Plans sociaux : le gouvernement change de ton avec Renault

 |   |  494  mots
Le PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn. Copyright Reuters
Le PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn. Copyright Reuters (Crédits : Carlos Ghosn - Photo Reuters)
Michel Sapin met en garde Renault contre un éventuel chantage à la femeture d'usines du groupe. La firme française ne produit plus que 17,5% de ses véhicules en France. Ses "Best Sellers" sont fabriqués essentiellement hors de l'Hexagone.

Tiens, tiens. Après la mansuétude, le gouvernement se croit obligé de durcir le ton vis-à-vis de Renault. Le ministre du Travail, Michel Sapin, a ainsi déclaré ce mercredi qu'"il ne devait pas y avoir de chantage" dans la négociation entre la direction de Renault et les syndicats sur un éventuel accord de compétitivité. Les discussions doivent être "loyales" et "tous les moyens ne sont pas bons" pour négocier, a estimé le ministre sur la radio RTL. Mardi, trois syndicats avaient affirmé que la direction du groupe automobile menaçait de fermer deux sites en France si aucun accord de compétitivité n'était trouvé, des menaces aussitôt démenties par la direction. Le gouvernement est opposé à tout "licenciement" ou "fermeture de sites", a pour sa part rappelé, également ce mercredi, Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, sur BFMTV/RMC.

Lignes rouges

Certes, l'Etat a 15% du groupe français. Mais les prises de position gouvernementales sur les discussions entre direction de sociétés privées et partenaires sociaux au sein des groupes automobiles apparaissent néanmoins paradoxales... Mardi, c'était l'entourage du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui soulignait que les négociations chez Renault ne devaient pas "s'apparenter à du chantage". Un changement de ton, alors que, la semaine dernière, Arnaud Montebourg avait salué le fait que les "deux lignes rouges" des licenciements et de la fermeture de sites n'avaient "pas été franchies" après l'annonce par Renault de 7.500 suppressions nettes d'emplois.

Volumes divisés par deux

Renault négocie des accords avec les syndicats pour rendre les usines françaises plus compétitives. Des discussions dont Renaut espère qu'elles aboutiront fin janvier ou début février. Renault a fait miroiter, en cas de conclusion d' un accord, la possibilité des produire des véhicules de ses alliés, notamment de Nissan, en France. La firme au losange veut obtenir des accords de flexibilité, à l'exemple de ce qui a été signé à l'automone dernier dans sa filiale espagnole. Renault ne produit plus que 17,5% de ses véhicules en France (contre 35% pour PSA). Sa production a été divisée dans l'Hexagone par plus de deux depuis le milieu des années 2000.

Production hors de France

La plupart de ses "Best sellers" sont fabriqués hors de France (Twingo en Slovénie, Clio à 60% à Bursa et seulement 40% à Flins, berline compacte Mégane en Espagne...). Son tout nouveau (faux) 4x4 Captur est assemblé également dans la péninsule ibérique. Carlos Tavares, directeur général délégué de Renault, affirmait récemment qu'une Clio IV assemblée à Bursa (Turquie) coûtait 1.300 euros de moins que la même produite en France... Les coûts sont un point crucial pour un constructeur comme Renault, qui vend essentiellement des petits modèles d'entrée de gamme., où une différence de quelques centaines d'euros peut être catastrophique pour la carrière d'un modèle, face aux concurrents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2013 à 16:54 :
Ghosn a perdu la main. Tout cela ressemble à une énorme carence de la stratégie. Si le chef d'orchestre est cuit, il faut le remplacer. Et, vu ce qu'il coûte, le plus vite possible....
Réponse de le 23/01/2013 à 17:25 :
La Tribune a publié hier les chiffres de Renault au niveau mondial .Renault est en croissance dans les pays émergeants ,c'est l'europe qui plombe ses résultats mais si 2013 continue sur la meme lancée les résultats globaux seront bons à la fin de l'année .
Etes vous compétent pour juger des chois stratégiques en entreprise ou bien vous en tenez vous à répéter ce que les médias en disent ?
Réponse de le 23/01/2013 à 18:19 :
Ventes 2012 de -6% sur l'ensemble des marchés, avec un -22% en France (et donc de meilleurs résultats ailleurs) quand VW, audi et consorts sont en positifs. Alors oui, je ne suis pas moins compétent que vous pour avoir une opinion sur la question. Les voitures Renault ne se vendent pas en France, c'est qu'ils ne répondent pas aux attentes du marché et donc des acheteurs. De plus, l'implantation plus que tardive de Renault en Chine contribue également au retard pris. Donc je le maintiens, c'est un problème de stratégie et donc de stratège...
a écrit le 23/01/2013 à 16:08 :
Ce sera bientôt 0% avec les grèves en cours.
a écrit le 23/01/2013 à 15:57 :
Mieux aurait-il valu vous taire avant de décerner des lauriers à Renault sur cette affaire mais c'est différent de PSA là l'état est actionnaire
a écrit le 23/01/2013 à 14:55 :
Une des usine Renault Française est dédiée à ZOE (Véhicule Electrique): Flins, sa fermeture ne dépend que du succes ou non de la ZOE.
Réponse de le 23/01/2013 à 15:41 :
Renault devait aussi produire à Flins les batteries pour ses VE. C'est tombé à l'eau?
Réponse de le 23/01/2013 à 15:56 :
Mettre l'avenir d'un site uniquement dédié à la réussite d'un modèle qui plus est en rupture technologique (on apprendra sous peu qu'en plus, il y a eu pas mal d'emfumage sur ce dossier électrique, à l'image de la pseudo affaire d'espionnage ...) tient plus du jackpot au casino que de la vraie stratégie d'un capitaine d'industrie responsable. A l'image à l"epoque de l'Avantime qui a tué (volontairement ou pas ?) le site de Romorantin
Réponse de le 23/01/2013 à 16:34 :
Enfumage sur les vrais faux espions du Technocentre et sur le partenariat avec Better Place et la batterie quick drop...
a écrit le 23/01/2013 à 14:06 :
Tout cela n'est que de la poudre aux yeux répandue par Renault et le gouvernement avec la connivence des médias pour préparer le public aprés mise en scène et psychodrame habituel à la fermeture d'une des usine Renault !!!!! et l'arrivée du sauveur inespéré en la personne de Nissan .......mais à ses conditions de productivité aïe aïe aïe ....façon de faire comprendre aux gros bras des syndicats qu'il n'y auront pas leur place !!!
a écrit le 23/01/2013 à 13:05 :
Selon le gouvernement, Renault n'a pas franchi la ligne jaune car ce gouvernement ne fait que de la basse politique. L'avenir des enfants de France semble lui échapper car 7500 emplois supprimes c'est des dizaines de milliers de chômeurs a terme. bravo Francois, bravo Jean-Marc et aussi Monte Bourre
Réponse de le 23/01/2013 à 18:46 :
Je ne suis pas sûr que le gouvernement soit pour grand chose dans le fait que Renault n'arrive plus à vendre ses Espace, Laguna, Megane et autre Kangoo. Ce sont des modèles en fin de vie, qui ne font plus rêver....
a écrit le 23/01/2013 à 12:10 :
Selon le cabinet d?analyse financière Proxinvest (étude sortie en décembre 2012) , Carlos Ghosn a empoché en 2011 une rémunération de 13,3 millions d?euros, en hausse de 38% par raport à 2010... Chez Renault, c'est peut-être la crise pour les ouvriers français (et espagnols), mais pas pour les patrons. On se fout du monde !
Réponse de le 23/01/2013 à 13:22 :
Vous semblez ignorer que l'essentiel de ses revenus (90%) viennent de sa direction de Nissan ! Là encore l'impact de Renault est réduit...
Réponse de le 23/01/2013 à 15:10 :
Quand bien même l'essentiel de ses revenus vient de chez NISSAN !!!! c'est indécent de s'octroyer de telles augmentations quand ses salariés ont leurs revenus bloqués en 2013. Il y a toujours de plus en plus de riches et de plus en plus de pauvres !!! Il pourra toujours faire fabriquer les renault ailleurs bientôt personne ne pourra les acheter dans l'hexagone ces petites voitures "populaires" par contre il n'y pas de crise pour le haut et très haut de gamme!! Belle morale.
a écrit le 23/01/2013 à 11:56 :
Renault met simplement en pratique le nouvel accord sur l'emploi, qui doit libéraliser le marché du travail, instaurer la flexi-sécurité des salariés, faciliter l'innovation et la compétitivité des entreprises. Renault est parfaitement dans les clous à moins de dire que cet accord sur l'emploi, dont s'est tant félicité le gouvernement, est une mascarade.
a écrit le 23/01/2013 à 11:51 :
Personnellement, autant je considère PSA comme franco-Européen, autant Renault est une multinationale.Comme toute multinationale, elle est de plus en plus apatride: usines un peu partout ds le monde, siège social au pays-bas, centre de décision et de conception en France. Une multinationale essaie de tirer le meilleur de chaque pays. en ce sens, Renault pose les bonnes questions sur flexibilité du travail En France. c'est saint de se les poser. En revanche, la manière n'y est pas du tout car Ghosn installe d'entrée de jeu un climat délétère : à côté, PSA a été un enfant de coeur.

Je ne ferai pas de commentaire sur la stratégie de Renault qui fait vraiment n'importe quoi avec ces marques (Dacia renault Samsung) qui changent d'un pays à l'autre.
a écrit le 23/01/2013 à 11:42 :
et en ouzbekistan combien elle coûterait ??? et si les français n'achetaient plus de Clio turque, combien cela coûterait a Renault ??? tout cela est d'un démagogique purement financier qui ne prend plus en compte l'aspect humain de notre tissu industriel. les voitures allemandes sont plus chères, fabriquées en Allemagne et les marges des constructeurs outre Rhin explosent ... Et je ne parle pas du haut de gamme mais plutot des Golf, passat, serie 3 BMW et autres polo etc...
Réponse de le 23/01/2013 à 18:22 :
la polo est fabriquée en Espagne, la Q3 en Espagne également, la Q7 en Slovaquie et j'en passe...
Réponse de le 23/01/2013 à 18:56 :
Près de la moitié des bagnoles Audi sont fabriquées à Ingolstadt et Neckarsulm (soit près de 900 000 unités), 100000 en Espagne et 50 000 à Bratislava. Gros Boom en Chine et en Inde, mais pas illogique de les fabriquer par là bas...
a écrit le 23/01/2013 à 11:39 :
Je croyais que Renault était innovatrice. Elle a même été primée.
Innovation Renault, fermeture des usines françaises
a écrit le 23/01/2013 à 11:36 :
Au delà des usines se pose la question de la stratégie de Renault et de l'équilibre de l'alliance ainsi que la répartition des savoir faire technologiques.
Monsieur Ghosn a beaucoup surfé avec un certain talent sur la vaque des bons choix de son prédécesseur (internationalisation, pari de Dacia, ...). En revanche, il a lui même pris des décisions qui me semblent hasardeuses: le choix du tout électrique alors qu'il y a beaucoup à faire sur l'hybride, en particulier par rapport à la gamme de clientèle visée par Renault. Quid de la montée en gamme ? Contrairement à ce qui est évoqué dans certains commentaires, cette dernière est possible mais avec un autre positionnement et une autre marque, exactement comme l'ont fait Toyota, Nissan et d'autres. Les critères de la clientèle achetant du haut de gamme ne sont pas les mêmes que ceux de la clientèle achetant du milieu de gamme, actuellement visée par le constructeur. Cela coûte de l'argent mais peu rapporté gros, en tout cas plus que l'électrique. En plus, grâce à l'alliance, Renault pourrait s'appuyer sur Infiniti (chassis, motorisations) au départ mais avec un style haut de gamme à la française. Je ne comprends par pourquoi cela n'est pas mis en oeuvre. A quoi sert l'alliance dans ce cas !? Quant à la répartition des savoir faire entre Renault et Nissan, Renault avait par exemple bien avancé sur la pile à combustible (j'y étais à cette époque) et c'est parti chez Nissan. Cela me semble préjudiciable pour Renault car des technos hydrogènes intéressantes se présentent et c'est Nissan qui portera. En revanche, au regard du positionnement actuel de Renault, je pense effectivement que le facteur coût à son importance.
a écrit le 23/01/2013 à 11:00 :
sont fabriqués hors de France.
a écrit le 23/01/2013 à 10:53 :
On peut tourner les chiffres dans tous les sens, il y a au moins 2 usines de trop pour Renault. Il est évident que celles d'Espagne, Turquie et Slovénie ne seront pas fermées. La question est quelles seront les usines françaises fermées ?
a écrit le 23/01/2013 à 10:41 :
c'est trop tard. Ghosn a tué Renault en ne renouvelant pas la gamme . Histoire de rémunération inférieur à nissan....C'est l'ancien gvnt qui aurait du faire le ménage et dégager ghosn. De plus le siège social du groupe a déjà été transféré aux pays-bas.....
Réponse de le 23/01/2013 à 11:38 :
Celui qui a tué Renault c'est Schweitzer (socialiste patenté) inventeur de la Logan et de l'opération Dacia. Carlos a continué la stratégie antérieure et l'Etat actionnaire a été NUL en permanence.
Réponse de le 23/01/2013 à 13:26 :
issan..., Il ne faut pas dire n'importe quoi, c'est la Laguna 2 et la Vel Satis qui ont tué Renault !... Et, si ça vous intéresse, vérifiez qui dirigeait Renault lorsque ces voitures ont été lancées...
Réponse de le 23/01/2013 à 13:58 :
@amnésique : vous n'avez pas perdu la mémoire, vous l'avez sélective...
a écrit le 23/01/2013 à 10:40 :
un jour blanc un jour noir comment voulez vous que les employeurs puissent faire confiance
a écrit le 23/01/2013 à 10:40 :
Moi je considère RENAULT comme un agitateur mais dans le bon sens du terme. Tout le monde ne peut pas posséder une bagnole à 40 KE. Ca veut dire quoi la "montée en gamme" si les trois quarts de la population ne peuvent "s'offrir" une auto et si le reste fait du "french bashing". RENAULT doit continuer à construire des voitures à vivre à prix correct un point c'est tout et je pense qu'à cette aune l'esprit du fondateur est respecté. Maintenant il faut bien comprendre qu'une bagnole à moins de 10 KE ne peut plus être construite en FRANCE et ça c'est idéologiquement difficile à avaler pour les syndicats.
Réponse de le 24/01/2013 à 9:16 :
Plein de bon sens votre réflexion.
a écrit le 23/01/2013 à 10:36 :
des voiture qui tombe toujour en panne clio megane des mer de faite en chine renault je n'en veut plus du made in chine ou turque ou je ne c'est ou quand renault aurra compris que la qualité est mieux que le bas prix ca ce vendra
Réponse de le 23/01/2013 à 11:08 :
c'est bien comme mentalité, c'est sur ça va aidé les usines françaises ça!!! la qualité a un prix qui aujourd"hui est ok pour la mettre la diffference de prix?
Réponse de le 23/01/2013 à 15:30 :
vous voulez une voiture pas (trop) chère? Hé bien sachez que ce n'est pas ou presque plus compatible avec le fait de produire en France... et si vous êtes riche et pouvez acheter des véhicules chers, sachez que ce n'est pas le cas de la majorité de la population! C'est là toute la contradiction de la plupart des gens qui blâment nos constructeurs qui produisent de plus en plus en dehors de nos frontières. Ils veulent des voitures produites en France mais ils ne veulent pas les payer au prix qui correspond "au produire en France"!
a écrit le 23/01/2013 à 10:34 :
Un coup dans le zig, un coup dans le zag... On va où ? Droit dans le mur ou directement dans le canal ?
Réponse de le 23/01/2013 à 10:59 :
Pas de 'zig' pas de 'zag', mais Renault pousse le bouchon un peu loin en instaurant un climat délétère dans ces négociations. Que Renault fasse de belles voitures (pas des moches Latitude, Koleos, Wind, Be-bop, Kangoo...), garantisse ses voitures 5/7 ans (dès maintenant; urgence!!), vire C.Ghosn, et l'avenir sera radieux...
Réponse de le 24/01/2013 à 9:14 :
Après avoir voulu virer Varin, maintenant c'est Ghosn. Que feraient leurs successeurs respectifs? La même chose, car produire une voiture à un prix plus élevé que ce que le marché accepte de payer envoie l'entreprise dans le mur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :