Faillite du CIF : une hécatombe sociale en vue ?

 |   |  753  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Stephane Mahe/Reuters)
En contrepartie de la garantie accordée au Crédit Immobilier de France, l'État lui demande de maintenir uniquement ses activités de prêts en extinction. Cette requête risque d'avoir des conséquences sociales importantes.

Quelle sera la facture sociale au Crédit immobilier de France (CIF) ? Alors que l'Etat va accorder sa garantie à l'établissement de crédit, il a été annoncé en contrepartie que l'activité résiduelle du CIF sera de gérer les prêts existants jusqu'à extinction. Et même si le CIF a indiqué dans un communiqué qu'il consacrerait "toute (son) attention aux conséquences économiques et sociales de cette situation nouvelle", un très grand nombre de salariés sont menacés.
"Le risque est de voir 2000 salariés au chômage", s'inquiète Gérald Parent, délégué syndical UNSA au Crédit Immobilier de France. "Tout le monde est menacé", indique de son côté la déléguée CFDT Françoise Francini. L'arrêt de la production de crédits nouveaux "touchera en premier lieu les commerciaux, en particulier dans les régions, et toute la chaîne qu'il y a derrière", indique Gérald Parent. Ce, sachant que les commerciaux représentent environ deux tiers des 2500 salariés du CIF, selon Françoise Francini.

Incompréhension

Gérald Parent fait aussi part de son incompréhension de la situation et demande des explications sur les annonces des derniers jours. Notamment celle de Moody's, mardi dernier, qui a diminué de 3 crans la note du CIF, le condamnant à l'adossement à une banque ou à la reprise par l'Etat.
"Aucun élément ne faisait penser qu'une agence de notation pouvait dégrader la note du CIF pour la seule raison qu'il tire ses ressources des marchés financiers", indique-t-il. Il se demande du coup si "la volonté de diminuer la note de 3 crans n'était pas due à un problème technique de placement d'argent".
Le délégué syndical est d'autant plus surpris de la manière dont "les choses se sont précipitées", que selon lui, "la production de crédits début 2012 était supérieure à celle de début 2011, et les ratios bancaires demandés par la Banque de France étaient bons".
Il ne goûte en outre pas "la satisfaction générale des pouvoirs publics et des dirigeants" du CIF, alors qu'en "aucun cas le devenir des 2000 salariés est à l'ordre du jour". Le conseil d'administration du CIF s'est en effet fendu d'un communiqué, se montrant "reconnaissant" envers l'Etat de lui accorder cette garantie qui lui permettra "de respecter l'ensemble de ses engagements financiers". De son côté, l'Etat s'est pour l'instant contenté de dire que "l'argent des contribuables ne sera pas mis en cause".
"Nous attendons toujours d'être reçus par la Direction, malgré les relances des syndicats et du comité de groupe", indique Gérald Parent. C'est "une preuve du peu d'intérêt porté à ce volet purement social. Nous n'en resterons pas là", déclare-t-il.


Des déclarations annonciatrices

Du côté de la CFDT, on indique que la demande en mai dernier de l'Autorité des marchés financiers (AMF) de suspendre plusieurs obligations émises par le CIF, le contraignant à un adossement, était annonciatrice.
"Nous avons été officiellement avertis en mai. Nous nous attendions donc à une catastrophe aussi importante. Nous aurions dû nous adosser à une banque !", regrette Françoise Francini. "Nous avons été jusqu'au bout du bout" face à l'urgence de la situation ajoute-t-elle. Le CIF était en effet contraint de trouver un repreneur rapidement, notamment car il devait rembourser des échéances importantes en octobre. Mais l'ouverture juste avant l'été de la « data room », dédiée aux potentiels repreneurs, n'a rien donné.
Candidat attendu, la Banque Postale n'a pas donné suite. Pour le reste, ils sont peu nombreux à s'être bousculés au portillon. La faute selon beaucoup à Claude Sadoun, ancien directeur général du CIF, débarqué vendredi, et dont la tête "ne passait plus les portes" et pour qui "les conditions de reprise n'étaient jamais assez bonnes", selon une source en interne. Il s'opposait farouchement à un adossement du CIF et militait pour que ce dernier reste "un groupe bancaire indépendant".
Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a d'ailleurs déclaré à son sujet qu'il avait "si j'ose dire, aussi sa part de responsabilité", dans la déconfiture financière du CIF. "Il faut que ce dirigeant s'en aille sans indemnité de récompense ou retraite chapeau. Ca, ce serait profondément scandaleux !", a-t-il ajouté.
Selon la Tribune.fr, Bernard Sevez, nouveau PDG du CIF a signé un chèque d'indemnité de retraite de 1,5 million d'euros à Claude Sadoun. L'information a été démentie par le CIF.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2013 à 8:59 :
mes parents se retrouverons a la rue dans 15 jours a 63 ans ils ont perdu leur deux maisons après avoir fait confiance au cif merci.
a écrit le 08/02/2013 à 8:26 :
C'est pas grave... Les fonctionnaires eux ont la garantie de l'emploi à vie. Ce sont eux qui gèrent le pays (et les médias), alors tout va bien... Nous ne sommes que les esclaves de leur bien+être, il y a 1.000 chomeurs de lus chaque jour en France (jours fériés compris !) depuis Hollande, ça a l'air de le géner ? On dirait pas,, vu les sujes traités en ce moment par le gouvernement !!
Réponse de le 08/02/2013 à 14:24 :
tout à fait d'accord, un vaste réseau entre collectivités et état s'est tissé depuis 30 ans, ne tenant pas du tout compte de la réalité
a écrit le 16/01/2013 à 18:55 :
Merci Seigneur Jésus pour répondre à ma prière. J'ai finalement obtenu un prêt de capitales Barclay. Après 2 ans, j'ai été sur internet à la recherche d'un prêt. Dieu, je vous donner la gloire. S'il vous plaît amis, m'aider à les apprécier pour ce qu'ils ont fait dans ma vie. Leur adresse email est (barclayscapitals@admin.in.th).

Je suis Mme Adalicia de France.
Réponse de le 04/02/2013 à 22:11 :
Le saviez-vous, le crédit à intérêt n'as jamais été accepté par Dieu. Et Jésus n'est pas le seigneur. Le seigneur est Dieu, et Jésus n'est qu'un homme comme les autres avec des connaissances et une foi plus grande que les autres. Chercher dans tous les livres et bibles vous ne trouverez nulle part qu'il dit qu'il est le seigneur. À vous de chercher l'erreur et Rdv à l'au delà si vous ne croyez pas.
a écrit le 26/11/2012 à 9:41 :
Le CIF est réputé pour accorder des prêts à une catégorie de clients recalés par la majorité des banques?Depuis trente ans les marches financiers, « délivrés » de toutes les règles de prudence qui «entravaient» le système bancaire traditionnel ont entretenu artificiellement la demande des ménages en leur accordant des prêts dans des conditions de plus en plus laxistes. Cette demande non financée a, certes, induit une augmentation réelle de la production, des revenus et du Pib mais elle a surtout permis aux opérateurs des marchés de retirer des bénéfices considérables via la titrisation.
Les théories (très en vogue actuellement dans les écoles de commerce) du « bas de la pyramide» consistent, avec un cynisme à peine déguise, à faire valoir que les « pauvres », sur cette planète, sont très nombreux. Par conséquent, agréger, leur pauvreté peut se muer en richesse si l?on sait ponctionner (même faiblement) tout le monde. D?où l?idée de leur consentir des prêts sans trop de discernement : pourvu qu?ils ne fassent pas tous faillite simultanément, la plupart devra s?acquitter pour longtemps de traites qui sont individuellement dérisoires au regard des sommes transitant sur les marches financiers mais qui, additionnées les unes aux autres, constituent un vrai « trésor de guerre ». Si l?opération se déroule comme prévue, lentement mais sûrement, la formidable richesse des pauvres transitera vers leurs créanciers?
C?est ce qui s?est passé avec les pays du Sud jusqu?à ce que l?on constate, que le remboursement de la dette représentait des flux sud nord supérieurs aux flux nord-sud de l?aide au développement. De là est née la mobilisation en faveur de l?effacement de la dette des pays pauvres. Par analogie, les classes moyenne jouent aujourd?hui le rôle des « pays du Tiers-monde » il y a vingt ans, tandis que le rôle des pays du Nord est assume par la petite minorité qui bénéficie des rendements du capital financier.
Qui peut croire que, dans dix ans, les titres « toxiques » que rachètent les états aujourd?hui vaudront encore quelque chose? Cela supposerait que la majorité des ménages surendettés aient survécu sans faire faillite - ce qui exigerait sans doute l?équivalent d?un effacement de la dette des « ménages pauvres». Il y a donc fort à craindre que beaucoup d?entre eux seront les premières victimes de la récession et que, in fine, les contribuables auront bel et bien à rembourser cette énorme dette, illustration inédite des vertus du « bas de la pyramide» : faire financer le sauvetage des grandes banques d?investissement par les contribuables qui, même pauvres, sont très nombreux...
a écrit le 28/10/2012 à 8:22 :
La société générale une BANQUE spécialiste de l'ingénierie financière.OUI l'ADN de la société générale était les marchés à risques.Hier l'ennemi a GAGNE,alors que notre président Hollande a signé un COMBAT CONTRE LA FINANCE en séparant les activités des banques en 2 parties pour protéger les épargnants et le contribuable .Le SUPER TRADER Kerviel (qui a commis des FAUTES),mais formaté,mis dans un bocal avec comme pression LA RECHERCHE ABSOLU DU PROFIT LE + RAPIDE,ne fera pas un jour de prison,ni ne versera d'argent à la société générale ,à condition qu'il ne tire pas profit autour de cette affaire.La banque veut mettre un couvercle sur cette affaire ,qui a fait perdre aussi beaucoup d'argent à ses actionnaires employés.
a écrit le 24/10/2012 à 19:04 :
ça sert à quoi la garantie de l'état de 7 milliards si la banque ne peut plus vendre du crédit !! franchement c'est triste, l'état n'a pas mieux à proposer ? En tout cas, c'est depuis le début de l'été que la banque ne prête plus et puis pourquoi prêter à 3,6% alors qu'il faut acheter à 4,5%, et pourquoi elle ne peut pas prêter à un taux qui lui permet de vivre ? de surcroit, un pdg touchant un million et qui s'inscrit au chômage !!!!!
a écrit le 16/09/2012 à 11:50 :
Claude SADOUN est en question : bon et pratique pour escamoter la réalité ! MAIS que dire de son staf au Siège et en Région ?

a écrit le 16/09/2012 à 11:50 :
Claude SADOUN est en question : bon et pratique pour escamoter la réalité ! MAIS que dire de son staf au Siège et en Région ?

a écrit le 14/09/2012 à 9:21 :
Bonjour, Et que va t il se passer pour moi client qui a signé un crédit il y a 7 ans ? Dois je m'inquiéter ?
Réponse de le 15/10/2012 à 0:06 :
Cher Client,
aucune crainte votre dette ne sera pas éteinte ! hélas pour vous. l'extinction ne permet plus à de nouveau postulant à l'accession de bénéficier d'un prêt par le CIF. Mais la gestion des prêts continuera, ce qui préservera on espère 400 salariés. nous vous assurons de notre qualité de service, en espérant que cette gestion puisse être conservé
dans le même esprit.
Réponse de le 22/11/2012 à 18:18 :
je suis client au cif depuis 2006 ,et au vu de la baisse des taux( le mien actuel est a 4.80%) j ai demandé une renegociation , qui m a ete refusé au vu de votre situation et accepter par d autre banque.Que faire ?Partir du cif en gagnant 50euros par mois sur mon credit , ou esperer que le cif soit vite raisonnable car si tout le monde fait cela,est au vu des taux pratiqués il y a de forte chance,il aura moins de gestion pour les salariés restant du cif ?dois je etre patient? merci
a écrit le 13/09/2012 à 9:59 :
Pour ne pas laisser le dernier mot à un EX CE CIF, la vraie vie c'est quoi pour toi, le chômage ? Une nouvelle fois comme dans un précédent post, lorsqu'on ne sait pas expliquer un crédit, qu'on a pas de bonne relation avec ces collègues au bout de 20 ans, et qu'on a pas mal de méchancetés à cracher, on a rien à faire dans une boîte aussi bonne avec ces salariés. La preuve entre 80 et 90 % des salariés défilent pour sauver leurs emplois c'est que la soupe n'est pas si mauvaise !!!!
a écrit le 08/09/2012 à 16:45 :
A tous les salarisè du Cif... bienvenue dans la vraie vie. Adieu les avantages en tous genre
( j en parle en connaissance de cause j en ai bénéficié pendant des années.). Il n' y a aucune solidarité dans vos agences ) après + de vingt ans de boite je n ai pas souvenir d'avoir reçu un coup de tél de mes ex collègues....C est pas grave la vie continue...
Réponse de le 11/09/2012 à 14:24 :
les temps ont changé depuis ! vous êtes mal renseigné car nous n'avons pas d'avantages en tout genre comme vous le dites !! ok la mutuelle, les tickets restau et une participation en chèque vacances mais ca s'arrête là. Au cas où vous l'auriez oublié nous ne sommes pas une banque mais un établissement financier donc pas de participation mirobolante, ni 13 ou 14 ème mois, congés maternité rallongé, etc !!
Avant d'écrire n'importe quoi, il faudrait se renseigner !
Quant au fait de ne pas avoir eu de nouvelles de vos anciens collègues ca peut être lié à la personne plutôt qu'à l'esprit d'entreprise...
Réponse de le 11/09/2012 à 16:16 :
De plus, je crois qu'exposer ici votre amertume au regard d'une société et de vos ex-collègues n'intéresse personne
a écrit le 07/09/2012 à 19:30 :
Il récupère 2millards 4
a écrit le 07/09/2012 à 19:29 :
Un minimum de logements sociaux par commune à 25% d?ici 2025 sous peine de sanctions.

1ère etape condamner le cif , organisme permettant l'accession au menage modeste et reversant des dividendes pour leur construction.

C'est shadokien quand meme ,non ?!
a écrit le 07/09/2012 à 19:22 :
"un emploi sauvé c'est deja une fierté!"
et 2500 c'est quoi ?
a écrit le 07/09/2012 à 10:58 :
Situation déplorable, en tant que courtier, nous avons aussi du soucis à nous faire... Les dossiers que prenait le CIF ne passeront pas ailleurs, c'est 10 à 20% des futurs acquéreurs qui ne trouverons plus de quoi financer leurs projets.
Pour les salariés, être licenciés par un gouvernement socialiste..... quoi de plus éc?urant? Même Sarko n'aurait pas fait mieux!

a écrit le 06/09/2012 à 21:36 :
Bonjour à tous, j'entame ma cinquième année en tant que salarié du cif, lundi matin j'ai appris que tout était terminé, j'ai travaillé pendant 5 ans dans un cadre merveilleux, le plaisir de financer des personnes pour acheter une maison, appart, terrain, construction à toutes les couches de la population.
Là je suis dégouté par ce gouvernement pour qui j'ai voté, je vais perdre mon emploi, j'espère que la manifestation à Paris va faire réagir le gouvernement.
Il pourrait nous proposer de continuer en délivrant exclusivement des prêts pour l'action social car c'est souvent les prêts délivrer à ses personnes refuser par les banques qui sont le plus carrés dans leur gestion des comptes et projet.
Je travaille dans un lieu difficile où on arrive à développer un marché...
Sur ma production annuelle environ 60% des dossiers ne seraient pas pris par les banques, car elles sont trop noirs ou blanc...
L'état souhaite plus de propriétaire, nous représentons autour de 10% du marché mais comment vont faire les banques quand la nouvelle norme de construction va arriver en 2013 avec une augmentation de 10000? à 20000? du prix de la construction.
Mais si je pense qu'il est trop tard, je me battrais jusqu'au bout pour ma famille, mon travail et ma philosophie de penser.
Réponse de le 06/09/2012 à 21:49 :
Alors les salariés, le CE,vous bougez ? A Toulouse, la Pyreneenne avec 85 salariés a fait la une des journaux,des Tv pendant 6 mois. Vous 2500 depuis 2 jours blackout. Vous réagissez à la machine à café?Vous attendez votre chèque?
Réponse de le 07/09/2012 à 0:28 :
Les salariés d'une banque à vocation sociale qui vont manifester pour leurs emplois devant l?Élysée où séjourne un président socialiste.... Ce serait savoureux !
Réponse de le 07/09/2012 à 22:25 :
Cela ne nous empêchera pas d'aller manifester le 13 septembre à Paris !

Les 2400 salariés du CIF doivent se faire entendre. La seule issue possible pour eux n'est pas Pôle Emploi.

M. Moscovici, revoyez votre copie et prenez en compte l'aspect social de votre décision. Il doit y avoir une autre solution pour que 2400 salariés ne se retrouvent pas sans emploi.



Réponse de le 09/11/2012 à 11:36 :
Je pense qu'il y a un amalgame. Il ne faut pas oublier qu'à l'origine du problème, c'est la direction du CIF et la politique de gestion qui met en péril vos emplois. Avec les précédents exemples de la crise bancaire, il y avait tout lieu de réagir et d'en prendre conscience. Il est un peu trop simple de se retourner vers l'Etat et de l'accuser des maux et conséquences. On demande à l?État de ne pas s'ingérer dans les politiques de gestions des entreprises, cependant on le sollicite quand plus rien ne va. Et malgré l'objectif que ce dernier a d'attribuer un soutien, on lui répond que ce n'est pas assez. "La poule aux ?ufs d'or"... Et si toute les entreprises prenaient des risques en étant assurées que "de toute manière l?État rattrapera le coup, les contribuables finiraient par en supporter la charge et vous seriez (simple supposition) excéder également. Ne cracher pas sur celui qui essai de sauver vos emploi et qui assume l'erreur des dirigeants de votre société
a écrit le 05/09/2012 à 18:57 :
Merci de parler des salariés!
Les oubliés, du "sauvetage sans dommage" dixit Airault.
a écrit le 04/09/2012 à 19:29 :
Cette situation est impossible, même le président actuel du Crédit MUTUEL CEE n'aurait pas réussi. Alors il est indispensable que le gouvernement nous explique
Réponse de le 04/10/2012 à 13:03 :
C'est tout expliqué :le gouvernement socialiste veut refiler le bébé à Lazar ou autres banques qui lorgnent le CIF...
Mais tout de même jeter le Patron du Cif à la porte avec plus de 1.000.000 ?uros là je voudrais qu'on m'explique.
a écrit le 04/09/2012 à 18:14 :
CIF .CAISSE DE DES DEPOTS..OSEO etc..... l'etat au lieu de creer une nouvelle banque pour se faire plaisir devrait amenager l' ensemble des moyens de ses 3 banques et se donner les pouvoirs de mener la politique economique qu'il veut mettre en place...... le risque etant que ce pouvoir utopiquement aveugle et irresponsable est incapable de gerer ce qu'il prone et nous risquons 1 nouveau credit lyonnais.....
a écrit le 04/09/2012 à 17:27 :
N'oubliez pas que la garantie de l'état pour le CIF a été donnée dans le but unique de ne pas mettre à feu les marchés et donc protéger vos banques ... donc VOTRE argent ! Si l'état ne l'avait pas fait se serait un désastre. L'état l'aurait fait pour n'importe quelle banque et d'autres y viendront ...
Réponse de le 04/09/2012 à 17:55 :
Ah bon? Expliquez nous ça en détail si vous voulez bien. D'une part le sort du CIF est connu depuis de très longs mois, les marchés ayant eu largement le temps de le "pricer", d'autre part, en quoi le CIF est-il systémique? Enfin, je serai curieux de connaître le coût dont vous parlez. Avez vous simplement une idée de ce que coûte à tous les français (et les autres bien entendu) le débasement de la monaie que représente la politique de la BCE ou de la FED? Est-il vraiment inférieur à celui d'une remise à plat du système financier et la fin des politiques clientèlistes de nos dirigenats "démocratiques" qui vont nous entrainer inexorablement vers des régimes durs ou non démocratiques pour régler ce qu'ils n'ont jamais eu le courage de faire, ou plutôt pour régler ce qu'ils ont fait en toute irresponsabilité?
Réponse de le 04/09/2012 à 20:36 :
La faillite du CIF aurait été une cata pr ces creanciers ... les banques. Pr le reste, j'adhere totalement le système financier aurait bien besoin d'etre remis à plat mais ça ! on peut rever ! La barclays l'a bien prouvé , la Sg avec Kerviel, les petits et gros madoffs, l'affaire appolonia etc ... tout part en vrille mais le lobbying est trop puissant ! "Nouvelle donne/ Roosevelt 2012" sont de belles idees que personne n'aura la force de mettre en place ?
a écrit le 04/09/2012 à 15:27 :
Pourrait on connaitre les tenants et les aboutissants du renvoi de Claude Sadoun devant le Tribunal correctionnel de Paris le 07 juillet 2010, pour prise illégal d'intérêts ? ? ?
Réponse de le 04/09/2012 à 16:28 :
Relaxé en février 2012 ...
a écrit le 04/09/2012 à 15:12 :
Personne ne nous donne aucune information pour expliquer cette situation inexplicable. Cet incompétent est même parti avec 1,5 Million d'Euros( officiellement mais combien au total), aura t_il le droit à une retraite chapeau. Les politiques passent mais les méthodes restent les mêmes.
a écrit le 04/09/2012 à 14:51 :
Si l'adossement à une autre banque était bloqué par l'ancien DG, pourquoi aujourd'hui qu'il est parti, ne serait ce pas envisageable (plutôt que d'emblée mettre 2.000 personnes au chômage) ?
Réponse de le 04/09/2012 à 17:01 :
Parce qu'au vu du dossier personne n'en veut.
Réponse de le 04/09/2012 à 18:42 :
Au contraire ils en veulent tous pour peau de balle , à commencer par l'état qui reprendra plus que sa garantie !!
Réponse de le 05/09/2012 à 13:15 :
très bonne question Arthorg, je ne comprends pas non plus pourquoi les négociations avec la banque postale ne reprennent pas avec le nouveau DG et que l'état impose la fermeture au lieu de se servir du CIF ... En plus Ils nous parlent en ce moment des logements sociaux, le CIF ce n'est pas que des prêts immo, c'est aussi un bailleur social lié aux HLM .... donc je ne comprends pas non plus, et personne n'explique !!
Réponse de le 06/09/2012 à 18:31 :
parce qu'il est possible que d'autres banques françaises cachent des situations désastreuses. Bref encore une crise de confiance entre banque vu que chacune d'entre elles n'ont pas la conscience tranquille. C'est une réplique de la crise des subprime des USA mais à la sauce européenne dont la salade se compose de la crise des crédits et de celles de l'immobilier avec une touche non négligeable de chômage global. Comme aux USA ont accusera les clients pour cacher les méfaits et délires des financiers. Il va y avoir de la casse !
a écrit le 04/09/2012 à 13:51 :
Effectivement, le changement c est maintenant... La c est visible... Chômage en explosion ... Grèves prévues ... Moral au plus bas des ménages ... Tensions et différents politiques au sein de la majorité ... Mais ça doit être la faute à Sarko !!!
Réponse de le 04/09/2012 à 17:21 :
évidemment sarko est le sauveur de la france.... votre pouvoir d'achat vous l'avez eu il y a 100 jours ? la bar des 5 % de chomeur promis, elle y était il y a 100 jours ?
Réponse de le 04/09/2012 à 17:54 :
Nous payons aujourd'hui les dérives d'hier ... Vous croyez que les évènements de 2009 ont eu si peu d'impacts ? A entendre les beaux parleurs la crise était déjà finie ... Mal soignée, elle est revenue encore plus dure. Aucun changement dans les banques et institutions de crédits,tous les coups sont permis pourvu que ça amène du profit. Le lobbying des banques très fort, a caché ces difficultés pour ne pas affaiblir Sarko pdt sa campagne ... Et aujourd'hui l'immobilier est en chute libre ...mais n'est ce pas un juste retour des choses ? Qui voulait une France de propriétaires ? A quel prix ?? Et vous qui ralez sur ce forum : combien d'entre vous ont réalisé de belles plus values immobilieres, n'ont pas payé d'impot sur le revenu ou si peu grace aux dispositifs fiscaux ?
Réponse de le 07/02/2013 à 22:49 :
C'est incroyable ce déni des sarkozystes.
On s'est tous fait avoir par ce beau parleur qui allait soi-disant améliorer notre pouvoir d'achat, faire reculer la délinquance et bâtir une répulique irréprochable.
Et hop, Karachi, Woerth, le bouclier fiscal pour les ultra-riches, Air Sarko One (un jouet pour le gamin !)...
a écrit le 04/09/2012 à 13:45 :
Ah enfin un article sur les conséquences sociales !! La presse parle de sauvetage? C'est une boucherie !!!!!
Bravo à notre président ! Planter le dernier prêteur social, pour un socialiste... Sarkozy n'aurait pas fait mieux. 2000 salariés chez pôle emploi + les conséquences indirectes sur la promotion immobilière (l'ensemble des sociétés de promotion du groupe fait du CIF le 4ième promoteur national), l'accession sociale, l'emploi...

Avouez que sauver un établissement financier qui réalise des bénéfices chaque année (80 millions c'est faible certes), qui affiche un excellent ratio de solvabilité supérieur à 14%, et surtout qui accordent des crédits garantie par des biens immobiliers, c'était curieux non?

Pourquoi nous sauver? On se portait mieux avant.

Ah oui je sais! Parce que Moody's s'est réveillé un beau matin de septembre, en se disant " mais attendez les amis! Si le Cif n'a plus accés au marché pour trouver sa matière première, alors qu'il en est dépendant à 100%. Le CIF sera en danger !!!!!! AHAH "

Moody's nous en a appris une bonne !
C'est implacable ! Si le boulanger ne peut plus acheter de farine.... il ne peut plus faire de pain donc sa boulangerie est en péril !! Donc je dégrade la note du boulanger sous réserve qu'il se marie avec un supermarché. Maintenant que sa note est dégradée, personne ne veut plus lui vendre de farine craignant de ne pas être payé. Le boulanger met donc la clef sous la porte.

Merci Moody's, je vais faire mon cv. Il y a 4% de part de marché à prendre pour les concurrents.. miam miam
Réponse de le 05/09/2012 à 13:20 :
je bosse aussi au CIF, et je n'aurais pas expliqué mieux ... mais ces grands politicars vont devoir nous en donner des explications, s'ils pensent qu'on va se laisser faire sans rien dire, et se mettent le doigt dans l'oeil !
A L ATTAQUE !!!
a écrit le 04/09/2012 à 11:48 :
La gestion à l'extinction ne sera pas sans conséquence pour les finances publiques. Car, une grande partie des salariés du CIF, s'ils ne sont pas réembauchés ailleurs dans un établissement privé, seront soit payés sur fonds publics soit au chomage indemnisé pour un temps. Le recouvrement des mensualités des prêts (accordés à une clientèle perçue comme plus à risque) risque aussi de souffrir, l'Etat prêteur d'urgence pouvant ne pas être remboursé intégralement sur les cashs flows futurs d'un CIF en veilleuse (en défaisance), et encore moins si les créances du CIF sont revendues au comptant "au marc l'Euro".
a écrit le 04/09/2012 à 11:26 :
un ets bancaire du cac40
a écrit le 04/09/2012 à 10:23 :
Le jour où la France s'arrêta de payer

Tout va bien Angela
Ce matin-là, le patron de la Caisse des Dépôts avait un rendez-vous confidentiel à l?Elysée. ?Ne me dérangez sous aucun prétexte jusqu?à 11 heures? avait-il dit à son assistante. Vers 9 heures, sa berline aux vitres fumées avait franchi d?un bruit étouffé le portail du palais. Il était descendu sans hâte sur le gravier de la cour, humant l?air frais de l?été indien ? nous étions en octobre 2012 ? et l?entretien avait commencé dans le bureau du président.


- François, tu sembles un peu fatigué? avait-il osé en voyant son hôte prendre avec lassitude place dans un canapé dix-huitième.

Après un court silence, le Président répondit:

- Tu sais, ce n?est pas facile avec toute cette agitation. Les Espagnols nous ont mis dans une sacrée merde. Après les Grecs, c?est la catastrophe. On me dit qu?on va avoir besoin de toi.

source : http://zebuzzeo.blogspot.fr/2012/08/le-jour-ou-la-france-sarreta-de-payer.html
a écrit le 04/09/2012 à 9:47 :
Un grand bravo au nouveau gouvernement : 2500 personnes sur le carreau, des milliers de familles aux petits revenus qui n'auront plus accès à la propriété, les sociétés HLM qui tombent dans un gouffre.... Pour un gouvernement socialiste, j'applaudis très fort !!!!!!!!!
Grèce et Espagne, nous voilà!!!!!
Réponse de le 04/09/2012 à 10:09 :
tout est dit...
Réponse de le 04/09/2012 à 12:55 :
En même temps, vu la teneur de votre post, vous avez voté pour eux. Fallait s'y attendre. En ces moments difficiles, il nous fallait quelqu'un capable de prendre de décisions et de les assumer. Et ce n'était pas flamby!
Réponse de le 04/09/2012 à 18:05 :
Je vous rassure je n'ai pas voté pour eux, voyez le résultat à ce jour sur l'économie française.....
Réponse de le 05/10/2012 à 9:28 :
les français ont voulu socialistes, eh bien ils l'ont !!!! et ils ont plus qu'a assumer. Les gens n'ont même pas voter hollande parce qu'ils le pensait capable de faire quelque chose, ils ont simplement voter contre sarkosy !!!! On disait que sarko favorisait les riches !!!!! Et bien regarder hollande très bonne exemple avec la csg. On a affaire à un gouvernement qui veut créer de l'emploi mais il n'a rien compris au bon fonctionnement d'une entreprise. Et après ça parle de compétitivité !!!!!! Créer de l'emploi plutôt que d'en supprimer et après on pourra essayer d'être compétitif. Cela dit, LE CHANGEMENT C'est MAINTENANT (et on est bien dans la merde !!!!!!!!, Merci Flanby).
a écrit le 04/09/2012 à 9:25 :
Visiblement cette société n'a pas un modèle d'affaire qui fonctionne. Depuis les années que le CIF existe, il devrait avoir suffissament de réserve pour assumer une mésaventure tel qu'une dégradation par une agence de notation. Si ce n'est pas le cas, il faut le liquider et l'état n'a pas à intervenir. Les autres banques vont reprendre les bonnes affaires avec plaisir et vont également avoir à engager du monde pour absorber le surplus de travail. Une visiblement mauvaise société sera remplacé par les "mieux-gérées" et l'économie de la France va resortir renforcé de cette mésaventure.
Réponse de le 04/09/2012 à 10:11 :
C'est sûr les autres banques sont mieux-gérées!!! et maintenant La banque postale pourra reprendre pour une misère le meilleur du CIF, mais pas les salariés. Qui va les reprendre à part l'ANPE ? Et ça ne répond pas à ma question, qui paye les chômeurs ? La France renforcé par ces chômeurs beau slogan de campagne !!!
a écrit le 04/09/2012 à 9:06 :
Ce matin les commerciaux du CIF ont reçu l'ordre écrit de ne plus produire, les indications sur le courrier les informent d'un licenciement pour des motifs qui restent à définir .En tout cas, d'un chômage partiel dans les jours qui viennent en attendant des infos supplémentaires sur leurs avenir. Qui a dit que cela ne coûterai rien aux contribuables ? Qui paye les chômeurs ? Sur les 2300 salariés du CIF 1700 sont concernés immédiatement. Merci à Moody's, au PDG du CIF et à la direction pour toutes les familles concernaient par leurs clairvoyances, à Moscovici ministre des premiers licenciements financiers de l'aire Hollandiouspapandréouss.
Réponse de le 04/09/2012 à 11:29 :
Aux salariés de la branche crédit, il faut rajouter ceux de la branche immobilière qui va sombrer avec le CIF, soit 3300 personnes de plus. Une casse sociale de 5000 salariés ! L'accession sociale au logement stoppée ! Des entreprises de BTP en rade ! La revente à la découpe de la branche immobilière à des copains banquiers ! Bravo le gouvernement de gauche !
Réponse de le 04/09/2012 à 16:22 :
@tortuga. Quelle région ? Nous on nous maintient encore dans le flou et dans un espoir que nous n'avons plus ! Mais je pense aussi à tous les autres salariés du groupe et à l'indiférence qui nous entoure. 5000 salariés ... une paille quand les cégétistes de PSA sont sur tous les plateaux télé. Nous tout le monde s'en fout parce qu'"on appartient au secteur de la finance.
Réponse de le 05/09/2012 à 13:27 :
nous également (dans le 44), on maintient mais dans une production limitée, et avec des critères très encadrés ... et je me pose la même question ... que font les médias ???? ils parlent de l'état sauveur du CIF, sauveur de quoi ??? 5000 salariés licenciés, 1er bailleur social lié aux HLM dégagé, 4ème promoteur immobilier, là ou Cécile Duflot crie qu'il faut plus de logements, tout ça avec une entreprise qui fait des bénéfices ... alors alors, les explications ? les médias vous êtes achetés ou parti-pris ??? eux qui disaient que ça ne fonctionnait comme ça que sous sarko ... on a la preuve que rien ne change avec un président "normal" ...
a écrit le 04/09/2012 à 8:52 :
Dormez tranquilles, le Chevalier Arnaud va nous faire une déclaration flamboyante et le problème des licenciements au CIF sera réglé comme par magie ! Comme pour PSA, Petroplus, etc, etc ...
Réponse de le 04/09/2012 à 13:56 :
Ouf vous au moins, vous pensez à lui! Il ne faut pas l'oublier, notre prince charmant de l'industrie financière!? Mais j'ai l'impression que notre patriote se fatigue un peu vite....(il a misé sur le mauvais cheval? il a marché avec ses pieds sur sa langue?)
a écrit le 04/09/2012 à 7:13 :
CIF, un problème récurent (si l'on peut dire) qui va s?amplifier. Demain, ce sera le tour à Jex Four. Mais monsieur Propre est là pour 5 ans.
a écrit le 04/09/2012 à 6:11 :
mon coeur saigne pour tous ces employés de banque qui vont se retrouver au chomage.le gouvernement doit les recaser en priorité dans oséo ou la caisse des dépots ou au comité d'entreprise d'edf
Réponse de le 04/09/2012 à 8:57 :
Attention ! Ne confondez pas employé de banque avec banquiers.
Ces futurs chômeurs ont eux aussi une famille à nourrir et eux aussi peut-être voté Hollande et son anti-sarkosisme
Réponse de le 04/09/2012 à 11:07 :
tous a fait d accord il long voulu leur hollande alors qu il le mange et pour 5 ans on et foutu avec eux les socialiste je les di et redis il i a un mur et on va dedans même les ouvrier dans les banque ne son pas trop a plaindre plutôt que de regardé les gents de hauts la il vons redescendre de leurs trône et savoirs se que ces un vrais ouvrier
Réponse de le 04/09/2012 à 12:10 :
"Attention ! Ne confondez pas employé de banque avec banquiers":quand je vois avec quelle persévérance mes conseillers banquaires m'ont volé a coup de 20,30 euros pour des frais indus,et comment ils le font systématiquement avec les plus faibles,alors oui:employé de banques et banquiers dans la meme cuvette,et tirons la chasse!
Réponse de le 04/09/2012 à 15:45 :
Mais personne ne vous force à avoir un compte Monsieur ou Madame ; si ce n'est pour recevoir votre revenu, donc retirez le dès qu'il est versé sur votre compte et payer toutes vos factures en espèces, ainsi vous n'aurez pas de frais. Cela vous évitera aussi certainement d'écrire des âneries. Et de rejeter votre irresponsabilité et les rouages de notre société sur les autres... A bon entendeur...
a écrit le 04/09/2012 à 0:11 :
Hécatombe sociale à propos de seulement 2000 emplois devenus inutiles ? Alors que le pays enregistre plus de 40000 chômeurs supplémentaires par mois ? Est-ce un gag ?
Réponse de le 04/09/2012 à 9:52 :
Vous trouvez ça drôle de voir plus de 2000 salariés devenir chômeur ?!!!
Pour info le CIF n'est pas une banque mais un etablissement financier qui prête de l'argent aux ménages modestes.
N'étant pas une banque de dêpot, le CIF n'avait que 6 mois d'avance de fonds propres (ce qui est deja énorme), et le modéle financier du CIF a trés bien fonctionné pendant des années, et il ne faut pas oublier de dire que c'est une entreprise saine, qui a traversé la crise de 2008 sans encombres et qui n'a pas eu besoin de licencier... Arrêtez de comparer le CIF à Dexia, cela n'a rien à voir... A bon entendeur ...
Ps : bon courage à tous les salariés du CIF qui ne savent aps encore à quelle sauce ils vont être mangé et merci Moody's...
Réponse de le 04/09/2012 à 10:09 :
Prenez un peu de recul ! Il s'agissait de souligner l'usage immodéré des superlatifs qui finissent par faire perdre tout sens commun. Si on parle d'hécatombe pour 2000 emplois, quel mot doit être utilisé quand on en perd 40000 ? Quant au CIF, on peut simplement faire remarquer à ceux qui souhaitent séparer les activités des banques que ce modèle a des limites ici exposées.
a écrit le 03/09/2012 à 23:46 :
J'adore les circonvolutions de ces différents communiqués: l'état cautionne mais l'argent des contribuables ne sera pas mis en cause... Ben alors pourquoi le donner en caution? Je passe sur le reste, comme l'absence de mention du montage très particulier de cette structure qui est en gros une émanantion des coopératives de financement du logement social (SACICAP) qui en détiennent d'ailleurs me capital. C'est d'ailleurs le VP du Mouvement HLM qui en était DG (Claude Sadoun). Au point qu'on peut se demander pourquoi le gouvernement sauve une banque qui n'a pas de dépots (donc personne à risque de perdre son argent) s'il ne sauve pas l'emploi ... Qu'y avait-il donc à sauver et pourquoi? Le financement du Mouvement HLM, avec ses errements et ses accointances serrées avec le politique...
Donc l'état ne sauve pas le CIF, ni ses employés, mais le dernier avatar dans le millefeuille sans cesse renouvelé de la dépense clienteliste (ici une brève présentéation des SACICAP par l'une d'elles: http://lhi-paca.org/IMG/pdf/SACICAP_Presentation.pdf)
Réponse de le 04/09/2012 à 11:33 :
L'Etat ne sauve pas les SACICAP, au contraire, il les enfonce : que croyez-vous qu'il va se passer quand elles vont devoir passer en perte les fonds propres du CIF (2400 millions d'?) ?
Réponse de le 04/09/2012 à 17:59 :
Non, enfin je ne crois pas, c'est pour limiter la casse pour les SACICAP que le gouvernement se porte caution en laissant s'éteindre les prêts en cours. Au pire il sera monté une structure de défaisance pour parquer les prêts les plus risqués ou ceux qui sont déjà sous l'eau (dont les fameuses affaires Apollonia).
a écrit le 03/09/2012 à 23:11 :
L'Etat a apporté sa garantie eu CIF : ce dernier n'a donc plus le droit, selon la loi Européenne sur la distorsion de concurrence, de poursuivre ses activités de crédit. Le CIF est donc voué à disparaître.
Réponse de le 03/09/2012 à 23:50 :
Quelle loi européenne? Celle qui permet à Draghi de dire que s'il n'achète que des obligations souveraines de moins de 3 ans, ce n'est pas acheter des obligations souveraines? Ben, l'état français n'a qu'à dire qu'il ne les aide pas vraiment (ce qui est vrai, il aide plutôt ses copains patrons de structures de financement HLM) et le tour est joué! ;-)
a écrit le 03/09/2012 à 22:31 :
La casse sociale d'un canard boiteux c'est triste mais ça vaudrait mieux que de les renflouer en les maintenant dans une activité dont, manifestement, ils ne savent pas jauger le risque.
La casse sera autrement plus dramatique si l'on continue à jeter les deniers publics par la fenêtre ou à laisser croire (dixit Moscovici) que garantir le CIF ne revient pas à creuser davantage la dette (engagements compris) de la France.
Les français n'ont pas écarté la droite la plus inepte et toxique du monde pour entend de tels boniments! Il est temps que Montebourg remonte sur ses grands chevaux et actionne ses nombreux neurones!
Réponse de le 04/09/2012 à 11:38 :
Quel canard boiteux ? Où sont les pertes ? Le CIF dégage du résultat tous les ans depuis 100 ans ! Il s'agit surtout d'un casse fait par un Etat impécunieux pour mettre la main sur un portefeuille rentable de crédits hypothécaires (risque limité pour le prêteur) et 2400 millions d'? de fonds propres ! Le tout au mépris des 5000 salariés qui vont se retrouver sur le carreau !
a écrit le 03/09/2012 à 22:22 :
Bilan positif,2,4 milliards de fonds propres, 33 miliards d'euros de crédits gérés, ou est le loup? Peut on imaginer que l'état fasse main basse sur les fonds propres et laisse gérer l'extinction d'une entreprise profitable, et la casse sociale rattachée par un établissement quelconque?Ce serait un énorme scandale!!!
a écrit le 03/09/2012 à 22:06 :
Quand même marrant que quand un gouvernement socialiste apporte la garantie de l'Etat à une banque, ça ne coûtera rien au contribuable... alors que quand ils étaient dans l'opposition, ils clamaient haut et fort l'inverse quand la droite faisait de même. Incorrigibles!
a écrit le 03/09/2012 à 22:01 :
J'adore les circonvolutions de ces différents communiqués: l'état cautionne mais l'argent des contribuables ne sera pas mis en cause... Ben alors pourquoi le donner en caution? Je passe sur le reste, comme l'absence de mention du montage très particulier de cette structure qui est en gros une émanantion des coopératives de financement du logement social (SACICAP) qui en détiennent d'ailleurs me capital. C'est d'ailleurs le VP du Mouvement HLM qui en était DG (Claude Sadoun). Au point qu'on peut se demander pourquoi le gouvernement sauve une banque qui n'a pas de dépots (donc personne à risque de perdre son argent) s'il ne sauve pas l'emploi ... Qu'y avait-il donc à sauver et pourquoi? Le financement du Mouvement HLM, avec ses errements et ses accointances serrées avec le politique...
Donc l'état ne sauve pas le CIF, ni ses employés, mais le dernier avatar dans le millefeuille sans cesse renouvelé de la dépense clienteliste (ici une brève présentéation des SACICAP par l'une d'elles: http://lhi-paca.org/IMG/pdf/SACICAP_Presentation.pdf)
a écrit le 03/09/2012 à 21:32 :
Le pire étant que le crédit immobilier est un des seuls à octroyer des crédits aux personnes qui sont prisesour des pigeons par les banques traditionnelles, ces mêmes personnes pleines d'espoir qui ont adoubé monsieur hollande!
a écrit le 03/09/2012 à 20:56 :
Après avoir traité la famille Peugeot comme il l'on traité voila que nos socialos vont être
les vilains petits canards qui vont laisser plus de 2000 salariés sur le carreau .
J'espère qu'ils vont se faire entendre ceux là parce qu'après toutes les belles paroles
de Hollandopoulos c'est quand même le comble !!!
Vraiment une bande de guignols !!!
Réponse de le 05/09/2012 à 13:33 :
oh que oui on va se faire entendre .... dès la semaine prochaine !
a écrit le 03/09/2012 à 20:22 :
J'adore les circonvolutions de ces différents communiqués: l'état cautionne mais l'argent des contribuables ne sera pas mis en cause... Ben alors pourquoi le donner en caution? Je passe sur le reste, comme l'absenbce de mention des affaires et du montage très particulier de cette structure. Au point qu'on peut se demander pourquoi le gouvernement sauve une banque qui n'a pas de dépots (donc personne à risque de perdre son argent) s'il ne sauve pas l'emploi (on eut pu au moins imaginer ce biais de la part des socialistes) et dont la faillite n'aurait pas mis en danger les emprunteurs (malgré les explications totalement inutiles et hors propos des experts de l'AFP qui décidément ne rate plus une occasion de prouver que information et manipulation sont la même chose pour elle, vu qu'elle nous retire l'argument de l'incompétence en nous rabachant les oreilles de celle de ses journalistes) ... Qu'y avait-il donc à sauver et pourquoi?
a écrit le 03/09/2012 à 20:16 :
ca devient drole! on va pouvoir tartiner ts les jours a ayrault que c'est un fossoyeur de l'emploi a la solde du medef chinois mondialise, et qu'il ft saccager des sous prefectures ( de facon 'sociale', ca n'a rien de penalement reprehensible ...), etc !!! vache, la roue tourne vite! pourquoi montarebourg ne convoque pas le gvt pour lui donner des lecons de morale et de strategie?
a écrit le 03/09/2012 à 19:53 :
qui voudrait reprendre le cif? Si quelqu'un les a testé pour obtenir un crédit on comprend vite!
Réponse de le 03/09/2012 à 23:34 :
Des générations d'emprunteurs ont été heureux de rencontrer un jour un conseiller du CIF, grâce auquel ils leur a été donné la possibilité d'être propriétaire et je pense avoir été au service d'un établissement qui a répondu à un rôle social et j'en suis fier.
Réponse de le 04/09/2012 à 0:13 :
La question n'est malheureusement pas là. Lors de la cission des activités des SACICAP et leur regroupement en deux pôles distincts, dont le CIF pour les prêts immobliers (en gros) mais pas l'activité de banque de dépôt, le montage était bancal. Ces structures ont créé un mandataire en quelque sorte sans lui donner les moyens de mettre en oeuvre et gérer correctement le cahier des charges qu'elles lui ont légué. Les politiques qui avaient voté ce texte (car il s'agissait d'une opération pilotée par l'état) avaient imaginé dans leur incompétence satisfaite et leur rêves de toute puissance avec l'argent des autres, qu'ils pourraient toujours "régler les problèmes" s'il en advenait. C'est d'ailleurs pour protéger les SACICAP qui sont les actionnaires majoritaires, car elles détiennent le capital du CIF et le capital minoritaire des filliales "locales" (l'ancien maillage local organisé par l'état pour les SACI puis les SACICAP) que le CIF détient à 51%, que l'état se porte garant. Ce sont ces structures au coeur de mouvement HLM et sa gestion politique qui sont l'objet des attentions du pouvoir. Par ailleurs, ce type de structure d'établissement financier fait l'objet d'attaques en règle de l'UE qui comme toujours avance masquée pour promouvoir les intérêts de l'oligopole bancaire qui grâce notamment aux normes veut faire disparaître l'exception coopérative et mutualiste qui les gêne. La France et l'Allemagne étant les deux grands pays à s'opposer encore à ce diktat, mais de plus en plus mollement. Quant aux US, rappelez vous le scandale des Savings & Loans à la fin du siècle dernier et son lot de faillites, condamnations et emprisonnements, contrairement à maintenant... les uns ont écopé de prison et d'amendes et ont été laissé faire faillite, les autres sont sauvés et non poursuivis. Quant au CIF lui-même et à l'état, gageons qu'il doit y avoir de sacrément bonnes raisons pour lesquelles celui-ci qui connait le problème depuis des années n'a pas jugé bon intervenir autrement qu'en condamnant des milliers de personnes au chômage. Je ne serais pas étonné outre mesure que ce dossier refasse parler de lui.
a écrit le 03/09/2012 à 19:38 :
a bon, tout le monde pensait que nos banques allaient bien, la crise que tout le monde a niée ou a tenté de minimiser est là et pour longtemps merkel a raison, il parait quant meme tout à fait anormal que ces banques aient pris des risques (le système de financement du cif et surtout des actions insencés, perso le crédit immobilier à acheter 5 hectares au poinconnete indre depuis 20 ans le gestionnaire a fait un tour case prison.... et la gestion est toujours aussi médiocre).... l'irresponsabilité des banquiers l'absence ou le controle assez éloigne del'état.... sur le développement insensé des opérations de banques on va le payer tres cher, pardon le contribuable et les salariés vont le sentir ....
a écrit le 03/09/2012 à 19:28 :
C'est un lourd trbut pour les salaries. Dans le meme temps l'Etat n'a surement pas a aller au dela de son engagement deja consequent. Seule une reprise serait de nature a sauver les emplois du CIF.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :