En parlant de "complot", Carlos Ghosn élude les questions qui fâchent

 |   |  814  mots
À la demande de Renault et Nissan, le cabinet Mazars a mené un audit de leur filiale commune RNBV, basée aux Pays-Bas et suspectée d'avoir abrité des paiements illégaux.
À la demande de Renault et Nissan, le cabinet Mazars a mené un audit de leur filiale commune RNBV, basée aux Pays-Bas et suspectée d'avoir abrité des paiements illégaux. (Crédits : Reuters)
Train de vie fastueux, vols privés en jet, "réunion de famille" à Versailles... Renault et Nissan attendent toujours des justifications de leur ancien patron, actuellement réfugié au Liban.

Vols en jet privé, fête à Versailles, versements douteux à l'ancienne Garde des Sceaux Rachida Dati... Renault et Nissan attendent toujours des justifications de Carlos Ghosn pour 11 millions d'euros de dépenses engagées par l'ancien patron de l'alliance automobile franco-japonaise.

Tour d'horizon des soupçons communiqués à la justice française et pour lesquels le dirigeant, réfugié au Liban après avoir fui le Japon, pourrait devoir s'expliquer.

Lire aussi : Après le Japon, le Liban interdit à Carlos Ghosn de quitter le territoire

L'audit de RNBV

À la demande de Renault et Nissan, le cabinet Mazars a mené un audit de leur filiale commune RNBV, basée aux Pays-Bas et suspectée d'avoir abrité des paiements illégaux. Le 4 juin 2019, Renault avait révélé que M. Ghosn était soupçonné d'avoir dépensé 11 millions d'euros de l'alliance à son profit.

Se disant victime d'une "campagne de diffamation", l'ancien dirigeant a tiré à boulets rouges sur cet audit lors de sa conférence de presse à Beyrouth le 8 janvier. "Personne n'est venu me voir. Pour que cet audit soit valide, on doit parler au principal intéressé et lui poser des questions. Je ne suis pas inquiet parce que j'ai une explication", avait-il notamment affirmé.

Pourtant, les auditeurs avaient cherché à rencontrer Carlos Ghosn dès avril/mai 2019, selon une source proche du dossier. Et ils ont réussi à lui parler fin juin, sans qu'il ait pu lever les doutes, avant la finalisation du rapport en juillet.

"Réunion de famille" à Versailles

La fête des 15 ans de l'alliance Renault-Nissan célébrée le 9 mars 2014, jour des 60 ans de Carlos Ghosn, a coûté plus de 530.000 euros pris en charge par RNBV. D'après l'audit de Mazars, 94 des 154 invités à ce banquet supervisé par le chef Alain Ducasse étaient des proches de l'homme d'affaires (enfants, sœurs, cousins, amis...), essentiellement d'origine libanaise. Seules 24 personnes ont pu être identifiées comme partenaires des entreprises et quasiment aucun membre de Renault ou Nissan n'était invité, ni même au courant de la cérémonie.

Cette soirée était "pour nos partenaires, notamment étrangers", a expliqué M. Ghosn. Cependant, la fête a été qualifiée sur Instagram de "réunion de famille" par l'une de ses filles.

Renault a transmis en juillet 2019 les conclusions de l'audit au parquet de Nanterre qui enquête pour "abus de biens sociaux et abus de confiance", selon une source judiciaire.

Vols privés en jet

Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir utilisé des jets mis à disposition par Nissan pour des motifs personnels. Au total, 38 voyages représentant 120 trajets et 276 heures de vol ont été épinglés entre l'été 2016 et fin 2018. Leur coût pour RNBV est estimé à plus de 5 millions de dollars, soit près de la moitié des "dépenses suspectes" inventoriées. Sur certains vols, l'appareil transportait uniquement des membres de la famille Ghosn, sans le dirigeant, a appris l'AFP de source proche du dossier. Les nombreux trajets Paris-Beyrouth, ou des trajets du type Ibiza-Beyrouth-Palma, suscitent le doute.

900.000 euros pour Rachida Dati

Des juges financiers parisiens enquêtent sur 900.000 euros d'honoraires versés par RNBV à l'ancienne Garde des Sceaux Rachida Dati entre 2010 et 2012. La candidate LR pour les municipales à Paris est citée dans le rapport Mazars, comme l'avait révélé l'AFP en juin 2019. Aucune trace n'a été trouvée des conseils que Mme Dati, en tant qu'avocate, affirme avoir apportés à Renault-Nissan, ni des réunions qu'elle aurait eues avec M. Ghosn.

Montre Cartier, hôtels de luxe

Parmi d'autres dépenses de RNBV, une montre Cartier à 24.000 euros réglée avec une carte de crédit au nom de Ghosn, mais aucune facture ni justification retrouvée.

Également, 1,7 million d'euros dépensés au festival de Cannes de 2014 à 2018, dont 350.000 euros pour 13 chambres réservées dans le luxueux hôtel du Cap Eden Roc à Antibes en 2018. La moitié des invités seraient des proches de M. Ghosn, selon des chiffres issus du rapport Mazars.

Plus de 800.000 dollars dépensés au carnaval de Rio.

"Une part importante des invités étaient déjà le 9 mars à Versailles et/ou à Cannes et/ou à d'autres événements organisés par Carlos Ghosn sans lien évident avec l'objet de la société RNBV", ont constaté les experts du cabinet.

Absence de contrôle

"On fait comme si Renault, Nissan et RNBV étaient une petite entreprise familiale. Comme s'il n'y avait ni contrôleur, ni service financier, ni auditeurs... Toutes les factures étaient vérifiées en interne et en externe. Toutes les justifications ont été apportées [...] selon un protocole extrêmement rigoureux", avait déclaré M. Ghosn à Beyrouth.

Les comptes de RNBV n'étaient pourtant consolidés ni chez Renault, ni chez Nissan, leur permettant d'échapper aux contrôles des deux groupes.

Lire aussi : Quand Carlos Ghosn règle ses comptes avec le Japon et... la France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2020 à 5:50 :
Bank run au Liban et pas un mot sur la Tribune !
Carlos va mal finir, revolution en marche....
a écrit le 22/01/2020 à 12:22 :
On peut ajouter que, malgré ses 3 nationalités, il ne paie pas d'impôts, sauf (un tout oetit peu ) dans un paradis fiscal dont IL N'EST PAS RESIDENT !
a écrit le 22/01/2020 à 10:50 :
"Ma petite entreprise" s'applique à RNVB dans le paradis fiscal que sont les PB; ah ce Carlos tout puissant.
a écrit le 22/01/2020 à 10:44 :
Étonnants ces premiers commentaires plutôt complaisants vis à vis de CG.
Le cabinet Mazars ne peut pas se permettre un audit à charge. Les faits rapportés sont vérifiés et validés avant transmission au commanditaire.
Mais il reste que les dérives énormes de CG à des fins personnelles mettent en lumière les défaillances des administrateurs de Nissan et Renault qui n'ont rien contrôlé ou qui n'ont rien voulu voir. Et eux sont toujours en place ... et les deux groupes ne sont pas en grande forme.
a écrit le 22/01/2020 à 9:47 :
Dans cette affaire plaignants comme accusé(s) dénoncent des complots.
Différents bien sûr. Reste à la justice les faits, nombreux, qui justifient sans doute des poursuites. Contre les uns et les autres qui semblent s’être exonéré de la loi.
a écrit le 22/01/2020 à 9:29 :
Vous citez Mme Dati mais n’oubliez pas l’avocat libanais actuel de Ghosn, Carlos Abou Jaoude, qui a touché 900 400 euros de Renault-Nissan BV entre 2013 et 2017, sans que l'on trouve trace de son travail.
a écrit le 22/01/2020 à 9:06 :
C'est une forme de complot puisque nombreux qui l'attaquent maintenant ont fait des affaires avec lui, c'est juste qu'il n'a pas été assez intelligent pour se préparer à cela alors que notre système oligarchique reposant sur des réseaux ne fonctionne que comme ça et qu'il en a grassement profité. Donc parler de "complot" actuellement c'est cracher dans la soupe.

Donc oui il est évident que certains qui l'ont soutenu l'ont lâché mais c'est la règle du jeu, il n'a pas été assez prudent, il n'a pas été assez prévoyant,croyant que tout été gagné certainement, pour s'y préparer c'est malgré tout surtout de sa faute, préférant se prendre pour Louis XIV il n'a pas été capable de lire Machiavel.

Et dire que c'était notre soit disant "grand patron" européen ça fait vraiment peur en ce qui concerne le niveau de nos dirigeants hein... -_-
a écrit le 22/01/2020 à 8:59 :
Le "complot" est un nuage de fumée que nombreux sont ceux(celles) qui l'utilisent comme défense. Ça n'efface pas les responsabilités, les faits, sauf s'ils étaient inventés, là, c'est vraiment un complot. :-) Rendre des comptes, c'est légitime, nul n'est au dessus des nuages.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :