Le paiement mobile reste très confidentiel en France

 |   |  759  mots
Apple Pay est disponible notamment chez Banque Populaire et Caisse d'Epargne, Société Générale et Boursorama, CM Arkéa, Orange Bank, mais pas encore chez BNP Paribas et Crédit Agricole.
Apple Pay est disponible notamment chez Banque Populaire et Caisse d'Epargne, Société Générale et Boursorama, CM Arkéa, Orange Bank, mais pas encore chez BNP Paribas et Crédit Agricole. (Crédits : Caisse d'Epargne)
Le Groupement Cartes bancaires évalue à 10 millions le nombre de paiements réalisés depuis un smartphone sur l’ensemble de l’année, à comparer aux 2 milliards de transactions avec une carte sans contact. Deux ans après son lancement en France, Apple Pay n’est pas encore disponible chez toutes les banques et Paylib manque de notoriété.

Un geste simple, rapide, mais encore très peu répandu : le paiement mobile n'a pas encore effectué de percée en France. Le président du conseil de direction du groupement Cartes Bancaires, Pascal Célérier, l'a dit sans détour ce mercredi 3 octobre, lors du Forum CB à la Maison de la Chimie. Cet ancien du Crédit Agricole, où il était notamment responsable des paiements, a pour la première fois révélé un chiffre-choc : il évalue à 10 millions le nombre de paiements réalisés depuis un smartphone en France sur l'ensemble de l'année 2018.

Ces 10 millions de transactions par mobile ne représentent même pas 0,1% des paiements par carte effectués dans l'Hexagone (près de 12 milliards pour un montant cumulé de 545 milliards d'euros en 2017). A titre de comparaison, le 7 juillet dernier, en pleine période de soldes, le paiement par carte bancaire a atteint un record de plus de 52 millions de transactions en une seule journée.

« 2 milliards de paiement sans contact [estimés sur l'année 2018], c'est un vrai succès. Le paiement par mobile a du mal à décoller. C'est lent. Il n'y a pas de grand soir. L'industrie lourde de la carte bancaire ne risque rien face au paiement mobile, au paiement instantané et aux modes de paiement alternatifs » a affirmé le président du conseil de direction de CB.

Jusqu'à présent, aucun chiffre officiel n'avait été communiqué, notamment du fait des clauses de confidentialité d'Apple. « La rumeur court même que les paiements mobiles sans contact ne dépasseraient pas le million » confie une source du secteur. Une autre estimation circule dans le milieu, celle de 5 millions de paiements mobiles en 2017. Ce serait donc malgré tout un doublement, mais sur des volumes très marginaux.

Démarrage poussif, mais du potentiel

Plusieurs raisons expliquent ce démarrage poussif. Deux ans après l'arrivée d'Apple Pay en France, au départ exclusivement chez les Banques Populaires et Caisses d'Épargne (BPCE), suivies de Société Générale et Crédit Mutuel Arkéa, certaines banques, et non des moindres, ne le proposent toujours pas : BNP Paribas (le directeur de la banque de détail en Europe l'avait annoncé dans nos colonnes pour la fin de l'année), Crédit Agricole et sa filiale LCL (27 millions de clients), Crédit Mutuel (CM11). Quant à Samsung Pay,la solution du constructeur sud-coréen est disponible depuis mai chez BPCE, mais seulement avec quelques modèles haut de gamme de la marque. Google Pay devrait à son tour débarquer d'ici à la fin de l'année.

En attendant, pour les smartphones sous Android, il existe la solution Paylib, développée conjointement par les plus grandes banques françaises, encore peu connue du grand public. Pour réduire ce déficit de notoriété, Paylib a lancé à la rentrée une grande campagne de publicité sur un ton humoristique (« le geste simple qui règle tout »). Si la solution revendique plus de 1,4 million d'utilisateurs, elle ne communique pas non plus de volumes d'usage. Sa fonction de paiement entre amis à la Lydia ou Paypal est désormais disponible chez BNP Paribas et Société Générale.

Lire aussi : BNP Paribas va concurrencer Lydia avec le paiement entre amis

Toujours dans la poche ou à la main, le mobile recèle pourtant un réel potentiel en matière de paiement : ainsi, en 2017, on recense de l'ordre de 400 millions de paiements réalisés "via le device mobile" (smartphone ou tablette), selon une source du secteur, pour de l'e-commerce principalement, sans passer par une solution de paiement mobile.

Une récente étude du cabinet Forrester confirme cette tendance : 80% des transactions mobiles en Europe seraient en réalité des paiements à distance (commandes de courses, de VTC, livraison de repas, etc.), qui devraient rester dominants. Cependant, les transactions "en personne" (en magasin) passant par les systèmes de paiement mobile à la Apple Pay devraient croître de 26% par an pour atteindre 27 milliards d'euros en 2022 dans sept des principaux pays européens (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Espagne Suède, Royaume-Uni), selon le cabinet de recherche américain. Soit 10% de l'ensemble des paiements effectués depuis un mobile et un peu moins que l'autre usage promis à plein essor, le transfert d'argent entre particuliers (30 milliards d'euros en 2022).

Paiement mobile prévisions Forrester 2022

[Prévisions de paiements mobiles dans 7 pays de l'UE d'ici à 2022 : en vert clair, les transactions à distance; en vert moyen, les règlements "en personne" par un système de paiement mobile; en vert foncé, les transferts entre particuliers. Crédits : Forrester]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2018 à 0:30 :
C’est une excellente nouvelle, il ne faut s’habituer à cet instrument qui, au final nous enlèvera notre dernière liberté de payer ce que l’on veut sans le faire savoir... toutes ces données seront dans un futur proche retournées contre les utilisateurs, assurances médicales, crédits, voitures etc.... vos emprunts plus cher, car le risque ne sera plus existants pour les banques et les assureurs ils sauront tout de vous, et vous rien, rien ne vous sera dit
a écrit le 04/10/2018 à 15:43 :
J'utilise Samsung Pay depuis début juillet avec la solution Max du Crédit Mutuel Arkéa.
Cela fonctionne très bien sur le principe, mais dans la réalité c'est surtout le mauvais paramétrage ou l'absence de sans contact des terminaux des commerçants qui est pénalisant !
Réponse de le 05/10/2018 à 16:11 :
N'hésitez pas à payer un supplément aux commerçants sur chacune de vos transactions pour l'aider à financer la mise à jour de son terminal.
a écrit le 04/10/2018 à 15:20 :
sans compter que l ' on externalise le risque de fraude /paiement sur le consommateur
propriétaire de smartphone....comment prouver que l' on n ' est pas à l 'origine d' une fraude ou que l' on a pas responsable d" une imprudence " dixit les banques?
Plus on multiplie les interfaces/interlocuteurs plus on dilue les responsabilités et in fine c est bien au bout de la chaine le consommateur paye...
j' ai un smatphone récent mais je ne l' utilise jamais en paiement ni la cb sans contact dont la technologie nfc n ' est pas au point (aspirage possible des données par le commerçant ou riverains ).
a écrit le 04/10/2018 à 13:20 :
Faire des paiements à partir d'appareils hyper-non-sécurisés ... peut-être que les français se réveillent enfin (on peut toujours rêver !) !
a écrit le 04/10/2018 à 10:28 :
"Paylib" ça peut remplacer Paypal quand on paie par internet ? Un peu monopolistique, Paypal.
"Toujours dans la poche ou à la main, le mobile recèle pourtant un réel potentiel en matière de paiement"
mon GSM est 2G (voix), suis pas moderne, éteint en permanence, sert en cas de panne ou accident. Le smartphone Samsung Note (1) n'a plus de carte SIM, ne sert que de GPS (Osmand, hors réseau) dans la voiture (pourquoi payer un abonnement 3G+ sans usage ? Le Wifi en camping suffit).
La CB sans contact c'est pratique (sur 10 fois j'ai eu 2 refus, un pour 10,00 euros sais pas pourquoi, aléas ? Là on paie normalement en insérant la carte dans le lecteur).
Y a parfois des bons de réduction par smartphone je crois, à faire scanner par le.la caissier.e.
Payer en NFC avec un mobile, c'est l'appareil qui est NFC ou la carte SIM spéciale ? Si c'est l'appareil, ça accélère l'obsolescence s'il faut en changer pour pouvoir bénéficier de cette "facilité". La techno va trop vite (mon GSM Siemens avait fait 9 ans avant noyade par un gros orage en montagne, sinon je l'aurai encore, juste la batterie à renouveler tous les 5 ans).
a écrit le 04/10/2018 à 10:00 :
un futur moneo ?
Quel interet de payer avec un telephone alors qu on peut le faire avec une carte (plus petite et qui elle ne craint pas l eau ou les chutes)
Sans compter les frais et la tracabilite. rien ne vaut le liquide !
Réponse de le 04/10/2018 à 18:24 :
Les transactions du sans contact depasse de 100 fois ceux de moneo. Et pour cause, moneo était payant pour le consommateur. Pas le sans contact.
Donc pas de frais. Meme avec le smartphone. Vu que le montant est limite a 20 euros. Pas trop de pb.
Maintenant, si vous voulez continuer avec le liquide, libre a vous.
mais arretez de raconter n importe quoi. Et thesuarisez sois l'oreiller.
a écrit le 04/10/2018 à 8:01 :
La majorité des téléphones sont sous androïd alors prudence .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :