L'Etat va lancer le rapprochement entre La Banque postale et CNP Assurances

 |   |  585  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a confirmé ce 30 août vouloir permettre à La Poste de se développer "massivement" dans la banque et l'assurance, via un rapprochement avec CNP Assurances, premier assureur de personnes en France. L'État devrait céder une partie de ses parts au profit de la Caisse des dépôts, qui deviendrait actionnaire majoritaire du groupe public postal.

La Banque postale se fait assureur. Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a confirmé ce jeudi 30 août sur l'antenne de Radio Classique vouloir permettre à La Poste de se développer "massivement" dans la banque et l'assurance, via un rapprochement avec CNP Assurances, premier assureur de personnes en France valorisé à près de 14 milliards d'euros, tout en promettant que le groupe resterait bien public.

S'il doit encore en préciser les modalités, cela passera par un transfert de participations de l'État et la Caisse des dépôts. Cette dernière, actionnaire de La Poste à hauteur de 26%, deviendrait majoritaire au capital du groupe public postal. Un amendement à la loi sur La Poste sera ainsi déposé "dès la semaine prochaine" dans le cadre de la loi Pacte, et l'opération ne pourra se faire qu'après la promulgation de cette loi et au plus tôt à la fin 2019, date d'expiration du pacte d'actionnaires de CNP Assurances conclu avec l'Etat, le Caisse des dépôts, la BPCE et La Banque postale.

Des réunions sont prévues ce matin avec le patron de la CDC, Éric Lombard, et celui de la Poste, Philippe Wahl, et des représentants syndicaux, avant la tenue d'une conférence de presse à Bercy.

--

--

"La Poste restera publique"

Selon le schéma prévu, la Caisse des dépôts doit donc, à terme, prendre une part majoritaire au capital du groupe La Poste en reprenant les actions détenues par l'État français via l'Agence des participations (APE). En retour, la Caisse des dépôts apportera sa participation de plus de 40% dans CNP Assurances à La Poste. Nos confrères des Echos précisaient mercredi que la participation de CDC dans le groupe postal passerait de 26,32% à une fourchette comprise entre 50% et 60%. Ce matin, Bruno Le Maire parle "de plus de 50%".

Sentant venir les critiques quant à une "privatisation rampante" de La Poste - quand bien même la CDC est une institution publique -, le ministre a martelé ce jeudi matin que le groupe public postal "resterait un établissement public".

"Il n'y aura aucune privatisation, aucune intention de privatisation, aucune arrière-pensée sauf une seule, que La Poste reste un grand service public, rentable, dynamique au service des territoires".

Un nouveau levier de croissance pour La Poste

La Poste a déjà beaucoup diversifié ses activités. Pour faire face à la baisse des envois de courrier (de 5 à 6% par an), son activité historique, l'entreprise cherche depuis plusieurs années de nouveaux leviers de croissance. Depuis 2016, elle permet notamment de passer le code du permis de conduire dans ses bureaux - au lieu d'attendre des mois dans les centres dédiés. Et plus récemment, les facteurs aident aussi les personnes âgées dans leur démarche Internet.

Mais l'autre grand métier de La Poste, c'est également la banque, au sein de La Banque Postale créée en 2006. D'où l'idée de renforcer cette activité en mariant cette dernière avec CNP Assurances. L'objectif : en faire un géant de la bancassurance.

"La Poste perd chaque année 6% de volume de courrier, les trois activités de La Poste c'est la logistique, le courrier, et la banque et l'assurance. Nous allons lui permettre de développer massivement avec la CNP ce troisième volet d'activité pour compenser la baisse du courrier", a précisé le ministre.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2018 à 17:56 :
Éléments de langage : 2004, Sarkozy " GDF restera public " --> 2008 fusion GDF- Suez. 2018 : Le Maire "La Poste restera publique, il n'y a aucune privatisation " --> date du "rapprochement "avec CDC et CNP Assurances : fin 2019 . Un montage financier permet à l’État de se désengager de l'avenir de la Poste, lequel était déjà bien compromis depuis la décision de l'UE de "libéraliser" les services publics. Les guichets de la Poste serviront à l'assureur pour vendre ses contrats. Orange Bank suit la même voie (68 millions de perte en juillet dernier). Infiltration bancaire et financière pour sauver ce qui reste des services publics. Le livret A, un bon magot pour certains.
a écrit le 31/08/2018 à 14:35 :
Pas de privatisation ! Souvenez-vous de Gdf/Suez !!!!!!!
a écrit le 31/08/2018 à 12:14 :
la livraison de colis par la Poste est limitée à certains territoires ; par exemple sur le 93 , dans une commune urbaine , la Poste ne livre plus les" colissimo ", il faut aller les chercher muni d'un numéro que l'expéditeur donne au destinataire , le facteur ne faisant même pas le dépôt en boîte à lettre d'un avis de colis à retirer au bureau de poste .
avec des horaires d'ouverture de plus en plus décalés par rapport à la disponibilité des personnes , un accueil pas toujours avenant , la Poste n'est pas prête à regagner des parts de marché dans la livraison des colis , en particulier sur le marché du B to C , où les sociétés de logistique privées sont beaucoup plus agiles et performantes .
a écrit le 31/08/2018 à 8:04 :
La Poste devient un chaebol*. Apres l'epreuve du code en interne, bientot les demandeurs pourront passer l'epreuve de conduite dans leurs bureaux.
*Chaebol= Conglomerat coreen, d'activites diverses, voire tres diverses.
a écrit le 30/08/2018 à 23:33 :
En même temps si la poste perd du flux courrier, c'est parce que l'Etat oblige les stés à passer en démat, ce qui a accélére aussi la robotisation du métier de comptable.
Les ptits postiers ne sont pas content, bah vous aurez une formation payée par l'état, moi en attendant mon job ne ressemble plus à rien, je fini mes journées avec un mal de tête, tellement je n'ai plus besoin d'utiliser mon cerveau, bientôt le logiciel fera tout et qui me payera une reconversion ? personne, déjà que pour les formations logiciels le Pole Emploi ne veut pas...
a écrit le 30/08/2018 à 16:01 :
Le Maire qui jure au grand dieu qu'il ne s'agit pas d'une privatisation de la Poste comme si une ouverture du capital à des capitaux privés constituerait une sorte de calamité nationale pire qu'une pandémie de peste bubonique qui toucherait le pays.
a écrit le 30/08/2018 à 15:31 :
Je suis toujours méfiant quand les entreprises sortent de leur cœur de métier pour aller tenter de faire ce que d'autres font déjà. En plus la poste nous a habitué à toute une série d'initiatives plus bouleversantes les unes que les autres.

Les postiers jouent les assistantes sociales, fait passer le code, remplissent les déclarations d'impôts en attendant probablement de passer la tondeuse et faire la manucure.

La poste était assise sur un pont d'or avec un réseau de bureaux incroyable, qu'on a massacré au nom de la "rentabilité".

La banque postale qui était LA banque de proximité n'est plus qu'une banque comme les autres (en plus cher). Ce sont des petites échoppes précaires qui ont remplacé les bureaux en offrant des services mimima en complément d'autres activités.

Je ne vois pas le plus du rapprochement entre la Poste et la CNP. Qui prend une assurance en allant acheter trois boites de conserves et un carnet de timbre?
Réponse de le 30/08/2018 à 23:20 :
le timbre est devenu chère à cause de la chute du flux, due à la dématérialisation, si la poste avait gardé ses couts des bureaux, le timbre serait à combien 5€ non ?
Réponse de le 31/08/2018 à 13:11 :
Le timbre français est dans la moyenne des prix européens.

Ce qui est sûr c'est que la poste a perdu beaucoup de clients pour des problèmes de ponctualité et de fiabilité. Beaucoup d'entreprises préfèrent pour leurs colis payer un transporteur privé, même plus cher pour avoir la certitude que leur envoi arrivera dans les délais prévus.

D'autre part, le marché postal est totalement ouvert y compris pour les lettres depuis 2011 et aucun concurrent sérieux n'est venu chercher la Poste, ce qui veut dire que les tarifs ne sont pas exagérés.
a écrit le 30/08/2018 à 15:20 :
La Poste = Concentre de "Gaulois refractaires au changement"
Réponse de le 30/08/2018 à 23:19 :
j'y est fait un stage il y'a 20 ans, un jour le DRH à licencié tout un service, car les postiers était trop agés donc trop cher (logique public, privé vous êtes au smic comme les autres enfin quand vous avez un job), pour les remplacer par des jeunes, ils sont partis sans préavis en pré-retraite + 5 ans de salaire pour certain trop jeune, sauf qu'à l'époque il fallait réussir un concours et personne ne l'a réussit cette année... Il a licencié le service 3 semaines avant les résultats du concours, epic fail ever ^^ Ils ont du réémbauchés tout le personnel avec prime+les gains du licenciement (sauf ceux en préretraite trop content d'être libérés)... Les Postiers peuvent aimer le changement je pense dans ce scénario ^u^
a écrit le 30/08/2018 à 13:03 :
ni-ni, ni privatisation ni nationalisation, seulement un transfert de pepettes de la cdc vers l'etat pour arranger le budget du dit etat. Fusil a un coup. Selon le vieil adage lapin, ce qui n'est pas fait restera a faire. Vont ils nous faire le même coup l'année prochaine avec la sncf?
Réponse de le 30/08/2018 à 13:28 :
Sauf que contrairement à la CNP, la SNCF ne vaut rien et c'est même le contraire.
Réponse de le 30/08/2018 à 13:52 :
Ne vaut rien sur le marché, mais de gré a gré avec une cdc aux ordres, c'est l'avenir qui nous le dira
a écrit le 30/08/2018 à 12:26 :
Encore une faillite déguisée avec l'argent publique. Le cadavre bouge encore.
a écrit le 30/08/2018 à 12:18 :
La banque et l'assurance vont permettre à la poste de compenser la baisse du courrier. Les voies des hauts fonctionnaires de Bercy sont impénétrables.
a écrit le 30/08/2018 à 11:07 :
Comme çà, pour les déficits, la Poste aura directement accès à la caisse.
C'est du n'importe quoi.
a écrit le 30/08/2018 à 10:38 :
Se positionner dans les services de base pourquoi pas, mais dans le secteur bancaire et assurantiel, quel est le rapport entre les métiers et surtout quelle en sera la valeur ajoutée ? D'autant que le secteur bancaire est lui aussi victime d'une concurrence acharnée du numérique et par conséquence de la disparition des agences et des emplois en relations clientèle.
Cela ressemble un peu à de la stratégie "old school", dans le genre on va compenser et occuper les effectifs. Certes la mutation n’est pas facile, mais elle était facilement prévisible et cela depuis longtemps. D’ailleurs si les dirigeants avaient il y a 10 ans pris conscience du potentiel de la logistique et de la livraison de colis, il y aurait probablement de quoi occuper du monde aujourd’hui. Or, ce sont les points relais qui font le travail de mise à disposition, avec des horaires souvent mieux adaptés aux besoins des clients et l’embarras du choix pour les lieux de livraison. Quelle erreur stratégique tout de même, à se demander si La Poste n’aurait pas gagné au change avec une privatisation ?
Dans des secteurs qui sont ouverts à la concurrence, cela ne risque t'il pas de constituer une forme de concurrence déloyale ?
Bref, cela ressemble à un renflouement et le gouvernement risque de ne même pas en tirer avantage. Dire que certains reprochent au gouvernement d’être trop innovant ou progressiste, il semblerait que l’on s’éloigne des objectifs initiaux.

Voir aussi l'article précédent sur Suez et La Poste, sur la collecte des déchets recyclables. Une idée qui semble beaucoup plus "synergique".
Réponse de le 30/08/2018 à 11:41 :
Euh ?
Pour commencer, La Poste fait de la Banque depuis plusieurs décennies.
Ensuite, La Poste fait de l'Assurance depuis un moment également (j'ai un contrat d'assurance auto chez eux depuis 2012 ou 2013 par exemple).

Vous parler de la livraison de colis ?
La Poste est leader sur ce métier. Avec ses filiales Chronopost, DPD, Colissimo... L'entreprise est présente presque partout en Europe, en Inde en Chine, aux USA, en Australie, quelques pays en Afrique.
Réponse de le 30/08/2018 à 17:54 :
et j'ajoute que le marché postal est totalement ouvert depuis 2011, y compris pour les lettres et je constate qu'il n'y a pas eu de concurrent sérieux qui s'y soit lancé.

C'est donc que la Poste n'est pas totalement hors course sur ce créneau historique puisque les concurrents potentiels ne pensent pas pouvoir faire mieux.

Ceci dit, elle pourrait faire mieux sur la qualité du service en traitant son personnel correctement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :