Coronavirus : les informations essentielles du mercredi 29 avril

 |   |  5281  mots
Sur France Inter, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a précisé que le taux de prise en charge de l'État du dispositif serait un peu moins important.
Sur France Inter, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a précisé que "le taux de prise en charge de l'État" du dispositif serait "un peu moins important". (Crédits : Reuters)
Tout ce qu'il fallait savoir sur la pandémie du Covid-19, en France et dans le monde, mercredi 29 avril.
  • 18h40 - Michelin a les moyens de traverser la crise sans aide de l'État

Michelin a les moyens de traverser la crise grâce à son pilotage financier et sans faire appel aux aides publiques, a déclaré le directeur financier du fabricant de pneumatiques dans une interview à Reuters.

"Nous n'avons recours à aucun prêt garanti par l'État, nous l'avons exclu d'emblée [...] Nous pensons que ces aides doivent d'abord être destinées à des entreprises qui en ont plus besoin", a dit Yves Chapot.

"C'est une crise sans précédent, probablement une des plus graves crises auxquelles le groupe ait à faire face depuis au moins la fin de la seconde guerre mondiale. Nous avons les moyens de traverser cette crise", a-t-il ajouté.

  • 18h30 - Le gouvernement va réduire la voilure sur le chômage partiel

À partir de début juin, le gouvernement va réduire la voilure du chômage partiel qui bénéficie aujourd'hui à 11,3 millions de salariés français. Sur France Inter, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a précisé que "le taux de prise en charge de l'État" du dispositif serait "un peu moins important".

Actuellement, il permet au salarié d'être indemnisé à hauteur de 70% du salaire brut, soit 84% du salaire net (100% pour le Smic). Il est pris en charge à 100% jusque 4,5 Smic, contre un remboursement forfaitaire inférieur au Smic auparavant.

De combien diminuera la prise en charge? C'est "à discuter avec les partenaires sociaux", a-t-on expliqué au ministère du Travail, qui a précisé qu'il ne s'agissait pas de revenir au système existant avant le Covid-19. Ni de fermer le robinet aux secteurs les plus touchés, comme l'hôtellerie-restauration, qui ne connait pas encore sa date de réouverture.

  • 18h20 - Bosch voit la production automobile plonger de 20% cette année

Le premier équipementier automobile mondial, l'allemand Bosch, a mis en garde contre une récession "nettement pire" que celle de 2009, avec une chute de la production automobile de 20% cette année.

"Nous devons nous préparer à une profonde récession mondiale" dont "l'ampleur ne peut être estimée" mais "dont nous pensons qu'elle sera nettement pire que celle de 2009", a expliqué le directeur financier du groupe, Stefan Asenkerschbaumer.

  • 18h15 - Bruno Le Maire "ouvert à un décalage" des soldes d'été

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire s'est dit ouvert à un décalage des soldes d'été, qui normalement doivent débuter le 24 juin, ce que réclament certains commerçants dont les points de vente sont fermés depuis mi-mars.

"Le 24 juin c'est trop tôt. Il me semble que ce n'est pas la bonne date pour les commerçants [...]. Je suis ouvert à un décalage de la période soit au début du mois de juillet, soit si certains le souhaitent, reporter encore plus tard, après l'été", a affirmé le ministre lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

"Je souhaite que les différents commerces concernés puissent trouver un compromis pour proposer de nouvelles dates", a-t-il encore ajouter.

  • 18h10 - Compagnies aériennes : 12 pays européens appellent à suspendre l'obligation de remboursement

Douze pays européens, dont la France, ont demandé à la Commission européenne de suspendre l'obligation faite aux compagnies aériennes de rembourser les passagers dont les voyages ont été annulés à cause du coronavirus, pour soutenir un secteur durement touché par la crise.

Ces pays (Belgique, Bulgarie, Chypre, République tchèque, Grèce, France, Irlande, Lettonie, Malte, Pays-Bas, Pologne et Portugal) demandent à ce que ces compagnies puissent imposer des avoirs à la place, dans une déclaration conjointe publiée à l'occasion d'une réunion par vidéoconférence des ministres européens des Transports.

  • 18h05 - Santé : des aides versées début mai aux libéraux en perte d'activité

Les professionnels de santé libéraux dont l'activité s'est effondrée à cause du confinement vont bel et bien bénéficier d'une aide de l'État, avec le versement d'un premier acompte début mai, a annoncé le ministère de la Santé.

Ces aides seront versées sous forme d'un acompte "dès le début du mois de mai", calculé sur la base des informations fournies par les professionnels, et donneront lieu à des régularisations "une fois connues définitivement les pertes d'activité subies", précise-t-il.

Le dispositif, qui sera défini via une ordonnance prise dans le cadre de la loi d'urgence sanitaire, sera "accessible à plus de 335.000 professionnels de santé", a précisé de son côté l'Assurance maladie.

  • 18h - La Bourse de Paris finit dans le vert

La Bourse de Paris a fini en nette hausse (+2,22%), encouragée par les annonces d'un possible traitement contre le coronavirus par le laboratoire américain Gilead.

L'indice CAC 40 a gagné 101,32 points à 4.671,11 points. La veille, il avait terminé en hausse de 1,43%.

  • 17h30 - Le médicament remdesivir de Gilead n'a "pas de bénéfice clinique significatif"

Le médicament remdesivir de Gilead n'a "pas de bénéfice clinique significatif" contre le Covid-19, selon une étude publiée par la revue médicale The Lancet, qui contredit des affirmations précédentes du laboratoire américain (voir plus bas).

"Le traitement par remdesivir n'accélère pas la guérison ni ne réduit la mortalité liée au Covid-19 par rapport à un placebo", selon cette étude réalisée en Chine. Auparavant, Gilead avait assuré qu'un autre essai clinique, mené en partenariat avec les Instituts de santé américains (NIH), avait montré des "résultats positifs".

  • 17h10 - L'UE approuve un prêt garanti par Paris de 5 milliards d'euros pour Renault

Renault se desengage de sa coentreprise avec dongfeng, nouvelle strategie en chine

La Commission européenne a annoncé qu'elle approuvait un prêt garanti par l'État français de 5 milliards d'euros pour le groupe automobile Renault.

Le 24 avril dernier, le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, avait annoncé qu'un tel prêt était à l'étude.

Lire aussi : Pourquoi Renault est contraint de négocier un prêt avec l'Etat

  • 17h - Air France devra réduire ses vols en cas d'alternative ferroviaire

Air France va devoir réduire "drastiquement" ses vols intérieurs sur les trajets où une alternative ferroviaire existe, condition sine qua non à l'aide de l'État français, a déclaré le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire.

  • 16h45 - Lufthansa : l'État suisse va garantir 1,2 milliard de prêts à deux filiales

L'État suisse va garantir 1,2 milliard d'euros de prêts aux filiales suisses de Lufthansa, Swiss et Edelweiss, a annoncé le premier groupe aérien européen.

Suite à une décision du Conseil fédéral suisse, les deux compagnies vont "recevoir des garanties" à hauteur de "85% d'un prêt de 1,5 milliard de francs suisse [soit 1,4 milliard d'euros]", accordé par un "consortium de banques suisses", précise Lufthansa. La décision est toutefois soumise au vote du parlement fédéral suisse, qui doit avoir lieu les 4 et 5 mai.

  • 16h40 - Renault économiserait jusqu'à 200 millions d'euros avec moins de sous-traitants

Renault réfléchit à réduire drastiquement le nombre de sous-traitants avec lesquels il conçoit ses véhicules, une mesure qui pourrait lui permettre d'économiser entre 100 millions et 200 millions d'euros par an, ont dit à Reuters deux sources proches du constructeur.

Selon ces dernières, Gilles Le Borgne, directeur de l'ingénierie, préconise de ramener d'une quinzaine actuellement à quatre ou cinq le nombre de prestataires généralistes pour l'ingénierie des produits.

  • 16h35 - Gilead annonce des résultats positifs contre le Covid-19

Le groupe pharmaceutique américain Gilead Sciences a annoncé que son antiviral expérimental remdesivir avait permis d'atténuer les symptômes de patients atteints du Covid-19 traités en début d'infection.

Le groupe a précisé qu'un essai clinique distinct mené par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) américain avait atteint son principal objectif, sans plus de précision.

Dans l'étude dirigée par Gilead, 62% des patients traités tôt ont pu sortir de l'hôpital, contre 49% des patients traités plus tardivement, précise le laboratoire. L'essai portait sur 397 patients et sur des traitements de cinq et dix jours.

  • 16h25 - États-Unis : forte baisse des promesses de ventes de logements pour mars

Les promesses de ventes de logements aux États-Unis ont diminué en mars de 20,8% sur un mois, conséquence directe des mesures de confinement, selon les données de la Fédération nationale des agents immobiliers (NAR).

En janvier, comme en février, elles s'étaient inscrites en progression à la faveur de taux d'intérêt bas et d'une hausse du pouvoir d'achat des ménages.

Par rapport à mars 2019, les signatures de contrats ont diminué de 16,3%, indique NAR dans un communiqué.

  • 16h20 - Le chef de l'OIT prévoit un "impact énorme en matière de pauvreté"

Plus de la moitié des 3,3 milliards de travailleurs dans le monde risquent de perdre leurs moyens de subsistance au cours de ce deuxième trimestre en raison de la pandémie, a alerté l'Organisation internationale du travail (OIT).

Présentant une nouvelle étude de l'OIT sur les conséquences économiques du confinement, le directeur général de l'organisation, Guy Ryder, a déclaré aux médias qu'il fallait s'attendre à un "impact énorme en matière de pauvreté".

Trois quarts des travailleurs informels, soit 1,6 milliard de personnes dans le monde, doivent désormais faire face "au danger immédiat de voir leurs moyens de subsistance anéantis", prévient l'OIT, ajoutant que la quasi-totalité travaillent dans des unités de moins de 10 salariés.

  • 16h15 - La région Centre-Val de Loire souhaite que châteaux et sites touristiques "puissent rouvrir"

Le président de la région Centre-Val de Loire, François Bonneau, a souhaité que des sites touristiques, notamment des châteaux, puissent "rouvrir rapidement" après le début du déconfinement prévu le 11 mai.

La question de la reprise de la fréquentation touristique des châteaux est un sujet "très important", a affirmé le président socialiste de la région Centre, répondant aux questions des journalistes en visioconférence.

Exclus de la première phase du déconfinement, les châteaux, avec les parcs et jardins forment un ensemble, a expliqué M. Bonneau, assurant que cette question a fait l'objet d'échanges avec le gouvernement ces dernières semaines.

  • 16h10 - Ménages et entreprises ont fortement accru leurs dépôts en mars

Les ménages et les entreprises ont fortement augmenté leurs dépôts bancaires en mars en raison de l'impact économique des mesures de confinement, selon une étude publiée par la Banque de France.

Dans le cas des ménages et entrepreneurs individuels, ceci s'explique par une forte réduction de leurs dépenses en raison du confinement alors que les mesures de soutien comme le chômage partiel leur ont permis de maintenir l'essentiel de leurs revenus.

Leurs dépôts bancaires se sont ainsi élevés à 19,6 milliards d'euros sur le mois de mars pour une moyenne mensuelle entre janvier 2017 et février 2020 de 5,9 milliards.

  • 16h - Le trafic aérien enregistre en mars une baisse "historique" de 52,9% sur un an

Le trafic aérien mondial a enregistré en mars la plus forte baisse de son histoire récente avec une chute de 52,9% par rapport à la même période de l'an dernier, retombant au niveau de 2006, a annoncé l'Association internationale du transport aérien (Iata).

"La demande, mesurée en kilomètres-passagers payants (RPK), a plongé de 52,9% par rapport à il y a un an. Il s'agit de la plus forte baisse de l'histoire récente" des compagnies aériennes, a précisé dans un communiqué l'Iata dont les 290 compagnies aériennes membres sont durement frappées par les fermetures de frontières décidées partout dans le monde.

Lire aussi : Transport aérien : dix ans au mieux pour rattraper la courbe de croissance d'avant-crise

  • 15h50 - Les conséquences de la crise seront "plus fortes" pour les émergents, selon une étude

La crise aura des conséquences "plus fortes" sur les pays émergents et les économies les plus faibles que pour la Chine, les États-Unis et l'UE, l'aide internationale pouvant s'avérer insuffisante, prévient une étude de l'assureur-crédit Coface.

Ce dernier rappelle que la dette publique des émergents se trouvait à son plus haut niveau historique avant l'apparition de l'épidémie et que beaucoup de pays se retrouvent désormais dans "l'incapacité d'émettre des obligations en monnaie locale", et sont donc contraints de se financer à un coût plus élevé, principalement en dollars.

Au premier trimestre, les émergents ont aussi connu une dépréciation de leur devise, les plus fortes ayant été enregistrées au Brésil, en Afrique du Sud, en Russie et au Mexique (plus de 25%).

D'une manière générale, les émergents font face à trois chocs économiques : les mesures de confinement qui mettent l'économie à l'arrêt, la chute brutale des cours du pétrole et celle des recettes touristiques.

  • 15h45 - Wall Street reprend des couleurs

Wall Street était en forte hausse en début de séance, portée par l'annonce de la biotech américaine Gilead Sciences de résultats encourageants dans un traitement contre le coronavirus: le Dow Jones montait de 1,82% et le Nasdaq de 2,27%.

La Bourse de New York avait fini dans le rouge mardi, à l'issue d'une séance en dents de scie, marquée par une salve de résultats d'entreprises en demi-teinte: le Dow Jones avait baissé de 0,13% et le Nasdaq de 1,40%.

  • 15h40 - L'impact de la pandémie sera pire au deuxième trimestre, prévient GE

General Electric (GE) a prévenu que la pandémie allait avoir un gros impact négatif sur ses résultats du deuxième trimestre après une première facture dépassant le milliard de dollars lors des trois premiers mois de l'année.

Le groupe industriel, qui fabrique des moteurs d'avions au sein d'une co-entreprise avec la société française Safran, CFM, a vu ses revenus chuter de 8% à 20,52 milliards de dollars au premier trimestre. Mais le pire est à venir, craint le groupe de Boston.

"Le deuxième trimestre sera le premier trimestre qui sera pleinement affecté par le Covid-19. GE s'attend donc à ce que ses résultats financiers déclinent davantage" comparé aux trois premiers mois de l'année, a-t-il averti.

  • 15h35 - La dette à court terme de la Sécu dépassera 50 milliards d'euros début mai

sécurité sociale, assurance maladie, retraite, santé, caisse primaire, CPAM

Entre les reports de cotisations et la chute d'activité due à l'épidémie et au confinement prolongé, l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) a indiqué que son endettement dépasserait 50 milliards d'euros début mai.

"Aujourd'hui on est à 45 milliards, mais ça va se creuser à 52-53 milliards après le paiement des pensions de retraite", a déclaré Yann-Gaël Amghar, directeur de l'Acoss, lors d'une audition par la commission des affaires sociales du Sénat.

Le prochain versement des retraites de base de la sécurité sociale est prévu le 7 mai, selon la Caisse nationale d'assurance vieillesse.

  • 15h30 - 500.000 masques pour les Franciliens

Quelque 500.000 masques ont été distribués mercredi matin par la région dans 130 gares d'Ile-de-France, a-t-on appris appris auprès de la région.

L'opération surprise, menée "en lien avec les maires", a eu lieu entre 7H30 et 9H00 dans 130 gares et gares routières, a-t-on précisé de même source.

"Chaque voyageur a reçu un sachet de 10 masques chirurgicaux certifiés et un mode d'emploi", soit "l'équivalent d'une semaine de consommation" au rythme de deux masques par jour, a-t-on affirmé.

Lire aussi : La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d'État

  • 15h25 - Au Danemark, l'épidémie est "sous contrôle"

Le Danemark, qui lève progressivement les restrictions imposées par la lutte contre le coronavirus, a réussi à placer la propagation de l'épidémie "sous contrôle", a estimé la cheffe du gouvernement. "La stratégie danoise a réussi dans une première phase difficile", s'est félicité Mette Frederiksen devant le Parlement monocaméral, le Folketinget.

En plus de la fermetures des crèches et écoles et de certains lieux publics, depuis le 1er avril, le Danemark a élargi sa stratégie de dépistage aux personnes présentant des symptômes légers. Auparavant seuls les malades avec des symptômes modérés à graves étaient testés.

  • 15h15 - Boeing contraint d'alléger sa masse salariale de 10%

Boeing a confirmé qu'il allait réduire ses effectifs globaux d'environ 10% pour faire des économies. Ces suppressions d'emplois se feront via un programme de départs volontaires et des licenciements secs et concernent la division aviation civile, a indiqué le directeur général David Calhoun, dans un courrier interne aux salariés en marge de la publication des résultats du premier trimestre.

Le groupe américaine a enregistré une perte nette de 641 millions de dollars au premier trimestre. Le chiffre d'affaires trimestriel a plongé de 26,2% sur un an à 16,91 milliards de dollars, plombé par une chute d'environ un tiers des livraisons d'avions civils.

Boeing, qui produit également des équipements militaires et spatiaux, emploie quelque 160.000 personnes à travers le monde.

Lire aussi : Boeing renonce au rachat de la division aviation civile d'Embraer

  • 15h00 - 3 millions de personnes au chômage partiel en Allemagne

Au moins trois millions de personnes étaient en mars et avril au chômage partiel en Allemagne en raison de la pandémie, selon le gouvernement, qui s'attend sur l'année à un niveau "nettement supérieur" à celui de la crise de 2009. 

Si une hausse du taux de chômage est prévue, "elle est sensiblement limitée par le recours au chômage partiel", a expliqué Peter Altmaier, ministre de l'Economie, lors de la présentation des projections de croissance du gouvernement, qui prévoit une chute du PIB de 6,3% en 2020. Ce dernier a également déclaré que le gouvernement s'attendait à la "pire récession" depuis au moins 50 ans.

Lire aussi : Gestion de crise : ce que l'Allemagne peut nous apprendre de sa lutte contre le COVID-19

  • 14h30 - Le premier recul du PIB américain depuis une décennie

Le PIB des Etats-Unis a chuté de 4,8% au premier trimestre en rythme annuel, conséquence de la mise à l'arrêt de l'activité économique pour endiguer la pandémie du coronavirus, selon une estimation préliminaire du département du Commerce.

Le coronavirus a ainsi mis fin à une décennie de croissance. Il s'agit de la plus importante baisse depuis le quatrième trimestre 2008 quand les Etats-Unis s'enfonçaient dans la crise financière.

Le département du Commerce relève que "l'ensemble des effets économiques de la pandémie de Covid-19 ne peut pas être quantifié dans l'estimation du PIB pour le premier trimestre de 2020".

Le dernier recule de la croissance américaine remonte à l'année 2009, un an après la crise des subprimes, qui l'avait alors fixé à -2,5% sur l'année.

Trump recommande le port volontaire du masque

  • 13h10 - « Nous n'en sommes pas encore au point où nous pouvons recommander sans inquiétude des voyages »

Le ministre allemand des Affaires étrangères a annoncé la prolongation jusqu'à la mi-juin de son avertissement mondial sur les voyages touristiques à l'étranger en raison de la pandémie du nouveau coronavirus. "Nous n'en sommes pas encore au point où nous pouvons recommander sans inquiétude des voyages" à l'étranger, "c'est pourquoi il est nécessaire d'étendre l'avertissement sur les voyages dans le monde à la mi-juin" a déclaré Heiko Maas lors d'une conférence de presse à Berlin.

  • 13h00 - L'État français prêt à voler au secours d'Airbus

La France est prête à aider "totalement et s'il le faut massivement" Airbus face à la crise du transport aérien provoquée par la pandémie de nouveau coronavirus, a déclaré Bruno Le Maire, en soulignant que l'aide financière apportée à Air France était déjà une forme de soutien à l'avionneur européen.

"Il va de soi que nous soutiendrons totalement et s'il le faut massivement Airbus le moment venu", a dit le ministre de l'Economie sur LCI.

Lire aussi : "La survie d'Airbus est en jeu, il faut agir maintenant pour reprendre le contrôle de notre destin" (Guillaume Faury)

  • 12h55 - Les syndicats proposent une reprise progressive à Amazon France

Les syndicats CGT, CFDT et SUD d'Amazon France proposent à la direction une reprise progressive d'activité, alors que le géant américain de la logistique a fermé jusqu'au 5 mai ses centres français, dans un communiqué commun.

Contrairement à ce que vous affirmez partout, les organisations syndicales, quasi unanimes, n'ont d'autre but que protéger la santé des salariés, des intérimaires, des salariés des entreprises extérieures intervenant dans les entrepôts ainsi que par ricochet, les proches de l'ensemble de ces travailleurs", indiquent les trois organisations syndicales.

Elles détaillent une proposition qui prévoit une consultation des instances représentatives en deux étapes.

Lire aussi : Coronavirus : trois questions sur la fermeture temporaire des entrepôts Amazon France

  • 12h50 - Le Covid-19 coûtera 2 milliards de livres à la banque Barclays

Le groupe a annoncé avoir passé cette charge dans ses comptes en prévision des pertes attendues sur les prêts accordés aux ménages et entreprises, frappés par la crise sanitaire.

Par conséquent, son bénéfice net au cours des trois premiers mois de l'année a chuté de 42% à 605 millions de livres.

Ce chiffre de 2,1 milliards de livres (2,29 milliards d'euros) "correspond à notre estimation initiale de l'impact de la pandémie de Covid-19", a précisé le directeur général Jes Staley.

  • 12h42 - Volvo Cars supprime 1.300 emplois en Suède

Le constructeur automobile Volvo Cars, propriété du chinois Geely, a annoncé son intention de supprimer 1.300 emplois de cadres en Suède, s'inscrivant dans un plan de restructuration précipité par la pandémie.

"Bien que ces notifications s'inscrivent dans le cadre de la réorganisation en cours des activités de l'entreprise - conformément à ses ambitions à long terme et la nécessité de réduire les coûts - la pandémie de coronavirus a accru la pertinence des mesures annoncées aujourd'hui", a souligné le groupe dans un communiqué.

  • 12h30 - Google décide d'ouvrir son outil professionnel de visioconférence au grand public

Google annonce mercredi la mise à disposition gratuite pour le grand public de Google Meet, son outil professionnel de visioconférence, alors que le succès de Zoom a déjà incité Microsoft et Facebook à muscler leur offre ces dernières semaines.

La plateforme de conférences vidéo va être progressivement étendue au grand public dans les prochaines semaines, à condition de disposer d'un compte Google (Gmail) ou d'une "identité Google", que l'on peut créer avec n'importe quel email personnel ou professionnel.

Google Meet était jusqu'à présent réservé aux clients professionnels, soit 6 millions d'entreprises et organisations. "C'est sans doute la première fois que Google ouvre aux consommateurs un produit conçu à la base strictement pour les sociétés", remarque Javier Soltaro, le patron de G-Suite, lors d'une interview à l'AFP. "D'habitude ça marche dans l'autre sens".

Lire aussi : Google ne connaît pas la crise (pour l'instant)

  • 12H00 - La confiance s'effondre en zone euro

La confiance économique a lourdement chuté en avril dans la zone euro à un niveau jamais vu en raison de la pandémie du coronavirus, indique la Commission européenne dans un communiqué.

L'indice de confiance ESI ("Economic Sentiment Indicator") a perdu 27,2 points par rapport à mars et s'affiche à 67,0 points pour l'ensemble des 19 pays de la zone euro, soit la plus forte chute depuis sa création en 1985.

Pour l'ensemble des 27 pays de l'UE, l'indice de confiance a chuté de 28,8 points en avril pour atteindre 65,8 points.

Lire aussi : Covid-19: jusqu'à 240 milliards d'euros de crédit pour les pays en difficulté en zone euro

  • 11h30 - Deutsche Bank revoit ses prévisions à la baisse

La première banque allemande Deutsche Bank s'attend à une année 2020 à nouveau difficile après cinq années de pertes d'affilée et un premier trimestre finalement dans le rouge dans le contexte perturbé par la pandémie.

"Le début de l'année a été meilleur que prévu, mais on ne sait pas encore ce que réserve la suite", a déclaré le directeur financier James von Moltke lors d'une conférence téléphonique. Malgré une bonne performance dans sa principale division, la banque d'investissement, Deutsche Bank a finalement affiché une perte nette de 43 millions d'euros de janvier à mars, contre un bénéfice de 97 millions un an auparavant.

L'établissement anticipait encore en mars de dégager un bénéfice imposable sur l'année 2020, mais il n'est plus possible pour le moment de confirmer cet objectif, a-t-il ajouté.

  • 10h32 - La croissance des crédits aux entreprises décolle en mars

La croissance des crédits accordés par les banques de la zone euro au secteur privé s'est emballée en mars sous l'effet des mesures de soutien monétaire prises pour contrer l'impact économique de la pandémie de coronavirus, a indiqué la BCE.

Les crédits aux entreprises non financières et aux ménages européens, ajustés de certaines opérations strictement financières, ont progressé de 5,0% en mars sur un an, après 3,7% en février et en janvier.

Lire aussi : British Airways, SAS..., les charrettes de licenciements commencent dans le ciel européen

  • 10h05 - Les grandes enseignes commenceront à vendre des masques à partir du 4 mai, selon Bercy

Certaines grandes enseignes commenceront à vendre des masques le 4 mai pour lutter contre la propagation du coronavirus et toutes les grandes enseignes le feront le 11 mai, a annoncé la secrétaire d'État à l'Economie Agnès Pannier-Runacher.

"J'annonce aujourd'hui un accord avec la grande distribution pour que certaines enseignes commencent à les vendre dès la semaine prochaine et toutes les enseignes à partir du 11 mai", a déclaré Mme Pannier-Runacher lors d'un entretien accordé à BFM Business.

Lire aussi : Déconfinement : le port du masque et la distanciation dans les transports seront obligatoires

  • 9h55 - La Bourse de Londres aidée par le déconfinement et le pétrole (+0,22%)

La Bourse de Londres évoluait en légère hausse de 0,22% mercredi, encouragée par un rebond du pétrole et la perspective d'un déconfinement en Europe.

  • 9h30 - Crise : la France va renforcer le contrôle des investissements étrangers

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé que la France allait renforcer son contrôle des investissements étrangers afin de protéger les entreprises françaises en difficulté du fait de la crise engendrée par l'épidémie de Covid-19.

 Le seuil de déclenchement du contrôle des investisseurs non européens prenant des parts dans une grande entreprise française sera "abaissé de 25% à 10%" jusqu'à la fin de l'année, et de manière plus générale le contrôle sera élargi au secteur des biotechnologies, a-t-il annoncé sur LCI.

  • 9h17 - La Bourse de Paris ouvre proche de l'équilibre (-0,07%) à 4.566,29 point

La Bourse de Paris a ouvert sur une note prudente (-0,07%), les investisseurs attendant la fin de la réunion de la Fed et les chiffres du PIB américain pour davantage d'éléments sur les conséquences du coronavirus sur la première économie mondiale.

A 9 heures, l'indice CAC 40 perdait 3,5 points 4.566,29 points. Mardi, il avait terminé en nette hausse de 1,43% à 4.569,79 points.

  • 9h12 - Le plan de relance de l'économie annoncé "pas avant la rentrée" de septembre

Le gouvernement n'annoncera "certainement pas" de plan de relance de l'économie française avant septembre ou octobre, a indiqué le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur LCI.

La "mise sur pied d'un plan de relance" de l'économie plongée dans la crise du fait de l'épidémie aura lieu "certainement pas avant la rentrée, avant septembre ou octobre", a-t-il affirmé, après l'amortissement du choc de la crise et la reprise de l'activité.

  • 8h54 - Le Maire appelle "un maximum de Français" à reprendre le travail

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, a appelé un "maximum de Français à reprendre le travail" et à "préparer collectivement la reprise économique" après le déconfinement prévu le 11 mai.

"Il faut reprendre le travail et il faut qu'un maximum de Français reprennent le travail", a-t-il affirmé sur LCI, soulignant que "l'activité est indispensable pour la nation française".

Lire aussi : Une plateforme en ligne pour distribuer massivement des prêts aux petites entreprises en régions

  • 8h31 - Première indication de la récession 2020 aux Etats-Unis

La publication du PIB du premier trimestre et des prévisions de la banque centrale donneront une première idée de l'ampleur de la récession américaine en 2020. Les analystes tablent sur un recul de 4,3 % en rythme annuel du produit intérieur brut (PIB) lors des trois premiers mois de l'année. Les services du budget du Congrès, CBO, une agence indépendante, sont eux moins pessimistes. Ils s'attendent plutôt à un recul de 0,9 % sur les trois premiers mois de l'année.

Quoi qu'il en soit, ce recul "sera la partie émergée de l'iceberg", a averti Kevin Hassett, le conseiller économique de Donald Trump, mardi matin sur CNN. Les mois à venir vont connaître des chutes "telles qu'elles ne ressembleront à rien de ce que vous avez déjà vu", a-t-il ajouté. Car c'est à partir d'avril que sera visible l'étendue des dégâts provoqués sur l'économie américaine par la crise du Covid-19.

  • 8h23 - Volkswagen s'attend en 2020 à un résultat opérationnel en "baisse grave mais positif

Le constructeur automobile allemand Volkswagen s'attend en 2020 à un bénéfice opérationnel en "grave baisse mais positif" alors qu'il a commencé au premier trimestre à souffrir de l'impact du coronavirus.

Le groupe prévoit un "recul significatif" du nombre de voitures vendues et du chiffre d'affaires après avoir vu son bénéfice avant impôts chuter de près de 83% au premier trimestre, à 700 millions d'euros, a-t-il indiqué dans un communiqué, ajoutant que Volkswagen a "pris de nombreuses mesures pour baisser les coûts et assurer la liquidité."

Lire aussi : Défaillances d'entreprises : les PME sous pression

  • 8h14 - Coronavirus : 11,3 millions de Français sont en chômage partiel

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué sur France Inter qu'11,3 millions de Français étaient actuellement au chômage partiel, soit plus d'un salarié sur deux, en raison de la baisse d'activité liée à l'épidémie de coronavirus.

Il n'y aura "pas de couperet au 1er juin" pour le dispositif d'activité partielle mais "le taux de prise en charge de l'Etat sera un peu moins important" au-delà de cette date, a-t-elle précisé.

  • 7h55 - Trou d'air pour Airbus au premier trimestre

Airbus a publié une perte nette de 481 millions d'euros au premier trimestre, contre un bénéfice net de 40 millions d'euros un an plus tôt, disant constater "rapidement" les effets de l'épidémie de coronavirus dans ses comptes.

Le chiffre d'affaires a lui affiché une baisse de 15,2 % sur les trois premiers mois de l'année, à 10,6 milliards d'euros, "reflétant l'environnement difficile affectant le marché de l'aviation commerciale". Sur la période, l'avionneur européen a livré 40 appareils de moins que l'an passé en raison de la pandémie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2020 à 11:44 :
La carte de déconfinement vient d'être dévoilée. Celle définitive lorsqu'elle le sera, j'ose escompter que ceux qui seront en rouge seront tous testé asymptomatique ou non. Sinon que somme nous censé faire en cas de zonr verte ou rouge (en gros qu'elle différence de vie cela impliquera?
a écrit le 29/04/2020 à 19:53 :
Petit complément : ils vont réduire la voilure sur le chômage partiel le lendemain de l'appel de Jean Eudes du Mesnil, patron de la CGPME, (on ne parle pas du CAC 40) au gouvernement pour prolonger les modalités de chômage partiel jusqu'à l'été au moins.
S'il n'y avait pas autant de souffrance, ça serait à mourir de rire. La start up nation, tu parles...
a écrit le 29/04/2020 à 18:41 :
A part réduire les conditions des salaries, il suffit de voir en octobre 2019 ses déclarations !!

"Quand le marché est dynamique, il faut retourner à l'emploi" (Pénicaud, sur l'assurance-chômage)
Par AFP | 22/10/2019,

Quand on sait aujourd'hui la séquence depuis le 5 décembre, cela permet effectivement de comprendre qu'un drh est un job killer comme le dise les allemands!

Ministre du travail, a mon avis si il y a bien quelqu'un impotent sur la question du développement de la valeur et la création d'emploi, c'est bien le drh !!

Elle est représente du coup, et si l'on imagine qu'a la sortie de cette situation économique, un drh sera en position pour créer de l'emploi, franchement a mon avis nous allons plutôt nous rapprocher du précipice !!
Réponse de le 30/04/2020 à 0:44 :
Entièrement d'accord avec vous. Et en plus elle ne sait pas parler ! Pas foutue d'avoir une syntaxe correcte et de finir toutes ses phrases . Une incapable dans toutes les acceptions du terme, qui n'excelle que pour les décisions qui amènent de la souffrance chez autrui.
C'est une vraie pathologie qui mériterait d'être soignée
a écrit le 29/04/2020 à 17:01 :
Alors, Renault réfléchit à réduire drastiquement le nombre de ses sous-traitants : vont-ils garder les chinois qui coûtent pas cher, corvéables à merci, ou ces p... de français qui râlent tout le temps et qui sont chers ? J'essaie de m'immerger dans la tête d'un néolibéral, désolé...
a écrit le 29/04/2020 à 15:43 :
Bon, maintenant, il est grand temps de demander des comptes, notamment et surtout financiers (dommages de guerre), aux chinois, à l'instar de ce qu'envisagent les USA et les anglais. C'est quand même de leur faute. Volontairement ou involontairement, bidouillage génétique ou génération spontanée naturelle, peu importe, le résultat est le même : ça ressemble furieusement à une déclaration de guerre bactériologique.
a écrit le 29/04/2020 à 15:39 :
Si Amazon.FR reprend son activité, ça risque de flanquer encore la pagaille.
Compte tenu du malaise récurrent dans les centres français, il vaudrait mieux arrêter les frais pour tout le monde, clients et salariés, c'est-à-dire pour tout ce qui nest pas "Market-Place" se reporter le reste sur Amazon.DE ou Amazon.ES qui fonctionnent sans aléas.
De toute façon il est démontré maintenant que l' "Obsession du consommateur" chère à Amazon ne fonctionne pas en France.
Réponse de le 29/04/2020 à 16:51 :
Amazon : la boîte qui fait l'unanimité mondiale pour sa prévention des rps, et la promotion du bien être de ses salariés. C'est bien connu....
a écrit le 29/04/2020 à 13:41 :
Sur la photo qui étaye cet article, au premier plan nous pouvons voir Zlatan Ibrahimovic qui fait la queue pour réclamer ses droits au chômage partiel.
a écrit le 29/04/2020 à 13:20 :
Combien de millions de "vrais" chômeurs vont se révéler rapidement désormais ? Les "Nouveaux Pauvres" seront bientôt de retour, victimes de la peur panique qui s'est emparée des esprits et que nos dirigeants ont flattée par démagogie au lieu de les raisonner...
a écrit le 29/04/2020 à 13:16 :
Et bien ça laisse pas beaucoup de travailleur... Si on prend le fait qu'on est 60 millions d'habitant qu'on enlève les enfants et les retraité, finalement je comprend pas ce taux de chômage de 10%...
a écrit le 29/04/2020 à 12:06 :
puisque le gouvernement sera en mesure de classer les départements suivant l'emprise de présence du covid ( rouge , vert ) , il serait raisonnable de limiter l'autorisation de chômage partiel aux seuls titulaires d'emplois salariés situés en zones rouges . reprise obligatoire et générale dans toutes les zones vertes , dont également pour tous les emplois du secteur public .
aura t-il ce courage , en particulier pour remettre toute la fonction publique en fonctionnement normal ?
a écrit le 29/04/2020 à 10:39 :
Les décédé, les chômeurs, les affligés, les miséreux peuvent dire merci à toute la classe politique (tous bords confondus) et au monde scientifique pour leur insouciance, leur incapacité à reconnaître une pandémie et à la différencier d'une grippette. Devant tant d'incapacités et d' impréparation l'on se demande s'ils ne l'on pas cherché se sachant peut être protégés.
a écrit le 29/04/2020 à 10:21 :
11 millions au chômage partiel+ les 5 millions de chômeurs inscrits ou pas à l'ANPE. Soit environ la moitié des la France au chômage !
Un pays totalement désorganisé par une pandémie qui ressemble plutôt à une grosse épidémie saisonnière. Ou alors..."On" nous ment où on ne nous dit pas tout sur le Covid 19. Ce qui laisse à penser que l'origine pourrait bien être une manipulation...volontaire...ou pas.
Les communistes/stalinistes Chinois ne sont pas à quelques dizaines de millions de morts près.
Sur un plan de long terme économique, démographique, ils ont tout bon. Conclusion, la Guerre est i-ne-vi-ta-ble.
a écrit le 29/04/2020 à 9:19 :
"Volkswagen s'attend en 2020 à un résultat opérationnel en "baisse grave mais positif"

Mince ils vont devoir acheter des poupées gonflables à leurs cadres performants plutôt que de véritables femmes. Quoi que avec tout ces nouveaux pays de crèves la fin en cherchant bien...

"Le Maire appelle "un maximum de Français" à reprendre le travail"

Comme si on l'avait fait exprès ! Pitoyables politiciens tiens, toujours là pour nous culpabiliser tandis qu'ils ne savent que tout massacrer.
Réponse de le 29/04/2020 à 13:05 :
Mais qu'est ce que c'est que ces élucubrations ? Après les dragons volants", les poupée gonflables ??? Il est temps que le confinement s'arrête, les méninges dont atteints...
Réponse de le 29/04/2020 à 15:22 :
Entièrement daccord avec vous. D'ailleurs, les français appellent un maximum de Le Maire (et consorts) à leur donner les moyens de travailler...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :