Apple Pay et Samsung Pay boycottés par des banques suisses ?

 |   |  496  mots
Cinq institutions financières suisses sont soupçonnées de boycotter Apple Pay et Samsung Pay au profit de la solution nationale Twint, qui traite 1,02 million de transactions par mois et revendique plus d'un million d'utilisateurs.
Cinq institutions financières suisses sont soupçonnées de boycotter Apple Pay et Samsung Pay au profit de la solution nationale Twint, qui traite 1,02 million de transactions par mois et revendique plus d'un million d'utilisateurs. (Crédits : Reuters)
L'autorité de la concurrence suisse a ouvert une enquête contre cinq institutions financières helvétiques. Elle les soupçonne de s'être concertées dans les paiements mobiles pour boycotter Apple Pay et Samsung Pay, et pour ainsi privilégier un système suisse.

Y a-t-il eu concertation entre des banques helvétiques pour privilégier une solution suisse dans les paiements mobiles ? La Commission de la concurrence suisse (Comco) a annoncé ce jeudi 15 novembre avoir ouvert une enquête pour des soupçons d'entente dans les paiements mobiles entre cinq institutions financières. Il s'agit des banques suisses Credit Suisse, PostFinance (la banque postale suisse) et UBS, et des principaux émetteurs de cartes de crédit du pays, Aduno et Swisscard.

« L'enquête doit permettre de déterminer si plusieurs instituts financiers suisses se sont entendus pour ne pas soutenir les solutions de paiement mobile d'offreurs étrangers comme Apple Pay et Samsung Pay », a indiqué la Comco dans un communiqué ce jeudi.

La Commission, qui affirme avoir déjà procédé à des perquisitions, précise que ce boycott des solutions internationales de paiement mobile aurait été réfléchi au profit de l'application nationale, Twint. Il s'agit d'une solution de paiement, née de la fusion, en 2016, de deux systèmes auparavant concurrents : Twint, créé par Postfinance, et Paymit, développé par le groupe Six Payment Services avec UBS et ZKB (Banque cantonale zurichoise). La Comco avait validé cette fusion.

Une préférence affirmée pour Twint

À ce jour, la plupart des banques suisses permettent de réaliser des paiements via Twint. Parmi elles, on retrouve six grandes banques du pays, telles que UBS, ZKB (Banque Cantonale de Zurich), Credit Suisse, de PostFinance, de Raiffeisen, mais aussi la BCV (Banque Cantonale Vaudoise). Les solutions d'Apple et Samsung, elles, ne sont proposées que par certains émetteurs de cartes de crédit, dont Cornercard et Bonus Card.

Twint traite 1,02 million de transactions par mois et revendique plus d'un million d'utilisateurs. Selon le quotidien suisse Le Temps, qui se base sur une récente étude réalisée par l'Institut des services financiers de Zoug (IFZ), plus de 1,75 million de transactions sont effectuées chaque mois sur un smartphone en Suisse.

Credit Suisse "surpris" par cette enquête

Credit Suisse, dont les locaux ont été perquisitionnés mardi 13 novembre, a fait part de son étonnement face à cette enquête, soulignant qu'elle propose bien à ses consommateurs suisses l'accès à Apple Pay et Samusung Pay, par l'intermédiaire de sa société affiliée à 50%, Swisscard.

« Nous sommes surpris par cette enquête et convaincus que les reproches se révéleront infondés. [...] En outre, nous sommes en discussion avec d'autres prestataires comme Apple, Samsung et Google depuis plusieurs mois sur l'introduction de leurs solutions de paiement mobiles pour nos clients », s'est étonnée la banque dans un communiqué.

Twint, qui n'est pas visé par l'enquête de la Comco, a également été surpris de cette décision. Dans un communiqué, la solution de paiement mobile affirme qu'elle avait, de son côté, demandé à l'autorité d'enquêter sur « le comportement discriminatoire d'Apple » à son égard. La multinationale américaine empêcherait l'utilisation correcte de l'application Twint sur les appareils iOS selon l'entreprise suisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2018 à 19:40 :
Quand on voit comment est utilisé le quantitative easing de la banque de suisse (en large majorité pour racheter des actions apple, et autres grandes boites américaines) on sait pour qui elle roule.
Du coup cette opération est logique

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :