Le groupe de logistique Kuehne+Nagel pourrait supprimer 25% de ses emplois dans le monde

 |   |  333  mots
"Le groupe pourrait se retrouver avec 20 à 25% de salariés de moins qu'avant", à "la fin" de la crise, a estimé l'actionnaire principal de l'entreprise, Klaus-Michael Kühne, dans une interview samedi au quotidien "Die Welt"

Le groupe suisse de logistique Kuehne+Nagel pourrait supprimer 25% de ses emplois dans le monde, pour faire face à la pandémie de coronavirus, a indiqué l'actionnaire principal de l'entreprise, Klaus-Michael Kühne, dans une interview samedi au quotidien "Die Welt". "Le groupe pourrait se retrouver avec 20 à 25% de salariés de moins qu'avant", à "la fin" de la crise, a estimé l'homme d'affaires allemand, héritier du groupe, dont il est toujours président d'honneur. L'entreprise emploie dans le monde près de 83.000 personnes.

Kuehne+Nagel, spécialisé dans la logistique et le transport de marchandises, a vu ses volumes fortement décliner ces derniers mois, en raison de la pandémie de coronavirus, qui a ralenti les échanges internationaux. Les pays seront "différemment touchés", selon leurs systèmes d'aide aux entreprises, face aux effets de la pandémie, a-t-il toutefois ajouté. En Allemagne, Klaus-Michael Kühne ne "voit pas de licenciements", tandis que les États-Unis, où "il n'y a pas de chômage partiel", pourraient être durement touchés. Ces suppressions de poste pourraient concerner "en grande partie les emplois industriels dans les entrepôts", estime-t-il.

Un redimensionnement du groupe

L'entreprise sortira "plus petite" qu'avant la crise, estime-t-il. La mondialisation "ne se poursuivra plus de la même manière", et la "division internationale du travail sera moins prononcée", prédit l'homme d'affaires, également présent dans l'hôtellerie de luxe, et le football, à travers le club de Hambourg.

Kuehne+Nagel a fait état fin avril d'une baisse de près d'un quart de son bénéfice au premier trimestre, en diminution de 6,2% sur un an, face à la baisse des volumes dans le fret maritime et aérien, avec la pandémie de Covid 19. Le transport maritime a été le premier pan d'activité touché par la pandémie qui a entraîné une baisse des échanges avec la Chine, son chiffre d'affaires sur ce segment reculant de 6,9%, suivi du transport aérien, en chute de 6,8%, et du transport routier à -4,1%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :