Des trains espagnols pour la France ? Le site de Reichshoffen d'Alstom menacé, alerte le PDG Henri Poupart-Lafarge

 |   |  531  mots
Henri Poupart-Lafarge, PDG d'Alstom
Henri Poupart-Lafarge, PDG d'Alstom (Crédits : © John Schults / Reuters)
Face à la perspective de voir la SNCF et l'Etat français choisir le constructeur espagnol CAF pour fabriquer plus de 100 trains intercités de la SNCF, le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, explique à La Tribune les menaces que ferait peser un tel choix sur l'usine alsacienne de Reichschoffen et ses plus de 800 emplois. Les syndicats d'Alstom ont interpellé le gouvernement à ce sujet.

Bis repetita. Trois ans après le sauvetage du site d'Alstom de Belfort, le constructeur ferroviaire français monte au créneau pour dénoncer la menace qui plane sur l'avenir de l'usine alsacienne de Reichschoffen et ses plus de 800 salariés en cas de perte du mégacontrat des trains intercités. Passée par la SNCF pour le compte de l'Etat, cette commande porte avec les options sur plus de 100 trains.

Mi-août, la lettre spécialisée Mobilettre indiquait que la victoire semblait promise au constructeur ferroviaire espagnol CAF. Selon nos informations, le dossier devrait être examiné lors d'un conseil d'administration de la SNCF prévu d'ici à fin septembre. Face à la perspective de voir Alstom écarté, les syndicats du constructeur ont interpellé ce mardi 11 septembre le gouvernement en envoyant un courrier à Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire qui chapeaute les transports. Dans un entretien exclusif à La Tribune, le PDG d'Alstom, Henry Poupart-Lafarge, tire lui aussi la sonnette d'alarme.

 « Cette commande de trains Intercités représente, avec les options, dix années d'activité pour le site de Reichshoffen et l'ensemble des sites français qui fabriquent les composants. L'offre d'Alstom est à la fois complète, compétitive et répond aux plus hauts standards technologiques. Sans cette commande, la charge du site serait durablement affectée, avec des conséquences en termes d'emploi. Je comprends les inquiétudes exprimées par les partenaires sociaux. Si l'Etat décidait de commander des trains fabriqués en Espagne, ce serait son choix, mais cela enverrait un message très fort de défiance envers la filière ferroviaire française qui serait de facto affaiblie, avec un impact mécanique sur l'emploi en France », fait-il valoir.

"Un coup fatal"

Pour les syndicats d'Alstom "si elle se confirmait, l'attribution du marché à notre concurrent espagnol risquerait de porter un coup fatal à l'avenir des sites fragilisés de Reichshoffen et Belfort ainsi qu'à la filière ferroviaire en Alsace et en Bourgogne-Franche-Comté", ajoute l'intersyndicale. Selon nos informations, le site de Reichschoffen est celui qui a le moins de visibilité en France. Il a aujourd'hui de l'activité jusqu'en 2021-2022.

Dans leur courrier adressé à Elisabeth Borne, les syndicats mettent l'accent sur l'impact négatif de l'offre espagnole pour l'emploi français. "CAF propose uniquement l'assemblage final des trains sur le territoire national dans son seul site français qui emploie une centaine de salariés", à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), quand, "l'offre d'Alstom s'appuie sur l'excellence de ses métiers et de ses compétences à travers huit de ses sites", avec des retombées en termes d'emplois en France pour Alstom allant "jusqu'à 700 personnes en fonction du produit retenu, dont 200 ingénieurs et plusieurs centaines d'emplois chez les fournisseurs", indiquent les syndicats.

Budget prévisionnel de 800 millions d'euros

L'appel d'offres, lancé fin 2016 par la SNCF pour le compte de l'Etat, porte sur le matériel roulant des trains d'équilibre du territoire (TET, Intercités) Paris-Toulouse et Paris-Clermont, soit 28 rames auxquelles s'ajouteront éventuellement 75 rames en option, dont 15 pour équiper la transversale Bordeaux-Toulouse-Marseille. Le budget prévisionnel pour la tranche ferme a été fixé à 800 millions d'euros en incluant les centres de maintenance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2019 à 5:00 :
Donald n'accepterait pas de faire ce choix dans son pays mais en France tout est permis avec l'argent des contribuables
a écrit le 12/09/2019 à 17:59 :
@bruno_bd 11/09/2019 13:59
Citation
"Ils sont surtout très confortables parce que la bielle de Cadix a l'essieu de velours"
Excellent !!
Cordialement
a écrit le 12/09/2019 à 14:59 :
Pourquoi ne pas implanter sur ces lignes a basses vitesses les anciens TGV ???
Réponse de le 12/09/2019 à 15:59 :
L'idée est bonne, mais une grande partie du réseau n'est pas électrifiée, et entre des trains TER de 1000 CV maxi et des TGV de 6000kw/,h il y a une légère différence.
a écrit le 12/09/2019 à 14:01 :
Pendant ce temps :

Bouygues a presque divisé par 2 sa participation au capital d'Alstom. Une opération qui lui rapporte une coquette somme. Le géant du BTP et des télécoms a annoncé le succès de la cession de 29.150.000 actions Alstom représentant 13% du capital social, au prix de 37 euros par action, soit un montant total de 1.079 millions d’euros, dans le cadre d’un placement accéléré auprès d’investisseurs institutionnels. A l’issue de cette opération, Bouygues reste le premier actionnaire d’Alstom avec 14,7 % du capital social. Par ailleurs, Olivier Bouygues et la société Bouygues S.A. conservent leurs mandats d’administrateurs.
a écrit le 12/09/2019 à 12:26 :
Pourquoi ne pas faire comme les Chinois ! Ont vous les achètent mais vous venez les produire chez nous ....
Réponse de le 12/09/2019 à 22:37 :
Quand une société française va produire en Chine, elle baisse le coût de production. Quand une société espagnole vient produire en France elle augmente ses coûts de production.
a écrit le 12/09/2019 à 9:41 :
Il faudrait se demander pourquoi l'offre d'Alsthom n'est pas compétitive, plutôt que de parler de préférence nationale, qui conduit à se laisser aller sur le plan de la compétitivité et à se rabougrir sur le territoire national ; alors qu'une telle entreprise doit mettre tout en oeuvre pour être en mesure de se battre à armes égales sur le marché international.
a écrit le 12/09/2019 à 7:25 :
Bah, une telle multinationale qui a des usines de partout en europe et dans le monde, ils vont bien arriver a racler un peu d'activité a gauche a droite pour la rapatrier en france.
Ce serait en tout cas un bien beau geste de patriotisme economique qui ferait plaisir a voir

Alo, non mais alo quoi.
a écrit le 12/09/2019 à 1:22 :
Caf ne fait pas de meilleurs trains qu'Alstom.Simplement,elle vend moins cher et pour la partie signalisation et éventuelle automatisation des futurs intercités,ils sont associés à Thales.C'est le cas ,pour le métro de Marseille et aussi sur des marchés à l'étranger comme le nouveau métro automatique de Santiago du Chili. Là, il faudrait une préférence nationale ,même si les trains d'Alstom sont un peu plus chers et que c'est la filiale signalisation et automatisme d'Alstom qui aurait la partie la plus juteuse du contrat,au détriment de Thales. Je pense que c'est Thales qui fait du lobbyng auprès de la SNCF pour ce contrat.
Réponse de le 12/09/2019 à 9:37 :
A la préférence nationale, je préférerais qu 'Alsthom présente une offre compétitive !
a écrit le 11/09/2019 à 23:29 :
Notre presque champion européen n'a pas pu fusionner avec Siemens pour cause de monopole européen. Il demande maintenant l'aide de l'Etat français et un passe droit dans la concurrence européenne pour survivre. Le marché unique est pourtant le fondement de l'Europe. La France se ridiculise.
a écrit le 11/09/2019 à 20:32 :
J'ai peur que CAF soit encore le perdant comme pour le rer ng, moi je dis voyons voir, le matos roulant fabriqué par alstom ou bombardier c'est zéro confort et bétaillère en heure de pointe.
a écrit le 11/09/2019 à 19:51 :
Rendons l'alsace aux germains, apres tout, c'est a eux, qu'ils se dem
Réponse de le 11/09/2019 à 20:30 :
Moi qui croyait qu'en limitant les indemnités de licenciement, nous allions être capables de fabriquer des voitures, des ordinateurs, des trains.
C'était la GRANDE OEUVRE du quinquennat.
Je dois admettre que je n'étais pas aussi intelligent que cela et que je me suis trompé.
a écrit le 11/09/2019 à 19:16 :
de toute façon alstom va faire travailler les sites low cost pour cette commande
lis indiens de chennay la chine et katovice vont produire pour 70 % de la valeur de cette commande. alors c est mieux que ce soit en europe avec Caf. l hypocrisie des syndicats et de la direction d alstom n a pas de limite. ils veulent des subventions et des marges pour les bonus. que la SNCF impose 80%de la valeur ajoutée en france et alstom pourra être dans la course aux subventions .
Réponse de le 11/09/2019 à 19:53 :
Euh... Katowice c'est en Europe...
a écrit le 11/09/2019 à 19:10 :
Non mais on rêve ou quoi ? Alstom gagne des contrats records partout dans le monde, dont l'Espagne (268-millions-d-euros-pour-le-métro-de-Barcelone en août 2019) mais manipule média et gouvernements dès qu'il sent qu'une commande lui échappe en France...
a écrit le 11/09/2019 à 17:48 :
Si les trains de Alstom sont tellement bien, pourquoi ils ne vendent pas 100 trains à l'étrangers et le tour est joué.
Pas si compliqué, les autres y arrivent aussi.
Peut-être Alstom a peur que les français se rendent compte que les trains CAF sont nettement meilleurs.
Réponse de le 12/09/2019 à 1:43 :
Et bien si c'était le cas,Alstom serait en bas de l'échelle et CAF en haut.
.
Or,aux dernières nouvelles,CAF reste un groupe petit et pas vraiment dominant à l'échelle mondiale.
.
Alstom à pas mal de commandes à l'export,ce n'est pas un problème,je crois qu'en voyant les commentaires et l'article,qu'il joue sur les "emplois" pour forcer l'état à changer sa commande pour eux et ainsi engrangé de l'argent.
a écrit le 11/09/2019 à 16:49 :
le mythe de la supériorité technologique d'ALSTOM a vécu ; nos ingénieurs polytechniciens qui pullulent dans le ferroviaire français n'ont jamais voulu s'abaisser à produire des matériels en pratiquant l'analyse de la valeur consistant à répondre au cahier des charges du client au coût le plus juste .
on se retrouve donc avec d'excellents produits techniques trop chers et en plus avec un design désué éloigné des attentes des clients .
ajoutez un handicap de sureffectifs de délégués syndicaux improductifs (déchargés d'activité de production) et de procédures qui ne recherchent pas l'amélioration de la productivité , et vous avez les conditions réunies d'un naufrage économique dans un marché concurrentiel .
Réponse de le 11/09/2019 à 19:11 :
sauf que Alstom est plutôt compétitif sur le marché mondial
Réponse de le 12/09/2019 à 1:45 :
@Et non
Pas mal de personne s'amuse à raconter n'importe quoi et des "fausses nouvelles" pour faire de la propagande..
Et non il n'y a pas que les vilains russes,j'ai remarquer des italiens concernant l'article sur FIAT.
Donc il n'y a rien d'étonnant à en voir sur cet article,certains ou d'autres nationalités sont toujours prêt à raconter des bobards sur les industriels français par haine et rancoeur.
a écrit le 11/09/2019 à 16:45 :
le gouvernement nous bassine avec sa politique industrielle, mais il commande les trains en espagne..........
pourrait on avoir les détail de l appel d offre, prix et service inclus.......

parceque parfois il y a de fausses économies.....

les trains bombardier fourni à la régions parisienne sont bourrés de défauts et ont des taux de pannes ahurissants, et donc des taux de disponibilité faibles
a écrit le 11/09/2019 à 16:20 :
On est bien loin de l'Airbus du ferroviaire évoqué ds le projet de fusion avorté A / S . Les synergies produites auraient certainement entraîné des suppressions de site de part et d'autre. Mais cela aurait été compensé par des effets volumes dans les appels d'offres internationaux où un tel groupe aurait pu concourir à armes à peu près égales face au géant chinois CRRC.
Par la suite, une consolidation européenne aurait associée des constructeurs espagnols, italiens... chacun de ses membres se fondant ds un consortium unique et se spécialisant ds l'assemblage de type de trains ou de composants importants indispensables à chaque train.
La vision doit être planétaire et non pas européenne où on voit bien que l'attribution des marchés à un constructeur plutôt qu'à un autre répond surtout à une logique politique et sociale fortement influencée par le lobby du constructeur national.
Avec en prime des relents nationalistes anti européens chez les perdants de ces marchés.
Réponse de le 12/09/2019 à 1:48 :
Ca ne sert à rien de vouloir concourir à armes égale contre les chinois,c'est une perte de temps et rien que part la guerre commerciale,ils perdent des clients,Tonton Trump ne se gênera pas pour faire des pressions sur différents pays ou groupes pour orienter ceux-ci vers un autre constructeur donc je pense qu'il n'y a pas à s'inquiéter de "ce géant chinois" qui n'existe que grâce à l'état chinois qui l'engraisse.
a écrit le 11/09/2019 à 15:20 :
Quand est-ce que les médias vont s’intéresser à notre compétitivité industrielle ?
Quand est-ce que nos emplois vont intéresser les français ?
Les voitures françaises sont faites en Europe mais pas en France !
Notre balance commerciale est déficitaire de 50 milliards dans le marché commun.
Ça fait des années que les français préfèrent donner le travail aux autres européens.
On s’endette pour que les allemands et autres pays du marché commun s’enrichissent sur la dette française!
Ça commence à suffire.
Je comprends les gilets jaunes qui doivent tendre la main pour vivre !
Les indemnités ne suffisent pas.
Moins on produira, moins on travaillera, moins on vendra, plus on aura des pauvres.
Réponse de le 11/09/2019 à 19:51 :
pour info les trains produits en france ne sont que de l assemblage venant des pays low cost chine Inde Pologne soit 70 % de la valeur du train. alstom contribue grandement au déficit commercial. une vraie politique sera d'imposer une production en France
a écrit le 11/09/2019 à 14:30 :
Henri Poupart-Lafarge digne successeur de kron et de son incompétence crasse.
a écrit le 11/09/2019 à 14:25 :
Qu'ils soient espagnols ou français on s'en fout, ce qui compte si ces trains sont adaptables à être autonomes, (la fiabilité est faible actuellement, grèves, week end, manque de personnel) et j'ai du mal à penser les Espagnols au niveau de notre technologie. Nous on sait faire.
Réponse de le 11/09/2019 à 19:57 :
Ne sous-estimez surtout pas les Espagnols, technologiquement ils sont tout à fait au niveau.
Réponse de le 12/09/2019 à 15:03 :
Cela fait un moment que les espagnols sont au niveau de matière de technologie voire nous dépassent parfois. la fiabilité de beaucoup d'infrastructures en espagne dépasse la nôtre. Pour le ferroviaire CAF est au niveau d'Alstom que ce soit pour les métros ou les trains y compris à grande vitesse , mais est un peu moins cher. la question se pose plutôt en terme de politique de soutien à l'emploi en france.
a écrit le 11/09/2019 à 14:24 :
Il faut imposer que le rapport de choix de la SNCF transmis au gouvernement inclue un chapitre volet social.
Après l'achat des locos en Allemagne il n'y a pas si longtemps, l'achat de ces trains à l'étranger est excessif.
Si la SNCF n'avait pas acheté des trains au Canadien Bombardier , l'Etat n'aurait pas eu à acheter des TGV pour les voies secondaires.
Acheter des fruits ou de la viande de France c'est bien , acheter des trains en France c'est bien aussi.
Réponse de le 13/09/2019 à 21:18 :
Pourquoi devrait avoir le droit de vendre des trains en Espagne, mais la France ne devrait pas avoir le droit d'acheter les trains en Espagne, si elle juge que ceux-là sont supérieurs aux trains Alstom?
CAF a l'habitude de fabriquer des trains en fonction de la demande des clients, alors que chez Alstom c'est le client qui doit s'adapter aux trains d'Alstom.
a écrit le 11/09/2019 à 14:14 :
Je lis tous ces commentaires sur le fait que c'est un constructeur Espagnol qui serait choisi parce que les français ne sont pas compétitif etc etc... Sauf que ce constructeur espagnol construira ces trains en France dans son site de Bagnères de Bigorre ce qui créera des emplois en France et de l'activité dans cette région. Il y avait eu le même débat avec les trains d'Ile de France dont la construction avait été confiée au canadien Bombardier. Sauf que ces trains ont été fabriqués en France dans les anciens ateliers ANF dans le nord rachetés par Bombardier. Mais pour certains il y a toujours la tentation de l'auto-dénigrement. C'est tellemnt facile.
Réponse de le 11/09/2019 à 16:53 :
les fameux trains bombardier sont pour l instant un gros boulet.... car pannes à répétition et disponibilité catastrophique.....

les trains espagnols seront simplement assemblés à Bagnère.... tout le reste viendra d espagne

parfois les soit disant économies sont des illusions...... si tant est d ailleurs que ce soit des économies.......

alors à un moment, quant il y a des vrais besoin, construisons local..... ça nous fera du bien.......les mécanos industriels européens tournent parfois à la farce......

j aimerai bien entendre les explication de madame Borne sur le sujet
a écrit le 11/09/2019 à 13:57 :
Au fait... avez vous remarqué que la gendarmerie roule maintenant en Skoda Kodiaq (tchèques) ,Dacia Duster (roumaines) ou Ford Focus (allemandes) ?
Réponse de le 11/09/2019 à 16:42 :
oui, j ai vu ça dernièrement......
ceci étant les berlingo sont produits en espagne....et vendu 30 000 euros pièce....... on rêve
la nouvelle 2008 migre de mulhouse à l espagne..... 200 000 voitures /an
a écrit le 11/09/2019 à 13:31 :
Normal, le salarié français est trop cher. Je vois dans le bâtiment, que des travailleurs détachés qui ne comptent pas leurs heures ni les euros. Travail bien fait et 3 à 4 fois moins cher. Le vrai changement en France serait de baisser drastiquement les salaires du privé pour que nos entreprises soient compétitives.....
Réponse de le 11/09/2019 à 14:16 :
Le vrai changement ce serait d'éviter de sortir de telles inepties. Ce serait un grand progrès pour notre société et une certaine évolution intellectuelle.
Réponse de le 11/09/2019 à 14:31 :
Ben ils sont pas chers, c'est vrai, mais sur le chantier de l'EPR, ces milliers de soudeurs et techniciens n'ont pas prouvé leur savoir faire, mort de rire!
a écrit le 11/09/2019 à 13:30 :
Nous faisons partie d'un marché ouvert à la libre concurrence. Les industriels sont bien heureux de gagner des marchés en Europe face à la concurrence souvent locale ... il faut accepter aussi quand ça se retourne contre eux.
a écrit le 11/09/2019 à 13:23 :
Alstom en effet ils sont au top technologiquement. Mais qu'ils pensent aux voyageurs : plastique partout, couleurs criardes, Led hyper fortes qui empêchent le sommeil dans les trains + sièges durs et inconfortables au possible, pas comme les vieux intercités qui eux sont fantastiques.
a écrit le 11/09/2019 à 13:14 :
Il y a des fois où on se demande si la notion d’intérêt national a encore un sens pour l'état. On sait depuis longtemps qu'en matière de marché publics le libéralisme débridé est destructeur d'emplois et facteur de perte de savoirs faire stratégiques, donc affaiblissement national. Cela fait 50 ans que ça dure et le résultat est un recul continu de nos positions. Donc dans ce dossier de commande de trains Mme Borne et son nouveau secrétaire d'état M Djebbari ferait bien de ne pas sacrifier les emplois et le savoir faire en France.
a écrit le 11/09/2019 à 13:05 :
Et Alstom ne prévoit-il pas de fabriquer tous les composants en Pologne et d'assurer uniquement l'assemblage en France?!?
d'autre part, ne gagne-t-il pas des marchés en Espagne? (AVE, cercanias)?

Merci à LT de proposer une couverture un peu plus profonde du sujet que cela!
a écrit le 11/09/2019 à 12:38 :
Si les trains de fabrication espagnole sont meilleurs pourquoi pas. Tous ces Français qui pleurent achètent ils des voitures françaises ? Si oui, ce que je ne crois pas, alors on peut forcer la SNCF à acheter Français sinon la SNCF doit acheter les meilleurs trains au meilleur prix. Il faut balayer devant sa porte avant de faire des leçons.
Réponse de le 11/09/2019 à 13:59 :
Ils sont surtout très confortables parce que la bielle de Cadix a l'essieu de velours.
Réponse de le 11/09/2019 à 16:17 :
@tbrlub 11/09/2019 12:38
Tout à fait d'accord avec vous. 90% de mes achats sont effectués sur le net et je me fous éperdument de la nationalité du fabricant, c'est le rapport qualité/prix qui compte.
Comme vous le soulignez, les Français achètent beaucoup de bagnoles fabriquées à l'étranger (même les marques Françaises)...
Cordialement
a écrit le 11/09/2019 à 11:16 :
On devrait faire du Trump et protéger nos emplois et notre industrie. L’état français a déjà bien massacré Alstom avec l'affaire Générale Électric.
Réponse de le 11/09/2019 à 16:34 :
@BA 11/09/2019 11:16
Dans l'affaire Alstom, les actionnaires Français ont réalisé l'affaire du siècle. Il faut se renseigner: GE a déjà provisionné USD 12 Mlds dans ses comptes sur cet achat.
A noter que pour les actionnaires de GE, c'est la descente aux enfers, cela vaut aujourd'hui environ USD 9 et cela cotait au plus haut environ USD 50 en 1990....
Cordialement
Réponse de le 11/09/2019 à 20:03 :
Trump est un champion pour ériger des lignes Maginot et faire des moulinets protectionnistes. Exemple : Google a décidé d'abandonner la Chine pour la production de ses téléphones Pixel... Il l'a transférée au... Vietnam. Autre exemple : à votre avis où sont fabriqués les vêtements à la marque de sa fille, Ivanka Trump ?
a écrit le 11/09/2019 à 11:12 :
on arrive à la limite du modèle socialo-libéral (ne pas lire social-libéral). On veut faire cohabiter une Société étatisé à fond (56 % du PIB fait par l'Etat) avec les principes libéraux Bruxellois...
On en arrive à ce genre de problème insoluble.
D'un côté une entreprise qui n'a de privé que le nom, Alstom , privé car les dividendes versées vont bien dans les poches d'actionnaires privés, mais "que de nom" car son CA n'est que de la commande publique...
D'un sens, je ne vois pas au nom de quoi, je devrais (en tant que citoyen) payer pour les dividendes d'Alstom, et d'un autre sens, c'est une aberration qu'un pays paie des prestations chômage et des subventions à l'industrie et achète les produits industriels à d'autres pays...
Réponse de le 11/09/2019 à 13:52 :
Aucune économie étatisée comme l'est devenue la France n'a jamais prouvé la moindre viabilité. Et pour résoudre le problème posé (c'est à dire que la commande d'Alstom ne soit pas comme actuellement uniquement publique), la solution est de privatiser la SNCF et de la laisser choisir les trains qu'elle achète comme elle l'entend.
a écrit le 11/09/2019 à 10:58 :
Ca sent le chantage à l'argent de l'Etat à plein nez ça encore...
a écrit le 11/09/2019 à 10:45 :
Renault produit en turquie la Clio qui est le model le plus vendu ... et on dit rien... mais la pour Alstom, il faudrait interdire CAF... ok alors il faut interdire les Clio
Réponse de le 11/09/2019 à 11:12 :
En raison des coûts notamment salariaux français il est impossible de produire en France les modèles à faible marge.
Réponse de le 11/09/2019 à 14:30 :
à Bruno_bd Pour Renault les coût salariaux malgré une robotisation poussée à l’extrême sont trop élevés.... Mais que dire des coûts liées à la publicités pour vendre une voiture. c'est une part importante du coût d'une voiture. Quand au coût salariaux, dans l'industrie automobile allemande ils sont plus élevés qu'en France avec une productivité horaire moindre. Et pourtant les constructeurs allemands assemblent les voitures en Allemagne. Par contre les pièces des voitures viennent des anciens pays de l'est à des coûts moindres grâce à des bas salires. C'est donc l'Allemagne qui capte la valeur ajoutée de chaque automobile assemblée dans ce pays.En France, les constructeurs ont préféré délocaliser toute la chaine de production. Que ce soit pour alimenter des marchés locaux ça peut éventuellement se comprendre, mais pour importer ces voitures soit disant françaises en France c'est aberrant. C'est une stratégie qui ne tient aucun compte des intérêts des français.
Réponse de le 11/09/2019 à 17:09 :
@bruno_bd
comme par hasard les clio et 208 se retrouve à -30% sur tous les site de ventes en lignes.......
les prix en question vient bien de quelque part...... donc ça produit bcp mais ça brade à tour de bras
Réponse de le 11/09/2019 à 20:07 :
@curieux37 : ce sont les anciennes versions des 208 et Clio qui sont vendues avec de forts rabais. Classique.
a écrit le 11/09/2019 à 10:21 :
On en sort pas, toujours plus bas, non compétitifs, avec tous les secteurs pour lesquels nous pouvions avoir une légitime fierté qui s'enfoncent: rail, téléphonie, nucléaire, agriculture, automobile.. Il nous reste le secteur du luxe, le tourisme -quand nous sommes capables de protéger nos monuments historiques-, et bien sûr encore un système d'éducation, notamment sur les sciences dures, toujours efficace mais fragilisé. Merci à nos grands entrepreneurs privés, et merci à nos grandes écoles et à leurs corps enseignants. Nos réactions? inventer des nouvelles taxes (Gafa), retour au XIX ième siècle (agriculture), parler d'innovation, de digitalisation, mais en étant anti-Tech (merci au Principe de Précaution source de beaucoup d'incompréhensions)!
a écrit le 11/09/2019 à 10:10 :
Je ne comprends pas pourquoi moi citoyen français je dois payer les conséquences sociales du choix d'un fournisseur étranger alors que l'industrie nationale peut tout à fait fournir. Ce n'est pas un fournisseur étranger qui paiera les charges sociales des Français.
Réponse de le 11/09/2019 à 10:49 :
moi ce qui me derange c'est quand Alstom choisi des fournisseurs 30% plus cher que le marché... pourquoi ? parceque infine c'est la SNCF et donc le contribuable qui paie ??
Si on interdit Caf qui produit hors france, il faut interdire a l'etat d'acheter des clio produites en turquie.. et il faut acheter des yaris produites en France...
a écrit le 11/09/2019 à 10:06 :
Alstom a pour plus de 40 milliards d'Euro de commande dans ses carnets. Alstom a versé 5,50€ de dividende par action contre 0,35€ l'année précédente. Mais voilà cette entreprise privée historiquement le principal fournisseur de la SNCF ne supporte pas la concurrence, habituée à être hégémonique sur le réseau français. On ne me fera pas croire qu'avec un tel carnet de commande le fait de ne pas être choisi mettrait l'entreprise en péril. Toujours le même chantage à l'emploi de la part du patronat français.
Réponse de le 11/09/2019 à 10:58 :
Exactement... rien à ajouter !
a écrit le 11/09/2019 à 9:47 :
Si le but est de réinvestir toutes les lignes de voies ferrées abandonnées du fait de la corruption entre politiciens et lobby pétrolier, pourquoi pas il y en a tellement à ré-ouvrir ! Mais il faut que ce soit accompagné d'investissements conséquents permettant également de favoriser l'emploi en France aussi.

Si c'est juste une minable opération comptable par contre cela n'a que peu d'intérêt.
a écrit le 11/09/2019 à 9:31 :
Au lieu de se plaindre, Alstom devrait se poser des questions sur sa compétitivité (ou son manque de), proposer des trains confortables et innovants et chercher des nouveaux marchés. Acheter français n'est pas synonyme de chantage. Le contribuable français n'est pas la vache à lait de ce groupe.
Réponse de le 11/09/2019 à 11:28 :
Vous vous rappelez lorsque les politiques ont interdit à Alstom de fermer son site de Belfort pour se concentrer sur celui de Reischoffen? Alstom avait prévenu que ce serait Reischoffen qui risquerait alors de devoir fermer.

Voilà, c'est fait.
a écrit le 11/09/2019 à 9:29 :
Encore une entreprise privée à la recherche de subventions, en somme...
a écrit le 11/09/2019 à 9:27 :
BONNE REACTION de l'écrit de mon prédécesseur à cette nouvelle (Jeannot lapin). A l' Europe d'être intelligente de se créer un "railbus ferroviaire" !!!
Réponse de le 11/09/2019 à 10:50 :
pourquoi alstom n'a pas voulu fusionner avec CAF?? car ca l'UE n'et pas contre...
a écrit le 11/09/2019 à 9:20 :
LA FRANCE n est elle pas malade des ses dignitaires politique de la com? alors que nous sommes dans le mur.
a écrit le 11/09/2019 à 8:34 :
Pour pouvoir se faire une idée il faudrait savoir quels sont les critères qui ont amené au choix de caf.

Une petite parenthese, j'ai toujours pas digéré le coup de valls qui nous commandait des tgv pour les faire rouler sur des voies normales, le soutien devrait aussi avoir des limites
Réponse de le 11/09/2019 à 9:17 :
Il faut effectivement commencer par là :
-meilleur prix de CAF pour des produits comparables ? ->renvoie au problème de compétitivité français auquel le CICE n'a que trop faiblement répondu
-offre technique d'Alstom inadaptée ?
Reste que CAF, qui réalise 80% de son CA à l'export, est devenu un concurrent redoutable pour Alstom dans toutes ses gammes de produit.
Réponse de le 11/09/2019 à 10:56 :
Je ne sais pas si c'et le cas ici, mais j'ai l'impression que souvent les fleurons français prennent les appels d'offre publics français et même etrangers un peu a la legere. C'est peut être juste que CAF a prit la peine de lire le cahier des charges alors qu'alstom a voulu imposer SA solution "sur etagere"
a écrit le 11/09/2019 à 7:46 :
Nous devons être le seul pays a pratiquer autant le suicide collectif...
Réponse de le 11/09/2019 à 8:30 :
Bien vu... Incroyable cette bêtise absolue, politique et économique, si cela se faisait... Supportons notre excellence française...
Réponse de le 11/09/2019 à 10:00 :
C'est pas fini :

C’est une information qui risque de faire grincer des dents et qui pourrait faire mal à votre portefeuille dans quelques mois. Car votre facture d’électricité pourrait à nouveau grimper, comme cela a été le cas en avril dernier. Cette éventuelle hausse n’est pas chiffrée, ni encore actée, explique Le Parisien, qui révèle cette information. Elle est liée à "Hercule", le nom donné au projet concernant la possible scission d’EDF. L’Elysée est à la manœuvre dans ce dossier.

Avec "Hercule", EDF pourrait séparer ses activités de production (le nucléaire, le transport de l’électricité et les barrages hydroélectriques) et celles de distribution (Enedis, Dalkia…). Les premières seraient réunies dans un "EDF bleu", détenue à 100% par l’Etat. Les autres dans un "EDF vert", dans laquelle des investisseurs extérieurs pourront détenir des parts de capital. Avec cette scission, le groupe obtiendrait en parallèle le feu vert de Bruxelles pour une hausse des prix de l’Accès régulé à l'électricité nucléaire historique (Arenh), qu’il réclame depuis longtemps, car il le juge trop bas pour couvrir ses coûts de production."Hercule et l'Arenh sont effectivement totalement liés. Tous deux résultent malheureusement d'une négociation de marchands de tapis qui mettra fin au modèle intégré d'EDF tel qu'il existe depuis 1945. C'est la fin du service public de l'électricité", souligne une source à la direction d’EDF au Parisien. Cette électricité, produite par les 58 réacteurs nucléaires français, est revendue par EDF à ses concurrents : cette obligation a été décidée par l’UE en 2011, dans le cadre de la loi Nome. Le prix, fixé jusqu’en 2025 ? 42 euros par mégawattheures (MWh), pour un volume de vente de 100 térawattheures (TWh) par an.
Réponse de le 11/09/2019 à 11:31 :
@Lachose:
Enedis et Dalkia sont déjà des entités séparées de EDF.
On ne peut pas séparer ce qui est déjà séparé, ce que vous dites n'a aucun sens.
a écrit le 11/09/2019 à 7:27 :
A force de taxer à mort le travail en France, on en arrive à des situations comme celles-là. Même les entreprises les mieux gérées meurent petit à petit. Pendant ce temps là, les bénéficiaires des aides sociales font des enfants, prospèrent et se multiplient. Ainsi va la France.
Réponse de le 11/09/2019 à 8:49 :
"Max" , je ne vois pas dans votre commentaire de rapport avec le sujet présenté.
Les Trains d'équilibre du territoire (TET) Français ou plutôt ce qu'il en reste car littéralement anéantis sur l'autel du TGV ces dernières années et du tout routier , relèvent d'une autorité organisatrice (OA) qui s’appelle l'Etat.
Contrairement à ce qui est présenté , cette commande est plutôt "modeste" car il s'agit d'un marché de "niche" sans commune comparaison avec les commandes de rames TGV.
D'autre part , le constructeur ALSTOM vit depuis des années suspendu aux commandes de la SNCF et le chantage à l'emploi pratiqué constitue une vieille ritournelle .Il serait intéressant d'ailleurs de connaître l'origine des composants utilisés par ce constructeur ainsi l'évolution constatée ces dernières années.
Les polémiques qui enflent sur la qualité de des matériels ferroviaire récemment livrés laissent à penser que la perte de savoir-faire est certaine.
A l'instar de l'industrie automobile , on assiste à une cannibalisation croissante avec des composants qui viennent d'un peu partout.Seule la partie assemblage subsiste en France mais contribuant ainsi à la plus-valu du produit final.
Quant aux prestations sociales , je ne sais pas si vous avez des enfants mais lorsque des familles ont 1 ou 2 enfants , je ne pense pas qu'elles soient assommées d'aides en tout genre et puis les enfants d'hier sont devenus les adultes d'aujourd'hui que nous sommes l'un et l'autre , l'important étant qu'on leur donne l'éducation , la connaissance et la capacité de vivre dans un monde repli d'incertitudes.
Réponse de le 11/09/2019 à 12:19 :
Vous avez raison sur la premiere partie de votre commentaire: le travail est tellement taxe en France qu il devient hors de prix et pourtant les gens qui travaillent ne vivent pas bien (en grande partie grace a la bulle immobiliere qui rend le logement tres cher)

Par contre votre seconde partie est fausse: le gros des taxes sur le travail ne va pas subventionner le lapinisme mais les vieux. Les retraites c est le plus gros poste de depense de l Etat (pres de 30 % des depenses). Donc ce qu il faut reduire en priorite c est le poids des pensions de retraites. On peut evidement supprimer les allocations familiales pour ne pas inciter a pondre 17 gosses (comme le pere d adama & bagui Traore a Persan Beaumont) mais le gros de l effort ets la mise a la diete des retraités.

Inutile de dire que c est suicidaire electoralement. il n y a qu a voir comment ils ont hurle car on a voulu augmenter leurs CSG
a écrit le 11/09/2019 à 7:15 :
Il vaut mieux faire de bons produits plutôt qu'un chantage à l'emploi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :