Les OGM, un vrai poison ?

 |   |  162  mots
LA CONTROVERSE. A-t-on raison d'avoir encore peur des OGM? Depuis la publication d'un rapport alarmiste sur le sujet en 2012, les théories montrant la dangerosité de ces aliments sont encore très présentes dans le débat public. Alors que de récentes études scientifiques ont prouvé le contraire, rappelle Laurent Pahpy, chercheur à l'IREF.

En France, le marché des OGM est très réglementé, tant sur leur importation que sur leur utilisation. Sur son site, le ministère de l'agriculture rappelle d'ailleurs que la culture des OGM à des fins commerciales est interdite en France depuis 2008. Il précise également que le dernier essai au champ de plantes génétiquement modifiées en champ en France remonte à 2013, avant d'avoir été ensuite interdit.

En 2012, La Tribune retraçait les «20 ans de controverse» autour de la culture OGM en France. Jusqu'en 2012, date de la publication de l'étude Séralini qui pointait la toxicité des OGM. C'est précisément cette étude que Laurent Pahpy, analyste à l'IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales), un think tank de tendance libérale, remet en question. D'après lui, les théories anxiogènes qui entourent le monde des OGM ne sont pas justifiées du point de vue scientifique.

Lire aussi : Didier Julienne: « Les métaux rares n'existent pas »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2020 à 0:41 :
Ce débat ne pose pas les bonnes questions: plutôt que de se polariser sur la potentielle toxicité des OGM, il serait plus judicieux de se demander si la commercialisation des OGM présente vraiment un intérêt tant pour l'agriculture que pour l'industrie. Mais à la première question, on peut donner raison à Mr Pahpy car jusqu'à présent et à ma connaissance aucune étude scientifique n'a vraiment prouvé la toxicité des OGM; l'affaire provoquée par la publication en 2012 des résultats de l'étude menée par Eric Seralini et ses collègues (largement réfutés à l'époque par la communauté scientifique) est devenue une aubaine pour les défenseurs des OGM car cela leur permet de clore le bec de leur détracteurs sur ce point. Mais se fixer sur ce seul débat de la toxicité revient aussi à éluder des questions plus dérangeantes.

Est-que Mr Pahpy pourrait nous citer le nom d'au moins un scientifique réputé et vraiment indépendant (c'est à dire non lié à un groupe d’intérêt ou d'influence), prix nobel ou autre qui ait vraiment fourni ou publié des travaux qui tendent à prouver le bien-fondé de l'emploi et de la commercialisation des OGM dans le domaine agricole ou industriel (hormis bien entendu les OGM utilisés à des fins médicales pour faire par exemple progresser la recherche sur les maladies tissulaires comme les mucoviscidoses et autres mais ces OGM ne représentent que 3% de la production totale)?

L'argument consistant à présenter les OGM comme une arme contre la malnutrition ne tient pas debout: les causes des famines dans certains pays en retard de développement sont l'absence d'infrastructures ou de moyens logistiques appropriés, situations le plus souvent liées à des contextes géopolitiques d'instabilité ou de conflits guerriers; par exemple en France, au moment de la seconde guerre mondiale, certaines populations habitant des régions isolées ou enclavées souffraient de malnutrition; le problème à été résolu depuis, et ce, sans avoir recours aux OGM. La Russie, premier producteur mondial de céréales n'emploie pas d'OGM. Depuis la nuit des temps leshttps://www.latribune.fr/videos/sciences-vs-croyances/les-ogm-un-vrai-poison-837809.html problèmes de malnutrition chronique ont trouvé leur solution dans la création par les paysans de nouvelles variétés obtenues par croisements avec pour conséquence un enrichissement du patrimoine génétique des produits agricoles; l'emploi des OGM va exactement dans le sens inverse: on utilise des semences à vocation hégémonique pour lesquelles aucun croisement n'est réalisable, menant ainsi à une uniformisation et un appauvrissement du patrimoine génétique mondial. Est-ce que vous imaginez le résultat qu'on obtiendrait si on généralisait l'emploi des OGM dans l'alimentation? Ce serait à terme la crise sanitaire mondiale assurée, avec toutes ses conséquences sur l'économie et la santé. Et évidemment ce ne sont pas des tests sur des rats de laboratoire qui vous en fourniront la démonstration; quand vous vous en rendrez compte, il sera déjà trop tard.

Un autre argument cher aux semenciers vendeurs d'OGM est: plus besoins de pesticides pour traiter vos cultures car désormais l'insecticide se trouve à l'intérieur de la plante. Fort bien sauf que l'emploi des OGM est conditionné à l'utilisation d'herbicides (comme le glyphosate) qui s'avère à la longue désastreux pour l'environnement (empoisonnement de toute la chaîne alimentaire, épuisement des sols, etc). C'est un peu comme si l'on vous soignait de la peste pour vous infliger le choléra.

Autre argument (plus économique): les OGM sont plus rentables que les semences classiques. Est-ce vrai? Je n'en sais rien mais à supposer que ce soit le cas, en revanche une chose est sure: les OGM coûtent bien plus cher que les semences classiques, notamment du fait que le semencier oblige l'agriculteur (par contrat d'exclusivité) à se fournir régulièrement chez lui. Le paysan qui cultive des semences OGM se trouve dans l'impossibilité de resemer sa récolte, comme il pourrait le faire avec des semences classiques, il lui faut donc à chaque fois mettre la main à la poche à la grande satisfaction du semencier. Mais avec ce système, ce que le paysan est censé gagner d'un côté, il le perd à coup sur de l'autre et ne peut s'en sortir financièrement sans des subventions ou les aides de la part de l'état. Aux Etats-Unis, prés de 60% de la surface agricole totale est utilisée par des OGM ce qui oblige l'état à verser chaque année des sommes astronomiques pour venir en aide à ses agriculteurs; encore jusqu'à quelque temps, l'état américain pouvait-il compenser cette dépense avec le montant des taxes que lui reversait Monsanto, mais cela n'est plus le cas maintenant puisque depuis le rachat par Bayer les bénéfices ainsi que probablement une bonne partie des taxes iront en Allemagne. Et pour couronner le tout, les cultivateurs d'OGM ont de plus en plus de mal à commercialiser des produits dont la réputation ne cesse de se dégrader aux yeux du grand-public; c'est l'impasse totale!! Pour en sortir, une seule solution, abandonner définitivement la commercialisation des OGM et ce à l'échelle mondiale; les organismes génétiquement modifiés n'apportent aucune plus-value pour l'agriculteur et le consommateur, ils sont à la source d'un modèle économique vicié et malhonnête. En clair, les OGM ne devraient être utilisé qu'à des fins de recherche pure.
a écrit le 24/01/2020 à 10:13 :
Quelques chiffres concentrés sur la Bretagne (ne pas hésiter à les corriger), nous avons 750000 vaches laitières + race à viande, 14 millions de cochons tués au bout de 6 mois, Le maïs occupe l'équivalent de l'ensemble des Surfaces Agricoles Utiles d'un des quatre département, il faut rajouter des montagnes de poules, lapins, pintades, et autre brebis... Qu'en pensez-vous....
a écrit le 23/01/2020 à 22:42 :
Techniquement ça serait impossible de revenir à une agriculture noble , écologique avec le maintien de la biodiversité, sans allergie , sans et toxicité n’est ce pas ?

Car le niveau de pollution sur terre est trop élevé ?

Après modifier la nature , jouer aux apprentis sorciers , peut provoquer de nouveaux schémas sanitaires avec tous les drames que ça peut entraîner pour l’environnement par mutation des gènes ...

L’argumentaire pour les pro-OGM :
c’est la famine sur terre .

mon contre - argument à cet argument est le suivant :

Pourquoi 1% de gens de la planète possède 99 % des richesses , 0,0001 % de leur fortune suffiraient à enrayer la famine définitivement de la surface de la terre...
Réponse de le 24/01/2020 à 8:49 :
Le débat sur les OGM a été bâclé en France, ainsi le réflexe tout à fait naturel est donc de les refuser.
Maintenant que nous souhaitons une nourriture plus saine et respectueuse de la biodiversité j'ose poser une question :
faut il privilégier un végétal à l'adn naturel mais aspergé de pesticide , ou un végétal à l'adn modifié exempt de pesticides ?
a écrit le 23/01/2020 à 20:20 :
Qui finance l’IREF dont depend ce monsieur? Quelles sont ses sources de revenus ?
a écrit le 23/01/2020 à 17:48 :
C'est quand même terrible ! Bons ou pas bons, les OGM : On n'en veut pas...pas plus que des pesticides, des engrais chimiques ou des boues de station d'épuration sur les plantes et dans les champs.
L'agro chimie, l'agro industrie, l'agro finance sont des plaies qui ont ruiné et ruinent encore les paysans, polluent les Terres, les nappes phréatique, l'air, sont sources de maladies dont les cancers ne sont pas les moindres. Les OGM c'est NON !
a écrit le 23/01/2020 à 17:39 :
Les OGM (certains ?) ont pour vertu de pouvoir être arrosés copieusement de glyphosate sans périr, désherbage idéal car binaire : on plante, ça pousse, on arrose, arrose et la plante est indifférente au pesticide. Les promesses de permettre aux pays pauvres de manger grâce aux plantes OGM, ça en est où ?? C'est pas donné j'imagine, et pas reproductible, il faut racheter l'année suivante ($$$$$). Faux prétexte pour faire accepter le truc ? Comme parler des OGM pour faire des médicaments, une fraction "à part".
J'attends le buis OGM greffé Bt pour lutter contre la pyrale sans avoir à arroser de Bt (Bacillus thuringiensis) afin de tuer les chenilles voraces quand elles apparaissent.
a écrit le 23/01/2020 à 17:10 :
Interdire tous les produits phytosanitaires afin de mettre sur le marché des OGM, non stérilisants par contre c'est capital, oui. Mettre sur le marché des OGM en continuant d'asperger la nature de produits toxiques, non.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :