Automobile : pourquoi le malus sur le poids risque de ne satisfaire personne

 |  | 1025 mots
Lecture 5 min.
Comme la plupart des SUV français, le Renault Kadjar ne sera pas concerné par le dispositif de malus sur le poids.
Comme la plupart des SUV français, le Renault Kadjar ne sera pas concerné par le dispositif de malus sur le poids. (Crédits : Renault)
Matignon a repris la main sur ce dossier très politique, après un imbroglio entre Bercy et le ministère de la Transition écologique. Le malus sur le poids sera finalement instauré, mais le seuil a été relevé à 1,8 tonne, ce qui permet de préserver le cœur de gamme des SUV français. En outre, un risque juridique pèse sur le nouveau dispositif...

En septembre, Bercy avait assuré le contraire... Le gouvernement va pourtant instaurer un nouveau dispositif de malus indexé sur le poids des voitures. Cette idée, émise par la Convention citoyenne pour le climat (CCC) et retenue par le président Macron, avait été évacuée par Bercy en septembre. Elle était revenue par la fenêtre, il y a dix jours par l'entremise d'une poignée de députés de la majorité sous la forme d'un amendement, avant d'être rejetée par la commission des lois de l'assemblée. Cette fois, c'est un arbitrage qui vient de plus haut qui a remis le dispositif dans le projet de loi de finances.

Des engagements politiques

Il semblerait que Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, ait pesé de tout son poids pour que cette mesure soit rétablie. Une pétition des membres de la Convention citoyenne en début de semaine, pour que le président de la République respecte ses engagements, a également accentué la pression. Sans parler du rapport WWF publié la semaine dernière qui a fait grand bruit et qui a directement mis en cause les SUV comme obstacle à l'atteinte des objectifs de CO2, en raison de leur poids.

Lire aussi : «Un plan de massacre de l'automobile française se prépare»,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2020 à 11:36 :
Comme proposé, il y a quelques trimestres, le bon choix c'est les volumes en fonction du nombre technique de passagers.
Ce qui éviterait aux mini de devenir maxi.
Mon avis :
Les matériaux et techniques évoluent, donc fixer les masses n'empêchera pas les volumes de grossir. Et comme on ne peut pas empêcher les humains de grandir, les maximum devraient être corrigés régulièrement, disons toutes les 30 années.
L'alu et le magnésium tendent à remplacer l'acier, et les plastiques et composites ringardisent les métaux, comme l'impression 3D remplace formes, forges et fonderies. Donc, à volumes égaux, les masses diminuent, ce qui est bon pour la consommation et laisse de la place pour implantation de technologies liées à l'autonomie.
Autres points, limiter les puissances moteur. La F1 est très réglementée et les seringues des coureurs cyclistes aussi. :>))
La vitesse étant limitée à 130 km/h quand la météo est favorable, pourquoi les moteurs ne sont-ils pas aussi limités en puissance (ou en volume).
Qui peut m'expliquer à quoi peut bien servir un moteur qui monte à plus de 160 km/h, quand la vitesse est limitée à 130?
Seules les forces de l'ordre et les compétiteurs devraient avoir accès à des "moteurs sportifs".
Ensuite chaque type de véhicule devrait proposer une version basique avec un minimum d'options.
Parce que les options et gadgets ont de gros impacts sur le CO2.
Et certains, notamment les retraités, n'ont jamais utilisé leurs GPS et autres options, déjà qu'ils ont bien du mal à lire une fiche technique.
Et puis beaucoup ne sortent que très peu de leur village, sauf pour aller faire les course au supermarché de la petite ville voisine, ils connaissent de mémoire tous leurs trajets, à quoi peut bien leurs servir un GPS?
Là nous sommes dans la surconsommation imposée, mais ça vaut aussi, par exemple, pour les smartphones, tablettes et ordinateurs qui installent par défaut des dizaines d'applications très énergivores, qui sont nombreuses à ne pas être utilisées.
Et qui en plus peuvent être galères à désinstaller !
La encore les personnes âgés ne peuvent que subir ces applications .
Les augmentations de forfaits (téléphones et internet), sans l'approbation claire et écrite de l'abonné, ne devraient pas être autorisées. Voir les procédures à l'ARCEP.
La encore les plus âgés sont ciblés.
---
Mais revenons à nos autos
Le plus important de tout est de définir des normes européennes, puis internationales, pour bien mesurer la pollution engendrée par chaque matière, de son extraction à son recyclage, en passant par l'impact des usines et de la logistique.
Donc avec un organisme sérieux et indépendant pour contrôler, délivrer des injonctions et sanctionner, éventuellement en supprimant des autorisations. Une police du CO2 internationale.
---
Rien ne sert de se précipiter, ni des faire choix débiles pour abaisser la pression des écologistes ultras. La transformation ne doit pas se faire à des fins électoralistes.
La transformation de nos modes de consommation devra s'étaler dans le temps pour éviter les casses sociales et psychologiques.
Le plein emploi avant tout !
---
Et ça va passer par l'enseignement, et par des publicités plus responsables.
Le sujet le plus lourd est bien l'obsolescence programmée, traiter sérieusement le sujet aura des conséquences lourde sur l'emploi.
Les modularités des systèmes sont aussi à travailler.
On peut par exemple se demander pour quelles raisons les moteurs d'avions sont si nombreux alors qu'il serai si simple de jouer sur leurs quantités d'un ou deux moteurs pour couvrir pour la gammes des besoins en puissance.
On sait faire des lanceurs Vega, Ariane62 et Ariane 64 avec un même propulseur et on ne serait pas faire de même pour des avions?
Vega un moteur, Ariane 64 quatre moteurs, donc un rapport de 1x4.
Vaste débat, sujet sensible, attention dangers dans la précipitation.
a écrit le 16/10/2020 à 9:59 :
Toujours des gens qui nous pondent des lois sans relâche. Tous ces gens ne servent à rien, sinon à complexifier la société dans laquelle nous vivons. Primo, cette loi arrive bien trop tard, ça fait longtemps que le gros des véhicules SUV se sont vendus en France. Secundo, 1,8 tonnes, c'est trop, pour être efficace, le seuil devrait être à 1,5 tonnes, ce qui est largement suffisant pour construire une voiture solide. Et puis d'ailleurs, pourquoi un seuil, et pas un calcul continu avec une fonction croissante en fonction du poids ? Bref ...
Réponse de le 16/10/2020 à 10:50 :
Ce serait une excellente idée en effet qui inciterait les constructeurs à chercher à reduire en permanence le poids des véhicules de tte catégorie, tt en favorisant les recherches vers l'auto verte à H2, en remplacement de l'électrique très fortement pénalisée par le poids exhorbitant des packs batterie.
a écrit le 15/10/2020 à 17:05 :
Un malus au poids sur les camions qui transportent 2 colis ça pourrait aussi être utile, les routes sont avant tout envahies de camions Français et étrangers.
Réponse de le 15/10/2020 à 17:36 :
Pas de malus quand y a 200 colis dans le camion, et taxé quand il se vide ? :-)
Une start-up a pour idée d'aider à organiser le remplissage des camions une fois leur trajet de livraison terminé, et éviter de rouler à vide au retour (ça arriverait souvent, semble-t-il). Y en a qui ont de bonnes idées (mais un chauffeur au volant = un chômeur de moins). Problème de logistique.
Réponse de le 15/10/2020 à 17:56 :
@fma44
"les routes sont avant tout envahies de camions Français et étrangers."
En voilà une info !
Et j'ajouterais qu'en Allemagne les routes sont avant tout envahies de camions allemands et étrangers.
:>))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :