Air France : le bureau du SNPL refuse l'accord de la direction sur le projet "Boost"

 |   |  862  mots
(Crédits : Philippe Wojazer)
Dans un récent tract, le bureau du SNPL, l'organe exécutif du syndicat des pilotes explique son refus au projet d'accord sur la création d'une nouvelle compagnie à coûts réduits, ouvert à signature jusqu'au 1er juin. Le bureau du SNPL veut au contraire rouvrir la négociation pour arracher des améliorations. Lors du conseil du syndicat le 17 mai, la question du lancement d'une consultation des pilotes sur la proposition de la direction va se poser.

Le lancement d'une nouvelle compagnie au sein du groupe Air France présentant des coûts réduits de 18% par rapport à la maison-mère, est toujours compromis. Ouvert à signature jusqu'au 1er juin, le projet d'accord sur les conditions de création de cette compagnie (projet Boost) et les conditions de travail et de rémunération des pilotes d'Air France, fait grincer le bureau du SNPL Air France.

Hostilité au projet

Alors que l'on aurait pu croire que les concessions de la direction sur plusieurs revendications du SNPL allaient permettre de débloquer enfin la situation, Il n'en est rien. Le bureau du SNPL refuse aujourd'hui le texte.

L'hostilité du bureau du SNPL Air France au projet est sans équivoque. Elle est écrite noir sur blanc dans un tract récemment distribué à tous les pilotes.

«Malgré, de part et d'autre, des avancées importantes qui nous font penser qu'un accord est possible voire proche, nous ne sommes pas en mesure de le faire aujourd'hui (...). « À la lecture du texte, il apparaît rapidement que cette ouverture à signature est prématurée. Nous constatons de nombreuses nouveautés apparues après notre dernière rencontre avec la direction et des rédactions d'articles malheureuses qui empêchent d'envisager sereinement sa signature ».

L'absence de hausse de rémunération est également mis en avant par le bureau du SNPL.

«Le fait d'occulter complètement cet aspect de la problématique empêche de se projeter plus avant dans cet accord », explique en effet le syndicat des pilotes.

La direction a en effet refusé cette revendication de hausse de rémunération qui était arrivée en cours de route dans la négociation. Un sur-intéressement est en revanche proposé pour l'an prochain en cas de succès de Boost. Mais il est loin de répondre aux attentes du SNPL.

Equilibre d'activité avec KLM

Le projet de rééquilibrage de l'activité entre Air France et KLM proposé par la direction constitue lui aussi un irritant pour le SNPL qui considère qu'il « n'est pas finalisé ». La direction a proposé de faire remonter l'activité d'Air France et de la nouvelle compagnie à 61% de celle d'Air France-KLM (en heures de vol) d'ici à 2025/2026 et à 61,8% en sièges kilomètres offerts), contre 58,6% et 58,7% respectivement en 2017/2018. La direction apporte une garantie du nombre d'avions passagers long-courriers à Air France par rapport à KLM (entre l'exercice 2017/2018 et 2021/2022). Si, par exemple, la flotte long-courrier de KLM est de 73 avions, celle d'Air France et de la nouvelle compagnie devra être de 120 appareils.

Le DG prend la plume

Par ailleurs, alors que le SNPL estimait que l'annulation par la direction du solde de Transform (les mesures que n'avaient pas réalisé les pilotes dans le plan d'économies 2012-2014) n'était pas aussi claire dans l'accord, Franck Terner, le directeur général d'Air France a envoyé un courrier à Philippe Evain et à Grégoire Aplincourt, respectivement  président du SNPL Air France et du SPAF, l'autre syndicat représentatif, pour confirmer que le solde de Transform était bel et bien enterré.

Dans ce courrier que La Tribune s'est procuré, Franck Terner indique aux deux syndicalistes qu'il voulait croire « qu'ils étaient conscients de l'enjeu de cet accord qui peut tourner par le haut la page d'une trop longue période de dialogue social difficile et permettre à Air France de retrouver une vraie dynamique de croissance ».

La direction refuse de reprendre les négociations

Alors que le SNPL souhaite reprendre les négociations pour arracher les derniers éléments qu'il demande, Franck Terner, qui avait déjà dit qu'il n'y aurait pas de troisième round, a refusé cette éventualité.

« Nous ne pouvons en aucun cas aller plus loin. Reprendre la négociation ne mènerait à rien de plus et nous ferait perdre un temps précieux qu'utiliseront nos concurrents pour prendre des positions agressives », a-t-il dit.

Dans un autre courrier envoyé à tous les pilotes cette fois, il a rappelé l'enjeu du prochain conseil du SNPL.

« Mercredi 17 mai, le conseil de l'organisation syndicale majoritaire, le SNPL, va décider du sort de ce projet d'accord : le rejeter en appelant à sa renégociation, ou bien l'accepter, ou bien demander à ses adhérents de se prononcer eux-mêmes. Ce sera un choix décisif, lourd de conséquences, car après de longs mois de négociation, où chacun a fait tous les pas possibles vers l'autre, nous sommes arrivés à un compromis ».

Les pilotes pourront-ils donner leur avis?

Alors que les adhérents du SNPL ont toujours été consultés sur des décisions stratégiques pour l'entreprise, certains pilotes parient sur l'absence de référendum. Histoire d'éviter que le bureau du SNPL Air France ne soit une nouvelle fois désavoué par les pilotes comme ce fut le cas en février lors du vote des pilotes en faveur du projet de créer une nouvelle compagnie, contrairement à l'avis du bureau.Certains observateurs estiment que si le SNPL ne lançait pas de référendum, la direction pourrait tenter de le faire.

Contacté, le bureau du SNPL Air France n'était pas en mesure de nous répondre. La direction ne fait pas de commentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2017 à 20:16 :
Il y a effectivement des problèmes de productivité à régler au sein des différents acteurs Air France.
Par contre quand vous parlez de 45 jours de congés payés, il y a plusieurs années que ceux-ci sont de 42 jours chez les pilotes équivalant à vos 30 jours ailleurs vu que dans quasi n'importe quelle entreprise, une semaine se pose avec 5 jours de congés, alors que dans une compagnie aérienne, il faut tout simplement en poser 7, les avions ne s'arrêtant pas de voler les samedis et dimanches.
Quant à la productivité avion, quand on voit que la direction d'Air France propose des demi-tours avion en 30 minutes sur A320, c'est purement irréaliste avec les moyens actuels étant donné qu'avec des vols complets, il est pour le moment impossible de le faire en moins de 40 minutes (quand il n'y a pas de recherche bagage ou autres). Et finalement sur le planning des demi-tours en 2h30 sont programmés... certainement la faute des pilotes encore une fois...
Réponse de le 14/05/2017 à 23:47 :
42 jours pour 7 jours hebdo, ça fait 6 semaines : pour un français Lambda, il n'y a QUE 5 semaines de CP !!! ... et les PNC ?

les A320 d'EAsyjet mettent combien de temps pour faire 1/2 tour ???
Les PNC et PNT d'Easyjet ont quelle grille de rémunération comparés à ceux d'AF ?
a écrit le 14/05/2017 à 19:00 :
Je n'avais pas compris....mais bien sûr, c'est le SNPL qui dirige AF. D'ailleurs, la direction AF devrait s'incliner, car il y a bien une imposture d'AF. Le SNPL sait de quoi il parle .....!!!!!
Bientôt Alitalia arrive....
a écrit le 14/05/2017 à 8:16 :
ASSEZ de ces combats d'arrière garde.
Les papyboomers ont spolié la France, tout comme le personnel d'Air France qui continue de se gaver sur les contribuables.
Que cette compagnie fasse faillite et disparaisse du paysage. Le pays ne s'en portera que mieux.
Réponse de le 14/05/2017 à 20:28 :
Quand est-ce que les français comprendront qu'Air France est une entreprise privée depuis quasi 15 années et que le contribuable ne met pas la main au porte-monnaie pour "renflouer" la compagnie (n'en déplaise à certains) ?
L'Etat joue d'ailleurs encore massivement un rôle interventionniste, souvent aux dépends de l'entreprise (choix des dirigeants) alors que bien qu'actionnaire majoritaire, celui-ci possède moins de 18%. Aucune autre entreprise avec un projet industriel digne de ce nom n'accepterait cette situation.
a écrit le 14/05/2017 à 1:55 :
Le SNPL est un symbole caricatural du "Mal français", cette posture d'Ancien Régime que les syndicats dinosaures imposent au pays depuis des décennies et qui l'ont amené au bord du gouffre où il se trouve en ce moment.
C'est également à lui qu'on doit des catastrophes comme le Rio-Paris, par sa pression permanente quasi-terrorisante sur la compagnie, pression qui a conduit à permettre par laxisme la présence dans le cockpit d'un long courrier d'un commandant de bord hagard à la suite d'une nuit blanche et d'un co-pilote incompétent parce qu'insuffisamment formé.
a écrit le 13/05/2017 à 17:26 :
Le projet actuel ne permet déjà plus de sauver Air France, il s'agit simplement de rendre la compagnie vendable si il existe encore des capitalistes masochistes. Mais qui donc a besoin d'Air France pour voyager ?
Il y a pléthore d'offre en la matière.
Les concurrents classiques s'en sortent déjà difficilement ( Lufthansa par exemple ) mais ils ne seront pas mécontents de voir Air France s'écrouler maintenant que la concurrence des low cost commence à s'appliquer aussi aux longs courriers.
Problème complexe ne découlant pas uniquement , loin s'en faut, des avantages salariaux des pilotes, réels mais pas de nature à couler Air France, mais surtout de la tragédie de la trop faible productivité chez Air France avec un temps perdu considérable dans l'utilisation des avions qui ne tournent pas assez.
a écrit le 13/05/2017 à 15:31 :
Complètement en phase avec Lyonnais. Et sur un autre sujet, je me demande comment les pilotes, qui doivent quand même avoir un peu de jugeote, peuvent s'en remettre à l'actuel patron du SNPL... Ça me sidère....
a écrit le 13/05/2017 à 10:27 :
Les pays pas recommendable du golf???
Parce que Abu Dhabi, dubai, Bahreïn, etc sont moins recommandables que la France?
Encore un exemple du chauvisme français ancré sur ses prétentions.
Quand ça vous arrange, vous prenez leur argent, et dans le cas contraire ce ne sont pas des pays recommandables.
Heureusement qu'Emirates à acheté les A380 d'Arbus sinon bonjour le flop commercial. Parce que, entre nous, ce ne sont pas les 7 ou 9 A380 d'Air France qui aurait fait vivre ce projet.
Réponse de le 13/05/2017 à 12:13 :
Vous semblez considérer qu'un pays EST recommandable dès lors qu'il entretien des échanges économiques ???!! Soutenir les mouvements islamistes terroristes ne sont EVIDEMMENT PAS des actes recommandables !
Ce n'est pas non plus parce qu'on achète du gaz à la Russie que l'on peut dire que la Russie en devient démocratique !!!
Réponse de le 13/05/2017 à 13:07 :
Parce que selon vous, les pays non démocratiques ne sont pas recommandables? Quand au vieux préjugé infondé du soutien aux islamsites, ce n'est pas parce qu'on le répète avec conviction que c'est vrai. Tous les pays du Golfe luttent contre l'EI.
a écrit le 13/05/2017 à 10:27 :
Les pays pas recommendable du golf???
Parce que Abu Dhabi, dubai, Bahreïn, etc sont moins recommandables que la France?
Encore un exemple du chauvisme français ancré sur ses prétentions.
Quand ça vous arrange, vous prenez leur argent, et dans le cas contraire ce ne sont pas des pays recommandables.
Heureusement qu'Emirates à acheté les A380 d'Arbus sinon bonjour le flop commercial. Parce que, entre nous, ce ne sont pas les 7 ou 9 A380 d'Air France qui aurait fait vivre ce projet.
a écrit le 13/05/2017 à 8:39 :
Le SNPL sera en très mauvaise posture si les pilotes valident le projet par référendum de la Direction. Il aurait mieux fait d'accepter, montrant par la même sa bonne volonté, et capitalisant sur de bonnes relations futures plutôt que d'engager une guerre dont personne ne sortira gagnant...
a écrit le 13/05/2017 à 7:44 :
Suite. Je précise que l'application de cette note n°6 permettrait de retrouver une harmonisation de notre situation économique avec l'Allemagne. C'est un problème d'actualité. Qui peut me dire ou est mon erreur de raisonnement?
a écrit le 13/05/2017 à 7:31 :
Il suffirait d'appliquer la note n°6 du CAE pour régler le problème d'AIRFRANCE, et aussi de la SNCF et de toute notre industrie encore en activité. Mais qui serait capable de le comprendre? Ce serait une occasion pour notre nouveau Président de montrer sa compréhension des problèmes économiques. Qu'on le lui dise!
a écrit le 12/05/2017 à 21:38 :
Ce n'est pas grave, en réalité. Après Alitalia, Air France... Enfin, si, pour tous ceux qui travaillent pour Air France mais n'en sont pas pilotes. Mais les gueux n'intéressent pas les seigneurs. Enfin, il faudrait écrire "saigneurs"...
Réponse de le 13/05/2017 à 7:44 :
car vous trouvez normal
que la direction s'offre des augmentations
et les salaries plus de 5ans sans augmentation.
voir des reduction de salaires.
et comme le pouvoir fayotte avec des pays pas recommandable
du golf la survit de la compagnie n'est pas verole
par les salaries
mais bien par la direction et le pouvoir corompu
Réponse de le 13/05/2017 à 12:31 :
@Britannicus : autant je trouve ANORMAL que la direction s'octroit des augmentations en cette période difficile pour la compagnie, autant les salariés doivent cesser de considérer qu'ils en ont assez fait !
Quand la direction est en mesure de recruter des salariés avec une productivité de 40% meilleure, c'est bien que les salariés ont un problème de compétitivité insuffisante, non !!!
Une fois le constat admis, les syndicats pourront alors négocier les modalités d'amélioration de la compétitivité pour limiter l'impact sur les salariés concernés :
- baisse des congés payés (il me semble que c'est actuellement 45 jours au lieu de 30 pour les salariés français!) ??
- allongement des délais pour monter des échelons ??
- suppression de certains échelons ?
- mise en place d'une nouvelle grille de rémunérations, éventuellement compensée par une prime spécifique pour le personnel, permettant alors d'avoir un maintien des revenus pour le personnel en place MAIS EN MÊME TEMPS, permettant une baisse des coûts pour toutes les nouvelles recrues et tous les salariés promus ???
Mais tant que certains salariés refuseront d'admettre qu'il y a un problème de compétitivité et que c'est D'ABORD à eux de résoudre le problème, on se dirigera tout droit vers une solution finale à la ALITALIA !!!
Réponse de le 13/05/2017 à 12:48 :
mon commentaire s'adressait en fait plus à Helios ...!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :