Conflit Airbus-Boeing : Bruxelles et Washington enterrent provisoirement la hache de guerre

 |  | 578 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Benoit Tessier)
Les États-Unis et l'Union européenne ont décidé de suspendre les surtaxes liées au conflit transatlantique sur les subventions à l'aéronautique pour une période initiale de quatre mois.

Désescalade. Vendredi, les Etats-Unis et l'Union européenne ont provisoirement enterré la hache de guerre en suspendant pendant quatre mois les surtaxes douanières que les deux parties avaient mis en place dans le contentieux qui les oppose à l'OMC depuis dix-sept ans sur les aides respectives à leur secteur aéronautique, notamment Airbus et Boeing, jugées illégales.

Ce compromis porte sur les surtaxes imposées depuis octobre 2019 par Washington sur quelque 7,5 milliards de dollars (6,3 milliards d'euros) d'exportations européennes vers les Etats-Unis, notamment des produits alimentaires, les avions et des vins et spiritueux, et sur 4,5 milliards de dollars de produits américains à destination de l'UE.

Ces sanctions avaient été autorisées au préalable par l'Organisation mondiale du commerce dans le cadre du différend entre les deux blocs sur les subventions à l'industrie aéronautique. La décision fait suite à celle, similaire, annoncée ce jeudi entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Il s'agit d'une "première étape dans le processus de désescalade" commerciale, a salué le ministre français au Commerce extérieur Franck Riester.

"Nous allons maintenant travailler, avec la Commission et nos partenaires européens, pour parvenir dans les quatre mois à venir à un accord sur de nouvelles règles encadrant le soutien public au secteur aéronautique, qui soit conforme à nos intérêts et sans naïveté", a ajouté le ministre délégué.

"Un signal positif pour la coopération économique dans les années à venir"

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré dans un communiqué s'être entretenue par téléphone avec le président américain Joe Biden, ajoutant que tous deux étaient attachés à résoudre ce différend.

"C'est une excellente nouvelle pour les entreprises des deux côtés de l'Atlantique, et un signal très positif pour notre coopération économique dans les années à venir", a-t-elle ajouté.

A Paris, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, s'est lui aussi félicité de cet accord.

"Enfin, nous sortons de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l'Europe, qui ne fait que des perdants", a-t-il dit. "Je me réjouis pour nos viticulteurs français. Nous devons continuer sur la voie de la coopération pour trouver un accord définitif."

Airbus veut une solution négociée

"Nous nous félicitons de la décision de suspendre les tarifs pour permettre la tenue de négociations", a pour sa part réagi Airbus dans un communiqué séparé, ajoutant qu'il continuerait à "défendre un règlement négocié de ce différend de longue date afin d'éviter des surtaxes douanières qui ne font que des perdants".

"Je peux uniquement confirmer qu'il s'agit d'une question en cours. Ce que nous voulons obtenir, c'est une issue négociée qui (...) donne satisfaction aux deux parties (...) Nous devrions mutuellement suspendre les droits de douane afin d'apporter le soulagement nécessaire aux importateurs et aux exportateurs", a réagi une porte-parole de la Commission européenne à Bruxelles, lors du point presse quotidien.

Lors de son audition devant le Sénat fin février, la future représentante américaine au Commerce Katherine Tai a fait valoir la "nécessité pour les États-Unis et l'UE de s'unir pour trouver une réponse" dans ce conflit.

Lire aussi : Subventions à Boeing: l'OMC autorise Bruxelles à taxer les produits américains, le ketchup, le 737 MAX et la patate douce dans le viseur

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2021 à 9:03 :
Je pensais que Bident lâcherait ce dossier mais 4 mois n'est qu'un cessez le feu donc.
a écrit le 06/03/2021 à 22:55 :
Les subventions qui faussent la valeur des choses ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :