Industrie : un poids économique toujours plus faible

La place de l'industrie française dans l'économie ne cesse de se réduire selon les derniers chiffres de la direction générale des entreprises. Pour faire face à ce déclin, le gouvernement a multiplié les annonces en faveur d'une industrie sous perfusion. Un choix qui suscite déjà des débats.
Grégoire Normand
Au deuxième trimestre 2017, l’industrie manufacturière employait 2,8 millions de salariés
Au deuxième trimestre 2017, l’industrie manufacturière employait 2,8 millions de salariés (Crédits : Reuters/Jean-Paul Pelissier)

La désindustrialisation se poursuit en France. Selon une étude de la direction générale des entreprises publiée ce 7 décembre, la place de l'industrie dans l'économie française ne cesse de se dégrader depuis des années. Et malgré le plan de soutien du gouvernement français prévu pour ce secteur et une embellie de l'activité économique ces derniers mois, il semble que le processus de décomposition du tissu industriel soit inéluctable.

| Lire aussiLes 25 ans de déclin industriel de la France

Une industrie en perte de vitesse

Les derniers chiffres du ministère de l'Economie sont révélateurs de la dégradation de ce secteur. Entre 2000 et 2016, le poids de l'industrie(*) dans l'économie française est passé de 16,5% à 12,5% du produit intérieur brut. Du côté de l'industrie manufacturière, l'évolution est quasi similaire à celle de l'industrie en général.

Dans une perspective historique plus large, les données de la Banque mondiale illustrent parfaitement la perte de vitesse de l'industrie dans la valeur ajoutée française depuis plusieurs décennies.

Un solde commercial négatif

Au niveau des échanges commerciaux, la situation est guère meilleure. Depuis 2010, le solde commercial du secteur industriel est toujours négatif. En 2016, le déficit s'élevait à 44,5 milliards d'euros contre 36,8 milliards d'euros l'année précedente. Et d'après les derniers chiffres du commerce extérieur de la France, la balance commerciale pour l'industrie est encore déficitaire. Les principaux partenaires commerciaux de la France se situent en Europe et en Asie.

| Lire aussi : France : le déficit commercial s'est (encore) creusé

Par ailleurs, les parts de marché mondial de la France pour les produits manufacturés ne cessent de s'effondrer, passant de 4,7% en 2006 à 3,5% en 2016. Une situation qui se retrouve également pour la plupart des voisins de la France (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne et Italie). De son côté, la Chine a gagné de nombreuses parts de marché durant la dernière décennie pour les produits manufacturés mais la transformation de l'économie chinoise vers une économie de services pourrait changer la donne dans les années à venir.

| Lire aussi : En pleine transition économique, la Chine voit sa croissance ralentir à 6,7%

Enfin, du côté du personnel, si la France comptait 2,8 millions de salariés dans l'industrie manufacturière (soit 11,1% de l'emploi salarié total) à la fin du second trimestre 2017, toutes les régions, sauf l'Occitanie et la Corse, ont connu des destructions d'emplois entre 2010 et 2016. Et ce déclin de l'emploi industriel a lieu alors que pour la première fois depuis 2009,  les ouvertures de sites industriels ont été nettement plus nombreuses que les fermetures en France sur les huit premiers mois de l'année d'après les derniers chiffres du cabinet Trendéo.

| Lire aussi : Industrie : la reprise se confirme

Un nouveau plan pour rien ?

Face à ce phénomène de désindustrialisation, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé à la fin du mois de novembre dernier la mise en place d'un conseil national de l'industrie. Il en a également profité pour présenter les grands axes de la politique industrielle du gouvernement. "On ne va pas lâcher notre industrie. Une France sans usine n'est pas une option pour répondre aux défis posés", a souligné M.Philippe en se voulant rassurant. L'exécutif propose notamment de mener une politique industrielle tournée "vers l'innovation et la montée en gamme". Il a également annoncé la création d'un fonds pour l'innovation et l'industrie du futur.

| Lire aussi : Le plan ETI de Bruno Le Maire en sept mesures

Enfin le 14 novembre dernier, un décret publié au Journal Officiel a institué un "délégué interministériel aux restructurations d'entreprises" chargé d'épauler le ministre de l'Economie Bruno Le Maire pour relancer une industrie tricolore en perte de vitesse. Il aura pour mission "d'animer, de coordonner et d'optimiser l'accompagnement par l'Etat des restructurations d'entreprises, et notamment des entreprises industrielles." Il pourra également accompagner les commissaires au redressement productif crées par Arnaud Montebourg en 2012 et qui voient leurs missions maintenues.

| Lire aussi : Le gouvernement peut-il dessiner l'industrie du futur ?

Malgré ces annonces, les précédents plans gouvernementaux en faveur de l'industrie n'ont pas forcément montré de résultats probants au regard des chiffres officiels publiés par la direction générale de l'entreprise. Le déclin industriel semble bien ancré dans l'économie française.

__________

(*) Industrie manufacturière, industries extractives, énergie, eau, gestion des déchets et dépollution.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 11/12/2017 à 9:14
Signaler
Comment voulez vous résister à l'a concurrence mondiale qui fait que vous pouvez payer dans un pays éloigné des salariés un euro par jour sans investir le moindre argent pour leur sécurité et conditions de travail ? Le protectionnisme dans ces ca...

à écrit le 11/12/2017 à 3:08
Signaler
A GFX. Si vous aimez les voyages, je vous suggere les destinations suivantes Heibei, Chandong pour les deux plus grosses acieries chinoises. Pour visiter les sites (accompagne, seul c'est interdit) il vous faudra deux jours, ce, en courant. Puis apre...

à écrit le 10/12/2017 à 14:44
Signaler
La France dois impérativement develloper le tissus industriel de demain.... La robotique est d'avenir de l'industrie.... Nous devons impérativement concevoir les usines dè demain... Notre pays souhaite être un lieder de l'intelligence artificielle ....

à écrit le 10/12/2017 à 10:05
Signaler
De toute façon, le grand projet pour la France de nos dirigeants aux ordre de la plouto-kleptocratie mondiale est de faire de la France un grand disneyland historique mondial et de récupérer des miettes de la finace internationale pour conserver leur...

à écrit le 09/12/2017 à 23:24
Signaler
quelques pistes pour notre grand Edouard Philippe. Voir PSA, RSA, Alstom, Safran qui obligent les fournisseurs Français à ouvrir en low cost sinon, ils coupent les commandes. L'accord avec la Tunisie et le Maroc avec des zones franches hors impots et...

le 10/12/2017 à 9:55
Signaler
Tu peux enlever Alstom de ta liste, le groupe ayant été démantelé au profit de GE et Siemens. Probablement, les fournisseurs de Safran sont essentiellement en France car c'est l'une des rares grandes entreprises qui a la majorité de ses effectifs e...

à écrit le 09/12/2017 à 19:11
Signaler
Est-ce que mon post de 10h08 est si dérangeant au point qu'il n'a pas été publié ?

le 10/12/2017 à 9:19
Signaler
oui, y a des posts derangeants qui n'ont pas ete publies, effectivement!

à écrit le 09/12/2017 à 14:02
Signaler
ce phénomène s'est déjà produit en GB mais ...il y a 30 ans et eux ont su depuis développer services et finances pour conserver de la richesse nationale . Nous ???

à écrit le 09/12/2017 à 11:24
Signaler
Industrie : un poids économique toujours plus faible le titre est angélique, Reformulons : "Industrie : la désindustrialisation toujours plus massive ..." l'on entends parler de licenciements massifs dans l'industrie chaque semaine depuis l'...

le 11/12/2017 à 9:46
Signaler
C est sur que ca fait pas envie. Par contre Macron n y est pas pour grand chose, ca fait 6 mois qu il est au pouvoir et on ne peut pas changer les mentalites en si peu de temps... Votre banque doit avoir durtout l habitude de financer des "investisse...

à écrit le 09/12/2017 à 11:08
Signaler
« les parts de marché mondial de la France pour les produits manufacturés ne cessent de s'effondrer, passant de 4,7% en 2006 à 3,5% en 2016 » Pourquoi ne pas regarder les chiffres de 2014 à 2016 ? ........ Il s'agit effectivement d'un taux, d'une ...

le 09/12/2017 à 12:27
Signaler
Et le hasard n'a que peu d'effets , et les incantations n’ont pas d’effets, par contre les investissements publics-privés sont puissants ! Si le CA de l’industrie progresse bien en 2015 et 2016 parce que les investissements sont repartis énergiqueme...

le 09/12/2017 à 15:34
Signaler
@Marco 1Vous comptez dans ces investissements et je vous les livre en vrac, les effets pervers des LBO, le rachat exotique des terres françaises par les chinois, les prises de participation des grpes étrangers dans ce qui ...

le 09/12/2017 à 16:44
Signaler
Vous n'avez pas tort. L'aveuglement théorique des économistes et l'ignardise économique des médias conduisent à de belles sottises. Les études en terme de valeur ajoutée n'ont aucun sens alors que les industries de pointe intègrent de plus en plus d'...

à écrit le 09/12/2017 à 10:32
Signaler
pas étonnant que nous souffrions quand je vois l'incapacité des grands groupes français a faire du patriotisme économique dans leurs achats à l'instar des groupes allemands ou Italiens. je vois actuellement un très grand groupe français préférer pour...

à écrit le 09/12/2017 à 10:08
Signaler
Et le déficit commercial se creuse inexorablement. Les services ne remplacent pas l'industrie, mais devraient la compléter. Tant que l'état et les administrations obèses continueront à écraser la production privée, cela continuera

à écrit le 09/12/2017 à 9:02
Signaler
I n'y a pas de vrais reformes, le problème de la France c'est sa suradministration communes, communauté de communes, départements, régions, super régions, métropoles, état Français, Etat Européen. tant que l'on aura pas compris que nous avons au moin...

à écrit le 09/12/2017 à 8:21
Signaler
A se demander si tous ces bras casses qui conseillent le presidium macronne, ont ete se promener du cote de l'Asie du Sud-Est ou l'on fabrique a tour de bras tout ce que consomme le monde. Par consequent relancer un modele industriel en France est v...

le 09/12/2017 à 8:53
Signaler
tu compares la France et l'Asie du Sud Est ?!? on sent qu'on affaire à une pointure.

le 09/12/2017 à 11:46
Signaler
@gfx, soyez un peu réaliste. Ce n'est pas pour rien que de nombreuses usines sont délocalisées ou construites en Asie et pas en France. Quand le salaire des ouvriers est un coût important dans la Fabrication d'un produit et que le coût du transport e...

le 09/12/2017 à 14:07
Signaler
200 % d'accord avec vous matin calme de Corée du SUD / Mais pour le bonheur de vivre à la retraite au soleil , entre mer et montagne rien ne vaut ma Provence . OK ?

à écrit le 08/12/2017 à 20:55
Signaler
"animer, coordonner et optimiser l'accompagnement par l'Etat", c'est bien le mal français qui coûte trop cher en administration qui pèse sur la production. La maxime de Macron "protéger et libérer" va dans le même sens: une liberté surveillée. L'indu...

à écrit le 08/12/2017 à 20:26
Signaler
Ce matin la production industrielle Française a progressé de pratiquement 2%....Alors que l' on nous disait que le taux de charge était à son maximum, bon faudrait peut être accorder les violons .

à écrit le 08/12/2017 à 19:19
Signaler
Quand l'état cessera de ponctionner 58 % de la richesse nationale et d'avoir une politique fiscale confiscatoire, alors, nous aurons peu-être une industrie compétitive. Pour le moment on paupérise la population et les régions deviennent désertiques.

le 08/12/2017 à 20:45
Signaler
Oui et tous à 400 euros de salaire, comme dans les pays de l'est, comme ça on pourra relancer l'industrie :)

à écrit le 08/12/2017 à 18:30
Signaler
d'après les données Banque Mondiale, la part de l'industrie manufacturière dans l'économie mondiale a aussi baissé de 4 points entre 2000 et 2016. Suède et Finlande ont connu des grosses chutes, par exemple. Espagne a perdu 4 points aussi. et la Fra...

à écrit le 08/12/2017 à 18:16
Signaler
Peut-être à cause des délocalisations à l' est vers des pays offrant des salaires à 400 euros mensuels dans un schéma crée et voulu par l' Ue, non ..? Dans l'Union européenne, les délocalisations, c'est automatique... https://www.yo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.