Taxis : les cinq avantages que réclament les VTC

 |   |  419  mots
La FFTPR (Allocab, Chauffeur-Privé, SnapCar, Marcel) souhaite entre autres que les VTC accèdent au marché du transport sanitaire conventionné, jusqu'à présent réservé aux taxis.
La FFTPR (Allocab, Chauffeur-Privé, SnapCar, Marcel) souhaite entre autres que les VTC accèdent au marché du transport sanitaire conventionné, jusqu'à présent réservé aux taxis. (Crédits : Flickr/Mr Thinktank. CC License by.)
Les quatre plateformes de réservations de VTC (Voitures de Transport avec Chauffeur) membres de la FFTPR ont demandé au gouvernement d'accorder à ces véhicules des avantages identiques aux taxis, par exemple pour circuler dans les couloirs de bus ou stationner près des aéroports.

Quatre plateformes de réservations de VTC ont demandé jeudi au gouvernement d'accorder à ces véhicules de transport avec chauffeur des avantages identiques aux taxis. "Le gouvernement dispose de nombreux outils réglementaires", affirme ainsi dans un communiqué la Fédération française du transport de personnes sur réservation (FFTPR) - constituée par les plateformes Allocab, Chauffeur-Privé, Marcel et Snapcar - qui appelle l'exécutif à "agir en faveur des chauffeurs de VTC".

Réduire les charges des chauffeurs

La FFTPR demande par exemple "une détaxation partielle sur les carburants, au même titre que les taxis", qui peuvent se faire rembourser une partie de la Ticpe (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques). Les plateformes estiment que cette mesure permettrait aux VTC de "réduire leurs charges de 150 euros mensuels", alors que des chauffeurs ont récemment manifesté contre le leader Uber, déplorant un trop faible salaire - comme l'évoquent d'ailleurs de nombreuses études.

Prise en charge sur la voie publique

La fédération réclame également "la possibilité de stationner et de charger convenablement les clients aux abords des aéroports et des gares". Actuellement, les VTC peuvent s'y garer au maximum une heure avant d'embarquer un voyageur ayant réservé sa course.

Couloirs de bus et voies rapides

Les plateformes veulent aussi que les VTC puissent "circuler dans les couloirs de bus" et "utiliser la voie rapide" entre l'aéroport de Roissy et Paris, comme les y autorise une décision de justice de juin 2015, contestée par l'Etat.

Transport de malades

Enfin la FFTPR souhaite que les VTC accèdent au marché du transport sanitaire conventionné, jusqu'à présent réservé aux taxis. Une question qui était à l'étude en 2013 au gouvernement, avant qu'il ne fasse machine arrière après une mobilisation inédite des taxis.

Journée sans voitures

"La plupart de ces mesures ne coûtent rien et corrigent des distorsions de concurrence injustifiées", affirme Yves Weisselberger, patron de Snapcar et président de la FFTPR, qui revendique en outre le "droit de travailler pendant la journée sans voitures".

Pour l'heure, des plateformes VTC ont été reçues depuis vendredi par Jacques Rapoport, chargé par le gouvernement d'une médiation fin décembre, après la mobilisation des chauffeurs contre la politique tarifaire du groupe américain Uber, mastodonte du secteur.

Plusieurs organisations de chauffeurs appellent d'ailleurs à un nouveau rassemblement lundi à partir de 6h place de la Bastille à Paris.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2017 à 10:44 :
Comme la plupart des gens je ne suis ni un taxi ni un VTC mais un client potentiel qui a de temps en temps besoin de se déplacer grâce à l'un ou l'autre. Les taxis ne se soucient pas de leurs clients, c'est pas nouveau - ils sont protégés par le numerus closus et tout un tas de privilèges dont ils bénéficient. J'ai rarement vu un taxi sympa, en revanche pas mal de taxis où la CB "ne marchait pas".
J'ai trouvé qu'avec les VTC on avait un réponse à ça et j'ai eu beaucoup de respect - au début - pour ces chauffeurs qui faisaient un réel effort, et j'étais prêt à leur pardonner des lacunes dans la connaissance du trajet.
Aujourd'hui je vois que chacun défend ses privilèges et qu'ils ont complètement oublié leurs clients! Les clients qui ne disent rien, alors qu'ils pourraient s'exprimer en boycottant.
Ma solution: ne prendre ni taxi, ni VTC mais ma propre voiture.
a écrit le 13/01/2017 à 21:41 :
Oui et après !? Ils sont vtc pas taxi
Donc qu'ils fassent leurs boulots correctement car le service vtc sur Paris est lamentable. ...
a écrit le 13/01/2017 à 18:21 :
Bonsoir
Franchement chapeau bas à la politique de communication de ces plateformes !!! Pour des ultras americano libéraux je dit bravo !!! Comment prôner le libéralisme d'un côté et demander du "subventionnisme " de l'autre ?? Il faut choisir : le libéralisme (donc tu te demerdes) ou le protectionnisme (tu respectes les lois et l'état t'aidera)
Depuis quand ces plateformes se soucient du bien être de leur chauffeur ?? Elle commence a le faire tellement bien qu'elles demandent à l'état, sur la base de fausse informations (comme depuis leur début), d'aider leurs chauffeurs à mieux gagner leur vie !!! Vous êtes des entreprises privées donc négociez avec vos "salariés", baissez vos commissions ou augmentez vos tarifs c'est pas difficile !!!! Ça n'est pas a nous contribuable français de vous engraisser sous la fallacieuse excuse de la création d'emploi !!! Partagez votre chiffre d'affaire avec vos chauffeurs étants donné que ce sont vos partenaires !! Le vent tourne, la gronde monte, les déçus chauffeurs et clients vous épient.... Très bien joué de vouloir faire diversion juste avant le rassemblement des VTC !! Vous défendez votre business en légalisant et développant l'esclavagisme et la traite des classes inférieures HONTE A VOUS !!!!
a écrit le 13/01/2017 à 17:18 :
Réveillez vous chauffeurs VTC!! les plateformes veulent vous facilité le boulot pour augmenté leurs rendement à eux mais pas le votre .la commission sera toujours la même !!!pourquoi ne pas baissé leur commission ???
a écrit le 13/01/2017 à 17:18 :
Réveillez vous chauffeurs VTC!! les plateformes veulent vous facilité le boulot pour augmenté leurs rendement à eux mais pas le votre .la commission sera toujours la même !!!pourquoi ne pas baissé leur commission ???
a écrit le 13/01/2017 à 17:08 :
Cela s appelle etre un taxi !! ces cheres plateformes non cas faire passer la licence de taxi et acheter une licence aux vtc ils auront alors le droit aux mm avantages aussi non quel est l interet..non mais lol
a écrit le 13/01/2017 à 16:12 :
D'où avec la Topp les chauffeurs feraient cette économie de 150€ Sachant que la détaxe de 5 ou 600€ annuelle est intégré au. B Enefice donc via Le RSI il reste à peine 300€ Développer jusqu'au bout messieurs les journalistes
a écrit le 13/01/2017 à 15:28 :
Ils rêvent. .ils veulent faire du taxi déguisé. .sans formation sans achat de licence ..ces arrivistes qui se sont engouffrés dans l'esclavagisme uberiste veulent le beurre et l'argent du beurre .. sachez que les taxis de France ne laisseront pas faire
Réponse de le 13/01/2017 à 22:30 :
Il serait temps de dire haut et fort que la délivrance de licence de la part des communes est gratuite? Même si elles sont en nombre insuffisant. Ce sont uniquement les premiers bénéficiaires qui on revendu leur licence obtenue gratuitement à leur soit disant collègues en faisant une plus value incroyable qui veulent faire pleurer sur leur magouilles.Messieurs les journalistes faîtes donc votre vrai travail d'information objective ! Lisez les textes correctement. Aucune raison que les contribuables fiancent une magouille.
Réponse de le 14/01/2017 à 19:48 :
A mourir de rire de voir les termes "formation" et "taxi" associés, c'est comme prétendre qu'une formation est nécessaire pour faire des gaufres ^^
Réponse de le 15/01/2017 à 16:58 :
Ils seraient surtout temps que les internautes arrêtent de sortir des clichés tout droit sortis du café du commerce. Les licences etaient gratuites quand a
été instauré le numérus clausus, il y a des décennies. Depuis, elle se vendent
Surtout depuis que le gouvernement à autorisé des sociétés à les acheter pour les louer hors de prix aux taxis .Les licences sont alors devenues rares et ont flambé au détriment des taxis . C'est ça, la vérité.
Et pour info, les Vtc aussi ont une formation, il ya des règles á assimiler
pour le confort des usagers.
a écrit le 13/01/2017 à 14:33 :
C'est un comble. Les plateformes veulent tous les avantages sans aucune contrainte. Les VTC font du transport privé de personne, ils ne sont pas réglementés par la préfecture ni dans leur organisation de travail ni dans les tarifs. C'est ce qui les différencie du taxi. Si on gomme les quelques différences qui les séparent, pourquoi deux statuts différents? C'est absurde!
a écrit le 13/01/2017 à 13:25 :
C'est la différence entre le taxi et le VTC s'ils veulent ces avantages et même plus ils achètent les licences taxis point.
a écrit le 13/01/2017 à 13:24 :
6ème avantage l'achat d'une autorisaton stationnement ( ADS) comme pour les taxis
Réponse de le 16/01/2017 à 11:33 :
@Toni
Vous parlez de ce document à l'origine délivré gratuitement par la Préfecture, mais que les taxis ont à l'époque demandé de pouvoir se revendre en montant un business spéculatif de licences, sous la bénédiction de la droite de l'époque qui a mis en place la revente? Non, on ne va pas pleurer pour eux. Surtout quand au passage ils bloquent toute émission de nouvelles licences par les Préfectures, pour ne pas que ça fasse baisser leurs gains spéculatifs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :