca fait 6 mois qu il est au pouvoir et on ne peut pas changer les mentalites en si peu de temps... Votre banque doit avoir durtout l habitude de financer des "investisseurs" qui veulent acheter du pinel pour faire baisser leurs impots ... alors evidement le reste
a écrit le 09/12/2017 à 11:08 :
« les parts de marché mondial de la France pour les produits manufacturés ne cessent de s'effondrer, passant de 4,7% en 2006 à 3,5% en 2016 »
Pourquoi ne pas regarder les chiffres de 2014 à 2016 ?
........
Il s'agit effectivement d'un taux, d'une proportion. Le CA de l'industrie est celui qui a progressé le plus rapidement ces 2 dernières années, 2015 et 2016.
L'industrie baisse en proportion, et c'est un phénomène mondial, parce que les services, les transports (loisirs, affaires et tourisme), la numérisation, les ventes par correspondance, et la culture progressent bien plus rapidement.
Mais on fabrique bien toujours plus de voitures, d’avions, de navires, de trains, de smartphones, d’aspirateurs, de réseaux, de stockage de données et d’énergies, de capteurs et d’optiques, de robots et d’infrastructures.
L’automatisation, la robotisation, les capteurs et les logiciels sont passés par là !
Pas compliqué, prenez une fiche technique d’une Ibiza ou Golf en 1999 et comparez avec des modèles actuels.
Le nombre de capteurs a explosé, les options aussi, ainsi que les services proposés.
Le golf 110 Chevaux TDI de 1998, c’était juste un moteur basique et de la tôle autour, et dans le compartiment moteur, autant de vide que de matière, pas difficile à bricoler.
Les compartiments moteurs actuels ont une autre gueule, ils sont carrément bodybuildés et inaccessibles.
……….
Et les nations « en voie de développement » récupèrent logiquement des parts du marché.
Et c’est irréversible, mais ça n’implique pas pour autant que l’industrie française régresse.
Ca faisait 20 années que la France n’avait pas de politique industrielle, alors effectivement, nos industries ont capoté ! La faute est à mettre sur le compte de nombres de nos politiques, syndicats, gauchos et patrons qui sont restés à l’« Ere du Charbon ». Des ringards qui se paluchaient le nombril pendant que la planète progressait 3 fois plus vite que la France !
………
Autre réalité, le tourisme et tous les services liés aux transports pesaient peu dans l’économie.
Le seul tourisme va certainement dépasser les 80 milliards de CA cette année. Et il impacte de plus en plus les services, et proportionnellement toujours moins les industries de transports + infrastructures.
….
Voir les chiffres concernant l’industrie, déposé dans un des commentaires ici :
Il s’agit des 80 plus grandes entreprises françaises et de leurs parts dans l’industrie.
https://www.latribune.fr/economie/france/l-insee-confirme-la-reprise-de-l-economie-francaise-752974.html#awaitingComment1832824
Ce sont des données de la Banque de France :
Pour ces entreprises, le CA de l’industrie est passé entre 2012 et 2016 de 470 Mrd à 515 Mrd, soit une progression de 9,6% sur 5 ans.
Plus exactement :
2012 : 470
2013 : 471
2014 : 473
2015 : 506
2016 : 515
Donc une accélération réelle de l’industrie s’opère en 2015 et 2016, alors que les services sont plutôt stables.
……..
Le passé est ce qu’il est, mais ce qui compte c’est le présent et encore plus le futur !
Et la CNUCED (ONU) confirme, que depuis 2014, la France a stoppé la dégringolade de ses parts industrielles dans l’économie mondiale.
Point barre !!!!!!!!!
Ce n’est pas pour autant qu’il faut se croiser les bras, mais stop au défaitisme !
Les chiffres de l’industrie s’améliore, le rythme des faillites a bien régressé, n’en restons pas là, rien ne sert de pleurer sur le passé !
………..
Il faut effectivement monter en gamme !
Pour ceci il faut continuer à baisser raisonnablement le cout du travail, respecter enfin l’objectif des 3% de PIB réorienté vers la R&D. C’est un minimum.
Si on regarde de plus près les PME et Startups qui ont des accessions fulgurantes et cartonnent à l’international. Elles sont quasiment toutes au minimum à 5% de R&D.
A moins de 5%, mieux vaut rester devant sa télé, l’internationalisation n’est pas possible !
Les brevets, il faut encore plus faciliter leurs dépôts. Ils coutent très chers au départ, mais peuvent rapporter très gros quelques années plus tard !
Et ils évitent de voir sa ou ses technologies mangées par des concurrents étrangers.
………..
Technogenia, N°1 mondial du revêtement anti-usure haute résistance à base de carbure de tungstène, le sphérotène.
Il fabrique sa propre matière première, carbure de tungstène fondu, avec cette une méthode de fusion « assurant une dureté et un rendement inégalés »
30% du CA aux US.
R&D : 7 à 10 % du CA
Son brevet « Le Creuset Froid à lévitation électromagnétique à la base du sphérotène ».
Son brevet copié en Europe a vu certains contrefacteurs condamnés lourdement.
Les américains n’ont pas osé.
Cette entreprise est aussi au top dans l’impression 3D laser depuis 20 ans et a quelques brevets à son arc.
http://www.technogenia.com/fr/
...............
Pour ce qui est de la balance commerciale toujours déficitaire, c'est bien un problème, mais à relativiser, parce que les exportations françaises (bien + services) vont augmenter de près de 40 milliards cette année. Et ça va compter pour beaucoup et mettre du beurre dans les épinards du gouvernement !
Réponse de le 09/12/2017 à 12:27 :
Et le hasard n'a que peu d'effets , et les incantations n’ont pas d’effets, par contre les investissements publics-privés sont puissants !
Si le CA de l’industrie progresse bien en 2015 et 2016 parce que les investissements sont repartis énergiquement à la hausse depuis 2014, après un stagnation depuis l’année 2007 (départ de la crise).
La preuve :
…..
INVESTISSEMENTS DES BRANCHES INDUSTRIELLES, ENSEMBLE DE L’INDUSTRIE :
En Mrd€
2000 : ~ 64
2006 : ~ 68
2007 : ~ 75
2008 : ~ 76
2009 : ~ 67
2010 : ~ 72
2011 : ~ 76
2012 : ~ 76
2013 : ~ 76
2014 : ~ 83
2015 : ~ 80
2016 : ~ 83
2017 : ~ 88 estimation
Réponse de le 09/12/2017 à 15:34 :
@Marco 1Vous comptez dans ces investissements et je vous les livre en vrac, les effets pervers des LBO, le rachat exotique des terres françaises par les chinois, les prises de participation des grpes étrangers dans ce qui reste de l' industrie paupérisée ..?

En dix ans, je n' ai pas vu sortir une seule usine de terre, à l' inverse, je les ai quasi toutes vues partir dans l' hinterland de Mme Merkel grâce à l' Ue et la libre circulation des capitaux ..
Réponse de le 09/12/2017 à 16:44 :
Vous n'avez pas tort. L'aveuglement théorique des économistes et l'ignardise économique des médias conduisent à de belles sottises. Les études en terme de valeur ajoutée n'ont aucun sens alors que les industries de pointe intègrent de plus en plus d'intrants et desinternalisent un maximum !! Ainsi, la BM donnait pour 2015 les VA suivantes pour FR : industrie : 19,5, services : 78,8 agri : 1,7. Evidemment, l'agriculture n'a pas disparu en France !! Ce qui montre l'imbécilité du critère VA !! La seule mesure correcte, c'est la valeur de la production industrielle : point barre, i.e. Sans triturage. Elle a été donnée pour 2015 par l'INSEE, puis plus jamais !! Chiffre ?? € 894 Mds !! Quant aux emplois, 3 facteurs de perte : la productivite (65%), la desinternalisation (20%), la délocalisation (15%) (OCDE). On voit que c'est un tout autre paysage que les sottises tartinées sur papier glacé !!!
a écrit le 09/12/2017 à 10:32 :
pas étonnant que nous souffrions quand je vois l'incapacité des grands groupes français a faire du patriotisme économique dans leurs achats à l'instar des groupes allemands ou Italiens. je vois actuellement un très grand groupe français préférer pour son projet en Afrique un fournisseur d'Europe de l'Est ou du sud moins de 5% moins cher que notre PME franco française qui offre un niveau technique et qualitatif qu'il ne prend pas en compte... c'est dépitant surtout quand on a travaillé sur tous les fronts le projet et avons une offre de bon niveau qu'il reconnait... mais fric is fric...
J'aimerai que des économiste se penche sur le "surcoût" réel du acheter "acheter français" car je suis sûr qu'au bout du compte, si nous étions plus patriote, le cout pour l'économie serait probablement moins élevé que ce que nous disent nos clients de prime abord...
a écrit le 09/12/2017 à 10:08 :
Et le déficit commercial se creuse inexorablement. Les services ne remplacent pas l'industrie, mais devraient la compléter. Tant que l'état et les administrations obèses continueront à écraser la production privée, cela continuera
a écrit le 09/12/2017 à 9:02 :
I n'y a pas de vrais reformes, le problème de la France c'est sa suradministration communes, communauté de communes, départements, régions, super régions, métropoles, état Français, Etat Européen. tant que l'on aura pas compris que nous avons au moins 2 millions de fonctionnaires en trop qui sont en réalité des chômeurs en puissances, on a rien compris. Il faut alléger la structure ce qui permettra de réduire les impôts et taxes et autres contributions dans ce foutoir. Alors l'industrie reviendra car plus rentable de produire et ce sont les industriels qui décident pas les politiques!!!
a écrit le 09/12/2017 à 8:21 :
A se demander si tous ces bras casses qui conseillent le presidium macronne, ont ete se promener du cote de l'Asie du Sud-Est ou l'on fabrique a tour de bras tout ce que consomme le monde.
Par consequent relancer un modele industriel en France est vain. Et pour fabriquer quoi ?
Tous les savoirs faire ont ete oublies.
Faute a tous les gvrts passes qui ont preferes la demagogie au travail.
Mitterand en est le principal fautif.
Resultat. Ce pays se cantonne a son luxe ses fromages et ce qui lui reste du tourisme. Alea jacta est.
Réponse de le 09/12/2017 à 8:53 :
tu compares la France et l'Asie du Sud Est ?!?
on sent qu'on affaire à une pointure.
Réponse de le 09/12/2017 à 11:46 :
@gfx, soyez un peu réaliste. Ce n'est pas pour rien que de nombreuses usines sont délocalisées ou construites en Asie et pas en France. Quand le salaire des ouvriers est un coût important dans la Fabrication d'un produit et que le coût du transport est négligeable, on fabrique là ou les salaires sont les moins chers. Ce n'est pas pour rien que renault et psa ont délocalisé dans le Maghreb également, que des centres d'appel sont situés en Afrique, que des SSII ont été montés au Maroc et en Inde pour de la sous traitance, etc De nombreux pays disposent de main d'oeuvre peu coûteuse et pas plus stupide que les français (puisque cela semble être votre sous entendu peu flatteur sur l'Asie et que vous oubliez à quel point notre système éducatif est volontairement nivelé par le bas).
Réponse de le 09/12/2017 à 14:07 :
200 % d'accord avec vous matin calme de Corée du SUD /
Mais pour le bonheur de vivre à la retraite au soleil , entre mer et montagne rien ne vaut ma Provence . OK ?
a écrit le 08/12/2017 à 20:55 :
"animer, coordonner et optimiser l'accompagnement par l'Etat", c'est bien le mal français qui coûte trop cher en administration qui pèse sur la production. La maxime de Macron "protéger et libérer" va dans le même sens: une liberté surveillée. L'industrie a besoin de s'adapter à un progrès technique maintenant propulsé par des dizaines de millions d'ingénieurs dans le monde. Mais les français se protègent du changement en donnant le pouvoir à l'administration qui n'en peut mais se repaît.
a écrit le 08/12/2017 à 20:26 :
Ce matin la production industrielle Française a progressé de pratiquement 2%....Alors que l' on nous disait que le taux de charge était à son maximum, bon faudrait peut être accorder les violons .
a écrit le 08/12/2017 à 19:19 :
Quand l'état cessera de ponctionner 58 % de la richesse nationale et d'avoir une politique fiscale confiscatoire, alors, nous aurons peu-être une industrie compétitive. Pour le moment on paupérise la population et les régions deviennent désertiques.
Réponse de le 08/12/2017 à 20:45 :
Oui et tous à 400 euros de salaire, comme dans les pays de l'est, comme ça on pourra relancer l'industrie :)
a écrit le 08/12/2017 à 18:30 :
d'après les données Banque Mondiale, la part de l'industrie manufacturière dans l'économie mondiale a aussi baissé de 4 points entre 2000 et 2016. Suède et Finlande ont connu des grosses chutes, par exemple. Espagne a perdu 4 points aussi.
et la France part en fait de plus bas. car la moindre industrialisation de la France par rapport aux autres pays européens date d'au moins 50 ans.
quand le site Les Echos Data existait encore, il y a 2/3 ans, on pouvait voir qu'entre 1970 et 2010, la baisse de l'industrie avait été légèrement supérieure en Allemagne comparé à la France.

pas évident d'équilibrer le commerce extérieur quand on est entourés de pays tirant la demande vers le bas et favorisant systématiquement l'offre. la France est trop développé par rapport à ses partenaires. ça devrait être à nos partenaires de s'élever, et pas à la France de s'engager dans la course à la médiocrité. mais bon, on peut toujours rêver.
a écrit le 08/12/2017 à 18:16 :
Peut-être à cause des délocalisations à l' est vers des pays offrant des salaires à 400 euros mensuels dans un schéma crée et voulu par l' Ue, non ..? Dans l'Union européenne, les délocalisations, c'est automatique...
https://www.youtube.com/watch?v=1zkF7-3hzuU

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :